Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot

Recherche

Facebook
Twitter
Rss










Dernières notes



La Bibliothèque
Le style paranoïaque. Théories du complot et droite radicale en Amérique, de Richard Hofstadter
L'imaginaire du complot mondial, de Pierre-André Taguieff
Le Complot : L'histoire secrète des Protocoles des Sages de Sion, de Will Eisner
Mythes et mythologies politiques, de Raoul Girardet
Histoire d'un mythe. La "conspiration" juive et les protocoles des sages de Sion, de Norman Cohn
Les Protocoles des Sages de Sion : Faux et usages d'un faux, de Pierre-André Taguieff
La Causalité diabolique, de Léon Poliakov
La synarchie. Le mythe du complot permanent, d'Olivier Dard
L'Effroyable Imposteur, de Fiammetta Venner
L'Obsession du complot, de Frédéric Charpier





Propos recueillis par Eric Mettout


Pierre-André Taguieff : "La sur-information prédispose aux théories du complot"
C'est l'un des spécialistes français du complotisme, auquel il a consacré plusieurs ouvrages: le sociologue Pierre-André Taguieff ne pouvait manquer de réagir aux théories fantaisistes qui ont suivi les attaques contre Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher de la porte de Vincennes.

L'Express : Les attentats de janvier à Paris ont donné lieu à un grand nombre de ce que vous appelez des "récits complotistes". En quoi sont-ils différents de ceux qui les ont précédés ?

Pierre-André Taguieff : Il faut distinguer d'abord, parmi les complots imaginaires, les méga-complots (tel le 11-Septembre), dont la signification est planétaire, et les micro-complots, locaux ou nationaux, qui se réduisent souvent à des rumeurs de manipulation. Ensuite, parmi les récits complotistes, ceux qui sont élaborés par déduction, disons le complotisme classique, qui consiste à lire les événements à la lumière de croyances dogmatiques, par exemple la main invisible de Satan, des francs-maçons ou des "Sages de Sion" dans l'Histoire, et ceux qui le sont par induction, à partir d'une hypercritique des "récits officiels", démarche caractéristique de ce que j'appelle le néocomplotisme.

Depuis la mise en doute de la "version officielle" du 11-Septembre, le premier geste accompli par les nouveaux conspirationnistes est le relevé de "détails" supposés troublants ou d'incohérences supposées flagrantes, à partir desquels ils s'autorisent à prendre la pose d'un étonnement ostentatoire : "Qu'y a-t-il derrière ?", "Qui est derrière ?" et "A qui profite l'action terroriste ?" (...)

Lire la suite sur le site de L'Express.
Dimanche 19 Avril 2015



Par Alexandre Sulzer


De gauche à droite : René Balme, Jean-Marie Le Pen et François Asselineau
La classe politique n'est pas épargnée par le conspirationnisme. Il touche plus les extrêmes, mais tous les partis sont concernés. Certains en ont même fait leur fond de commerce. Enquête.

Marine Le Pen et son père se déchirent en place publique. Aussitôt, des politiques de tous bords expriment des doutes sur la sincèrité du psychodrame. "C'est un peu curieux comme histoire... Est-ce un jeu de rôle entre les deux ? Je n'en sais rien", s'interroge par exemple, le 9 avril, le député UMP Eric Woerth. Jean-Marie Le Pen lui-même y va de son commentaire "conspi" : "Tout cela vient d'une manoeuvre, d'un projet extérieur destiné à faire rentrer le FN dans le troupeau", dénonce le vieil homme.

Jean-Marie Le Pen est un habitué du complotisme : mi-janvier, à propos de la fusillade de Charlie Hebdo, ne parlait-il pas déjà, dans une interview au journal russe Komsomolskaïa Pravda, d'une "opération des services secrets" ? Ses propos auraient été déformés. Il aurait simplement dit, plaide-t-il quelques semaines plus tard, qu'il y avait "des éléments curieux dans cet attentat, comme souvent, le fait qu'on trouve une carte d'identité dans la voiture, qui n'est pas plus étonnant d'ailleurs que de trouver le passeport du pilote de l'avion qui vient de se crasher le 11 septembre". (...)

