Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot

Recherche

Facebook
Twitter
Rss
YouTube Channel











Dernières notes



La Bibliothèque
Tous paranos ? Pourquoi nous aimons tant les complots... de Pierre-Henri Tavoillot & Laurent Bazin
Les Protocoles des Sages de Sion : Faux et usages d'un faux, de Pierre-André Taguieff
L'imaginaire du complot mondial, de Pierre-André Taguieff
La synarchie. Le mythe du complot permanent, d'Olivier Dard
L'Effroyable Imposteur, de Fiammetta Venner
Mythes et mythologies politiques, de Raoul Girardet
Court traité de complotologie, de Pierre-André Taguieff
Les rhétoriques de la conspiration, sous la direction d'Emmanuelle Danblon & Loïc Nicolas
La Société parano, de Véronique Campion-Vincent
Le Complot : L'histoire secrète des Protocoles des Sages de Sion, de Will Eisner





Attentat sur les Champs-Elysées : le maire PS du 4ème arrondissement de Paris y voit la main de Poutine
A deux reprises ce mois-ci, le président russe a été accusé par des responsables politiques d'être derrière un attentat en Russie et en France. Un complotisme pavlovien ne reposant sur aucun début d'élément factuel.

Alors qu'un agent de police a été assassiné jeudi soir vers 21 heures sur l'avenue des Champs-Elysées et que deux autres policiers ont été blessés par un individu muni d'une arme automatique et rapidement abattu, le maire PS du 4ème arrondissement de Paris, Christophe Girard, a suscité l'émoi sur les réseaux sociaux - ainsi que des commentaires injurieux et homophobes de la part de sympathisants d'extrême droite - en suggérant que Vladimir Poutine n'était pas étranger à cette attaque :

« Attentat en France à quelques jours de l'élection présidentielle. Comme c'est étrange ! allez interroger monsieur Poutine par exemple » a tweeté l'élu parisien avant de supprimer son post que, pourtant, il dit «assumer».

Peu après dans la soirée, l'Etat islamique a revendiqué l'attentat dans un communiqué diffusé par son organe de propagande Amaq : « L’attaque qui a eu lieu sur les Champs-Elysées, au cœur de Paris, est l’œuvre d’Abû Yûssuf Al Baljîkî qui est l’un des soldats du Califat ».

L'assaillant était connu des services de police. L'homme s'appelait Karim Cheurfi (il n'est pas encore établi que le nom de Abû Yûssuf Al Baljîkî désigne le même individu). Originaire de Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), il était âgé de 39 ans. Il avait été condamné à deux reprises pour tentative d'assassinat (il avait tiré sur des policiers en 2001) et était également visé par une enquête du parquet antiterroriste pour avoir manifesté son intention de tuer des policiers.

Le tweet de Christophe Girard fait référence aux tentatives supposées de déstabilisation de l'élection présidentielle française par le Kremlin, qui a reçu le 24 mars dernier Marine Le Pen en visite à Moscou - l'attentat étant censé profiter à la candidate du Front national.

Le 3 avril 2017, quelques minutes après l'annonce de l'attentat du métro de Saint-Pétersbourg qui a fait 14 morts, l'ex-champion d'échecs Garry Kasparov avait suggéré un faux attentat destiné à servir « l'agenda politique de Poutine ». Opposant au président russe, Kasparov est aussi connu pour son adhésion aux thèses récentistes.

(dernière mise à jour : 22/04/2017 : Karim Cheurfi n'était pas fiché « S », contrairement à ce qui avait été annoncé initialement.)

Par Annick Duraffour & Pierre-André Taguieff


Louis-Ferdinand Céline
AVERTISSEMENT : Le texte qui suit est extrait de Céline, la race, le Juif d’A. Duraffour et P.-A. Taguieff (Fayard, 2017, chap. XVI, pp. 578-580). Il est protégé par le droit d'auteur. Merci aux auteurs et aux éditions Fayard de nous autoriser à le reproduire.

La scène se déroule en février 1944, à l’ambassade d’Allemagne à Paris. Céline dîne en compagnie de son hôte, l’ambassadeur Otto Abetz, de l’écrivain Pierre Drieu La Rochelle, de l’historien Jacques Benoist-Méchin et du peintre Gen Paul. Les différents revers infligés à la Wehrmacht sur le front de l’Est annoncent des temps difficiles pour les collaborationnistes français.

