Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot

Recherche

Facebook
Twitter
Rss











Dernières notes



La Bibliothèque
Les Nouveaux imposteurs, d'Antoine Vitkine
Tous paranos ? Pourquoi nous aimons tant les complots... de Pierre-Henri Tavoillot & Laurent Bazin
L'imaginaire du complot mondial, de Pierre-André Taguieff
La Foire aux illuminés, de Pierre-André Taguieff
La Société parano, de Véronique Campion-Vincent
Histoire d'un mythe. La "conspiration" juive et les protocoles des sages de Sion, de Norman Cohn
L'Effroyable Imposteur, de Fiammetta Venner
Mythes et mythologies politiques, de Raoul Girardet
La synarchie. Le mythe du complot permanent, d'Olivier Dard
Les rhétoriques de la conspiration, sous la direction d'Emmanuelle Danblon & Loïc Nicolas





Par L'Obs


"Le Système Soral. Enquête sur un facho business", de Robin D’Angelo et Mathieu Molard (Calmann-Lévy, 2015)
Ses prêches de haine font un malheur sur Internet. Alain Soral, ancienne recrue du FN et grand copain de Dieudonné, est devenu l’une des plus influentes figures de l’extrême droite. Deux journalistes de StreetPress, Robin D’Angelo et Mathieu Molard, signent une enquête fouillée sur le "système Soral", une affaire florissante qui fait la fortune du polémiste antisémite. Extraits.

SI Soral n’envisage presque jamais la prise de pouvoir, que ce soit par les urnes ou par un coup de force, son impact est important. Sa méthode : cyberactivisme et paroles racoleuses. En 2015, Egalité & Réconciliation frôle les 7 millions de visiteurs uniques chaque mois, quand l’UMP et le PS peinent à attirer plus de 200.000 utilisateurs chacun. […] Ce qui fait, avant tout, le succès d’Egalité & Réconciliation, ce sont les vidéos de son président. Après le départ de Marc George en 2010, accusé de vouloir fomenter un putsch, les statuts de l’association sont modifiés. Ses objectifs sont dorénavant de "faire la promotion des idées de l’essayiste Alain Soral sur la gauche du travail et la droite des valeurs". […]

Une fois par mois, sur son canapé rouge, Alain Soral dissèque l’actualité dans un long monologue de plus d’une heure. […] La chaîne Dailymotion de l’association totalise près de 33 millions de vues. Mais ce n’est que la partie émergée de l’iceberg, chacune des déclarations de Soral étant copiée et rediffusée sur des dizaines de comptes de fans. Au total, elles atteignent des centaines de millions de vues. Une audience qui génère des revenus, puisque la plateforme Dailymotion reverse une partie des bénéfices provenant des annonceurs.

Lire la suite sur le site de L'Obs.


Voir aussi :
* La petite entreprise d'Alex Jones ne connaît pas la crise
* Frédéric Haziza, Vol au-dessus d'un nid de fachos, Fayard, 2014.
* Michel Briganti, André Déchot & Jean-Paul Gautier, La galaxie Dieudonné : pour en finir avec les impostures, Syllepse, 2011.
* Anne-Sophie Mercier, Dieudonné démasqué, Seuil, 2009.

Par Michel Danthe


Hani Ramadan
Cette semaine, la remise de la Légion d’honneur aux sauveurs du Thalys n’a pas fait que l’unanimité dans l’espace francophone. En témoigne la tribune de Hani Ramadan, le directeur du Centre islamique de Genève, qui dénonce une manipulation, regrette que des actes isolés prennent des proportions gigantesques et doute des explications données.

Une semaine maintenant que l’attentat du Thalys a eu lieu en France. En début de semaine, la réaction d’auto-défense de passagers courageux soulageait l’Europe entière. Mais on se tromperait lourdement en pensant que l’action des passagers décorés par le président François Hollande de la Légion d’honneur a fait l’unanimité dans l’espace francophone.

Il suffit pour s’en convaincre de lire la tribune libre que le directeur du Centre islamique de Genève, le prédicateur Hani Ramadan, publiait le 25 août dans La Tribune de Genève, invitée de l’édition papier et web. Titrée «TGV: décorés avant la fin de l’enquête», la prise de position du frère de Tariq Ramadan dénonce la précipitation des médias, selon lui, à faire du jeune Marocain Ayoub El Khazzani un terroriste avéré. Pour Hani Ramadan, il aurait fallu parler d’un terroriste «présumé». Il reproche ensuite au journal Le Monde de n’avoir pas douté un instant «qu’un carnage a été évité, vendredi 21 août, dans un train Thalys reliant Amsterdam à Paris et transportant 544 passagers. » (...)

