Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot

Recherche

Facebook
Twitter
Rss











Dernières notes



La Bibliothèque
Mythes et mythologies politiques, de Raoul Girardet
L'Obsession du complot, de Frédéric Charpier
Le style paranoïaque. Théories du complot et droite radicale en Amérique, de Richard Hofstadter
Les rhétoriques de la conspiration, sous la direction d'Emmanuelle Danblon & Loïc Nicolas
La Foire aux illuminés, de Pierre-André Taguieff
L'effroyable mensonge, de Guillaume Dasquié et Jean Guisnel
Le Complot : L'histoire secrète des Protocoles des Sages de Sion, de Will Eisner
Les Protocoles des Sages de Sion : Faux et usages d'un faux, de Pierre-André Taguieff
La synarchie. Le mythe du complot permanent, d'Olivier Dard
Court traité de complotologie, de Pierre-André Taguieff





Désintox débusque toutes les intox qui viennent polluer le débat public. Ce soir, c’est le tweet de Florian Philippot sur l’annulation de l’interdiction du maïs Monsanto qui passe au radar.



Source : "28 minutes", Arte, 25 avril 2016.
"Historia", n° 833, mai 2016
Depuis quelques mois, dans le contexte anxiogène des attentats perpétrés par l’Etat islamique, la théorie du complot s’immisce dans le cerveau des esprits les plus vulnérables, notamment les adolescents. Ces thèses complotistes tentent d’expliquer des événements troublants ou terrifiants. Avec cette question délirante : et si la vérité était ailleurs ? Le phénomène n’est pas nouveau. Il remonte même au Moyen Âge. Mais aujourd’hui, l’accroissement des flux d’information – comme Internet qui charrie indistinctement le vrai, le faux et le douteux – donne aux rumeurs les plus folles une dangereuses visibilité jusqu’ici inconnue. Pierre-André Taguieff, spécialiste du sujet, décrypte la construction et la diffusion de ces croyances.
Mercredi 27 Avril 2016



Par Alexander Krützfeldt


Comment j’ai quitté la secte des théories du complot
Stephanie Wittschier a cru à de nombreuses choses au cours de sa vie : que des extraterrestres étaient coincés dans la Zone 51 ; que le Troisième Reich était toujours en place et se portait plutôt bien ; de même que les Illuminatis – et enfin, que les élites de ce monde se servaient des chemtrails pour empoisonner l'humanité.

Cette Allemande de 35 ans est partie assez loin dans le délire des théories conspirationnistes, avant d'y renoncer et de se donner pour mission de lever le voile sur la sinistre réalité des « chemmies » – ces gens qui pensent que le gouvernement essaye de répandre des produits chimiques via les traînées d'avion. Aujourd'hui, elle et son mari, Kai, gèrent une page Facebook et un compte Twitter appelé Die lockere Schraube (La vis desserrée). Ils se sont depuis attiré les foudres de leurs anciens copains complotistes. (...)

Lire la suite sur Vice.com.
Pierre-André Taguieff sur la généalogie du "complotisme antisioniste"
Dans une tribune publiée jeudi dans Le Figaro, l’historien des idées Pierre-André Taguieff explore la généalogie du complotisme antisioniste. Extraits :

Dans la propagande «antisioniste» sont recyclées aussi les accusations de meurtre des prophètes, de falsification des livres saints, de propension juive à mentir et à semer la corruption et la guerre civile. D'où les stéréotypes négatifs indéfiniment exploités : les Juifs seraient fourbes et traîtres (en référence aux démêlés entre le Prophète et les Juifs de Médine), cupides et cruels, ennemis de Dieu et de l'humanité, corrompus et corrupteurs.