C’est au cours de cette discussion, toujours d’après le récit de J. Benoist-Méchin (1), que Céline lance : « Pourquoi ne dites-vous pas qu’Hitler est mort? […] Vous le savez aussi bien que nous ! Seulement, vous ne voulez pas le dire. Mais on n’a pas besoin d’être ambassadeur pour le savoir : ça crève les yeux ! Les Juifs l’ont remplacé par un des leurs ! » Et Céline de justifier ses soupçons : « Je vous dis que c’est plus le même homme […] On l’a changé du tout au tout. On a mis un autre à sa place. Regardez-le ! Chacun de ses gestes, chacune de ses décisions sont faits pour assurer le triomphe des Juifs. Alors, faut être logique ! Les Juifs ont réussi un coup fumant, la plus grande mystification de l’histoire ! » C’est là que Gen Paul imite Hitler pour prouver que personne n’est plus facile à imiter que lui.
11-Septembre : François Asselineau a décidément un problème avec les faits
Pour le candidat de l’UPR, la « version officielle » des attentats de 2001 est une « théorie du complot »…

Président de l’Union populaire républicaine (UPR), François Asselineau est presque systématiquement renvoyé par les médias qui l’interviewent à son penchant pour les théories du complot. Et pour cause : de tous les candidats à l’élection présidentielle, le chantre du Frexit est aussi celui qui exalte le plus cette vieille passion française qu’est l’antiaméricanisme paranoïaque.

Il serait donc tout à fait étonnant que François Asselineau n'ait rien à dire sur les attentats du 11 septembre 2001, événement qui a suscité l’apparition d’un des mythes complotistes les plus répandus au monde au point qu’un sondage daté du mois de septembre 2016 révélait que 28% des Français accréditeraient l’idée que le gouvernement américain fut, d’une manière ou d’une autre, impliqué dans les attaques.

Or, sur les réseaux sociaux, les sympathisants de l'UPR semblent convaincus que leur champion ne s'est jamais exprimé sur le sujet. A l’image de ce tweeto, @rmusic47, qui reproche à l’essayiste Caroline Fourest d’avoir simplement rappelé, lors d’une émission politique sur BFM TV, que le leader de l’UPR contestait « la version officielle du 11-Septembre » :
Attaque chimique en Syrie : le rouleau compresseur complotiste est en marche
Le bombardement au gaz sarin ayant frappé le 4 avril dernier la ville syrienne de Khan Cheikhoun, contrôlée par les rebelles, a provoqué la mort de plusieurs dizaines de civils. Alors qu'un faisceau d'indices concordants laisse peu de doute sur la responsabilité du régime de Bachar el-Assad dans cette attaque et que les allégations russes selon lesquelles le bombardement aurait visé un entrepôt d'armes chimiques des rebelles ont fait long feu, les Etats-Unis ont annoncé avoir intercepté les communications entre deux pilotes syriens et des spécialistes d'armes chimiques au moment du raid aérien.

Ces enregistrements révèleraient « des procédures qui ne sont utilisées que pour les frappes avec des armes chimiques » :


Attaque chimique en Syrie : des écoutes... par Europe1fr
Quand Acrimed dévoile un complot macroniste… et que c’est un militant de l’UPR qui tient la plume
Critiquer les médias complotistes ? Oui, on verra, quand on aura le temps...

Dans un article publié la semaine dernière sur le site de critique des médias Acrimed, Laurent Dauré, responsable national de l’UPR de François Asselineau (et ancien trésorier d’Acrimed), dénonce une atteinte scandaleuse portée à la démocratie : la publication d’un entretien accordé par Emmanuel Macron à un hors-série du magazine L’Histoire, opération censée quasiment garantir la victoire du candidat d'En Marche ! aux élections présidentielles.

