Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot

Recherche

Facebook
Twitter
Rss
YouTube Channel











Dernières notes



La Bibliothèque
Court traité de complotologie, de Pierre-André Taguieff
Mythes et mythologies politiques, de Raoul Girardet
Histoire d'un mythe. La "conspiration" juive et les protocoles des sages de Sion, de Norman Cohn
Les rhétoriques de la conspiration, sous la direction d'Emmanuelle Danblon & Loïc Nicolas
La synarchie. Le mythe du complot permanent, d'Olivier Dard
La Société parano, de Véronique Campion-Vincent
L'effroyable mensonge, de Guillaume Dasquié et Jean Guisnel
Le Complot : L'histoire secrète des Protocoles des Sages de Sion, de Will Eisner
La Foire aux illuminés, de Pierre-André Taguieff
L'Effroyable Imposteur, de Fiammetta Venner





Dieudonné n'a plus vraiment fait parler de lui depuis près de deux ans. Pourtant, l'humoriste aux multiples condamnations, notamment pour provocations à la haine et à la violence raciale, continue ses spectacles au même endroit à la Main d'Or. Il a développé en parallèle toute une série de produits dérivés autour de son personnage et surtout, il s'est improvisé courtier en assurances. En 2014, il a gagné 1 million et demi d’euros, soit trois fois plus que l'année précédente.



Source : "Grand Angle", BFM TV, 31 octobre 2016.

Par Pablo Ximénez de Sandoval


Le prédicateur complotiste Charles Pace
Le massacre de la secte des davidiens, en 1993, est à l'origine des théories du complot concernant les Clinton. Il y vit un prédicateur qui idolâtre Donald Trump.

En 1993, une congrégation religieuse inscrivait à jamais le nom Waco dans l'imaginaire mondial. Il s'agissait de l'Association générale de la branche davidienne de l'Eglise adventiste du septième jour. Pour le reste du monde, elle était connue sous le nom de secte des davidiens. Cette année-là, une tentative du gouvernement fédéral d'enquêter sur la secte pour achat et vente d'armes a débouché sur une fusillade qui a donné lieu à un siège. L'événement s'est terminé par un effroyable incendie dans lequel près de 80 personnes, dont 18 enfants et le leader des davidiens, David Koresh, ont perdu la vie.

Aujourd'hui, à la place du Mount Carmel Center, le lieu du siège qui se trouve à 15 minutes en voiture de Waco, trois maisons et une chapelle ont été construites. Les seuls habitants sont Charles Pace et sa famille. Charles Pace raconte qu'il a rejoint les davidiens dans les années 70. Il y a connu une vie de dévouement envers la recherche spirituelle jusqu'à ce qu'il décide, vers la deuxième moitié des années 80, de quitter la congrégation suite à des désaccords avec David Koresh. En gros, Koresh disait être le Messie, mais Pace ne le croyait pas. Il n'était pas là lors du siège, il n'est arrivé que plus tard. (...)

Lire la suite sur le site de la Tribune de Genève.

Par LeMonde.fr avec AFP


Mort du PDG de Total : deux employés buvaient au moment de l’accident
Deux ans après la mort de Christophe de Margerie, un rapport de l’autorité russe de l’aviation pointe la responsabilité de deux employés de l’aéroport de Moscou.

Deux ans après la mort du PDG de Total Christophe de Margerie, l’autorité russe de l’aviation met en avant, dans un rapport publié le 25 octobre, la responsabilité de deux employés de l’aéroport de Moscou dans l’accident d’avion. Selon elle, le conducteur du chasse-neige et son superviseur, présents sur la piste, buvaient de l’alcool et ont été à ce titre partiellement responsables du drame, indique le rapport.

Christophe de Margerie a trouvé la mort le 20 octobre 2014 en même temps que les trois membres d’équipage du Falcon à bord duquel il se trouvait, l’appareil ayant heurté un engin de déneigement alors qu’il s’apprêtait à décoller de l’aéroport Vnoukovo de Moscou.