Mais il ne faut pas oublier pour autant le phénomène de transfert culturel des thèmes antijuifs européens au sein du monde arabo-musulman qui, commencé à la fin du XIXe siècle, a pris une ampleur croissante au Proche-Orient à l'occasion de la lutte engagée par les Arabes contre le sionisme aux lendemains de la Déclaration Balfour du 2 novembre 1917. Le refus arabo-musulman de la création d'un «foyer national juif» en Palestine a été immédiat, et s'est idéologisé par recours à des stéréotypes et à des thèmes d'accusation empruntés au corpus de l'antisémitisme européen. C'est le cas pour la légende du «meurtre rituel», le mythe du «complot juif mondial» ou l'accusation plus récente de «racisme», qui alimente depuis les années 1970 la «nazification» d'Israël et du sionisme. (…)

L'importation de l'antisémitisme européen dans le monde arabo-musulman, marqué notamment par la première diffusion des Protocoles des Sages de Sion et de sa thématique conspirationniste au Proche-Orient, a pris une importance politique à partir du début des années 1920, lorsque des idéologues du panarabisme et du panislamisme ont associé la question palestinienne à la menace indistinctement «juive» et «sioniste» pesant sur les Lieux saints de l'islam. La hantise des Arabes musulmans tourne alors autour de la transformation de la mosquée Al-Aqsa en synagogue, rumeur qui, depuis le début des années 1920 et sous diverses formulations, n'a cessé de provoquer émeutes, pogroms ou affrontements sanglants. Cette accusation mensongère portée par le slogan «Al-Aqsa est en danger», lancé et exploité par le «Grand Mufti» de Jérusalem, a été à l'origine de la seconde Intifada, avant de revenir à l'automne 2015 pour justifier une nouvelle vague d'attaques terroristes contre des Israéliens. (…)

Par Thomas Legrand


Le "complot" de la presse contre François Hollande...
Jean-Christophe Cambadélis dénonce un « consensus médiatico-sondagier » contre François Hollande.

La fameuse victimisation complotiste ! La presse constate que les taux de popularité de François Hollande sont catastrophiques ; la presse, comme d’ailleurs la plupart des Français, trouve, dans son ensemble, que François Hollande est en train de rater son mandat. Mais il suffit d’avoir quelques repas de famille, d’aller à la cantine de son boulot, de faire le marché, d’aller chercher ses enfants à l’école, d’aller prendre un café au bistrot du coin, bref, de vivre la vie de tous les jours, pour s’apercevoir que les Français ne veulent plus, dans leur grande majorité, de François Hollande ni de Nicolas Sarkozy. C’est flagrant et massif.

Et c’est d’ailleurs, pour le président, peut-être réversible, pourquoi pas dans quelques mois, après une inversion de la courbe du chômage et un Euro de foot remporté 5-0 contre l’Allemagne ! Mais en attendant, la presse, n’est qu’une loupe, parfois grossissante, c’est vrai, mais toujours à la traîne de l’opinion plutôt qu’à son avant garde. C’est étonnant comme tous les partis estiment que leur malheur vient de la façon dont on parle d’eux, plutôt que de leur action, et surtout, plutôt que de la différence flagrante entre ce qu’ils disent et ce qu’ils font. Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon font profession de transformer leurs relations avec la presse en affrontements. On en a l’habitude, il s’agit de leur caractère mais aussi d’une stratégie classique. Ça correspond à une forme de combat contre l’idéologie dominante, compréhensible de la part de partis qui proposent des changements radicaux.

Mais la victimisation politique se généralise. (...)

Lire la suite sur le site de France Inter.

Par Victor Garcia


Sur Facebook, la Nasa ridiculise les climatosceptiques et complotistes
Attaquée sur Internet par des adeptes de la théorie de complot, la Nasa a envoyé son community manager rétablir quelques vérités, comme le fait qu'il y a "un consensus sur le réchauffement climatique" et sur sa cause, "l'activité humaine".

Tout a commencé par un pari à 20 000 dollars (17 700 euros). Invité par le climatosceptique Marc Morano, Bill Nye The Science Guy, un vulgarisateur et scientifique américain très populaire, lui propose de "jouer" sur le fait que 2016 sera l'une des 10 années les plus chaudes jamais enregistrées et que la décennie 2010-2020 sera également la plus chaude de tous les temps.

Reconnaissant que les deux scénarios sont possibles, le climatosceptique refuse -tout en arguant que ces chiffres sont "insignifiants". The Science Guy a ensuite publié la vidéo sur sa page Facebook (4,4 millions d'abonnés).