« Les coïncidences troublantes s’accumulent, écrit le militant asseliniste. Après Sciences et Avenir et Challenges, une troisième publication appartenant au groupe Perdriel accorde un traitement de faveur manifeste à Emmanuel Macron par rapport aux autres candidats à l’élection présidentielle. (…) Rappelons que Sophia Publications, la société éditrice de L’Histoire, a été rachetée intégralement par le groupe Perdriel en juin 2016 et que celui-ci est détenu à 93 % par l’industriel et homme de presse Claude Perdriel, qui a exprimé explicitement son souhait de voir Emmanuel Macron élu président de la République ».

L’article de Laurent Dauré a été repris sur le site du polémiste complotiste Alain Soral, Egalité & Réconciliation, sur le blog d’Olivier Berruyer, Les-Crises.fr (régulièrement épinglé pour le caractère douteux des contenus qu’il relaie, comme aujourd’hui sur la Syrie) et sur le site conspirationniste Arrêt sur Info.ch.

Voir des « coïncidences troublantes » dans ces reprises, par la complosphère, d'un article écrit par un militant d'un parti usant et abusant de la théorie du complot serait exagéré : il n'y a là rien que de très logique.

Ce qui interroge en revanche, c’est qu’Acrimed n’ait pas cru devoir préciser à ses lecteurs qu'après avoir été « secrétaire national responsable du service courrier » de l'UPR, Laurent Dauré était en charge des publications du parti de François Asselineau et qu’il était donc actuellement... en campagne (a fortiori quand il « publie »).

Le site de critique des médias n'indique pas davantage que l'attaque en règle menée par Laurent Dauré contre Historia - autre publication du groupe Perdriel - doit être replacée dans la perspective de la querelle qui a opposé récemment la rédaction du magazine à François Asselineau.

Un manquement d'autant plus incompréhensible qu'Acrimed a mis en ligne il y a deux jours une mise au point sur ses liens avec Julien Salingue, ancien secrétaire de rédaction du site et porte-parole de l'association, par ailleurs engagé dans la campagne de Philippe Poutou, candidat du NPA. On y lit qu'« Acrimed est une association indépendante : elle ne soutient et n’a jamais soutenu, depuis plus de vingt ans, aucun parti politique et aucun candidat. Mais Acrimed n’est pas une caserne : ses adhérent·e·s sont libres de leur expression politique et partisane pour peu qu’elle n’engage pas notre association et respecte son indépendance ».

Par Madjid Zerrouky & Adrien Sénécat


Le professeur d'arabe Bassam Tahhan (EurasiExpress, 7 avril 2017)
LU SUR LE WEB : Ce que l’on sait de l’attaque de Khan Cheikhoun du 4 avril, au-delà des manipulations diffusées notamment par le gouvernement russe et le régime syrien.

Le 4 avril vers 6 h 30 du matin, quatre explosions secouent la localité de Khan Cheikhoun, située à une cinquantaine de kilomètres d’Idlib et à une vingtaine de kilomètres de la ligne de front du nord d’Hama, qui sépare forces du régime et groupes rebelles dans le nord-ouest de la Syrie. Quatre-vingt-sept personnes perdent la vie et 557 sont blessées après avoir été atteintes par des gaz chimiques, selon la direction de la santé de la province.

Une exposition aux gaz que plus personne ne conteste, pas même le gouvernement syrien. Mais plusieurs autres points font l’objet de controverses, parfois sur la foi d’arguments fallacieux. Explications. (...)

Lire la suite sur le site du Monde.


Voir aussi :
* Carla Del Ponte: la responsabilité d'Assad est "certaine" dans l'attaque chimique (RTS, 6 avril 2017)
* Pour Jean-Luc Mélenchon, « personne ne sait à cette heure qui utilise des armes chimiques en Syrie »
* Armes chimiques en Syrie : à propos de l'« enquête » de Seymour Hersh

Par Cédric Mas


Syrie : pour en finir avec cette histoire de gazoducs
Cette thèse en dit plus sur les carences cognitives de ses défenseurs que sur la réalité des faits. La question énergétique est un élément essentiel de compréhension des situations géopolitiques. Mais force est de constater que les enjeux de la guerre en Syrie sont d’abord syriens.

L’histoire est entendue, la guerre civile qui ensanglante depuis plus de 5 ans la Syrie ne peut avoir que des origines secrètes – cachées par les médias occidentaux – et qu’il faudrait chercher dans les tréfonds de ces âmes avilies par l’argent et le vice que l’on rencontrerait à foison sous les turbans arabes ou les chapeaux de cow-boys texans.