Le conducteur du chasse-neige, Vladimir Martinenko, s’est retrouvé « en situation de perte de conscience de la situation » et son superviseur n’a pas fait son travail correctement, indique l’IAC. M. Martinenko, et un ingénieur qui était de service ce soir-là, Vladimir Ledenev, ont tous les deux reconnu leur responsabilité à l’ouverture du procès au mois de juillet. (...)

Lire la suite sur le site du Monde.


Voir aussi :
* Le patron de Total, Christophe de Margerie, tué par la CIA ? Le parcours d’une folle rumeur

Par Fabien Magnenou


Visso, Italie (27 octobre 2016)
Persuadés que la mesure peut avoir un impact sur les indemnisations, des internautes sont convaincus que le gouvernement maquille la magnitude réelle du séisme du 26 octobre.

"Come mai ?" Pourquoi les médias étrangers, comme franceinfo, évoquent une magnitude de 6,1, alors que les médias locaux citent une magnitude de 5,9 ? Voilà la question qui agite de nombreux Italiens, jeudi 27 octobre, au lendemain du tremblement de terre qui a frappé le centre du pays. Pour certains, la question n'aurait rien d'anodin. Un brin complotistes, ils assurent que l'Etat ne débloque les indemnisations qu'à partir d'une magnitude 6, en vertu d'une loi du gouvernement Monti, adoptée en 2012 (certains prétendent aussi qu'un seuil de 6,1 doit être franchi).

Pour expliquer cette différence de relevés, il faut comprendre que deux centres scientifiques ont livré deux mesures différentes. L'Institut italien de géophysique et de volcanologie (INGV) a enregistré une secousse de magnitude 5,9, alors que l'Institut des études géologiques des Etats-Unis (USGS) parle de 6,1. La confiance accordée par les Italiens à leurs propres institutions étant toute relative, certains ont rapidement nourri des soupçons, accusant le gouvernement d'avoir fait pression sur les chercheurs pour modifier les chiffres officiels. (...)

Lire la suite sur le site de franceinfo.


Voir aussi :
* Séisme en Italie : "la teoria del complotto" (27/08/2016)
Vendredi 28 Octobre 2016


Tags : italie séisme

Par Alain Beitone


Loi de 1973 : le retour
Quand des universitaires « critiques » cautionnent le complotisme.

A partir de la fin des années 2000, une rumeur enfle, notamment sur internet : l’origine de la dette publique de la France a été découverte. La loi « Giscard-Pompidou-Rothschild » de 1973 aurait interdit à l’Etat de se financer à taux d’intérêt nul auprès de la Banque de France, le livrant ainsi aux banques et aux marchés financiers. Ce sont donc les banquiers (Rothschild) qui auraient utilisé des hommes politiques à leur service pour « trahir » la France.

Ce discours a beaucoup de succès dans les milieux d’extrême droite (Alain Soral notamment). Marine Le Pen reprend le thème à son compte (1), tout comme Nicolas Dupont-Aignan (2). Malheureusement, un certain nombre de personnalités de gauche glissent sur le même terrain. C’est le cas de Jean-Luc Mélenchon ou encore de Pierre Khalfa s’exprimant au nom de la fondation Copernic (3). Le discours permet à la fois de désigner les coupables de la dette (les banquiers), de dénoncer les politiciens « corrompus » et d’apporter une solution simple au problème de la dette : emprunter gratuitement et sans limite auprès de la banque centrale en « retrouvant la souveraineté monétaire ».

Le 29 décembre 2011, Le Monde publie sur son site une tribune que je lui avais adressée (4). Bien que nous soyons en pleine « trêve des confiseurs », la tribune a un certain écho. Elle me vaut de nombreux messages d’insultes sur le net et des tentatives de réfutation. Je montre pourtant que la formule la plus attaquée de cette loi (le Trésor ne peut présenter directement à l’escompte ses propres effets) figure déjà dans un décret de 1936. De ce point de vue, la « loi de 1973 » ne change donc rien. J’indique par ailleurs que cette loi a été abrogée en 1994, alors que certains lancent sur internet des pétitions pour demander son abrogation.