Lire la suite sur le site de L'Express.


Voir aussi :
* Dossier : L'Express enquête sur "Internet et la folie des complots"

Par Eric Mettout


Eric Mettout
Il a bien failli finir aux oubliettes, mais cette semaine est sorti dans L’Express le dossier qu’avec Adrien Sénécat, Alexandre Sulzer et Boris Thiolay (sur la « petite entreprise » Meyssan), nous avons construit ensemble sur la théorie du complot. Dossier né des attentats de janvier à Paris et presque mort-né quand Marianne nous a joliment grillé la politesse sur le sujet en février dernier. Dossier réactivé par l’actualité – les complotistes mangent de tout : le crash de l’A320 de la GermanWings et même, plus récent encore, la guerre des Roses chez les Le Pen leur a de nouveau donné du grain à moudre.

J’ai tenu à faire précéder ce dossier d’un court édito en forme de mea culpa a priori : je sais pertinemment qu’écrire sur les conspirationnistes ne fait que les renforcer dans leurs convictions que nous, journalistes en particulier, les manipulons en vue d’un grand dessein dont nous serions l’obéissante cheville ouvrière. C’est faux, mais je ne les en convaincrai naturellement pas.

Cet édito, j’aurais pu l’écrire pour ce blog, sur lequel j’ai donc décidé de le publier. Le voici :

Caroline Fourest connaît bien les conspirationnistes. Elle traque, décortique, dénonce régulièrement les dangers de leurs délires paranoïaques, que l’on aurait tort de réduire à la folie douce des adorateurs de l’ovni de Roswell et ses extraterrestres, prétendument escamotés par l’armée américaine dans les années 1940. Car les conspirationnistes connaissent bien Caroline Fourest : son travail, voire sa vie sont surveillés sans répit et sans faille. Le moindre de ses écrits, la moindre de ses conférences, chacune de ses interventions publiques sont « passés au scanner » – et gare à l’approximation, à l’erreur anodine, qui, sous ces projecteurs, se retournent immédiatement contre elle ! D’autres, journalistes, historiens, sociologues, philosophes ou simples citoyens, Pierre-André Taguieff, Gérald Bronner, Rudy Reichstadt… eux aussi engagés dans la lutte contre l’industrie du fantasme permanent, subissent le même traitement.

Car la machine conspirationniste est experte en matière de harcèlement et fait preuve d’une puissance redoutable, décuplée – comme on l’a vu après les attentats de Paris ou, plus récemment, la chute de l’A320 de la GermanWings – par Internet. S’y répand, à une vitesse inédite, un virus aussi contagieux que résistant : le soupçon. Généralisé, il est la défaite des clercs, que l’on ne croit plus et que, pire encore, on associe désormais aux élites et que l’on rejette avec elles. Il menace aussi les journalistes, et le dossier que consacre L’Express, cette semaine, au complotisme, en est le symptôme paradoxal. Non seulement il ne convaincra pas les sceptiques, mais il les confortera dans leur croyance que nous, qui faisons profession de révéler la « réalité des faits », leur cachons tout et ne leur disons plus rien, que nous prenons activement part au complot. Pourquoi, dès lors, publier cette enquête ? Parce que c’est notre travail et que nos lecteurs ne sont pas tous conspirationnistes, tant s’en faut. Aussi parce que ce combat pour la vérité est un vrai défi démocratique, et que ce combat, c’est le nôtre.


Source : Blog d'Eric Mettout, rédacteur en chef de L'Express.

Par Adrien Sénécat et Eric Mettout


L'Express, n° 3328, semaine du 15 au 21 avril 2015
Les attentats de janvier à Paris ou le crash de la German Wings les ont galvanisés : depuis quelques semaines, les complotistes s'en donnent de nouveau à cœur joie. Mais le phénomène ne date pas d'hier.