Ultime avatar des complots judéo-maçonniques qui ont agité les esprits névrosés du début du XXème siècle (jusqu’aux horreurs que l’on sait), tout ne serait aujourd’hui que conjuration pour le pétrole et le gaz, qu’affaire de “gros sous” et de géopolitique de ressources énergétiques en voie d’épuisement.

C’est ainsi que le printemps arabe de 2011, qui a touché la Syrie mais aussi la Tunisie, le Bahrein, l’Egypte…, serait réductible à une banale “vengeance” d’émirs qatariens et d’islamistes turcs, secondés évidemment par la CIA, et animés par l’appât du gain qui leur aurait échappé du fait de la résistance de Bachar el-Assad le président “légalement élu” de la Syrie.

L’histoire continue de se répandre, facile à comprendre, et surtout bénéficiant de tous les avantages d’une post-vérité cachée par les dirigeants et médias occidentaux, et que les esprits éclairés et “libres” se chargent de révéler à tous. (...)

Lire la suite sur Kurultay.fr.


Voir aussi :
* « La variable énergétique dans la crise syrienne – La question stratégique du contrôle d’un futur gazoduc méditerranéen », par David Rigoulet-Roze (Confluences Méditerranée, 2014/4)
* MàJ : Les pipelines et les gazoducs sont-ils à l’origine de la guerre en Syrie, comme l’affirme Jean-Luc Mélenchon ? (Le Monde, 12 avril 2017)
Attaque chimique en Syrie : un "canular" pour l'extrême-droite pro-Trump
Des partisans de l'extrême droite américaine émettent des doutes sur la véracité des informations qui circulent sur l'attaque chimique menée par le régime syrien.

Les partisans d'extrême droite de Donald Trump se sont rebellés et s'en sont pris au Président après que celui-ci a ordonné une frappe contre la Syrie, soupçonnée d'avoir lancé une attaque chimique qui a tué 86 personnes. "Quiconque prétendait que Trump était d'une loyauté aveugle a eu un avertissement aujourd'hui", a déclaré Mike Cernovich, l'un des leaders du mouvement "Alt-Right", un groupe nationaliste qui a accusé le président d'avoir abandonné ses positions électorales isolationnistes, dans une campagne sur les réseaux sociaux portée par le hashtag #Syriahoax ("canular syrien").

Pour l'extrême droite, Trump est manipulé. "Nous savons tous qu'Assad n'empoisonnerait pas son propre peuple", a poursuivi ce spécialiste des théories du complot dans une vidéo mise en ligne vendredi, avançant l'idée que "l'Etat profond" (le "deep state", c'est-à-dire un complot de bureaucrates déterminés à saper clandestinement l'action de Donald Trump, ndlr) "veut une guerre avec la Russie". "Ils utilisent l'attaque au gaz de la Syrie, qui est un canular, pour déclencher la Troisième Guerre mondiale". (...)

Lire la suite sur le site d'Europe 1.


Voir aussi :
* Pour Bachar al-Assad, "les terroristes en Syrie se battent pour Israël" (i24News, 6 avril 2017)
* Attaque chimique : "Il n'y avait pas d'entrepôt dans les zones frappées par l'aviation syrienne" (Le Point, 6 avril 2017)
* Frappes US en Syrie : les conspirationnistes pro-Trump ne savent plus où ils en sont
* George Galloway sur la Syrie : double discours et théorie du complot
François Asselineau interviewé sur TF1 le 13 mars 2017
Interviewé le 13 mars dernier par Gilles Bouleau au JT de TF1, François Asselineau, président de l'UPR, affirme que Robert Schuman ou Jean Monnet étaient payés par la CIA. L'équipe de Désintox passe au crible les affirmations et les sources du candidat à l'élection présidentielle.



Source : "28 minutes", Arte, 27 mars 2017.

Voir aussi :
* Non, Robert Schuman et Jean Monnet n’étaient pas des agents de la CIA !, par la rédaction du magazine Historia

Par Gérald Bronner


Les théories du complot réconfortent les perdants
LU SUR LE WEB : Le conspirationnisme tend à séduire ceux qui ressentent une perte de contrôle sur leur vie et leur environnement.

