Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot

Recherche

Facebook
Twitter
Rss










Dernières notes



La Bibliothèque
L'imaginaire du complot mondial, de Pierre-André Taguieff
La synarchie. Le mythe du complot permanent, d'Olivier Dard
Le Complot : L'histoire secrète des Protocoles des Sages de Sion, de Will Eisner
Les Protocoles des Sages de Sion : Faux et usages d'un faux, de Pierre-André Taguieff
Mythes et mythologies politiques, de Raoul Girardet
La Société parano, de Véronique Campion-Vincent
Les rhétoriques de la conspiration, sous la direction d'Emmanuelle Danblon & Loïc Nicolas
Les Nouveaux imposteurs, d'Antoine Vitkine
La Causalité diabolique, de Léon Poliakov
L'Effroyable Imposteur, de Fiammetta Venner









Quand Jacques Sapir relaie les tuyaux percés de Thierry Meyssan
Directeur d'études à l'EHESS, l’économiste Jacques Sapir doit sa notoriété récente à ses positions tranchées en faveur d’une sortie de l’euro. Dans un texte mis en ligne sur son blog samedi 19 avril, ce spécialiste de la Russie plaide pour que la France et l’Allemagne se dotent d’une politique commune sur la crise russo-ukrainienne. Avant d’ajouter :

« Cette politique doit d’abord consister à se démarquer des pays de l’UE qui ont unilatéralement pris des positions extrémistes sur la question ukrainienne, comme la Pologne. Un journal polonais [4] raconte d’ailleurs comment le gouvernement de ce pays a aidé matériellement les militants de ‘Pravyy Sektory’ à organiser les provocations qui ont conduit à cette désastreuse situation ».

Ainsi donc, les militants du mouvement ultranationaliste ukrainien Pravy Sektor, présents lors des manifestations de la place Maidan à Kiev, auraient bénéficié du concours du gouvernement polonais pour déstabiliser l’Ukraine?

Par Hoaxbuster.com


"100% rumeurs", de Jean-Bruno Renard & Véronique Campion-Vincent (Payot, 2014)
Véronique Campion-Vincent et Jean-Bruno Renard sont des spécialistes des rumeurs et des légendes urbaines. C'est à l'occasion de la sortie de leur troisième ouvrage commun "100% RUMEURS" que nous les avons interviewés.

Hoaxbuster : Bonjour Véronique et Jean-Bruno, vous êtes le duo de choc francophone des légendes urbaines, comment est née et s’est développée votre collaboration ?

Jean-Bruno Renard : Notre collaboration est née en 1988 d’échanges de courrier à la suite de la publication de mon ouvrage Les Extraterrestres, une nouvelle croyance religieuse ?, puisque nous nous intéressions tous les deux aux croyances marginales contemporaines. Véronique m’a alors fait connaître les travaux anglo-saxons sur les légendes urbaines, encore très peu diffusés en France. Nous avons créé un réseau informel de recherche qui s’est concrétisé en janvier 1989 par une Journée d’études à la Maison des Sciences de l’Homme de Paris puis en 1990 par la codirection du numéro 52 de la revue Communications sur les « Rumeurs et légendes contemporaines ». Nous avons ensuite cosignés plusieurs ouvrages sur les légendes urbaines (Légendes urbaines en 1992, De source sûre en 2002, 100% rumeurs en 2014, tous aux Éditions Payot). (...)

Lire la suite sur Hoaxbuster.com.


Voir aussi :
* Montpellier : ils décryptent légendes et rumeurs qui enflent sur internet (Midi Libre, 13 avril 2014)
* Les rumeurs négatrices, par Jean-Bruno Renard
* La Société parano, de Véronique Campion-Vincent

Par Mathieu Martiniere


Vladimir Poutine, l’ami de l’extrême droite européenne
En Ukraine, Vladimir Poutine appelle depuis des mois à chasser les «fascistes» de Kiev. Un discours paradoxal, alors que le président russe soutient et attire dans son sillage la majorité des partis d’extrême droite en Europe.

Un ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, qui qualifie de « Révolution brune », le soulèvement populaire de Maïdan. Un ex-président ukrainien, Viktor Ianoukovitch, soutenu par le Kremlin, qui s’estime victime «d’un coup d’Etat proche de celui des nazis dans les années 30». Un président russe, Vladimir Poutine, qui déclare avec ironie, au lendemain de la constitution du nouveau gouvernement ukrainien :

«Les formateurs occidentaux ont bien travaillé. Mais si le pouvoir était fort, les nationalistes n’auraient pas pu procéder aux pogroms dont nous observons aujourd’hui les conséquences.»

