Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot

Recherche

Facebook
Twitter
Rss











Dernières notes



La Bibliothèque
La synarchie. Le mythe du complot permanent, d'Olivier Dard
Court traité de complotologie, de Pierre-André Taguieff
La Foire aux illuminés, de Pierre-André Taguieff
Le style paranoïaque. Théories du complot et droite radicale en Amérique, de Richard Hofstadter
Le Complot : L'histoire secrète des Protocoles des Sages de Sion, de Will Eisner
Histoire d'un mythe. La "conspiration" juive et les protocoles des sages de Sion, de Norman Cohn
Les rhétoriques de la conspiration, sous la direction d'Emmanuelle Danblon & Loïc Nicolas
L'effroyable mensonge, de Guillaume Dasquié et Jean Guisnel
L'Obsession du complot, de Frédéric Charpier
La Causalité diabolique, de Léon Poliakov





Albert Rivera
Albert Rivera, le chef de file du jeune parti centriste espagnol Ciudadanos s’est rendu à Caracas en début de semaine dernière, à l’invitation de l’Assemblée nationale vénézuélienne, où il a rencontré les leaders de l’opposition. Une visite qui a suscité l’ire du gouvernement chaviste.

Dans son émission hebdomadaire, retransmise sur la chaîne de télévision publique VTV, le député chaviste Diosdado Cabello a présenté Rivera comme un représentant de « l’extrême droite en Espagne » (sic). « Vous ne pouvez pas permettre qu’un irresponsable vienne conspirer dans notre pays » a ajouté celui qui est aussi le vice-président du PSUV, le parti au pouvoir.

Commentant la visite de Rivera dans son pays, le président Nicolas Maduro a dénoncé un énième complot de l'oligarchie contre le Venezuela :

« Vous savez ce que c’est leur plan en vérité ? Déstabiliser, imposer la violence, pour livrer le pays, livrer notre patrie sur un plateau d’argent aux oligarques étrangers ».

Albert Rivera n’a pas tardé à répondre aux accusations de ses détracteurs chavistes. « En Espagne, nous choisissions des députés, nous ne les mettons pas en prison » a-t-il déclaré faisant allusion à l'emprisonnement de l'opposant Leopoldo López, dont il a rencontré l'épouse au cours de son séjour. « La théorie du complot permanente est l’excuse typique pour chercher des ennemis à l'étranger lorsque vous avez des problèmes intérieurs. Le plus grand ennemi du Venezuela n’est pas l’Espagne, c’est la faim, le manque de nourriture et le manque de liberté ».

Miné par une inflation galopante, les pénuries et l'insécurité, le Venezuela s’enfonce depuis plusieurs mois dans l'une des plus graves crises de son histoire. Mis en cause pour sa dérive autoritaire sur fond de scandales de corruption, le gouvernement de Nicolas Maduro a perdu la majorité au Parlement lors des élections législatives de décembre 2015.
Houda Benyamina, palme d'or du complotisme ?‏
Récompensée à Cannes dimanche par la Caméra d'or pour Divines, une coproduction franco-qatarie, Houda Benyamina aurait une inavouable propension au complotisme. C'est ce que pointe ce matin la journaliste et essayiste Eugénie Bastié dans un tweet décapant.

Le 15 novembre 2015, deux jours après les attentats de Paris, la réalisatrice franco-marocaine postait sur son compte Facebook un dessin de presse suggérant que Daesh est en réalité manipulé par Israël et les Etats-Unis (ci-dessus à droite).

Par Courrier International


Quand le Kremlin fait passer l’opposant Navalny pour un agent de la CIA
La chaîne d’Etat russe Rossia 1 a annoncé la diffusion prochaine d’un documentaire "inédit" qui présente l’opposant politique Alexeï Navalny comme un agent secret travaillant pour le compte de la CIA.

Un extrait diffusé dans le JT du 10 avril présente une série de documents qui proviendraient du service de renseignements britannique, le MI6, et qui auraient été obtenus en Ukraine, où les serveurs du MI6 et de la CIA auraient été hébergés, rapporte le journal d’opposition Novaïa Gazeta.