Sans surprise, une horde d'humoristes en herbe, climatosceptiques se sont précipités pour commenter "l'affaire". Et les plus adeptes des théories du complot ont rapidement accusé... L'agence spatiale américaine. Publications mal-interprétées et propos inventés à l'appui, ils ont alors affirmé que la Nasa "trafiquent les chiffres et ses études" pour propager le "mensonge du réchauffement climatique". (...)

Lire la suite sur le site de L'Express.

Par AFP


Le ministre de la Défense polonais, Antoni Macierewicz
Il y a six ans, l'avion du président polonais Lech Kaczynski se crashait en Russie. Son frère jumeau Jaroslaw est revenu au pouvoir l'année dernière et a rouvert l'enquête car il pense qu'il s'agit d'un attentat.

Arrivé au pouvoir en octobre, le gouvernement du parti Droit et Justice (PiS) qui soutient l'hypothèse d'un attentat à Smolensk, a tenu ses promesses électorales et aussitôt rouvert l'enquête sur les causes de cette catastrophe aérienne, rejetant les conclusions officielles du gouvernement libéral précédant attribuant l'accident notamment aux mauvaises conditions météorologiques et à des erreurs des pilotes polonais et des contrôleurs aériens russes.

A la veille des cérémonies, dans une interview à Gosc Niedzielny, un hebdomadaire catholique, le chef de la nouvelle sous-commission d'enquête Waclaw Berczynski, sans citer aucune preuve, a réaffirmé sa thèse d'une explosion en vol du Tupolev 154. (...)

Lire la suite sur LeVif.be.


Voir aussi :
* Le nouveau ministre de la Défense polonais croit à la théorie du complot juif
* Crash de Smolensk : les théories de complot vont bon train en Pologne

Par Jean-Laurent Cassely


Les «Panama Papers» ont enfin leurs théories du complot
Le Consortium international de journalistes d’investigation a pu donner l’impression d’une enquête de l’Occident à charge contre ses adversaires.

Des chefs d’État, des figures du big business, des sportifs de haut niveau et des personnalités du show biz, tous impliqués dans l’évasion fiscale à grande échelle révélée par les Panama Papers? Pour une fois, les tenants de la thèse d’un «Nouvel ordre mondial» sont servis par les médias. Et pourtant… les sceptiques des théories officielles se sont plutôt ralliés à la thèse selon laquelle ces révélations faisaient elles-mêmes partie d’un complot plus vaste encore, note le site Vocativ avec une pointe d’humour.

Il faut dire que, en mettant en vedette les comptes offshore détenus par des proches des présidents russe Vladimir Poutine et chinois Xi Jinping, le Consortium international de journalistes d’investigation (ICIJ), qui a coordonné les recherches, risquait de donner l’impression d’une enquête de l’Occident à charge contre ses adversaires… Et c’est très justement en exploitant cette faille que certains sites discutent la véracité des documents publiés et les choix éditoriaux faits depuis les premières révélations de ce feuilleton journalistique tentaculaire. Les fuites cibleraient uniquement les «ennemis du capitalisme occidental», peut-on lire par exemple sur Reddit.

Au Pakistan, le Parlement régional de Lahore (capitale de l’État du Pendjab) a voté une résolution qui qualifie la fuite de «conspiration satanique sans fondement», rapporte Courrier international. Il faut dire que les enfants du Premier ministre pakistanais, Nawaz Sharif, apparaisent dans les documents du désormais tristement célèbre cabinet Mossack Fonseca (...)

Lire la suite sur Slate.fr.

Par Renaud Rebardy


"Les réseaux du Kremlin en France", de Cécile Vaissié (Les Petits Matins, mars 2016)
Universitaire spécialiste de la Russie, Cécile Vaissié publie une enquête fouillée sur «Les réseaux du Kremlin en France» (Editions Les Petits Matins, 224 pages). Elle dévoile les multiples relais sur lesquels s’appuie le régime russe pour tenter de devenir un pôle d’attraction face à l’Occident. En prenant de nombreux exemples et en dressant quelques portraits hauts en couleur, elle dévoile les contours de ce qui ressemble à un nouveau Komintern.