Par Anne-Marie Capomaccio


Etats-Unis: Trump, accusé d’agressions sexuelles, dénonce un grand complot
Après les dernières révélations de femmes affirmant avoir été sexuellement agressées par Donald Trump, le candidat se défend contre ce qu’il appelle « des mensonges inventés par le camp Clinton et la presse complice ». Le candidat a demandé à son avocat de porter plainte contre le New York Times qui a divulgué les derniers témoignages. Dans un discours d’une heure prononcé jeudi en Floride, Donald Trump s’est dit victime d’un complot.

Un complot de la presse, des Clinton et de l’establishment, tous complices contre lui. Donald Trump a enflammé une foule de supporters venus par milliers, en développant cette théorie.

Le candidat a exacerbé la colère de ses fans dans la plus pure tradition populiste se présentant en martyr. « Les Clinton sont des criminels, ils ne reculeront devant rien pour tenter de m’arrêter, mais je ne pensais pas que ce serait aussi sale. Malgré tout, je reçois toutes ces flèches, avec joie, pour vous. La seule chose qui peut stopper cette entreprise criminelle, c’est vous », a-t-il lancé.

Public chauffé à blanc

« Ces attaques me blessent, a poursuivi le candidat Trump devant son public chauffé à blanc, mais elles vous sont destinées ». Il ne s’agit plus, dans l’esprit de Donald Trump, de gagner une élection présidentielle, mais de sauver la civilisation américaine menacée par une coalition d’esprits corrompus, qui veut protéger ses prébendes, aidée par une presse qui ne fait pas son travail. (...)

Lire la suite sur le site de RFI.

Par Jakub Iwaniuk


Sur les écrans polonais, une vision conspirationniste du crash de Smolensk
C’est un film estampillé « vérité d’état ». Sorti le 9 septembre, Smolensk, réalisé par Antoni Krauze, est le premier long-métrage sur la catastrophe du même nom, ¬accident d’avion qui coûta la vie au président Lech Kaczynski et à quatre-vingt-quinze autres ¬personnalités polonaises, le 10 avril 2010. La délégation se rendait aux célébrations du 70e anniversaire du massacre des officiers polonais par l’Armée rouge à Katyn, en Russie. Tout un symbole. L’appareil s’écrasa à l’atterrissage dans un épais brouillard, et laissa un pays traumatisé.

Les autorités locales conservatrices sont également à l’œuvre pour promouvoir cette production qui, loin de remporter le succès attendu en salles, s’est retrouvé sous le feu des critiques. Un élu local du district de Jarocin, à l’ouest du pays, a même payé des places de cinéma à 1 500 écoliers pour « qu’ils se fassent leur propre opinion » sur la tragédie. Mauvais hommage à L’Homme de marbre d’Andrzej Wajda, Smolensk met en scène l’enquête d’une journaliste d’une chaîne de télévision privée qui, convaincue au départ de la véracité des conclusions officielles, se rend progressivement compte qu’elle est elle-même manipulée. Son patron, cynique et proche du pouvoir, lui impose la « vérité officielle » qu’elle se doit de promouvoir. Un diplomate de l’ombre, que l’on comprend proche des intérêts russes, semble tirer les ficelles de ce théâtre de marionnettes. Cette fiction est enveloppée d’images authentiques à forte portée émotionnelle, comme les nombreuses séquences d’archives des jours de deuil qui ont suivi la catastrophe. Effets spéciaux à l’appui, le film esquisse la « théorie des deux explosions » qui auraient désintégré l’avion avant même qu’il ne touche le sol. Quant aux contrôleurs aériens russes, ils reçoivent l’ordre formel d’induire l’équipage en erreur. Les témoins clés de l’affaire meurent un à un de manière suspecte. Le scénario va même jusqu’à enterrer un cameraman de la télévision publique polonaise (mort à Moscou…), alors que ce dernier, personnage en chair et en os, est vivant et se porte bien. (...)