Ces documents accusent Navalny, leader du Parti du progrès, opposant et militant anticorruption, de travailler à la "déstabilisation de l’ordre constitutionnel de la Fédération de Russie", et, plus grave encore, d’être impliqué dans le meurtre du juriste Sergueï Magnitski, accusé de fraude fiscale en 2009 et mort en détention préventive après avoir refusé de signer une déposition prérédigée.

Mais des fautes de grammaire et des inexactitudes grossières truffent ces documents "inédits" du MI6 prétendument rédigés par des locuteurs de langue anglaise, ont fait remarquer des utilisateurs de Twitter (...)

Lire la suite sur le site de Courrier International.


Voir aussi :
* Crash du vol MH17 : une journaliste de Russia Today démissionne
* Assassinat de Nemtsov : un an après, que vaut la thèse de la « provocation » ?

Par Corentin Durand


Le business du complot absurde
Dans un monde complexe et surchargé d'informations, la vérité revêt des habits contradictoires. Et aujourd'hui, le complot autour des stars est un véritable business qui joue sur la crédulité des internautes. Dernière victime en date : Beyoncé.

« Peut-on tomber plus bas ? » C’est la question qui nous vient dès que le web se laisse encore embarquer dans une affaire rocambolesque de complotisme farfelu. Et pourtant, si la loi de Godwin se vérifie, on pourrait aussi ajouter une loi concernant l’apparition de complots sur le net après chaque événement. Y aurait-il là une tendance inhérente à la nature des internautes ?

Bush did 9/11 est devenu un meme tant s’interroger sur le réel fautif des attentats du 11 septembre 2001 est devenu courant et mainstream. Les interrogations des internautes menant à des enquêtes farfelues et YouTube-isées, les clics s’envolèrent et l’audimat propulsa ces fanfictions de la réalité devant des millions d’internautes oscillant entre crédulité et hilarité.

Jusqu’à ce que le complot autour du 11 septembre s’incruste dans la pop culture, avec le clip de la chanson de Skrillex et Diplo Where Are Ü Now. On y voit une vague mise en scène du message caché Bush did 911, ce qui a bien évidemment déclenché une vague de suspicions concernant l’appartenance de Justin Bieber aux Illuminatis — non, ne cherchez pas le rapport immédiat. Est-ce bien sérieux ? Pas vraiment. Mais les célébrités s’en amusent et génèrent leur propre buzz en quelques mots. (...)

Lire la suite sur Numerama.com.


Voir aussi :
* "Nouvelle étude : les conspirationnistes ne vérifient jamais leurs sources"

Diogène, n° 249-250, 2015, 255 pages, Paris, PUF, 30 €.


Diogène 2015 - n° 249-250
En se saisissant du dossier du conspirationnisme, la revue Diogène ambitionne de l’éclairer par une approche pluridisciplinaire – histoire, sociologie, psychologie, science politique sont ainsi convoquées – et internationale, en intégrant notamment les travaux souvent mal connus de chercheurs des anciens pays communistes. Tous les articles réunis ici fournissent, sinon un état des lieux, du moins un aperçu de la recherche en cours sur le conspirationnisme.

Numéro coordonné par Véronique CAMPION-VINCENT, ingénieur de recherche au CNRS, et Jean-Bruno RENARD, professeur émérite de sociologie à l’université Paul-Valéry Montpellier-3.

Par Alain Bentolila


"Reprenons nos esprits !", d'Alain Bentolila (First, 2016)
Voici, en exclusivité, les bonnes feuilles de "Reprenons nos esprits !", le nouveau livre du linguiste Alain Bentolila. Dans cet extrait, il explique pourquoi il faut prémunir nos enfants contre les théories conspirationnistes et les former à l'analyse rigoureuse et sans concession.

Ce 2 mai 2015, quelque 270 personnes assistent à la conférence publique de l'association ReOpen911, qui milite pour la réouverture de l'enquête sur les attentats de 2001. «Combien parmi vous considèrent que les tours du World Trade Center se sont effondrées à cause de l'incendie provoqué par l'impact des avions et croient à la version officielle ?» Une seule main se lève.