À la différence de celui qui a existé au temps de l’Union soviétique, cependant, celui-ci s’appuie plutôt sur des valeurs conservatrices et tente de fédérer autour de la Russie les partis souverainistes européens et mise donc en premier lieu, en France, sur le Front National (lequel a pu facilement emprunter de l’argent en Russie) et sur la droite des Républicains (qui a multiplié les missions d’élus à Moscou et les protestations contre les sanctions). Il va aussi chercher des soutiens dans les cercles les plus divers. Le livre dévoile les rouages de ce travail d’influence.

Il nous raconte notamment comment le régime Poutine, dès ses origines, s’est efforcé de gagner le soutien de l’ancienne émigration blanche, et y a réussi en mettant en place une «Union des compatriotes», une organisation structurée et largement financée qui est devenue un relais efficace des intérêts du pouvoir russe à l’extérieur de ses frontières. Elle détaille la naissance et le fonctionnement de cette organisation et note, avec une certaine ironie, que la Russie pourchasse, chez elle, les «agents de l’étranger» (...)

Lire la suite sur le blog du Comité Ukraine.

Par Anne Brunel


L'acteur et youtuber complotiste "Morgan Priest"
Le progressif déploiement des nouveaux compteurs d’électricité LINKY créé un débat, et parfois même de l'émoi, au point ces derniers temps de devenir une vraie source d’inspiration pour ceux qui prédisent la fin des temps !

Vous avez bien entendu parler de ces compteurs dits « intelligents ». Ils vont venir remplacer d’ici à 2021 les compteurs bleus traditionnels que les agents EDF viennent aujourd’hui « relever » deux fois l’an. Et si vous n’êtes pas là, EDF fait une « estimation » de votre consommation sur la base de l’année d’avant.

Si ces nouvelles boîtes, appelées « LINKY » et désormais jaunes/vert acidulées, sont qualifiées d’intelligentes, c’est parce qu’au lieu de simplement calculer et afficher votre consommation électrique, elles vont désormais la transmettre, et ce en temps réel.

Ces compteurs sont donc en quelque sorte "connectés" et c'est bien là ce qui affole. Car ces boîtiers sont en « lien » permanent avec un « concentrateur » qui reçoit les données de consommation, et ce tout simplement via le fil de cuivre du courant électrique. (...)

Lire la suite sur le site de France Inter.



Source : Les Légendes du Web, in "Secrets d'Info", France Inter, 25 mars 2016.

Par Euronews


"Panama papers" : le Kremlin crie au complot
La théorie du complot, c’est la ligne de défense du Kremlin après les révélations de l’enquête planétaire “Panama papers” qui éclabousse Vladimir Poutine.

Selon un réseau international de journalistes d’investigations, des proches du président russe auraient caché jusqu‘à deux milliards de dollars avec l’aide de banques et de sociétés écrans, obtenant ainsi de l’influence auprès des médias et de l’industrie automobile. Pour Dmitri Peskov, le porte-parole du Kremlin, il s’agit de destabiliser la Russie. “Il est évident que l'objectif, la cible principale de cette attaque, est en premier lieu notre pays et le président Poutine lui-même.”

Ces révélations ne semblent pas provoquer de remous dans l’opinion publique russe: “Vous savez ce que je pense de tout cela ? Rien n’est prouvé dit une habitante de Moscou. Ils n’ont pas surpris ces personnes en flagrant délit. C’est seulement ce que racontent les journaux.”

“Dans une certaine mesure, il y a la corruption bien sûr, explique un homme. Je ne peux pas expliquer tous les détails. Mais cela existe évidemment dans le pays.”

“Spéculations”, “inventions”, “falsifications”, la réaction de Moscou vise directement les Etats-Unis, le pays dénonce une enquête menée par d’ “anciens employés du département d’Etat, de la CIA et des services secrets”.



Source : Euronews.com, 4 avril 2016.

Par Robin D'Angelo


Rockin' Squat signe la préface du dernier livre de Kémi Séba
Ex-leader de la Tribu Ka, conférencier panafricain plusieurs fois condamné pour antisémitisme, Kémi Séba sort un nouveau livre «Obscure époque». Et cette fois, il peut compter sur un ambassadeur de luxe : le rappeur vedette Rockin’ Squat.

Ex-leader de la Tribu Ka, conférencier panafricain plusieurs fois condamné pour antisémitisme, Kémi Séba sort un nouveau livre « Obscure époque ». Et cette fois, il peut compter sur un ambassadeur de luxe : le rappeur vedette Rockin’ Squat.