Sommaire :
>>> Quand les politiques se convertissent aux théories du complot
>>> Pierre-André Taguieff: "La sur-information prédispose aux théories du complot"
>>> Conspirationnisme : Thierry Meyssan, le maître à fausser
>>> Le complotisme ou la défaite du journalisme (entre autres)

Ils pouvaient difficilement rêver mieux : le crash de l'A320 de la GermanWings sur les flancs d'une montagne française, médiatisé à outrance, un temps nimbé de mystère et d'interrogations, a donné un coup de fouet à la créativité des complotistes, qui n'en demandent généralement pas tant.

L'émotion considérable, dans le monde entier, les images fragmentaires mais spectaculaires, propres à toutes les interprétations, les questions des experts, les erreurs de communication des enquêteurs et, plus encore, le dénouement, inimaginable, font depuis trois semaines le bonheur de ceux qui, sur Internet en particulier, se sont donné pour mission de remettre en question les "narratives officielles". Selon certains d'entre eux, derrière le suicide meurtrier d'Andreas Lubitz se dissimulerait l'assassinat, en pleine crise ukrainienne, de deux ingénieurs américains prétendument spécialistes des radars pour l'Otan et qui auraient voyagé dans l'avion... (...)

Lire la suite sur le site de L'Express.

Par Adrien Sénécat


Crash de l'A320 de Germanwings : les théories du complot démontées
De prétendus "mensonges", de soi-disant "informations" fracassantes, des propos manipulés... Zoom sur la manière dont les complotistes réécrivent l'histoire du crash du vol 4U 9525 de Germanwings.

1. Les prétendus "mensonges" sur le suicide du copilote

Ce que disent les conspirationnistes. La thèse du suicide du co-pilote de l'avion Andreas Lubitz est "bien commode comme beaucoup de suicides sans cause brandis dès qu'une explication embarrassante doit être fournie", estime le site reseauinternational.net. L'explication du crash de l'Airbus A320 de Germanwings serait donc à chercher ailleurs.

"Le copilote Lubitz n'a pas pu vouloir se suicider, poursuit le site. Un jeune pilote reconnu à 100% apte à piloter selon les normes très, très strictes appliquées dans le domaine de l'aviation, surtout dans un pays comme l'Allemagne, ne peut se transformer, le temps d'un crash, en un psychopathe bourré de médicaments."

Pourquoi c'est fumeux. "Si le copilote de l'A320 ne s'est pas suicidé, toute la narrative officielle tombe à l'eau", affirme reseauinternational.net. Le problème, c'est que le site n'avance aucun élément pour contredire cette version des faits. A défaut de contredire la "narrative officielle", il se contente donc d'affirmer, sans preuve, qu'elle serait fausse pour mieux spéculer sur le cours des événements. (...)

Lire la suite sur le site de L'Express.
Mercredi 1 Avril 2015



Par Jérôme Quirant


Les témoignages, grande source d’inspiration des théories conspirationnistes
Dans l’échafaudage des théories du complot, une grande valeur est accordée aux témoignages. En effet, plus ils sont nombreux, plus les chances augmentent de trouver des contradictions entre eux, ce qui, pour les partisans de ces thèses, devient alors la preuve irréfutable qu’il y a « anguille sous roche » et « qu’on nous cache des choses ». À l’inverse, cette abondance devrait induire une analyse de cohérence qui est souvent en défaveur des allégations des « conspirationnistes ».

L’exemple des théories du complot autour du 11 septembre est canonique de ce point de vue : non seulement les témoignages sont légion, ce qui permet aux conspirationnistes d’y trouver tout et son contraire, mais ils y ajoutent aussi des interprétations abusives et des manipulations grossières. (...)

Lire la suite sur le site de l’Association française pour l’information scientifique (AFIS).