L'homme qui a posé cette question, M. Richard Gage, affiche le titre de président de l'organisation américaine Architects & Engineers for 9/11 Truth («Architectes et ingénieurs pour la vérité sur le 11 septembre»). Fraîchement débarqué des Etats-Unis, il insiste, goguenard : «Je suis venu pour dire la vérité et séparer les faits des apparences.» Face à un public essentiellement composé d'hommes, il poursuit son sondage introductif : «Combien d'entre vous ont des doutes quant au fait que les tours se sont effondrées à cause de l'incendie causé par l'impact des avions ?» Une centaine de mains se lèvent. La question finale suffira alors à jauger le degré d'adhésion du public à la thèse soutenue par l'orateur : «Combien d'entre vous sont convaincus que les tours se sont effondrées à cause d'une démolition contrôlée ?» Plus de 200 personnes lèvent la main. Et, sous les vivats, il répète comme un leitmotiv : «Je suis venu ici pour séparer les faits des apparences.» (...)

Lire la suite sur le site de Marianne.
Des livres complotistes et négationnistes en vente au 33ème rassemblement de l'UOIF
Le rassemblement organisé ces quatre derniers jours au Bourget à l'instigation de l'Union des organisations islamiques de France (UOIF) était destiné à redorer l'image de cette fédération controversée. Peine perdue. En proposant, dans son espace librairies, des ouvrages négationnistes et conspirationnistes, l'UOIF - considérée comme la branche française des Frères musulmans - n'a pas dérogé à ses mauvaises habitudes.

C'est tout un échantillon de la littérature la plus ouvertement négationniste et conspirationniste qui s'est invitée sur les stands du salon du Bourget : le Nuremberg, de Maurice Bardèche ; Le Terrorisme Occidental, de Roger Garaudy (un livre attribuant les attentats du 11-Septembre à une mise en scène israélo-américaine et que son auteur considérait comme son "testament spirituel") ; Comprendre l’Empire, d’Alain Soral ; des livres de Paul-Eric Blanrue, Israël Shamir, Anne Kling, Imran Hosein ou encore Webster Tarpley. C'est ce que révèle, parmi bien d'autres choses, le site Ikhwan.info.


Voir aussi :
* Omar Abedlkafy, invité à l'UOIF, pense que Juifs, maçons et Illuminati dirigent le monde (Ikhwan.info, 13 mai 2016)
* La théorie du complot en tête de gondole à la FNAC des Halles
* Retour sur un faux : le ''Manifeste judéo-nazi d'Ariel Sharon''
Dessin antisémite retweeté par l'activiste Mary Hugues-Thompson, co-fondatrice du mouvement Free Gaza
Cela peut paraître absurde mais c'est ainsi : à chaque attentat djihadiste, nombreux sont ceux qui accusent l'Etat d'Israël - lorsque ce n'est pas carrément "les Juifs" - de tirer les ficelles. Les attentats de Paris, il y a six mois, qui sont aussi l'attaque terroriste le plus meurtrière jamais commise en France, n'ont pas fait exception à la règle. L’Anti-Defamation League, organisation américaine de lutte contre l’antisémitisme, en a établi un recensement non exhaustif sur son blog. Nous proposons ici une traduction en français de cet article.

À la suite de la vague d'attentats terroristes qui a frappé Paris le 13 novembre 2015, les théories du complot qui relient les Juifs ou Israël avec les attaques ont commencé à faire surface aux États-Unis et à l'étranger.

Des liens présumés entre Israël et les attentats de Paris ont été discutés dans les médias internationaux :

• L’agence de presse iranienne Fars News a publié un article où l’on pouvait lire : « Après les attaques terroristes à Paris, il fut confirmé une fois encore que les Juifs français ont été informés à l’avance que la tragédie se produirait. Tout comme lors des attentats du 11-Septembre il y a 14 ans, lorsque les Juifs travaillant dans les Twin Towers n’étaient pas venus travailler » (sic). Le texte ajoute que « les responsables sionistes voulaient exploiter [les attentats] pour atteindre leurs objectifs spécifiques. » Le texte énumère plusieurs théories du complot sur la responsabilité juive dans les attentats du 11-Septembre.