Lire la suite sur le site du Monde.

Mardi 4 Octobre 2016



Tribune

Par Rudy Reichstadt


Droit au doute
«On ne sait pas ce qui s'est passé le 11 septembre 2001». C'est, en substance*, ce que vient de déclarer le réalisateur Olivier Taymans, auteur d'un documentaire faisant la part belle aux théories du complot sur le 11-Septembre et projeté la semaine dernière à Metz. La soirée (voir ci-contre), était organisée en présence du journaliste Denis Robert, à l'initiative des Amis du Monde diplomatique et d'ATTAC, entre autres.

On ne sait pas ce qui s'est passé à Nice le 14 juillet 2016. On ne sait pas ce qui s'est passé le 13 novembre 2015 aux abords du Stade de France. Pour un tas d'autres raisons, on ne sait pas ce qui s'est passé le même soir au Bataclan - le chanteur des Eagles of Death Metal lui-même ne sait pas ce qui s'est passé. On ne sait pas ce qui s'est passé dans le Thalys Amsterdam-Paris le 21 août 2015.

On ne sait pas ce qui est arrivé aux moines de Tibhirine. Ni à James Foley, Steven Sotloff, David Haines, Alan Henning, Peter Kassig et Hervé Gourdel. On ne sait ni ce qui s'est passé à Saint-Etienne-du-Rouvray ni ce qui s'est passé à Magnanville. Et à Saint-Quentin-Falavier ? On ne sait pas non plus.

On ne sait pas ce qui s'est passé à la rédaction de Charlie Hebdo le 7 janvier 2015 et l'on sait encore moins ce qui s'est passé à l'Hyper Cacher de la Porte de Vincennes deux jours plus tard. On ne sait pas ce qui s'est passé au Musée juif de Belgique en mai 2014 ni ce qui s'est passé à Toulouse et Montauban en mars 2012 - Mohamed Merah n'est plus là pour nous le dire et Mehdi Nemmouche reste silencieux.

On ne sait toujours pas ce qui s'est passé dans la suite 2806 du Sofitel de New York. On ne sait pas si Lee Harvey Oswald a assassiné Kennedy ou s'il était un simple épouvantail. On ne sait pas non plus si Ravaillac a tué Henri IV : on n'y était pas ! Et comment savoir alors si Brutus a fait partie des conjurés ayant porté un coup de poignard à Jules César ? On n'en sait rien. On ne sait pas si la Révolution française n'a pas, après tout, été fomentée par les Illuminés de Bavière. On ne sait pas qui, des Egyptiens, des Hébreux ou des extra-terrestres a construit les pyramides.

On ne sait pas ce qui s'est passé pendant la Seconde Guerre mondiale. On ne sait même pas si le Moyen-Age n'est pas juste une invention. On ne sait pas si l'homme a marché sur la Lune ni si la Terre est ronde ou plate - comment en être sûr ? Le réchauffement climatique ? On ne sait pas. L'absence de lien entre les vaccins et l'autisme ? On ne sait pas. On ne sait pas si Al-Qaïda est derrière les attentats du 11-Septembre ou si tout n'a pas été soigneusement orchestré depuis le début par la CIA.

Dans un monde où tout se vaut, on ne sait rien. Surtout quand on se bouche les oreilles et qu'on détourne les yeux. Surtout quand on ne veut pas savoir. Alors on dit qu'on a «droit au doute».


* Citation exacte : « Mon propos n’est pas de dire ce qu’il s’est passé ou non le 11 septembre 2001 : l’opinion publique, dont je fais partie, ne le sait pas à ce jour. »

Entretien avec Jérôme Quirant (bastison.net)


Non, les tours du World Trade Center n'ont pas fait l'objet d'une démolition contrôlée
Jérôme Quirant est spécialisé dans le calcul de structures. Maître de conférences, il travaille dans un laboratoire de mécanique et génie civil à Montpellier. Il anime le site bastison.net.