Depuis plusieurs mois, le gouvernement russe, hanté par la lutte douloureuse contre le régime hitlérien, alimente une véritable propagande en Ukraine, contre «les fascistes qui ont pris le pouvoir à Kiev». (...)

Lire la suite sur Slate.fr.


Voir aussi :
* Le tropisme russe de l'extrême droite française (Le Huffington Post, 19 février 2014)
* Le double discours d’Aymeric Chauprade sur le 11-Septembre (Conspiracy Watch, 18 décembre 2013)
* La télé identitaire, la drôle d’agence de presse et le « soft power » russe (Le Monde.fr, 29 janvier 2013)

Documentaire de Gilles Nadeau, 52 minutes (France, 2003).


Salutaire piqûre de rappel, ce documentaire de Gilles Nadeau, réalisé il y a plus de dix ans, réunit quelques-uns des meilleurs spécialistes hexagonaux pour dresser une passionnante histoire de l'extrême droite française. Avec les éclairages de Michel Winock, Pierre Milza, Benjamin Stora, Jean-Pierre Azéma et Pascal Perrineau.


L'histoire de l'extrême droite en France par SCHOUM1

Par Laure Narlian


Kurt Cobain : un film relance la théorie du meurtre
Le leader de Nirvana est mort il y a vingt ans (le 5 avril 1994) d'une balle de fusil de chasse dans la tête. Officiellement, le cas est clair : pour la police de Seattle, Kurt Cobain s'est suicidé. Mais, s'agissant d'une icône du rock, rien n'est simple et les rumeurs de meurtre n'ont jamais cessé. Un docu-drama, dont le trailer vient d'être dévoilé, relance le doute et la théorie du complot.

Le film s'appelle "Soaked in Bleach" et est réalisé par Benjamin Statler. Il s'agit d'un "docu-drama", c'est à dire d'un documentaire constitué de nombreuses scènes reconstituées avec des acteurs, mêlées à des témoignages d'experts et à l'examen minutieux des éléments officiels de l'enquête.

On y suit surtout l'affaire à travers les yeux d'un témoin particulier de l'affaire, Tom Grant, un enquêteur privé recruté par Courtney Love (l'épouse de Kurt Cobain) pour retrouver son mari durant les fameux derniers jours de sa vie, lorsqu'il était introuvable après avoir quitté prématurément un centre de désintoxication. (...)

Lire la suite sur Francetvinfo.


Voir aussi :
* La réouverture de l'enquête sur la mort de Kurt Cobain n'était qu'une rumeur (Francetvinfo.fr, 21 mars 2014)
Interview sur le conspirationnisme (Judaïques FM)
Jean Corcos m'a aimablement invité à venir parler de théories du complot dans son émission de Judaïques FM, "Rencontre".

J'ai essayé de répondre à quelques-unes de ses questions sur :
• les rapports entre antisémitisme et conspirationnisme,
• le rôle d'Internet dans la propagation de ces discours,
• les théories du complot visant Barack Obama,
• l'affaire Al-Dura,
• Alain Soral et Dieudonné, etc.




Source : Judaïques FM, 6 avril 2014.

Par Lionel Modrzyk


Théorie du genre : l'alliance extrême
Alain Soral, Farida Belghoul ou Salim Laibi, figures du complotisme et théoriciens d'une alliance catholico- musulmane, ont multiplié les actions à l'aube des municipales.

"Les résistants n'étaient que des lâches, des opportunistes. Pourtant, on les fait passer pour des héros dans les livres d'histoire et les documentaires. Alors que la plupart ont attendu la victoire russe à Stalingrad, signe de la débâcle nazie, pour se manifester ! Pétain, lui, était un vrai héros."

Ces propos nauséabonds ne sortent pas de la bouche d'un historien pro-Vichy. Mais de celle d'un étudiant marseillais de 19 ans. Avec cinq de ses amis "anti-système et catholiques pratiquants", il est venu assister en ce dimanche de février à une conférence de Farida Belghoul, figure du complotisme et instigatrice des Journées de retrait des enfants de l'école (JRE) "pour protester contre l'enseignement de la théorie du genre" dont le dernier opus s'est déroulé ce lundi, sans grand succès. (...)

Lire la suite sur le site de La Provence.