Par Anne Brunel


Tania Louis à propos du virus Zika
Pharmaciens, biologistes, chimistes, astrophysiciens mais aussi chercheurs en sciences sociales : le succès croissant des jeunes Youtubeurs scientifiques qui œuvrent à la diffusion du savoir scientifique, pourrait bien constituer un rempart contre l'esprit complotiste qui contamine le web...

Il faut d’abord savoir que ces jeunes chercheurs YouTubeurs sont nombreux et qu’ils ont de plus en plus de succès. Ils ont 18, 23, ou 38 ans. Certains d’entre eux affichent 100 000, 300 000, voire 700 000 abonnés ! Ils vous parlent astronomie, maths, chimie, électricité, ou biologie… Toute la science quoi !

Et ces jeunes gens sont pleinement conscients que les phénomènes scientifiques mal compris nourrissent, plus que d’autres, l’inquiétude, la méfiance, et par conséquent les visions du monde simplistes, voire complotistes. (...)

Lire la suite sur le site de France Inter.




Source : Les Légendes du Web, in "Secrets d'Info", France Inter, 8 avril 2016.

Pour aller plus loin :
* Sur YouTube, des vulgarisateurs face caméra (Les passeurs de savoirs)
* Les chaînes You Tube de Tania Louis (Biologie Tout Compris) et de La Tronche en Biais.
Atmane Tazaghart sur sur la chaîne Al Mayadeen (septembre 2013)
Le même homme qui, en août 2012, déplorait que le négationniste Roger Garaudy ait pu être « diabolisé pendant des décennies par les sionistes » et versait, en septembre 2013, dans la propagande complotiste - dans les deux cas sur des chaînes de télévision affiliées au Hezbollah libanais -, est rédacteur en chef sur la chaîne arabophone de France 24.

C'est ce qu'a révélé la semaine dernière le mensuel Tribune Juive dans un article acerbe s'inquiétant de ce que l'audiovisuel extérieur français puisse cautionner la présence parmi son personnel de journalistes capables de tels dérapages.

Depuis lors, le journaliste en question, Atmane Tazaghart, a été «dispensé de ses fonctions» par la direction de la chaîne. Il invoque la dénaturation de ses propos et se défend de tout complotisme. Le site de La Règle du Jeu (revue fondée par Bernard-Henri Lévy) fait le point sur l'affaire.

Par Jacques Pezet


Attaques au couteau en Bavière : comment le coupable Paul H. est devenu Rafik Youssef
Ou comment une vulgaire confusion entre deux affaires peut déclencher une théorie du complot.

Il en faut peu aux complotistes pour monter dans les tours. Parfois, une banale confusion entre deux faits divers peut suffire. Mardi 10 mai, un homme a poignardé quatre personnes, dont une mortellement, dans la gare de Grafing, près de Munich en Allemagne. Selon des témoignages, rapportés par la police, l’homme aurait crié «Allah akbar» et «vous êtes des infidèles, vous devez mourir» lors de l’attaque. Reprenant des informations de la police criminelle bavaroise, les médias allemands l’ont présenté comme étant un Allemand de 27 ans, qui semble être déséquilibré avant de le dénommer avec précaution «Paul H.». Mais cette version n’a pas convaincu les complotistes de la fachosphère allemande, qui accusent la «presse mensongère» de cacher la vérité : Paul H. n’est pas un vrai allemand, puisqu’il s’appellerait Rafik Youssef.

On retrouve deux catégories de sites qui désignent Rafik Youssef comme étant le véritable auteur de l’attaque au couteau de Grafing : des sites italiens, qui présentent l’information, et des blogs complotistes allemands. (...)

Lire la suite sur le site de Libération.
Le mot "complotisme" fait son entrée dans le Petit Larousse 2017
Cinq ans après le mot "conspirationniste", "complotiste" fait son entrée dans l'édition 2017 du Petit Larousse qui en donne cette définition :

« se dit de quelqu’un qui récuse la version communément admise d’un événement et cherche à démontrer que celui-ci résulte d’un complot fomenté par une minorité active ».