Aux États-Unis, trois chercheurs en science politique – Christina Farhart, Joanne Miller et Kyle Saunders – ont fait récemment une curieuse constatation. Alors que dans ce pays, les partisans du Parti républicain sont statistiquement plus enclins à endosser des théories du complot que les Démocrates, la tendance paraît s'inverser ces derniers mois.

Immédiatement après les élections de novembre, une enquête sur un échantillon représentatif a en effet montré que la disposition à croire des énoncés conspirationnistes classiques a augmenté chez les Démocrates, alors qu'elle a baissé chez les Républicains, passant de 28 % à 19 % ! L'enquête portant sur l'adhésion aux mêmes énoncés, comment expliquer cette curiosité sociologique ? (...)

Lire la suite sur le site de Pour la science.


Voir aussi :
* Comment Donald Trump alimente un complotisme de gauche
* Les gens qui se sentent exclus ont plus tendance à adhérer aux théories du complot
* Les conspirationnistes sont-ils des ''diplômés frustrés'' ?

Par Anaïs Condomines & Mahaut de Butler


Capture d'écran du site Europe-Israël.org (24 mars 2017)
LU SUR LE WEB : Sur les réseaux sociaux est relayée une rumeur selon laquelle une dizaine de tombes juives ont été profanées au cimetière de Pantin. Les importants dommages constatés sont en réalité le résultat d'un accident de la circulation.

L’affaire a commencé à faire du bruit en fin de semaine. Les 23 et 24 mars derniers a émergé sur les réseaux sociaux une rumeur selon laquelle des dizaines de tombes juives auraient été profanées au cimetière de Pantin (Seine-Saint-Denis). A l’origine de cette information ? Le site Europe-Israel.org, “créé sous l’impulsion d’un groupe de personnes scandalisées par des campagnes médiatiques immorales de dénigrement et de délégitimation de l’Etat d’Israël”. Et qui publie le vendredi 24 mars un article titré : “Exclusif : des dizaines de tombes juives détruites et/ou vandalisées au cimetière parisien de Pantin !"

Dès lors, la théorie d’une éventuelle profanation se propage rapidement sur les réseaux sociaux. Une courte vidéo, publiée sur Facebook, montre l’étendue des dégâts - treize tombes renversées - accompagnée de la mention : “stop aux mensonges, stop à la manipulation, que la vérité soit dite”. Reprise sur la page "L’oeil de la Honte", connue pour ses publications aux accents complotistes, elle a déjà été visionnée plus de 15.000 fois. Les “mensonges” et les “manipulations” en question ? Ils font ici référence à la version officielle des faits, donnée à l’AFP par la préfecture de Paris le 25 mars… à savoir un accident de la route. (...)

Lire la suite sur le site de LCI.


Voir aussi :
* Le communiqué du Service de protection de la communauté juive (SPCJ) du 25 mars 2017.
* L'interview du Grand Rabbin de France Haïm Korsia sur l'affaire des tombes de Pantin (RCJ, 27 mars 2017)
* « Conspiration, quand tu nous tiens », par Robert Ejnes, directeur exécutif du CRIF (CRIF.org, 27 mars 2017)
* « Pantin : sur Internet les Juifs goûtent enfin aux plaisirs du complotisme » (Times of Israël, 27 mars 2017).
François Bayrou : « la théorie du complot est un enfermement »
Interviewé par Frédéric Haziza sur Radio J dimanche 26 mars 2017, François Bayrou est revenu sur les déclarations de François Fillon, qui a dénoncé l'existence d'un «cabinet noir» à l'Elysée et a jugé «probable» d'avoir été mis sur écoute par François Hollande. Le président du Modem, qui a rallié la candidature d'Emmanuel Macron à l'élection présidentielle, a confié qu'il ne croyait « pas du tout qu'il y ait une manœuvre orchestrée » :

« La théorie du complot est un enfermement. Quand on passe son temps à croire et faire croire - et peut-être à faire croire davantage encore qu'à croire - que, en réalité, derrière tout ça, il y a une main noire, il y a des lieux de décision mystérieux et secrets, alors on s'empêche de voir la responsabilité que l'on porte soi-même. (...) Je ne dis pas qu'il n'y a pas des informations qui remontent, (...) mais je ne crois pas aux transmissions d'écoutes mystérieuses particulières. (...) Chaque fois qu'il y a le dévoilement de pratiques ou d'attitudes qui sont en infraction avec la loi ou avec la décence, vous avez celui qui est visé qui dit : "cela est un complot contre moi" ».