Lire la suite sur Le Temps.


Voir aussi :
* Hani Ramadan : l'oeil du NWO, le trafic d'organes et autres joyeusetés
* Daesh, Boko Haram et le complot contre l’islam selon Tariq Ramadan‏
Dimanche 30 Août 2015



Par Carla Parisi


Les délires conspirationnistes de Giulietto Chiesa applaudis au festival Rototom 2015
Un théoricien du complot italien applaudi à tout rompre au festival Rototom lors d’une conférence sur l’islamophobie... Conspiracy Watch y était !

L’attentat contre Charlie Hebdo ? L’œuvre du Mossad. L’organisation «Etat islamique» ? Une création des Etats-Unis. L'invasion de l'Ukraine par la Russie ? Une invention montée de toutes pièces par la CIA. L’attentat de Madrid, en 2004 ? Toujours un coup de la CIA. Les attentats du 11-Septembre ? Encore un complot américain. Quant à Ben Laden, sommes-nous bien sûrs qu’il ait seulement existé ?... Non, vous n’assistez pas à un spectacle de Dieudonné. Vous êtes à une conférence intitulée « L’Europe et l’islamophobie, une vision depuis la paix » organisée dans le cadre du forum social du plus gros festival de reggae en Europe, le Rototom Sunsplash 2015.

L’orateur s’appelle Giulietto Chiesa. Il est qualifié de « prestigieux invité » sur le site du festival. Ancien membre du parti communiste italien, député européen et partie prenante de la mouvance conspirationniste qui, de Thierry Meyssan à Alex Jones, fournit ses «experts» aux chaînes de télévision russes ou iraniennes, Chiesa intervient, ce vendredi 21 août, aux côtés d’Esteban Ibarra et de Rosa Maria Calaf.

Par Philippe Corcuff


« Wayward Pines » : une série contre le conspirationnisme et la paranoïa
La nouvelle série américaine diffusée depuis ce jeudi sur Canal+, « Wayward Pines », porte une actualité politique. En ces temps de « lutte contre le terrorisme » et contre les dérèglements climatiques, elle pourrait même stimuler notre imagination politique bien mieux que les langues de bois politiciennes.

On a affaire à un ovni, qui emprunte aussi bien au classique « Le Prisonnier » (1967-1968), associé à la figure énigmatique de Patrick McGoohan, qu’au plus récent « Lost » (2004-2010). « Wayward Pines » se présente comme une hybridation réussie de thriller, de science-fiction et de fantastique dans une apparence d’utopie se révélant dystopique. (...)

Lire la suite sur Rue89.


Voir aussi, du même auteur :
* Je doute, donc je suis… moderne
* Peut-on douter de tout ? Tocqueville et Wittgenstein contre Bigard et Kassovitz
Thalys : Panamza se surpasse
Si vous pensiez que Hicham Hamza s’était définitivement ridiculisé en écrivant que le FBI avait émis un avis favorable sur la thèse de la démolition contrôlée des tours du World Trade Center.

Si vous pensiez qu’il avait montré toute l’étendue de son obsession complotiste dans les colonnes d'Oumma.com.

Si vous pensiez qu'il s'était surpassé au moment de l'affaire Mohamed Merah.

Si vous pensiez qu'il avait repoussé toutes les limites du complotisme lors de la décapitation de Steven Sotloff.

Si vous pensiez qu'il ne pourrait jamais se remettre de l'humiliation qui lui avait été infligée suite à ses délires sur l'attentat contre Charlie Hebdo.

... C'est que vous n'avez pas encore lu ce que Hicham Hamza a à dire sur l’affaire du Thalys.


Voir aussi :
* Marion Sigaut forever
* Conspiracy Watch énerve Oumma.com
Tariq Ramadan
Petit cours de rhétorique complotiste avec le professeur Ramadan...

Tariq Ramadan était, ce lundi 24 août, l’invité de BBC Afrique. Après avoir jugé «intolérables» les agissements de l’organisation Etat islamique et de Boko Haram, l’islamologue suisse appelle à en faire «l’analyse critique». Interrogé sur les solutions qu’il préconise, il plaide rapidement pour un travail d’éducation et de justice sociale, avant de glisser subrepticement vers une forme larvée de conspirationnisme qui occupe la moitié des 4 minutes de son intervention.