Conspiracy Watch : On lit depuis plusieurs jours sur le web complotiste et les réseaux sociaux qu'une revue scientifique affirme que les tours du World Trade Center ont fait l'objet d'une démolition contrôlée. Qu'en est-il réellement ?

Jérôme Quirant : Il s'agit d'un article publié dans Europhysics News, un magazine scientifique édité par la European Physical Society. Les éditeurs du magazine l’affirment sans ambages en chapô de l’article : « Cette publication est un peu différente de nos habituels articles purement scientifiques, en ce sens qu'elle donne lieu à quelques spéculations. […] Le contenu de cet article est de la responsabilité des auteurs ». Et c’est exactement cela : une succession de spéculations, de conjectures, mais rien d’étayé sur le plan scientifique.

C. W. : Qui sont les auteurs de cette "étude" ?

J. Q. : On retrouve les chefs de file habituels du 9/11 Truth Movement comme Steven E. Jones ou Tony Szamboti, qui ne sont pas spécialistes de calcul de structure de bâtiment qui constitue pourtant l’essentiel de l’article, auxquels s’est ajouté pour le coup un vrai spécialiste du domaine, Robert Korol. Retraité depuis de nombreuses années (ses derniers articles datent de la fin des années 90), ce scientifique est engagé de longue date dans le Truth Movement mais n’a rien produit à ce jour qui démontrerait en quoi les explications produites par la communauté scientifique seraient erronées. Sa seule tentative en 2011, plus de dix ans après son départ en retraite, s’est soldée par un article qui est un non-sens scientifique total par rapport au problème posé (cf. l’analyse que j’avais pu en faire à l’époque).

Par Aude Massiot


Pour les conspirationnistes, Hillary Clinton a été remplacée par un sosie
Sur Internet, des théories circulent, assurant que le rôle de la candidate à la présidentielle est joué par quelqu'un d'autre depuis son malaise.

Quelques heures seulement après le malaise d’Hillary Clinton, survenu lors de la cérémonie du 11-Septembre à New York, les sites complotistes américains ont relayé les théories les plus farfelues sur l'état de santé de la candidate démocrate à la présidentielle. La dernière en date qui agite les réseaux sociaux : Hillary Clinton, qui est apparue dans la rue quelques heures après son étourdissement pour assurer «Je me sens très bien. C’est un beau jour à New York», aurait été remplacée par un sosie.

Quelques heures seulement après le malaise d’Hillary Clinton, survenu lors de la cérémonie du 11-Septembre à New York, les sites complotistes américains ont relayé les théories les plus farfelues sur l'état de santé de la candidate démocrate à la présidentielle. La dernière en date qui agite les réseaux sociaux : Hillary Clinton, qui est apparue dans la rue quelques heures après son étourdissement pour assurer «Je me sens très bien. C’est un beau jour à New York», aurait été remplacée par un sosie. (...)

Lire la suite sur le site de Libération.


Voir aussi :
* Hillary Clinton : nos 10 théories du complot préférées (Rue89, 14 septembre 2016)
Jeudi 15 Septembre 2016



La djihadiste Amel Sakaou, antisémite et amateure de théories du complot
Le comportement d'Amel Sakaou sur Facebook confirme que le complotisme, même lorsqu'il nie la réalité du djihadisme, est un marqueur de radicalisation.

Panamza, Halalbook.fr, Oumma.com, EuroPalestine.com, Wikistrike, Ce que vous cachent les médias, Réseau International, Egalité & Réconciliation, MetaTV.org, Croa, Agence Info Libre, Parti Anti Sioniste, Arretsurinfo.ch, Russia Today, SputnikNews, nouvelordremondial.cc, Laurent Louis, Collectif Urgence notre police assassine : tous ces sites ou pages Facebook ont en commun de diffuser, à plus ou moins fortes doses, des théories du complot... mais aussi d'être aimés ou relayés sur son compte Facebook par Amel Sakaou, l'une des femmes djihadistes interpellées la semaine dernière dans le cadre de l'enquête sur la voiture retrouvée à Paris remplie de bonbonnes de gaz.