Voir aussi :
* Pentagone : que disent les témoins oculaires ?
Mardi 31 Mars 2015



Par Frédéric Joignot


Le diable est dans les détails : images internet et théories du complot
L’interprétation biaisée, voire farfelue, des images et des photos est un des passe-temps favoris des esprits complotistes – ceux qui voient d’odieuses conspirations derrière chaque événement marquant, comme lors de l’attentat contre John Fitzgerald Kennedy, ou le 11 septembre 2001. On l’a encore vu pendant le drame de Charlie Hebdo.

La première rumeur alarmiste qui a circulé le 7 janvier, après l'attentat contre Charlie, est partie d'une différence, sur deux clichés parus dans la presse, de la couleur des rétroviseurs de la Citroën C3 utilisée par les frères Kouachi. L'un, gris clair, pris avant l'attaque. L'autre, plus sombre, après. Ces écarts chromatiques prouveraient qu’il ne s’agit pas de la même voiture. Alors que le métal chromé produit, selon l’angle de prise de vue, des reflets plus ou moins sombres – ce qui explique la dissemblance des photos –, certains y ont vu la preuve d’une terrible manipulation politique  : les Kouachi n’auraient pas attaqué le journal, mais servi de gibier à la police dans « la seconde C3 », celle aux rétroviseurs sombres. Pendant ce temps, de mystérieux occupants de « la première C3 » décimaient l’équipe du journal. Pour certains complotistes, jeunes tweetos énervés ou émules de Dieudonné, c’était des hommes des services secrets israéliens décidés à discréditer les musulmans. Pour d’autres, des agents français voulant créer une situation de guerre civile en France. (...)

Lire la suite sur le blog de Frédéric Joignot.


Voir aussi :
* Vidéos en ligne : la preuve par l’image ? L’exemple des théories conspirationnistes sur le 11-Septembre
* Du bruit dans l’image (l’homme a-t-il marché sur la Lune ?)
Pourquoi les théories du complot séduisent-elles nos enfants ? (France Inter)
Dans le cadre de la semaine de la presse et des médias à l'école, "Service Public" se demande pourquoi les théories complotistes ont tant de succès auprès des enfants, et comment les combattre.

L'émission est présentée par Guillaume Erner.

Invités :
Matthieu Aron, ancien directeur de la rédaction de France Inter, co-auteur de Folles rumeurs (éd. Stock).
Tristan Mendès-France, blogueur, enseignant web et journalisme au CELSA de Paris.
Gérald Bronner, professeur de sociologie à l’Université Paris Diderot - Paris VII, auteur de La démocratie des crédules (PUF).

Ecouter l'émission sur le site de France Inter (52 minutes).

Source : "Service Public", France Inter, 27 mars 2015.
Le rap anti-conspi d'Akhenaton... qui va plaire aux conspirationnistes
Le rappeur emblématique du groupe IAM dit non au conspirationnisme. Mais lui concède l'essentiel.

Dans un titre («Illuminachill») extrait du CD3 de son dernier album, Akhenaton s'en prend aux conspirationnistes. Plus exactement à ces ados qui fantasment sur les sociétés secrètes derrière leur écran d'ordinateur.

L’intention semble salutaire au premier abord. « Charrier gentiment les complotistes » explique le rappeur marseillais qui confesse avoir voulu écrire « un texte sur les gens qui n’ont rien d’autre à foutre que de trouver des triangles dans des pochettes ». Akhenaton y invective les « branleurs (...) qui tuent le temps sur Youtube » et qui « mangent dans la main de tous ces néo-nazis ». Pourtant, un passage laisse perplexe :

Tes Illuminati dirigent déjà la terre
Ils foncent là sous nos yeux sans faire aucun mystère
Contrôlent banques, Etats, industries et militaires
Crétin ! Ça s’appelle des milliardaires


« Des milliardaires » (on aimerait savoir lesquels) contrôlent-ils vraiment « banques, Etats, industries et militaires » ? Remplacer un bouc émissaire par un autre permet-il vraiment de résister au conspirationnisme ?