Tariq Ramadan se réclame des « faits ». Aussi commence-t-il par énoncer un fait incontestable tout en utilisant un procédé rhétorique qui a cours dans les prétoires depuis Cicéron (le fameux « Cui bono ») :

« Au bout du compte on doit quand même se poser la question de savoir qui tire profit de tout ça. Je veux dire : ce ne sont pas les musulmans. Les musulmans sont les premières victimes… C’est eux. Si on compte les morts, y’a dix fois plus voire peut-être vingt fois plus de musulmans qui meurent par la main de violents extrémistes musulmans que l’Occident. Et donc là, de ce point de vue-là, c’est quand même à nous aussi d’être très clairs sur comment trouver des solutions à ces problèmes ».
De gauche à droite : Anthony Sadler et Alek Skarlatos
Deux militaires américains qui déjouent un attentat in extremis en maîtrisant un djihadiste dans un train : l'information ne pouvait manquer de plonger dans l'embarras une complosphère pour qui le terrorisme islamiste est une invention politico-médiatique sans réalité tangible. Depuis hier soir, les réflexes conspirationnistes les plus pavloviens se sont donnés libre cours.

Paul-Eric Blanrue, un proche du négationniste Robert Faurisson, fut l'un des premiers à ironiser sur Twitter :

« "Thalys" : bientôt la saison 1 sur vos écrans ! »

Mais c'est Alain Benajam, co-fondateur du Réseau Voltaire et du Comité France-Donbass qui, sans conteste, est allé le plus loin dans la réécriture complotiste des événements. Dans une série d'articulets postés sur sa page Facebook, il affirme :

«C'est marrant comme toujours après la première annonce on frissonne de peur. Puis petit à petit on découvre plus de détails tous plus ou moins abracadabrantesques, ici les Marines auraient entendu le bruit caractéristique de l'armement de la Kalash. au travers de la porte des WC, bon là le gros doute s'installe. Si la culasse de cette arme fait un certain bruit quand elle est lâchée de là à passer la porte des WC dans un TGV roulant à 300 à l'heure cela ne tient pas à moins que ces sauveurs étasuniens avaient l'oreille collée à la porte. Encore un foutage de gueule pour faire monter la peur, en conjonction avec l’afflux inexorable d'immigrés venant d'un pays de l'OTAN.»

Plus loin :

«Plus ça va plus les scénarios des attentats "islamistes" son rigolos, il faudrait que la cellule de zozos qui les invente ait plus d'imagination et fasse plus réaliste. On les imagine dans leur bureau en train de plancher sur le prochain et se prendre la tête, mais ils sont cons cela ne tient jamais debout. Heureusement que la journaloperie est là pour faire passer tout ça, si non tout le monde serait mort mais de rire.»

Enfin :

«Ce qui nous attend (...) sera très difficile à contrer, ils sont très forts.»

Des anonymes ont également exprimé leur incrédulité soupçonneuse sur Twitter :

«Pour moi c'est pas un hasard que y est eu des marines dans le thalys» (SneazzyMax).

«Malgré le broua mécanique du train #Thalys, 2soldatsUS auraient donc entendu par hasard 1mec charger son arme dans les WC. Même pas en rêve» (Pierre Bleue).

«Le truc qui s'est passé dans le Thalys c'est ouf, y a un gars armé et comme par hasard, dans le même wagon y a des militaires» (glwaBADASS).

«Comme par hasard deux militaires us étaient la. Des agents infiltrés ? Des espions ?» (djamnet).

Par Olivier Faye


Le journaliste d'extrême droite Emmanuel Ratier, animateur de l'émission "Libre journal de la résistance française" sur Radio courtoisie, et auteur de la lettre confidentielle bimensuelle "Faits et documents", est décédé, mercredi 19 août, à l'âge de 57 ans, a annoncé le quotidien Présent sur son compte Twitter. (...)

Lire la suite sur le site du Monde.