Le pitch d’Obscure époque ? Un gang de skinheads néo-nazis et une bande de suprémacistes noirs se livrent à une guerre sans merci dans les rues de Paris, jusqu’au jour où ils découvrent qu’ils sont en fait instrumentalisés par l’Elysée pour créer du désordre. En réaction, ils unissent leurs forces en fondant un cabinet de détectives privés, surnommé « la police du peuple », qui lutte contre « l’élite financière et apatride ». (...)

Lire la suite sur StreetPress.com.


Voir aussi :
* Le rappeur Rockin' Squat en rajoute une couche sur la ''conspiration mondiale''
* Kémi Seba part en croisade contre... les Illuminati !

Par Constance Léon


Attentats à Bruxelles: "Le complotisme, un radicalisme soft" selon Emmanuelle Danblon
Comme à Paris, certains internautes prétendent que les attentats de Bruxelles ont été mis en scène par les autorités.

Sur l’écran, un homme vêtu d’une chemise à carreaux bleus se lève en trébuchant, juste après l’explosion à l’aéroport de Zaventem. Dans le creux de son bras gauche il tient un bébé. La chaîne AMN sur YouTube propose une exégèse de la vidéo : l’enfant ne serait qu’une poupée.

La nébuleuse complotiste a réagi rapidement à la tuerie bruxelloise. En gros, elle évoque, sur Internet, un attentat sous "false flag", c’est-à-dire un attentat perpétré volontairement par les autorités nationales dans un but précis.

"Le conspirationnisme est un radicalisme soft", analyse Emmanuelle Danblon pour "La Libre", professeur à l’ Université libre de Belgique (ULB), directrice du groupe de recherche en rhétorique et argumentation linguistique.

Après les attentats du 13 novembre 2015 à Paris, ces théories avaient fait florès sur les réseaux sociaux. "Il s’agit de trouver l’indice qui va semer le doute dans l’esprit de l’internaute", commente l’experte. (...)

Lire la suite sur La Libre.

Par Romain Mielcarek


Enquête sur AWD News, intrigant site internet de désinformation
Internet est le lieu idéal pour inciter les gens à la colère. Un site de désinformation s'applique ainsi à attiser les colères ou rancunes des internautes. Entre faux profils et articles mensongers, petit exemple de ce qui pourrait s'apparenter à de la subversion en ligne.

Le président Hollande « coupable de haute trahison ». Le Pentagone qui « prépare une guerre contre la Russie ». Ou encore l'Arabie saoudite et Israël qui seraient « sur la même longueur d'onde ». Ce sont quelques-unes des affirmations qu'on peut lire sur le site AWD News. Ses cibles sont systématiquement les mêmes : Israël, les Etats-Unis, l'Europe, la Turquie et l'Arabie saoudite. Et les pays héroïsés sont presque toujours l'Iran, la Syrie et la Russie.

Militant ou manipulateur ? En tout cas, ce site reproduit des articles particulièrement tranchés qui se présentent comme des enquêtes de presse. Les sources sont toujours présentées de manière floue, peut-être pour que l'on ne puisse pas les remonter. De rapides vérifications montrent qu'elles sont en général repris sur des sites peu sérieux, voire que les titres sont réécrits pour amplifier l'effet de conviction. Exemple avec cet article du 28 janvier, qui cite Foreign Policy comme partenaire d'AWD News, affirmant que les Etats-Unis préparent des plans de guerre contre la Russie. Sauf qu'en cherchant, on retrouve effectivement une reprise par Slate d'un article vieux d'un an évoquant des « plans », qui sont en réalité des simulations visant à entraîner les forces américaines. (...)

Lire la suite sur le site de RFI.


Voir aussi :
* "Nouvelle étude : les conspirationnistes ne vérifient jamais leurs sources"

Par Mathias Girel


Les théories du complot au scalpel
Pour Mathias Girel, maître de conférences à l’Ecole normale supérieure, il ne faut pas négliger, parmi les manières de répondre aux théories du complot, celle, modeste, consistant à comparer les raisonnements conspirationnistes aux pratiques traditionnelles de production des connaissances - qui, elles, ont fait leurs preuves.