Voir aussi :
* Rockin’ Squat invente le conspi' rap

Par Norma Mabovitz


La Turquie, proie du complot juif mondial selon Erdogan et ses partisans
Le 16 mars dernier, la chaîne d'information turque A Haber, organe officieux de l’AKP (Parti de la justice et du développement), le parti du président Recep Tayyip Erdogan, a diffusé un documentaire de deux heures s’apparentant à bien des égards aux Protocoles des Sages de Sion, le fameux faux antisémite exposant un programme juif pour la domination du monde. Intitulé «Üst Akıl» (que l'on peut traduire en anglais par «the mastermind» et en français par «le cerveau», au sens de «l'orchestrateur»), le film prétend dévoiler aux téléspectateurs turcs l'existence d'un complot international contre la Turquie. C’est ce qu’a révélé récemment le chroniqueur et essayiste turc Mustafa Akyol sur le site Al-Monitor.com.

C’est Recep Tayyip Erdogan lui-même qui a introduit l'expression de «Cerveau» (« Üst akıl ») dans un discours adressé à ses partisans en octobre 2014. C'est d'ailleurs sur ce discours que s'ouvre le documentaire :

« Ne vous laissez pas induire en erreur. Ne croyez pas que ces opérations visent ma personne, notre gouvernement, notre parti. Mes amis, ces opérations visent directement la Turquie elle-même - son unité, sa paix, son économie, son indépendance. Et, je l'ai déjà dit avant, derrières toutes ces étapes, il y a un cerveau. Les gens me demandent "Qui est ce Cerveau ?". Eh bien, c'est à vous de trouver. Et actuellement, vous savez qui est derrière ».
Débat sur le conspirationnisme au Théâtre de Ménilmontant
Conspiracy Watch et la Cie Umbral vous invitent à assister à la représentation de La Résistible Ascension d’Arturo Ui, de Bertolt Brecht, vendredi 20 mars 2015. Mis en scène par Victor Quezada-Perez, le spectacle sera précédé d'une conférence-débat sur le conspirationnisme. A partir de 19h00, au Théâtre de Ménilmontant, 15, rue du Retrait, Paris, 20ème.

Télécharger le dossier de presse.

Voir le teaser de la pièce.

Visiter la page Facebook.

Réservations par mail reservation@umbral.fr ou sur le site du théâtre.

Tarifs :
* réduit (étudiants, demandeurs d’emploi, bénéficiaires du RSA et seniors) : 12 euros
* plein : 20 euros

Contact presse : Mme Diaby Kady – 07.83.33.96.40
Mercredi 18 Mars 2015



Par Jean-Yves Camus


Sur le Net, l’info "dissidente" et "subversive" devient vecteur d’antisémitisme
La loi Gayssot entendait punir la négation de la réalité matérielle de la Shoah. Cet antisémitisme-là est désormais dépassé. Désormais, être antijuif sur le Net passe par le conspirationnisme et l’antisionisme radical. L’extrême-droite n’en a plus l’exclusivité.

L’impact de l’antisémitisme sur Internet peut s’évaluer par les statistiques. Il faut alors regarder leur place dans le classement des sites français le plus fiable, celui d’alexa.com, qui mesure leur fréquentation. On voit alors, sans surprise, que c’est le complotisme dans sa version soralo-dieudonniste qui fait le plus recette. Les sites « spécialisés » les plus consultés sont "quenelplus" et "Egalité et Réconciliation", respectivement classés au 318e et 348e rang des 500 sites français. Certains en déduiront que ces sites sont confidentiels. Erreur : ils sont davantage regardés que celui de France-Inter, des Inrockuptibles, que Slate et Mediapart. La troisième personnalité la plus en vue du milieu complotiste, Thierry Meyssan, affirme que le site du Réseau Voltaire qu’il dirige, recevait en 2011 plus de 700.000 visiteurs uniques chaque mois, ce qui est considérable.