Voir aussi :
* "Le vrai visage de Manuel Valls", nouveau livre de chevet de la fachosphère (L'Express, 6 mai 2014)
* Portrait d'Emmanuel Ratier (REFLEXes, site d'informations antifascistes, 30 novembre 2004)
* Martine Aubry a dîné au "Siècle"… et après ?!
* L'effroyable imposture de Thierry Meyssan épinglée par Guillaume Dasquié et Jean Guisnel

Par Agence Science-Presse


Perte de contrôle, incertitude et théorie du complot
Les théories du complot ont plus de chances de fonctionner chez ceux qui ont le sentiment de perdre le contrôle sur leurs vies. Ce qui pourrait, du coup, contribuer à faire comprendre pourquoi une personne qui croit à une théorie du complot a plus de chances de croire à une deuxième.

Selon Jan-Willem van Prooijen, de l’Université VU d’Amsterdam, qui a étudié pendant six ans ceux qui croient, ces théories ont tendance à fleurir pendant des périodes d’incertitude économique ou politique — ce qui, déjà, accentue le sentiment de perdre le contrôle sur nos vies. Ces gens, expliquent-ils, essaient d’abord de comprendre et connectent des faits qui ne sont pas nécessairement liés entre eux. (...)

Lire la suite sur le site de l'Agence Science-Presse.


Voir aussi :
* Psychologie, superstitions et théories du complot
Elizabeth II a tout de suite pensé à la thèse du complot en apprenant l'accident de Lady Di
Dix-huit ans après la mort de la princesse Diana, la biographe Ingrid Seward a révélé qu'elle fut la première réaction de la reine Elizabeth II en apprenant la terrible nouvelle.

Beaucoup de choses ont déjà été dites et écrites sur la tragédie qui a frappé la famille royale après la mort de Lady Di, le 31 août 1997, lors d'un accident survenu dans le tunnel du Pont de l'Alma à Paris. Mais Ingrid Seward, biographe officiel de la famille royale, vient de révéler un élément nouveau : la première réaction d'Elizabeth II en apprenant le drame. Et celle-ci s'avère plutôt inattendue.

Au Daily Mail, Ingrid Seward, auteure du livre The Queen's speech : An Intimate Portrait of The Queen in Her Own Words, rappelle d'abord qu'au moment de l'accident, la reine était en vacances à Balmoral en Ecosse. Alors qu'on lui rapportait les premières informations de l'accident, ne sachant pas encore que Lady Di y perdrait la vie, la reine a eu cette réaction surprenante : "Quelqu'un a dû graisser ses freins !" (...)

Lire la suite sur le site de BFM TV.


Voir aussi :
* Diana : la police britannique rejette la piste d'un assassinat
* Princesse Diana : les enquêtes sont closes mais les rumeurs ont la vie dure
* Assassinat de Kennedy : « Une organisation a décidé de se débarrasser de lui » selon VGE
Mardi 18 Août 2015



Alexis Brocas et Rudy Reichstadt (C. Amar © RADIO FRANCE)
Martin Quenehen m'a invité dans La Grande table d'été aux côtés d'Alexis Brocas, romancier et critique au Magazine littéraire pour parler du complotisme dans la littérature, le cinéma, les séries télévisées.

Au programme : H. P. Lovecraft, James Ellroy, Don DeLillo, Umberto Eco, John le Carré, Dan Brown, Antoine Bello, Kamel Daoud, mais aussi Oliver Stone, l'Abbé Barruel, Léon Poliakov, Pierre-André Taguieff, Bertrand Russell, Richard Hofstadter, X-Files, House of Cards, The West Wing... et Megadeth.

Bonne écoute !




Source : La Grande table d'été, France Culture, 11 août 2015.

Par Jacques N. Godbout


Les suspects Walter E. Litteral, Christopher J. Barker et Christopher T. Campbell
Un conspirationniste irrationnel, militant et bavard, ça peut vous gâcher une soirée, mais un conspirationniste armé, ça peut vous faucher une vie.

Les trois hommes arrêtés en Caroline du Nord étaient sérieux, mortellement sérieux, et stockaient des armes pour un complot meurtrier contre les soldats américains de l’exercice JADE HELM 15. Selon le FBI, le trio, adepte des théories du complot, croyait que l’exercice des forces spéciales Jade Helm 15 était un prétexte pour envahir le Sud des États-Unis et y imposer la loi martiale.

Un communiqué du bureau du procureur fédéral du district Ouest de la Caroline du Nord, rendu publique lundi 3 août et repris par le site du FBI, révèlent que les trois résidents du comté de Gaston, une petit compté du sud-ouest de l’État, ont acheté des fusils et des munitions et ont tenté de construire des engins explosifs, le tout avec l’intention de tuer des soldats américains qu’ils croyaient investis de la mission d’établir la loi martiale.