Le maire de Pau a par ailleurs déclaré qu'il était « persuadé que les magistrats qui sont en charge, qui ont ouvert une enquête préliminaire sur les affaires de François Fillon et de sa famille, comme ceux qui ont ouvert une enquête préliminaire sur les affaires de Bruno Le Roux et de sa famille (...) sont des magistrats intègres ». « Je ne crois pas du tout qu'il y ait une manœuvre orchestrée. Je pense simplement que François Fillon s'est mis dans une situation impossible, intenable, dont il aurait dû tirer les conclusions depuis déjà longtemps, depuis le début de la séquence. Il est responsable de la situation créée et plus encore sont responsables ceux qui l’ont poussé à rester ».


Voir aussi :
* Alain Juppé : « la dénonciation d'un prétendu complot a conduit François Fillon dans une impasse »
* Nicolas Sarkozy, victime d'une machination politico-judiciaire ?
Capture d'écran du site de Nicolas Dupont-Aignan
Le candidat de Debout la France était ce matin l'invité de Patrick Cohen dans la matinale de France Inter. Interrogé sur son soutien à Henri Joyeux, un ancien professeur des universités radié de l'Ordre des médecins et qui remet en cause l'innocuité de certains vaccins, Nicolas Dupont-Aignan explique :

« Le Professeur Joyeux dit que l'industrie pharmaceutique avec la complicité du ministère de la Santé a cessé la production d'un vaccin obligatoire, qu'il faut administrer à nos enfants Diphtérie-Tétanos-Polio. Comme par hasard ce vaccin à 7€, disparu des pharmacies et remplacé par un vaccin à 42€ qui oblige à vacciner avec 6 vaccins notamment l'hépatite B qui n'est pas nécessaire ».

Un vaccin qui, selon le candidat à la présidentielle, présente des risques médicaux - les analyses infirmant ces risques venant d'après Nicolas Dupont Aignan des « laboratoires pharmaceutiques ».



Aucun lien de causalité n'a pu être établi scientifiquement entre la présence – à des doses extrêmement faibles – d'aluminium dans certains vaccins et l'apparition de maladies neurologiques.
Alex Jones s'excusant pour sa compromission dans la rumeur du Pizzagate (Infowars, 24 mars 2017)
On ne présente plus Alex Jones, peut-être le conspirationniste américain le plus célèbre au monde. Ce supporter inconditionnel de Donald Trump, après l'avoir été du républicain Ron Paul, s'est taillé au fil des ans un véritable petit empire du complotisme numérique avec ses sites InfoWars et PrisonPlanet (sa chaîne Youtube totalise par exemple plus de 1 milliard 200 millions de vues à ce jour).

Une fois n'est pas coutume, Alex Jones a présenté, vendredi 24 mars, ses excuses pour la compromission de son site dans la diffusion du soi-disant "Pizzagate", la fausse rumeur selon laquelle, James Alefantis, le gérant d'une pizzeria de Washington, Comet Ping Pong, protégerait des proches d'Hillary Clinton prétendument impliqués dans un réseau pédophile sataniste. Une théorie du complot qui avait dégénéré en fait divers en décembre dernier, lorsqu'un conspirationniste influencé par les émissions d'Alex Jones et souhaitant «enquêter lui-même» s'était rendu dans le restaurant muni d'un fusil d'assaut et avait failli faire une victime avant d'être arrêté.

Dans un message vidéo de 6 minutes, Alex Jones déclare :

Par Grégor Brandy


Capture d'écran du site chimuadventures.com
LU SUR LE WEB : Dix ans après son débunking dans un article scientifique, il continue d'être relayé.

C'est une histoire vieille de plus de soixante-dix ans, un mythe qui refuse de mourir. Motherboard revient sur le hoax de la base nazie à ovnis en Antarctique. Le mythe est tenace – il a été repris l'année dernière par au moins deux tabloïds –, alors qu'un chercheur de Cambridge, Colin Summerhayes, avait publié il y a dix ans un article scientifique pour le débunker une bonne fois pour toutes.