Les « théories du complot » font l’objet d’une attention croissante, elles nourrissent une préoccupation politique, et également pédagogique, tout particulièrement depuis les attentats de janvier et de novembre 2015, où des lectures conspirationnistes des événements ont essaimé sur les réseaux sociaux avant même que les premiers éléments d’enquête n’aient été rassemblés.

Quelle que soit l’importance des autres composantes du problème, il nous semble que les théories du complot posent, en outre, des questions intéressantes à l’épistémologie, comprise aussi bien comme théorie générale de la connaissance, selon le sens anglo-saxon, que comme philosophie des sciences. Les théories du complot – qu’il vaudrait sans doute mieux appeler « arguments complotistes » pour ne pas reprendre un usage relâché du terme technique de « théorie » – semblent imiter l’enquête scientifique, par leur insistance sur l’élucidation de causes cachées permettant d’expliquer les phénomènes visibles, alors qu’elles n’en offrent souvent qu’un douteux avatar.

Qu’est-ce qu’un complot ?

Il est difficile d’entrer dans la discussion sans définition précise de ce qu’est un complot : posons qu’il s’agit d’une « action explicitement coordonnée d’un petit groupe agissant en vue de fins moralement ou légalement répréhensibles à l’insu du plus grand nombre » (pour d’autres définitions, voir l’ouvrage collectif dirigé par David Coady, Conspiracy Theories : The Philosophical Debate, paru en 2006). (...)

Lire la suite sur The Conversation.


Voir aussi :
* Conférence-débat : "Délires d’opinion et théories du complot"

Par Julien Collignon


Fayçal Cheffou
Fayçal Cheffou se décrit comme "journaliste indépendant", ce qui l'a amené à côtoyer certaines personnalités du monde de la télé et de la radio, dont Vinz Kanté, l'animateur de Fun Radio.

Ce dernier s'est confié au micro de RTL Info. Il décrit un homme aux antipodes du stéréotype du terroriste. "Passionné, intelligent, à l'écoute des gens, très diplomate aussi, c'était quelqu'un qui ne se prenait pas la tête, il essayait toujours d'arranger des situations. Et quand je dis passionné c'est qu'il aimait ça, il aimait la presse, la télévision, les médias."

Mais son comportement a fini par changer peu à peu. "Malheureusement, il est tombé dans un délire de vidéos YouTube, les fameuses vidéos qui ne citent aucun droit, qui ne citent aucune source, qui ne disent absolument rien. Genre de théorie du complot, illuminati, Rockfeller, il est vraiment tombé dans un délire comme ça où tout d'un coup il voyait le mal partout." (...)

Lire la suite sur le site 7sur7.be.


Mise à jour (21h07) :
Inculpé dans l'enquête sur les attentats de Bruxelles, suspecté d'"assassinats terroristes" et de "participation aux activités d'un groupe terroriste", Fayçal Cheffou a été remis en liberté lundi 28 mars. Il était soupçonné d'être le troisième terroriste de l'aéroport de Zaventem, celui qui portait un chapeau sur les images de vidéosurveillance. Selon le parquet fédéral belge, "les indices qui avaient entraîné [son] arrestation [dans la nuit du jeudi 24 au vendredi 25 mars] n'ont pas été confortés par l'évolution de l'instruction en cours".

Voir aussi :
* Il tue femme et enfants avant de dénoncer un complot visant à islamiser la France
* Fusillade dans l'Oregon : le tueur adorait les théories du complot... le shérif en charge de l'enquête aussi !
* Le tueur d'Istres : entre troubles psychiques et paranoïa politique
* Le ''tueur de l’Arizona'', obsédé par la théorie du complot

Par Aliocha Popovitch


Journalisme d'investigation et théorie du complot : attention aux sources !
Bonne nouvelle : les initiatives pédagogiques se multiplient pour contrer les théories du complot. Certains devraient pourtant être plus vigilants dans leur usage des sources...

Paul Moreira est l'initiateur d'un kit-vidéo pédagogique destiné à lutter contre les théories du complot dans les écoles et réalisé avec le soutien de l'Education nationale et de France Télévisions. Rien d'étonnant à cela puisque Paul Moreira est un journaliste d'investigation connu pour son travail d'enquête et son engagement pour la liberté d'expression. Seulement voilà : récemment, il a été au cœur d'une intense controverse autour de son film « Ukraine : les masques de la révolution ».