Par Diplomatie-Digitale.com


De la parodie à la paranoïa : Facebook et le cas italien
Sur Facebook (et plus largement le Web social), on sait que les rumeurs, même les plus infondées, côtoient les informations fiables. Mais que se passe-t-il quand les ouï-dire dépassent le stade de la simple parodie pour devenir des thèses crédibles, parfois reprises dans les médias ?

C’est à cette question qu’un chercheur de l’université de Boston, Walter Quattrociocchi, a essayé de répondre en se focalisant sur le cas d’une information, initialement parodique, qui a réussi à dépasser « la sphère de l’invraisemblable ».

Comment une loi fictive a ébranlé le web italien

« Le sénat italien a voté et approuvé, à 257 voix et 165 abstentions, une loi proposée par le Sénateur Cirenga débloquant une enveloppe de 134 milliards d’euros afin d’aider les élus politiques à retrouver du travail en cas de défaite électorale ». Cette phrase, accompagnée d’une image, est apparue en 2013 durant les élections italiennes et est rapidement devenue virale. Partagé plus de 35.000 fois en moins d’un mois, cité dans la presse nationale, l’impact de l’article sur la presse italienne est indéniable.

Seul problème, il est monté de toutes pièces. (...)

Lire la suite sur Diplomatie-Digitale.com.

Lire l'étude de Walter Quattrociocchi, " Collective attention in the age of (mis)information " (en anglais).

Par Bertrand Maury


Boeing de la Malaysian Airlines : comment expliquer l’attrait de la théorie du complot ?
Maître de conférence en psychologie à Goldsmiths (University of London) et fondateur du site ConspiracyPsychology.com, Rob Brotherton a signé la semaine dernière un texte pour le New Scientist consacré aux raisons du succès des théories du complot autour de la disparition du vol MH370.

Selon Brotherton, notre intuition nous pousse, lorsque nous sommes placés face à un événement inexpliqué, à chercher une explication intentionnelle plutôt qu’accidentelle. Il était donc inévitable qu’un mystère comme celui de la disparition du Boeing 777 de la Malaysian Airlines suscite un foisonnement de spéculations de toutes sortes, y compris de théories du complot. Des plus plausibles aux plus farfelues, ces thèses prolifèrent non seulement sur internet et les réseaux sociaux, mais aussi dans des médias plus conventionnels où elles permettent de combler en partie le vide informationnel.
49 % des Américains adhèrent à une théorie du complot en matière de santé
Près d'un Américain sur deux croit en au moins une théorie du complot en matière médicale. C'est le résultat d'une étude de J. Eric Oliver et Thomas Wood, chercheurs en sciences politiques à l’université de Chicago, publiée le 17 mars dernier dans le Journal of the American Medical Association (“Medical Conspiracy Theories and Health Behaviors in the United States”).

Réalisée entre août et septembre 2013, l'enquête a porté sur 1351 Américains adultes qui ont répondu à un sondage en ligne. Elle révèle que 12 % des sondés pensent que « la CIA a délibérément infecté un grand nombre d'Afro-Américains avec le virus du SIDA en faisant passer l'opération pour un programme de vaccination contre l'hépatite ». Ils sont trois fois plus nombreux (37%) à adhérer à l'énoncé selon lequel « la Food and Drug Administration [l'agence américaine du médicament - NDLR] déconseille délibérément le public d'avoir recours à des traitements naturels du cancer et d'autres maladies en raison des pressions exercées par les compagnies pharmaceutiques » (contre 32 % qui ne sont pas d'accord avec cette assertion).

Les autres assertions testées sont relatives à la fluoration de l'eau, à la nocivité supposée des téléphones portables ou des OGM, et à la croyance en l'existence d'un lien entre la vaccination et l'autisme.

Par Moisés Naím


Le grand complot international contre Poutine, Erdogan, Assad, Mugabe et Maduro
Ces pauvres dirigeants doivent se démener contre de richissimes ONG manipulées par les puissances occidentales qui ont l'outrecuidance de vouloir faire respecter les droits humains.

Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Bachar el-Assad, Nicolás Maduro et Robert Mugabe récriminent contre la grande conspiration internationale qui est en marche. Selon eux, ceux qui protestent dans les rues de Kiev, Istanbul, Alep, Caracas et Harare sont en réalité des mercenaires apatrides à la solde d’obscurs intérêts étrangers. Ou ce sont des imbéciles complètement manipulés. Mais par qui ? Tous ces autocrates nous expliquent que ce funeste complot planétaire est ourdi par les démocraties occidentales.