Comme toute bonne théorie conspirationniste, elle se base sur des événements qui ont bien eu lieu (une expédition nazie en Antarctique en 1939, des opérations militaires américaines après la guerre...) avant de partir ensuite dans des zones beaucoup plus louches et fausses (l'établissement d'une base secrète, la présence d'ovnis développés par les nazis, une opération américaine pour s'attaquer à la base nazie à partir de 1947, l'explosion de trois bombes nucléaires pour détruire la base...). (...)

Lire la suite sur Slate.fr.


Voir aussi :
* Littérature ufologique et dérives conspirationnistes
* ''Stahlfront'' ou l'ésotérisme nazi sur fond de théorie du complot
* Alien Theory et les nazis de l'espace
Dimanche 26 Mars 2017



Thomas Legrand
« En privé, ils ne sont pas nombreux les responsables LR à croire à cette théorie à douze bandes », explique Thomas Legrand sur France Inter :

Ce complotisme est une ligne de défense désespérée, mais qui peut avoir son efficacité, tant les théories du complot sont populaires en ce moment. S’agissant du surgissement des affaires, le premier réflexe de bien des Français (mais aussi de certains journalistes, parmi ceux qui n’ont jamais fait d’enquêtes) s’exprime avec ce genre d’interrogations : « qui a bien pu vouloir nuire ? » ; « Qui a fait fuiter cette affaire ? » ; « qui manipule qui ? ». On peut être un fan de House of Cards (je le suis !) et considérer – quand même – que la plupart des affaires sortent parce que le secret, autour des puissants, (surtout quand ils se rapprochent des plus hautes fonctions) est partagé par beaucoup de monde et qu’il a donc toutes les chances d’être trahi par de simples rouages, beaucoup plus que du fait de complots ourdis en haut lieu.

Par Julien Chabrout


François Fillon tient la preuve éclatante de la "machination" organisée contre lui par les socialistes
LU SUR LE WEB :

Les révélations continuent sur François Fillon. Selon Le Canard enchaîné daté du mercredi 22 mars, le candidat LR à la présidentielle a touché 50 000 dollars pour jouer l’entremetteur entre le président russe Vladimir Poutine, l’homme d’affaires libanais Fouad Makhzoumi et le PDG de Total Patrick Pouyanné. Dans le "Penelope Gate", l’enquête sur François Fillon a été élargie à des faits de "faux et usage de faux" et "d’escroquerie aggravée", a révélé Le Monde mardi.

François Fillon et ses proches voient la mainmise des responsables socialistes derrière ces nouvelles révélations embarrassantes. Voilà ce qu'a déclaré le candidat LR à franceinfo: lors du Congrès des maires de France ce mercredi :

« Les masques tombent. La machination que je dénonce depuis des semaines est maintenant aux yeux de tous les Français. Chaque semaine, il y a des fuites organisées contre le secret de l’instruction. Organisées par qui ? Par les services de l’Etat. Et comme par hasard le Parti socialiste, monsieur Macron, monsieur Hollande se jettent sur ces pseudo-révélations qui n’apportent rien de nouveau pour exiger qu’il n’y ait pas un candidat à droite. La vérité, c’est que la gauche est dans l’incapacité de gagner cette élection et qu’elle n’a plus qu’une seule possibilité pour y parvenir : ce serait de ne pas avoir d’adversaire à droite. » (...)

Lire la suite sur le Lab d'Europe 1.

Lire le communiqué de LR, "Les masques tombent" daté du 22 mars 2017.

L'ayatollah Ali Khamenei, guide suprême de la Révolution islamique iranienne
Dimanche 19 mars 2017, à Téhéran, l'ayatollah Khamenei a prononcé un discours à l'occasion de l'anniversaire de la naissance de Fatima Zahra, la fille du prophète Mahomet, considérée comme l'un des personnages féminins les plus importants de la tradition musulmane.