Pour ce qui concerne les vidéos, nous avons fait un test : nous avons regardé la liste des 60 les plus vues sur You Tube le 1er mars. En 43e position arrive un « reportage » d’Apocalypse France (un site « dieudo-conspi-antisioniste ») visant à démontrer que l’attentat contre Charlie Hebdo est une action sous faux drapeau et en 60e position, une déclaration de Tariq Ramadan, présentée sur la chaîne « Partie de la vérité », sur le même sujet et dans la même optique. Sur You Tube toujours, certaines vidéos de Dieudonné totalisent plus de 1 million de vues et Alain Soral, qui a atteint le même niveau sur l’affaire Charlie, attire en général entre 100.000 et 150.000 regards. Cela laisse très loin derrière les petites célébrités de l’ultra-droite antisémite : Florian Rouanet et Hervé Ryssen, proches de l’œuvre française ; Boris Le Lay animateur du site Breizh Atao ou Daniel Conversano, qui dit incarner « le fascisme à l’état brut ». (...)

Lire la suite sur le site d'Actualité Juive Hebdo.
Abou Mohammed Al-Adnani
Dans un enregistrement audio de 28 minutes diffusé jeudi 12 mars 2015 sur les réseaux sociaux, Abou Mohammed Al-Adnani, le porte-parole de l'Etat islamique, a accepté l'allégeance du groupe djihadiste nigérian Boko Haram.

Après avoir menacé de « faire exploser » la Maison Blanche, Big Ben et la Tour Eiffel, Al-Adnani a assuré, selon le chercheur Romain Caillet (Institut Français du Proche-Orient), qu'il existait un plan occidental visant à livrer le monde musulman à... l'Iran.


Voir aussi :
* Offensive djihadiste en Irak : le Guide suprême iranien accuse la CIA
* 11-Septembre : Quand Al-Qaïda s'en prend au conspirationnisme chiite
Le président soudanais Omar el-Béchir
Dans un entretien à Euronews diffusé le 18 février dernier, le président soudanais Omar el-Béchir, au pouvoir dans son pays depuis 26 ans, a accusé les services secrets américains et israéliens de manipuler les djihadistes de l'Etat islamique et du groupe nigérian Boko Haram :

« Je dis que la CIA et le Mossad sont derrière ces organisations. Parce qu’aucune autre entité que ces deux pays n’a intérêt à financer ce type d’organisations. Aucun musulman n’est prêt à perpétrer de tels actes. Bombarder et tuer des gens est interdit dans la religion musulmane des origines et le prophète Mahomet a dit : "Faire disparaître la Ka'aba est plus facile que de tuer un croyant". Alors quid des massacres de masse qui se produisent de nos jours ? » (vidéo à partir de 3'26'')

Candidat à sa réélection, Omar el-Béchir est sous le coup de deux mandats d'arrêt internationaux émis par la Cour pénale internationale pour crimes contre l'humanité, crimes de guerre et génocide.


[Exclusif] Omar el-Béchir, président du Soudan... par euronews-fr

Voir aussi :
* La Mossadisation, ou comment se laver les mains sans se mouiller, par Kamel Daoud
* Pour le chef des Frères musulmans au Soudan, « les Américains sont derrière toutes les tragédies du Darfour »
* Le Darfour et les médias moyen-orientaux : anatomie d'un nouveau complot
Thomas Legrand contre la "house-of-cardisation" du débat public
Le chroniqueur Thomas Legrand poussait un coup de gueule mercredi matin dernier sur France Inter contre l'atmosphère de défiance généralisée qui selon lui pourrit le débat public :

« FNPS, UMPS... ceux qui abusent de ces accouplements d’acronymes rependent l’idée que tous, sauf eux, ont un agenda caché ou s’entendent pour nous manipuler. Manuel Valls fait pareil quand il accuse les frondeurs, non pas d’avoir un avis différent sur la loi Macron, mais d’abord de vouloir préparer le prochain Congrès du PS. Il s’agit-là d’une tournure d’esprit qui accrédite l’idée que la vie politique n’est qu’un théâtre d’ombre, peuplés d’ambitieux, peu soucieux du bien commun.