Dans une vidéo postée le 9 janvier 2016, Amel Sakaou laisse libre cours à sa paranoïa antisémite, expliquant, en arabe, avoir acheté un soutien-gorge, avoir voulu en ôter le rembourrage puis avoir découvert un produit cancérigène placé là par... « les gens de Sion », « les Juifs », « pour que les femmes arabes tombent malades » (sic).

Le 25 mars dernier, trois jours après les attentats de Bruxelles, elle partageait sur sa page un article issu du site d'Hicham Hamza, Panamza, suggérant une implication d'Israël dans cet acte terroriste assorti du commentaire : « Bah voyons, le contraire nous aurait étonné... »

Le lendemain, elle relayait le post suivant :

« Ces attaques ont été orchestrées avec le but de polariser la population européenne Chrétienne en une haine religieuse contre les Musulmans. Alors que toutes les autres tentatives de commencer une troisième Guerre mondiale ont échoué, les forces sombres espèrent déclencher cette guerre, par la création d'une masse critique de haine religieuse entre les Chrétiens et les Musulmans. Ceci fait parti d'un ancien plan de la Cabale que Nostradamus faisait allusion. Ici, il est important d'être conscient que l'islam est une religion généralement pacifique et que le radical des militants islamiques est né dans le 18ème siècle en tant que wahhabisme et était une création britannique conjointement avec l'Arabie. »

Le 12 septembre, Amel Sakaou a été mise en examen et écrouée pour association de malfaiteurs terroriste criminelle.


Voir aussi :
* Magnanville : l'assassin était (aussi) complotiste
* Des ouvrages conspirationnistes dans la bibliothèque de Ben Laden

Par Nadia Daam


Et si on arrêtait d'être patients avec les anti-vaccins ?
Les Français sont les plus méfiants du monde vis-à-vis de la vaccination, et il n'y a pas de quoi être fiers.

C'est un record dont il n'y a pas de quoi être fier : c'est en France que la défiance envers les vaccins est la plus forte. Et il s'agit là du résultat de l'étude la plus complète et aboutie sur l'opinion mondiale, pays par pays, vis-à-vis des vaccins, tous types confondus.

La consultation a été menée entre septembre et décembre 2015 par les chercheurs du Vaccine Confidence Project auprès de 65.000 personnes dans 67 pays. Il en ressort d'abord qu'au niveau mondial, l'importance et l'utilité des vaccins est plutôt reconnue ; mais que c'est en Europe (telle que définie par l'OMS) que le scepticisme quant à leur sécurité est le plus fort : sept des dix pays les moins confiants sont européens, aux côtés de la Mongolie et du Japon. C'est en Asie du Sud-Est que les vaccins sont les mieux considérés.

La France remporte donc le titre de championne du scepticisme avec 41% des sondés qui se disent méfiants, 17 % qui doutent de l'efficacité des vaccins et 12 % qui estiment que les vaccins infantiles ne sont pas importants. Un résultat qui a étonné l'auteure de l'étude elle-même, qui livre, toutefois, des éléments d'explications (...)

Lire la suite sur Slate.fr.


Voir aussi :
* Vaccin DT-Polio : pourquoi il ne faut pas signer la pétition du professeur Joyeux
Le 11 septembre 2001, deux avions de ligne s'encastrent dans les tours du World Trade Center. Ce documentaire s'intéresse à la solidité de ces tours et de leur infrastructure. Comment ces gigantesques édifices ont-ils pu s'effondrer ? Quels phénomènes techniques sont parvenus à mettre à mal leur structure en seulement quelques secondes ? Les ingénieurs et les architectes qui ont œuvré à la construction des Tours jumelles racontent leur effondrement. A l'aide des témoignages de survivants à la catastrophe, d'images d'archives et d'animations en 3D, découvrez comment deux avions de lignes ont anéanti l'un des plus grands symboles de l'Amérique.