Une définition qui prête le flanc à au moins une critique dans la mesure où elle néglige une dimension tout à fait essentielle du discours complotiste : son caractère abusif. On peut en effet récuser la version communément admise d'un événement et chercher à démontrer qu'il résulte d'un complot sans pour autant pouvoir être à bon droit qualifié de complotiste. Il suffit pour cela d'apporter la preuve de l'existence du complot qu'on dénonce. Ce à quoi échoue, par définition, le complotiste.

Il y a probablement autant de définitions des mots "complotisme" et "conspirationnisme" que d'auteurs ayant écrit sur le sujet. Celle que propose Conspiracy Watch est la suivante :

« tendance à attribuer abusivement l’origine d’un événement historique ou d’un fait social à un inavouable complot dont les auteurs présumés – ou ceux à qui il est réputé profiter – conspireraient, dans leur intérêt, à tenir cachée la vérité. On peut ainsi définir une théorie du complot comme un récit "alternatif" qui prétend bouleverser de manière significative la connaissance que nous avons d’un événement et donc concurrencer la "version" qui en est communément acceptée, stigmatisée comme "officielle". »

Par Vincent Destouches


Etats-Unis : comment l’élection présidentielle est devenue celle de la théorie du complot
Au cours des derniers mois, Trump a fait flèche de tout bois pour alimenter la méfiance et le cynisme qui semblent jouer en sa faveur.

Avide de changement, la population américaine est passée de la parole aux actes. La campagne présidentielle a ainsi concrétisé l’arrivée de deux candidats anti-establishment, Bernie Sanders et Donald Trump, sur le devant de la plus grande scène politique. Leur campagne, de même que leur popularité, se fonde en grande partie sur le sentiment de rejet de la classe politique, du monde financier, voire de la caste des médias. Un terrain propice aux adeptes des théories du complot — qui peuvent, par essence, être vraies ou fausses, puisque invérifiées ou invérifiables.

Sanders a notamment surfé sur le mépris à l’égard de Wall Street et des 1 % les plus riches pour induire l’idée que Wall Street avait truqué le système économique et corrompu Washington. «Pile, ils gagnent. Face, vous perdez», a-t-il affirmé pour résumer sa pensée.

Mais le discours conspirationniste de Trump a encore plus à voir avec la «rhétorique du complot» qui «empoisonne actuellement la politique américaine», croit Joseph E. Uscinski, professeur associé de sciences politiques à l’Université de Miami, et auteur d’un essai intitulé «How 2016 has become the “conspiracy theory” election» (Comment l’élection de 2016 est devenue celle de la théorie du complot). (...)

Lire la suite sur L'Actualité.com.

Par Nathalie Szerman


Quenelle+, la page Facebook ouvertement antisémite des fans de Dieudonné
L’humoriste controversé Dieudonné M’bala M’bala a été condamné en novembre 2015 par le tribunal correctionnel de Liège à une peine de 2 mois de prison ferme et à une amende de 9 000 euros pour incitation à la haine et diffusion de propos discriminatoires, antisémites, négationnistes et révisionnistes lors d’un spectacle donné à Herstal le 14 mars 2012. En octobre 2009, il avait déjà été condamné pour injures antisémites à 10 000 € d’amende après avoir fait acclamer Robert Faurisson lors d’une de ses représentations et lui avoir fait remettre le « prix de l’infréquentabilité » par un comédien déguisé en déporté juif. [1] Dans d’autres shows et vidéos, il a stigmatisé le Juif, revêtu de l’habit noir des Juifs religieux orthodoxes, et tourné en dérision les chambres à gaz, présentées comme n’ayant jamais existé. [2]

Malgré les procès et condamnations, Dieudonné demeure populaire auprès d’un grand nombre de jeunes populistes, souvent proches du FN, parfois de l’extrême gauche, et adeptes des théories du complot, telles celles présentées sur les sites complotistes Egalité et Réconciliation d’Alain Soral, ou Panamza. (...)

Lire la suite sur Memri.fr.