Et là, j’entends derrière le poste, une foule d’auditeur dire "ben oui !". Mais non, en fait. Il y a de la tactique, de l’ambition et il y a aussi des vraies convictions et une envie d’agir. Les journalistes politiques (nous !) sommes coresponsables de la "house-of-cardisation" ambiante. Nous dépolitisons tout en analysant principalement, par reflexe, paresse ou inculture, l’aspect stratégique et tactique de la vie politique. Et bien sûr le premier bénéficiaire, de cet état du débat, est aussi, celui qui donne de la politique, la lecture la plus complotiste et paranoïaque : le FN. »


L'édito politique : "Le débat politique pollué... par franceinter

Source : France Inter, 11 mars 2015.
DIPLOMATIE (n° 73, mars-avril 2015)
Le bimestriel DIPLOMATIE (n° 73, mars-avril 2015) consacre ce mois-ci un dossier aux "théories du complot". Au sommaire :

- Qu'est-ce que le conspirationnisme ?, par Jean-Bruno Renard
- Les forces obscures. Théories du complot dans le monde arabo-musulman, par Martin Schiller et Asiem El Difraoui
- Les théories du complot : un discours politique, par Emmanuel Taïeb
- Dévoiler à tout prix. Le complotisme entre paranoïa banale et extrémisme politique, par Pierre-André Taguieff
- Les "révolutions de couleurs" : coups d’État fabriqués ou soulèvements populaires ?, par Rudy Reichstadt
Assassinat de Nemtsov : Autain contre "l’approche complotiste" de Mélenchon
Clémentine Autain s’est désolidarisée hier des propos de Jean-Luc Mélenchon sur l'assassinat de l'opposant russe Boris Nemtsov.

Au cours de la semaine, le leader du Parti de Gauche avait qualifié Nemtsov, ancien vice-Premier ministre de Boris Eltsine, de « voyou politique ordinaire » et d'« illustrissime inconnu avant son meurtre » (sic). Dénonçant un « déchaînement de (…) propagande antirusse », il avait accusé Le Monde de recopier « sans nuance ni recul, la notice de l’ambassade des Etats-Unis », estimant que « la victime politique numéro un de cette histoire, c'est Vladimir Poutine ». « À qui profite le crime ? Certainement pas à Vladimir Poutine : cet assassinat arrive pour lui au plus mauvais moment sur le plan international et au plus mauvais endroit » écrivait Jean-Luc Mélenchon. « Je suis persuadé que le gouvernement russe va faire son possible pour faire la lumière sur l'assassinat de Nemtsov » avait-il également écrit sur Twitter.

Dans un entretien à Libération, auquel a réagi Jean-Luc Mélenchon par Facebook interposé, Clémentine Autain affirme qu'elle « ne sait pas qui a tué Nemtsov. Il n’est pas certain que Vladimir Poutine soit impliqué dans cet assassinat, même s’il s’agissait de l’un de ses principaux opposants et qu’il s’apprêtait à rendre un rapport sur l’implication militaire russe en Ukraine ». Pour elle, « la première victime de cette affaire n’est pas Poutine mais Nemtsov. Etre lucide sur le jeu des Etats-Unis est une chose. Mais de là à laisser penser qu’il s’agirait d’une opération des services secrets américains, il y a un pas que les responsables politiques ne devraient pas franchir car il nourrit l’approche complotiste ».