Source : "Hors de contrôle - World Trade Center", diffusé sur RMC Decouverte le 6 septembre 2016.

Voir aussi :
* Une approche scientifique et indépendante de l'effondrement des tours du World Trade Center
* L'écroulement des tours du World Trade Center simulé sur ordinateur
* L’effondrement des Twin Towers : pas si « étrange » que ça !
Lundi 12 Septembre 2016





Voir aussi :
* Dossier Thierry Meyssan sur Conspiracy Watch

Pour aller plus loin :
* Fiammetta Venner, L'Effroyable imposteur. Quelques vérités sur Thierry Meyssan, Grasset, 2005.
* Guillaume Dasquié & Jean Guisnel, L'Effroyable mensonge. Thèse et foutaises sur les attentats du 11 septembre, La Découverte, 2002.
Dimanche 11 Septembre 2016



Par Thomas Huchon


Cliquez sur l'image pour voir la vidéo
VOIR LA VIDEO

15 ans après les événements tragiques du 11 septembre 2001, 66% des français pensent toujours « que l’on nous a caché des choses sur les attentats de New York » . Aujourd’hui encore, l’attentat le plus spectaculaire de l’Histoire continue de faire douter. La triste vérité est là : des millions de personnes à travers le monde ne croient pas à la réalité de ces attaques et à leur explication officielle. Elles sont à l’origine d’une foule de thèses paranoïaques les plus folles : « la CIA a tout organisé », « Israël est derrière le complot », « aucun avion ne s’est crashé sur le Pentagone » ou encore « il y avait des bombes dans les tours »…

Un succès de ces théories d’autant plus troublant que la majorité d’entre-elles a été contredite et même déconstruite, par des journalistes, des scientifiques et aussi par la justice elle-même. Mais visiblement… ça ne suffit pas…

Pour tenter de comprendre, notre journaliste, Thomas Huchon, a enquêté sur ce phénomène. Il revient sur les thèses les plus répandues, cherche à savoir pourquoi elles ont encore du succès et surtout, rapporte le témoignage exceptionnel d’un repenti du complotisme : Charlie Veicht. Pour Spicee, cet homme accepte de revenir sur les 5 années passées à manipuler les faits et l’information. Il nous révèle les coulisses de ce monde à part et qui vit dans la paranoïa.

Un reportage exceptionnel à voir absolument pour comprendre comment et pourquoi autant de personnes peuvent encore douter, 15 ans après, des explications de l’attaque terroriste la plus meurtrière de tous les temps.

Source : Spicee.com, 11 septembre 2016.
L'enquête de Jeremy Stahl sur le 11-Septembre et la théorie du complot
Lors du dixième anniversaire des attentats du 11 septembre 2001, Slate.fr publiait la traduction en français d'un long article en six parties du journaliste américain Jeremy Stahl consacré à la naissance et au développement du 9/11 Truth Movement, le mouvement conspirationniste qui plaide en faveur d'une "nouvelle enquête" sur les attaques. Conspiracy Watch vous propose de découvrir ou de redécouvrir cet excellent travail :

Ma première théorie du complot du 11-Septembre (1/6)

D’où viennent les théories du complot du 11-Septembre ? (2/6)

Et la théorie du complot devint la ''vérité'' (3/6)

11-Septembre : la théorie vs les faits (4/6)

11-Septembre : Complotistes contre complotistes (5/6)

Les théories du complot ne meurent jamais (6/6)


Voir aussi :
* Le 11-Septembre sur Conspiracy Watch.
11-Septembre : plus d'un Français sur quatre croirait à l'implication du gouvernement américain
Nous commémorerons ce dimanche les 15 ans des attentats de New-York qui concentrent aujourd’hui de nombreux fantasmes au point d’être devenus LE hit complotiste sur le web. Ainsi, 15 ans après ces attentats, Odoxa a mesuré l’impact des théories conspirationnistes sur les attentats du 11 septembre 2001 auprès des Français.