Voir aussi :
* Sur le Net, l’info "dissidente" et "subversive" devient vecteur d’antisémitisme, par Jean-Yves Camus
Sadiq Khan
Quelle est la position de Sadiq Khan, le nouveau maire travailliste de Londres, sur la théorie du complot ? Un début de réponse à cette question peut être trouvé dans le texte d’un de ses discours à la presse prononcé à la Chambre des communes le 19 novembre 2015, quelques jours après les attentats de Paris. Extraits :

« Je veux vous parler aujourd'hui d'un problème très grave. Je veux parler de la montée de l'extrémisme et de la radicalisation en Grande-Bretagne. Les attentats terroristes commis à Paris vendredi dernier sont une attaque contre notre mode de vie. Ces crimes horribles ont été commis par des personnes malades et mauvaises, au nom d'une idéologie malade et mauvaise. Une vision du monde grotesque et perverse - qui n'a rien à voir avec l'Islam que je connais. (…)

Je crois que les musulmans britanniques ont un rôle particulier à jouer dans la lutte contre l'extrémisme. Un rôle particulier non pas parce que nous sommes plus responsables que les autres - comme certains l’ont dit à tort. Mais parce que nous pouvons être plus efficaces que quiconque pour lutter contre l'extrémisme. Notre rôle doit être de contester les opinions extrémistes partout où nous les rencontrons. (…)

L’extrémisme n’est pas un risque théorique. La plupart des musulmans britanniques ont déjà à un moment donné rencontré quelqu’un avec des opinions extrémistes. (…) Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai dû contester les opinions affreuses de gens apparemment intelligents et qui s’expriment correctement. Des gens qui semblent être des Londoniens tout à fait normaux, jusqu'à ce qu’ils expliquent que le 11-Septembre était un complot du Mossad ; que les travailleurs juifs dans les Tours jumelles ont été prévenus et se sont échappés ; que la politique étrangère occidentale est la cause de tous les problèmes du monde » (…).


Voir aussi :
* Le mythe des 4 000 Juifs absents du World Trade Center

Par Emmanuel Taïeb


Rumeurs complotistes : de la croyance à la défiance
Depuis le 11 septembre 2001, les rumeurs de complot refleurissent lors de chaque attentat en Europe. Emmanuel Taïeb, professeur de science politique, propose une analyse des caractéristiques récurrentes de ces récits, dont il faut prendre les ressorts et le contenu au sérieux.

Les attentats de l’année 2015 à Paris et de 2016 à Bruxelles ont fait renaître des rumeurs de complot bien connues, qui fonctionnent à la défiance à l’égard des médias et du pouvoir. Ces rumeurs témoignent de l’activité de groupes sociaux ou politiques qui utilisent à plein les nouvelles technologies. Mais la résistance s’organise aussi, et ces discours paraissent désormais dévalués lorsqu’ils essaient d’entrer sur le marché de l’information.

« Chers ami(e)s Message de la Préfecture de Police de Paris, demandant de limiter les déplacement dans les centres commerciaux ce weekend, menace sur tout le territoire français, Paris comme en province, à faire tourner largement. Merci (Info reçue en messagerie professionnelle interne police nationale) ». Ce message, dont nous avons conservé la ponctuation et la scansion originales, a massivement circulé sur les téléphones portables le 12 mars 2016, en fin de matinée. Avec quelques variantes, dont l’une indiquait en fin de message qu’il ne s’agissait pas d’un hoax (canular). Les mots « centres commerciaux ce weekend » étaient en outre écrits en majuscules. Pour ma part, j’ai reçu ce message à 11h11, envoyé par une amie qui voulait savoir ce que j’en pensais et si elle pouvait quand même sortir l’esprit tranquille. Sa requête jouait donc à la fois sur le contenu primaire du message – une alerte attentats –, mais cherchait également une analyse secondaire de la véracité de ce même contenu, comme un fact-checking privé. Assez vite, devant la diffusion forte du message, plusieurs médias ont dénoncé l’alerte comme étant une mystification. (...)

Lire la suite sur INAglobal.
Désintox débusque toutes les intox qui viennent polluer le débat public. Ce soir, c’est le tweet de Florian Philippot sur l’annulation de l’interdiction du maïs Monsanto qui passe au radar.