(Mise à jour : 08/03/2015)

Par Kamel Daoud


Illustration d'un article du journal d'extrême droite American Free Press
Tenace et terrible démission : Daech c’est le Mossad, la CIA, l’Occident, les autres. Dans tous les cas, ce sont Eux, pas Nous. L’affirmation vous la retrouvez sur internet, dans les tasses de café, dans les têtes. Pas seulement chez l’Islamiste enfermé entre Médine et la Mecque fantasmée, mais chez l’intellectuel de gauche, le haut cadre, le moyen, le lettré. Incroyablement tenace et solide.

La monstruosité, c’est l’Autre, pas moi. Inconcevable auto-blanchiment. La théorie du Mossad et de la CIA sert avec une lamentable facilité à absoudre chacun du Daech en nous, de nos responsabilités face au monde et face aux conséquences de nos actes. Incroyable cet effort constant chez nous de fuir le réel et l’évidence pour coller nos drames aux autres. (...)

Lire la suite sur le site Impact24.info.


L'auteur :
* Ecrivain et journaliste algérien, Kamel Daoud est l'auteur de Meursault, contre-enquête (Actes Sud, 2014). Depuis le mois de décembre 2014, il est sous le coup d'une fatwa de condamnation à mort émise par un imam salafiste algérien. Du même auteur, lire : La théorie du complot : un banc public pour faire asseoir les peuples
Conspirationnisme : un état des lieux
Les incidents qui ont émaillé les minutes de silence organisées en réaction aux équipées meurtrières des frères Kouachi et Amedy Coulibaly ont placé le conspirationnisme sous le feu des projecteurs médiatiques. Objet d’étude pluridisciplinaire, au croisement des sciences sociales et politiques, de l’histoire des idées, de la psychologie et de la philosophie, la « théorie du complot » demeure un phénomène mal connu du grand public.

Qu’est-ce que le conspirationnisme ? Quels sont ses ressorts politiques, idéologiques, psychologiques ? Quel rôle Internet a-t-il joué dans sa récente montée en puissance ? Qui fabrique et met en circulation les théories du complot ? Quelle influence ont-ils ? Quelle est leur vision du monde ? C'est à ces questions que tente de répondre la note de l’Observatoire des radicalités politiques de la Fondation Jean-Jaurès que j'ai l'honneur de signer.


Voir aussi :
* Le conspirationnisme, un extrémisme politique influent (L'Express, 4 mars 2015)

Par AFP


Qui a tué Nemtsov ? Les services secrets occidentaux, selon les alliés du Kremlin
Qui a tué l'opposant Boris Nemtsov, abattu vendredi à coups de revolver à deux pas du Kremlin ? les services secrets occidentaux ou Kiev, assurent les médias et alliés du Kremlin, alors que les anti-Poutine voient là le résultat d'une campagne haineuse lancée par les autorités.

"Il ne fait aucun doute que le meurtre de Nemtsov a été organisé par les services secrets occidentaux pour provoquer un conflit intérieur en Russie", a déclaré le leader de la Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, dont les propos ont été largement repris par les médias pro-Kremlin.

"C'est leur façon de faire: d'abord on prend quelqu'un sous son aile, on l'appelle +ami des Etats-Unis et de l'Europe+ et puis on le sacrifie pour accuser les autorités locales. La condamnation à mort (de Nemtsov) prononcée dans une capitale occidentale a très bien pu être exécutée par les services secrets ukrainiens", selon M. Kadyrov.

Le président Vladimir Poutine avait donné le ton en parlant de "provocation" juste après l'annonce de l'assassinat de M. Nemtsov, critique radical du Kremlin qui dénonçait la corruption du pouvoir et l'implication de la Russie dans la guerre en Ukraine. (...)

Lire la suite sur le site de France24.


Voir aussi :
* Charlie Hebdo : Ramzan Kadyrov évoque la main des services secrets occidentaux
* MH17 : la théorie du complot a du succès en Russie
* Pour Poutine, l'attaque chimique du 21 août est une « provocation habile »
1 2 3 4 5 » ... 59