Les trois adeptes de la théorie du complot qui se préparaient à se muer en défenseurs de la liberté sont, dit le document du bureau du procureur, Walter Litteral, 50, Christopher Barker, 41 ans, et Christopher Campbell, 30. Trois américains blancs de l’Amérique profonde. (...)

Lire la suite sur 45eNord.ca.

Par Patrick Stokes


Patrick Stokes (Twitter ; ‏@patstokes)
Vues comme des productions folkloriques, les théories du complot nous font souvent rire. Jusqu’au moment où on ne rit plus, explique le philosophe australien Patrick Stokes dans ce texte, publié quelques jours après le massacre perpétré le mois dernier à l'église de Charleston, aux Etats-Unis.

Nous avons assisté fin juin à une nouvelle tuerie aux Etats-Unis. Cette fois-ci, c’est une église qui a été prise pour cible et la haine raciale qui en a été la cause. Par le passé, ce furent une école, un cinéma, une université ou un centre commercial.

Le scénario nous est désormais devenu familier à en vomir : les détails de l’horreur, suivis par l'indignation perplexe, la réaction qui tente de délimiter et d'isoler l’événement, et de résister à sa mise en perspective, et enfin l'inévitable échec à agir.

Mais à l'ère de l'Internet, ce scénario prend une tournure macabre supplémentaire.

En quelques jours – et, de plus en plus, en quelques heures voire en quelques minutes –, un événement tragique est passé au filtre d’une vision du monde qui soutient que les choses ne sont pas ce qu’elles semblent être. Les théoriciens du complot sautent sur ​​la tragédie pour en faire une nouvelle preuve que des forces obscures manipulent le monde afin de poursuivre leurs propres objectifs néfastes. Les enfants massacrés à l’école Sandy Hook de Newtown ? Ils n’ont jamais existé. Leurs familles endeuillées ? Des «acteurs de crise». C’est Obama qui est derrière tout ça voyez-vous, et ses camarades du gouvernement mondial mettent en scène des attentats sous faux drapeau pour justifier l’interdiction du port des armes. Il en veut à vos flingues.

Et oui, ce processus a commencé autour de Charleston quelques jours seulement après la tuerie. Le site d’extrême droite Infowars, dirigé par Alex Jones, s’est immédiatement demandé s’il ne s’agissait pas d’un «false flag» : une «opération sous fausse bannière». D’autres, sortis de nulle part, ont soutenu que le manifeste écrit par le tireur était un faux, et que le «tireur» était en fait un Marine de 33 ans et qu’il avait joué, enfant, comme acteur dans le film Star Trek: The Next Generation et dans la série Docteur Doogie. (...)

Lire la suite sur Slate.fr.


Voir aussi :
* Assassinat d'Hervé Gourdel : l'abjection du crime redoublée par sa négation
* Newtown : ces conspirationnistes qui s’en prennent aux familles de victimes

Source :
* Patrick Stokes, “ Why Conspiracy Theories Aren’t Harmless Fun ”, The Conversation, June 26, 2015. Traduction française : Conspiracy Watch. Patrick Stokes est maître de conférences en philosophie à l'Université Deakin (Australie). Son site internet : www.patrickstokes.com
Téléphone sans fil ou portable, Wifi... les ondes inquiètent. Certains les accusent même d'être à l'origine de leurs souffrances, ce sont des électro-hypersensibles. Alors les ondes sont-elles nocives ? A quel point ? Faut-il mettre en place des zones blanches, protégées des ondes ? Quelles précautions prendre dans notre vie quotidienne ?

L'émission est présentée par Laurent Bazin.

Invités :
Marc Khanne, réalisateur de "Cherche zones blanches désespérément".
Jean-Pierre Marc-Vergnes, neurologue de l'Inserm, expert auprès de l'ANSES.
Laurence Abeille, députée (EELV) du Val-de-Marne.
Erwan Seznec, journaliste à Que Choisir.
Étienne Cendrier, porte-parole de l'association Robin des Toits.


Faut-il avoir peur des ondes ? - Le débat par publicsenat

Pour aller plus loin :
* Erwan Seznec, « Ondes électromagnétiques. L’argumentaire des associations passé au crible », Que choisir ?, 23 décembre 2014.
* « L’Académie de médecine désapprouve le financement public de dispositifs "anti-ondes" », Académie nationale de médecine, 5 mai 2014.
* André Aurengo, « La santé publique ne doit pas être un enjeu politique », Science & pseudo-sciences, avril 2014.