Après s'être élevé contre ceux qui, en Occident, ternissent le point de vue de l'islam sur les femmes et « se moquent des devoirs de la femme en tant que femme au foyer », le guide suprême de la Révolution islamique a soutenu que certaines allégations faites au sujet des droits des femmes ne visaient en fait qu'à les affaiblir :

« La transformation de la femme en marchandise et en instrument de plaisir dans le monde occidental compte très probablement parmi les complots tramés par les sionistes pour détruire la société humaine ».

En septembre 2016, Ali Khamenei avait déclaré que « les femmes qui font du vélo en public (...) attirent souvent l’attention des hommes et poussent la société vers la corruption morale et la débauche ».

Interdites de bicyclette, les femmes iraniennes n’ont pas non plus la permission de circuler tête nue dans la rue ou d’exercer un emploi sans l’autorisation de leur époux. L'Iran occupe la 139ème place mondiale (sur 144) en matière d'égalité entre les sexes selon le dernier classement du Forum économique mondial.


Sources : Tehran Times, 19 mars 2017 ; Mehr News, 19 mars 2017.

Voir aussi :
* La solution des deux Etats pour la Palestine est un «complot satanique» selon les ultraconservateurs iraniens

Par Thomas Mahler


"Zeitgeist" : quand Netflix diffuse le complotisme
LU SUR LE WEB : Ce documentaire assure que Jésus est un plagiat d'Horus, que le 11 Septembre n'a pas eu lieu et que derrière les grandes guerres se cachent des Rothschild...

La première fois qu'on a entendu parler du documentaire Zeitgeist, c'était lors d'une soirée arrosée. Dans les brumes des volutes de cigarettes, un apprenti cinéaste de moins de 30 ans tenta de nous en faire un « pitch » non moins nébuleux dans lequel il était question de « religions qui nous mentent », du « 11 Septembre qui pose des questions en termes de manipulations d'images » et de « banquiers comme les Rothschild » qui seraient derrière les grands événements du XXe siècle. Bigre. D'où venaient ces révélations ? Quelle était la crédibilité du documentariste ? Tout ce qu'il savait, c'est qu'on peut visionner ça sur Netflix. « Attention, je ne suis pas complotiste », jugea bon de préciser notre interlocuteur.

Libre de droit, Zeitgeist. The Movie (ainsi que ses deux suites) est disponible dans le catalogue de Netflix France et bénéficie d'une note élogieuse de 4 étoiles sur 5. Datant de 2007 et signé par l'activiste Peter Joseph (un pseudonyme), il est devenu viral et aurait été vu des dizaines de millions de fois à travers le monde. Le film a même engendré une organisation sur Internet, le Zeitgeist Movement, dont la mission est «d'appliquer une méthode scientifique pour le changement social». Mais à la vue du documentaire, qui alterne archives sorties de leur contexte, allégations de pseudo-experts et démonstrations de propagande, on comprend vite que si ce Zeitgeist a cerné « l'esprit du temps », c'est avant tout en matière de « faits alternatifs », de complotisme teinté d'antisémitisme et de confusion idéologique mêlant extrême gauche et extrême droite. (...)

Lire la suite sur le site du Point.


Voir aussi :
* Le ''tueur de l’Arizona'', obsédé par la théorie du complot

Par Adrien Sénécat


Non, l’argent liquide ne va pas "disparaître en 2018"
LU SUR LE WEB : Des sites conspirationnistes ont fait circuler, ces dernières semaines, une fausse information sur la disparition de l’argent liquide. Explications.

Inutile de vous dépêcher d’écouler vos billets, l’argent liquide continuera d’être autorisé dans la zone euro en 2018, contrairement à ce qu’affirment de nombreux sites conspirationnistes, depuis la fin de janvier, en manipulant un document tiré du site de la Commission européenne. Explications.

CE QUE DIT LA RUMEUR

Le blogueur conspirationniste Pierre Jovanovic a écrit sur son site, à la fin de janvier, que Bruxelles aurait publié un texte « afin d’obliger toute l’Europe à ne plus accepter l’argent liquide [pour 2018] ».

La rumeur a rapidement été reprise par plusieurs sites de la mouvance conspirationniste, comme Lesmoutonsenrages.fr ou Egaliteetreconciliation.fr. (...)

Lire la suite sur le site du Monde.
1 2 3 4 5 » ... 75