Le documentaire de Paul Moreira a suscité de nombreuses critiques aussi bien de la part de ses confrères que de celle des universitaires experts de l’Ukraine déplorant les « points aveugles » d'une analyse reprenant « la rhétorique habituelle des médias russes alignés sur le discours poutinien ». Le film, qui suggère que les milices d'extrême droite ukrainiennes furent le vecteur principal du mouvement Euromaïdan ayant conduit au renversement de Viktor Ianoukovitch sur fond de manipulations américaines, a d'ailleurs été salué par le site de Russia Today, la très conspirationniste chaîne de télévision du Kremlin.
Spicee vous propose un décryptage des principales théories du complot qui circulent depuis mardi sur internet.



Voir aussi :
* Comment nous avons piégé les complotistes
* L'ultime campagne de Laurent Louis
A Molenbeek, après l'arrestation de Salah Abdeslam
Lu dans Le Monde du 19 mars 2016 :

« Les rumeurs commencent à circuler. [Un homme âgé de la soixantaine] assure qu’il sait "par Facebook" que Salah Abdeslam s’est échappé de l’hôpital. Un autre, âgé d’une quarantaine d’années, bonnet sur la tête, tente de convaincre un plus jeune que lui que le 13 novembre n’était que mise en scène. "Ce ne sont pas des terroristes, ils n’ont tué personne, ils se sont fait sauter dans des ruelles désertes", explique-t-il doctement. "Mais ils ont tué en tirant quand même", tente l’autre, légèrement dubitatif. "Non. Ça, c’est les services secrets… et les sionistes", rétorque le premier. A ce dernier mot, le jeune homme se rembrunit. "Oui. Ça, je sais que ce sont les sionistes", lâche-t-il, soudainement vaincu par le poids de l’argumentation ».


Voir aussi :
* Mohamed Abdeslam ne cesse de parler de "manipulation"
* Clash entre l'imam Abdelali Mamoun et un jeune chef d'entreprise complotiste
Le "Grand Remplacement" ? Un "projet" soupçonne Eric Zemmour
Dans Le Figaro du 18 mars 2016, Eric Zemmour signe une chronique intitulée « Le Grand Remplacement, fantasme ou réalité ? ». Elle se conclut par le passage suivant :

« "Le grand remplacement" a d’abord été brocardé comme un fantasme, une peur irraisonnée. Puis, la formule chère à Renaud Camus a été dénoncée comme une manie "complotiste". Et si c’était tout simplement un projet ? Un objectif ? Une réalité en marche qu’on ne peut, qu’on ne veut arrêter. »

Inventée par l’écrivain Renaud Camus, la thèse du « Grand Remplacement » postule qu’un « changement de peuple et de civilisation » est actuellement à l’œuvre en France et en Europe. Contredite par les données démographiques (la population d’origine extra-européenne vivant sur le territoire français représentait en 2008 environ 10% de la population nationale), cette idée n'en est pas moins très largement répandue à l'extrême droite, d'Aymeric Chauprade à Marion Maréchal-Le Pen, et jusque dans les rangs de la droite de gouvernement. Marine Le Pen, qui a pu tenté de se démarquer « d'une vision dans laquelle quelques-uns organisent en secret le remplacement de la population », avait aussi condamné en 2011 une immigration « volontairement accélérée dans un processus fou, dont on se demande s’il n’a pas pour objectif le remplacement pur et simple » (lire : Le «grand remplacement», totem extrême).

« Complot contre la France »

En janvier 2015, l'eurodéputé frontiste Bruno Gollnisch s'était déclaré «complotiste au sens zemmourien du terme» : « Le seul complot, c’est sur la sûreté intérieure et extérieure de l’Etat qui est l’appel à une immigration massive de personnes qui se trouvent en dehors de notre civilisation depuis 40 ans. C’est un complot contre la France. »


Voir aussi :
* Le «grand remplacement», totem extrême (Libération, 13 octobre 2015)
* Le grand boniment (Le Monde, 23 janvier 2014)
1 2 3 4 5 » ... 67