Source : "Le Débat", Public Sénat, 17 janvier 2015
L’Etat islamique déclare la guerre à... la théorie du complot
L’Etat islamique s'inquiète de la prolifération des théories du complot qui l'assimilent à une marionnette à la solde des services secrets occidentaux.

« Les théories du complot sont devenues une excuse pour abandonner le djihad » déplore l'organisation djihadiste dans le dernier numéro de son magazine, Dabiq, versets coraniques à l'appui.

Dans un article intitulé «Conspiracy Theory Shirk (Sin)» (i.e. «L'idolâtrie de la théorie du complot», traduit ici), l'Etat islamique présente ainsi le conspirationnisme comme une «grave déviance» susceptible non seulement d'amoindrir ses succès militaires mais aussi de pousser ses combattants à faire défection.
Niels H. Harrit
En mars 2015, Niels H. Harrit a perdu le procès qu’il avait intenté à un journaliste danois qui l’avait qualifié de «cinglé».

L'affaire est passée complètement inaperçue dans la presse francophone. Et pour cause : le nom de Niels H. Harrit est surtout connu de ceux qui s'intéressent aux théories du complot sur les attentats du 11 septembre 2001.

En 2009, cet ancien maître de conférence à l'Université de Copenhague avait co-signé, dans une revue confidentielle, The Open Chemical Physics Journal, un article pseudo-scientifique sur la présence supposée de traces d’explosifs dans les décombres du World Trade Center (lire l'analyse complète de Jérôme Quirant). Depuis lors, Harrit est devenu une figure incontournable du 9/11 Truth Movement au Danemark. Harrit se dit par exemple « totalement convaincu, à 110% » (sic), que les immeubles du World Trade Center ont fait l’objet d’une « démolition contrôlée ».

Il y a deux ans, ce professeur de chimie à la retraite a intenté un procès en diffamation à l’hebdomadaire danois Weekendavisen et au journaliste Søren K. Villemoes, réclamant 25 000 couronnes (3 350 euros) de dommages, pour avoir été qualifié de « cinglé ». Dans un article, Villemoes critiquait la Bibliothèque Nationale danoise qui, lors d’une exposition, avait autorisé l’Ambassade de Turquie à accrocher une affiche niant le génocide arménien. Le journaliste se demandait s’il était très pertinent de donner ainsi une tribune aux négationnistes : «Tant qu’on y est, pourquoi ne pas inviter aussi Niels Harrit et les autres "cinglés" des théories sceptiques sur le 11-Septembre ? Qu'est-ce que c’est que cet environnement négationniste ?», avait écrit Villemoes.

Documentaire de Serge Moati et Alice Cohen, 53 minutes (France, 2014).


Mes questions sur... la franc-maçonnerie
Alors que la Franc-Maçonnerie est toujours source de fantasmes inépuisables, Serge Moati et Alice Cohen nous immergent au cœur des Loges et posent un regard inattendu et intime sur la Franc-Maçonnerie française. A travers ceux qui la font ou qui l’ont faite et qui ont accepté de livrer « leur » Maçonnerie ; mais aussi à travers le parcours de Serge Moati, lui-même Franc-Maçon jusqu’en 1982. Sans faux semblant, il retrace son chemin si particulier pour mieux éclairer celui des Maçons d’aujourd’hui. La Franc-Maçonnerie n’a plus le même visage qu’il y a trente ans. Il y aurait 160 000 Frères et Sœurs en France, contre 70 000 « initiés » en 1989. Le charme secret et discret de la maçonnerie œuvre donc toujours, voire ne cesse d’augmenter. Pourquoi son attraction reste-t-elle intacte alors qu’elle semble affaiblie par les affaires et assoupie par les combats déjà gagnés ? Qui sont les Francs-Maçons des années 2010 ? Leur pouvoir et leur influence recouvrent-ils toujours la même réalité ? Que viennent chercher ces Frères ? Une spiritualité ou un réseau ?