Source : "28 minutes", Arte, 25 avril 2016.
"Historia", n° 833, mai 2016
Depuis quelques mois, dans le contexte anxiogène des attentats perpétrés par l’Etat islamique, la théorie du complot s’immisce dans le cerveau des esprits les plus vulnérables, notamment les adolescents. Ces thèses complotistes tentent d’expliquer des événements troublants ou terrifiants. Avec cette question délirante : et si la vérité était ailleurs ? Le phénomène n’est pas nouveau. Il remonte même au Moyen Âge. Mais aujourd’hui, l’accroissement des flux d’information – comme Internet qui charrie indistinctement le vrai, le faux et le douteux – donne aux rumeurs les plus folles une dangereuses visibilité jusqu’ici inconnue. Pierre-André Taguieff, spécialiste du sujet, décrypte la construction et la diffusion de ces croyances.
Mercredi 27 Avril 2016



Par Alexander Krützfeldt


Comment j’ai quitté la secte des théories du complot
Stephanie Wittschier a cru à de nombreuses choses au cours de sa vie : que des extraterrestres étaient coincés dans la Zone 51 ; que le Troisième Reich était toujours en place et se portait plutôt bien ; de même que les Illuminatis – et enfin, que les élites de ce monde se servaient des chemtrails pour empoisonner l'humanité.

Cette Allemande de 35 ans est partie assez loin dans le délire des théories conspirationnistes, avant d'y renoncer et de se donner pour mission de lever le voile sur la sinistre réalité des « chemmies » – ces gens qui pensent que le gouvernement essaye de répandre des produits chimiques via les traînées d'avion. Aujourd'hui, elle et son mari, Kai, gèrent une page Facebook et un compte Twitter appelé Die lockere Schraube (La vis desserrée). Ils se sont depuis attiré les foudres de leurs anciens copains complotistes. (...)

Lire la suite sur Vice.com.
Pierre-André Taguieff sur la généalogie du "complotisme antisioniste"
Dans une tribune publiée jeudi dans Le Figaro, l’historien des idées Pierre-André Taguieff explore la généalogie du complotisme antisioniste. Extraits :

Dans la propagande «antisioniste» sont recyclées aussi les accusations de meurtre des prophètes, de falsification des livres saints, de propension juive à mentir et à semer la corruption et la guerre civile. D'où les stéréotypes négatifs indéfiniment exploités : les Juifs seraient fourbes et traîtres (en référence aux démêlés entre le Prophète et les Juifs de Médine), cupides et cruels, ennemis de Dieu et de l'humanité, corrompus et corrupteurs.

Mais il ne faut pas oublier pour autant le phénomène de transfert culturel des thèmes antijuifs européens au sein du monde arabo-musulman qui, commencé à la fin du XIXe siècle, a pris une ampleur croissante au Proche-Orient à l'occasion de la lutte engagée par les Arabes contre le sionisme aux lendemains de la Déclaration Balfour du 2 novembre 1917. Le refus arabo-musulman de la création d'un «foyer national juif» en Palestine a été immédiat, et s'est idéologisé par recours à des stéréotypes et à des thèmes d'accusation empruntés au corpus de l'antisémitisme européen. C'est le cas pour la légende du «meurtre rituel», le mythe du «complot juif mondial» ou l'accusation plus récente de «racisme», qui alimente depuis les années 1970 la «nazification» d'Israël et du sionisme. (…)

L'importation de l'antisémitisme européen dans le monde arabo-musulman, marqué notamment par la première diffusion des Protocoles des Sages de Sion et de sa thématique conspirationniste au Proche-Orient, a pris une importance politique à partir du début des années 1920, lorsque des idéologues du panarabisme et du panislamisme ont associé la question palestinienne à la menace indistinctement «juive» et «sioniste» pesant sur les Lieux saints de l'islam. La hantise des Arabes musulmans tourne alors autour de la transformation de la mosquée Al-Aqsa en synagogue, rumeur qui, depuis le début des années 1920 et sous diverses formulations, n'a cessé de provoquer émeutes, pogroms ou affrontements sanglants. Cette accusation mensongère portée par le slogan «Al-Aqsa est en danger», lancé et exploité par le «Grand Mufti» de Jérusalem, a été à l'origine de la seconde Intifada, avant de revenir à l'automne 2015 pour justifier une nouvelle vague d'attaques terroristes contre des Israéliens. (…)
1 2 3 4 5 » ... 67