Les enseignements clés de ce sondage commandé par le site Spicee.com :

• 66% des Français considèrent que l’on nous a caché des choses sur les attentats du 11 septembre 2001

• 45% des Français pensent que l’on ne connaît pas vraiment les responsables de ces attentats

28% des Français estiment que le gouvernement américain a été impliqué dans ces attentats



Source : Odoxa, 9 septembre 2016.
Vendredi 9 Septembre 2016



Par Rudy Reichstadt


Une réponse à Olivier Berruyer
Je suis nommément pris à partie par le webmaster du site Les-Crises.fr. Cette attaque a pour origine l’alerte que j’ai lancée samedi après-midi sur les réseaux sociaux, après que je me suis aperçu qu’Olivier Berruyer était invité à participer à une table-ronde lors des Journées d’été d’« A Gauche pour gagner », le courant du Parti socialiste où se réunissent ceux qu’on appelle communément les « frondeurs ». Voici ma réponse :

Je constate d’abord que vous ne contestez aucun des éléments factuels que j’ai rapporté samedi dernier au sujet de votre blog dans un post de quelques lignes sur Facebook. Cela ne vous empêche pas de parler de «dénonciation calomnieuse», de «campagne de dénigrement» et de déplorer le «climat de plus en plus années 30 qui s’empare de notre pays». C’est pourtant vous qui me consacrez aujourd’hui deux longs billets sur votre site.

Compte tenu du décalage évident qu’il y a entre les valeurs portées par les organisateurs de ces Journées d’été et le contenu de votre site, il me semblait normal de lancer l’alerte, d’autant que je ne suis pas le seul à avoir été étonné de cette invitation. L’annulation de votre participation à cet événement (c’est l’information que, de mon côté, j’ai pu recueillir), me conforte dans cette analyse et explique sans doute la véhémence que vous mettez à m’accuser de vos propres turpitudes, dans une inversion des faits finalement assez classique.

« Bientôt les appels à brûler mon blog ? » écrivez-vous, essayant de placer le débat sur le terrain de la liberté d’expression. Je n’ai jamais appelé à interdire votre blog ou à vous empêcher de vous exprimer en public. Simplement, je crois que chacun est responsable de ses paroles et de ses actes. Inutile donc de crier à la censure et de vous enferrer dans cette posture victimaire qui n’aura de chance de faire illusion qu’auprès de vos fans inconditionnels ou de ceux qui ne connaissent pas votre site.
Mardi 6 Septembre 2016



Par Fondation Jean-Jaurès


"Délires d'opinion et théories du complot", de Mathieu Foulot, Mathias Girel, Rudy Reichstadt & Iannis Roder (Fondation Jean-Jaurès, 2016, 3 €)
Dans le cadre de sa série de débats mensuels sur les radicalités organisés tout au long de l’année 2016, l’Observatoire des radicalités politiques de la Fondation Jean-Jaurès s’est penché sur les complots et les mythes complotistes d’hier et d’aujourd’hui, sur la critique des théories du complot et sur les organisations qui en font des outils d’endoctrinement puissants. Ce cahier en reprend les principales interventions.

Dans le cadre du cycle Urgence de débattre, le 17 février 2016, l’Observatoire des radicalités politiques de la Fondation Jean-Jaurès organisait une conférence sur le thème du complot, animée par Rudy Reichstadt, avec les interventions de Mathieu Foulot, Mathias Girel et Iannis Roder.

Le complotisme est un sujet d’actualité préoccupant. En effet, l’islamisme radical entretient des rapports étroits avec l’imaginaire du complot. Selon Rudy Reichstadt, les grandes thématiques complotistes contemporaines sont non seulement utilisées comme outil de recrutement par les djihadistes, mais sont également au cœur de la doctrine de l’islamisme radical. Le fantasme d’un « complot contre l’islam » renforcé par l’idée d’une « alliance judéo-croisée » permet de justifier leurs actes meurtriers, dès lors considérés comme relevant de la légitime défense.
1 ... « 2 3 4 5 6 7 8 » ... 74