Autant de questions auquel ce film tente de répondre, au plus près des Obédiences françaises, pour aller au-delà du mystère Franc-Maçon et mieux comprendre ses rites, pour certains montrés pour la première fois à la télévision…



Mes questions sur La franc-maçonnerie par azerboka

Par Robert Blaskiewicz


Non, la CIA n’a pas inventé le terme "théorie du complot"
Agacé par le manque de rigueur des conspirationnistes, le sceptique américain Robert Blaskiewicz a tenté de remonter à l'origine de l'expression "théorie du complot". Résultat : non, le terme n'a pas été créé dans le cadre d'une "opération psychologique" menée par la CIA. 80 ans avant la création de l'agence de renseignements, on utilisait déjà couramment l'expression "conspiracy theory" dans son sens actuel.

Récemment, on a vu surgir dans la complosphère l’affirmation selon laquelle l’expression “conspiracy theory” (« théorie du complot ») a été popularisée dans les années 1960 par la CIA pour discréditer ceux qui osaient remettre en question les conclusions de la Commission Warren (chargée d’enquêter sur l’assassinat du président Kennedy - NDT). Depuis cette « opération psychologique », le champ d’application de l’expression se serait étendu jusqu’à englober toutes sortes de mauvaises actions, avec pour effet que désormais tous les théoriciens du complot passeraient pour des fous. La première fois que j’ai entendu parler de cette histoire, c’était sous une forme un peu différente et c’est ce qui a attiré mon attention : il était affirmé que l’expression « théorie du complot » avait été inventée par la CIA. Vraiment ? On n'en avait jamais entendu parler avant les années 1960 ?
Crédit : Twitter - Erwan Manac'h @emanach
Le coup de force annoncé n'a finalement pas eu lieu. Selon les sources, ils ont été entre 100 et 300 personnes, arborant un masque de Guy Fawkes pour certains, à avoir manifesté un peu avant midi aux abords de l'Assemblée nationale pour renverser la République. Lancé en mars 2015 par le naturopathe Eric Fiorile, le Mouvement du 14 juillet, à l'initiative du rassemblement, n'est pas parvenu à rallier l'armée pour marcher sur l'Élysée comme cela était prévu.

Lire les comptes-rendus du JDD, de MétroNews et de BFM TV.

Les appels aux coups d'Etat se sont multipliés au cours des dernières années sur la complosphère. Dans une vidéo datée du 20 août 2013, Dieudonné rêvait à voix haute « d’un coup d’Etat au secours du peuple, comme en Egypte ».

Quelques jours plus tard, le site d'extrême droite La Dissidence française, de Vincent Vauclin, appelait ouvertement à un putsch militaire avec ce mot d'ordre : « L'Histoire, ça se brusque ».

Non moins complotiste bien qu'appartenant à une mouvance distincte, le site anti-islam Riposte laïque publiait en mai 2015 un texte anonyme souhaitant que « nos généraux (...) prennent le contrôle du pays, pour 5 ou 6 ans, histoire de remettre tout d’aplomb et de nettoyer tout ça ».

Par Fanny Marlier


Eric Fiorile
Depuis quelque temps un mouvement affole la complosphère. Le Mouvement du 14 juillet lance un appel au coup d’Etat le 14 juillet 2015. Qui sont ces complotistes qui contaminent le web ?

27 juin 2015, théâtre de la Main d’or, Paris. Alain Soral et Dieudonné organisent une journée “Je ne suis pas Charlie”. Devant une centaine de personnes, le militant juif anti-sioniste Jacob Cohen demande en préambule au public quel sujet il souhaite aborder. Au premier rang, une femme lève la main et dit : “Que pensez-vous du Mouvement du 14 juillet ? Avons-nous une chance de renverser le gouvernement ?”. Jacob Cohen répond qu’il n’y croit guère : “Je suis très sceptique. Je ne peux pas croire que ça puisse déboucher sur une révolution. Je pense qu’il y aura des milliers de CRS tapis dans l’ombre. Mais c’est vrai que je vois de plus de plus de gens m’interroger sur ce mouvement sur Facebook”.

Depuis quelques semaines, une thématique agite doucement la dieudosphère (Quenel+, Meta Tv, Egalité et Réconciliation) : le Mouvement du 14 juillet. Son but ? Organiser une prise de pouvoir le jour de la fête nationale. (...)

Lire la suite sur le site des Inrocks.


Voir aussi :
* Le 14 juillet, ils veulent marcher sur l'Elysée (StreetPress.com, 9 juillet 2015)
* Le Mouvement du 14-Juillet cherche des sous (Confusionnisme.info, 9 juillet 2015)
1 2 3 4 5 » ... 61