Rien que ça. Naturellement, les dirigeants russe, turc, zimbabwéen et consorts sont persuadés de l’existence de toutes sortes d’initiatives secrètes visant à les déstabiliser, voire à les sortir du pouvoir. Fait curieux, ces politiciens semblent craindre tout autant, sinon plus, les organisations internationales qui œuvrent publiquement et en toute transparence. Ils abhorrent ces fondations philanthropiques regroupant des militants de la démocratie, qui s’emploient à combattre les violations les droits de l’homme ou à observer les scrutins pour déceler et prévenir les fraudes électorales. (...)

Lire la suite sur Slate.fr.


Voir aussi :
* Poutine et ''la main de l’étranger'' : une rhétorique de guerre froide
Comment la complosphère désinforme sur l’Ukraine : l’exemple des snipers de Maïdan
Mercredi 5 mars, la chaîne d'information du Kremlin, Russia Today (RT), a diffusé l’enregistrement d’une conversation téléphonique privée entre Catherine Ashton et le ministre des Affaires étrangères estonien, Urmas Paet. Il y est question des tireurs embusqués qui ont ensanglanté la place Maïdan à Kiev il y a deux semaines, tueries qui ont entraîné la destitution du président Viktor Ianoukovitch par le Parlement ukrainien.

Urmas Paet rapporte à la Haute représentante de l’UE pour les Affaires étrangères que, d’après le témoignage d’un médecin rencontré à Kiev, Olga Bogomolets, « ce sont les mêmes snipers qui tuent des gens des deux côtés ». Selon le ministre estonien, le refus de la nouvelle coalition au pouvoir en Ukraine d’enquêter sur ce qui s’est passé exactement ajouté aux photos qu’il a pu voir font « qu’il est de plus en plus évident que derrière les snipers, ce n’était pas Ianoukovitch mais quelqu’un de la nouvelle coalition ». En d’autres termes, les manifestants de la place Maidan abattus par balles l’auraient été sur ordre de ceux-là mêmes qui ont remplacé Ianoukovitch, dans le cadre d’une opération de manipulation aussi machiavélique que meurtrière. Il faut rappeler que les affrontements de la place Maïdan ont fait près d’une centaine de morts - la plupart victimes de tirs par armes à feu - et 900 blessés.

Par Rudy Reichstadt


Marine Le Pen dans la Sarthe le 10 février 2014 (capture d'écran)
Comment l'extrême droite instrumentalise le "plus vieux média du monde".

Des municipalités de province organiseraient secrètement, en échange de subventions, l'accueil sur leurs territoires de populations "de couleur" en provenance de la Seine-Saint-Denis. C'est le bruit aux relents racistes et conspirationnistes qui court depuis "trois ou quatre ans" à Niort. Il n'a cessé d'enfler, gagnant Poitiers, Châlons-en-Champagne, Nevers, Montluçon, Saint-Quentin, trouvant refuge dans les petites communes de Tulle, Vitry-le-François, Guéret, Saint-Yrieix-la-Perche, prenant ses quartiers dans des agglomérations comme Limoges, Reims ou Le Mans ou s'invitant sur les marchés, lors des dernières élections législatives.

Largement médiatisée depuis le mois d'octobre 2013, lorsque lassés de publier des démentis inefficaces à l'extirper, plusieurs édiles locaux ont décidé de porter plainte contre x pour "préjudice causé à l'autorité publique par des assertions mensongères", cette rumeur dite "du 9-3" recouvre un ensemble d'assertions non vérifiées ou erronées qui, par définition, n'ont pas d'auteurs identifiables. Les usages politiques qui en ont été faits n'en apparaissent pas moins dans toute leur clarté. (...)

Lire la suite sur le Huffington Post.
"Envoyé spécial" : La rumeur du 9-3
Depuis plusieurs mois, un bruit circule : des maires de certaines communes recevraient des subventions en accueillant des populations de Seine-Saint-Denis. Malgré de nombreux démentis des communes concernés, rien ne semble l'arrêter. A qui profite cette rumeur ? "Envoyé spécial" a enquêté. "La rumeur du 9-3", un reportage d’Elsa Margout et Mélanie Gallard :



Source : "Envoyé spécial", France 2, jeudi 13 février 2014.

Voir aussi :
* Pourquoi croit-on aux rumeurs ? (entretien avec le sociologue Pascal Froissart, Francetv info, 3 février 2014)
* Marine Le Pen sur la rumeur du "9-3" : "C'est vrai, c'est une réalité" (Le Lab d'Europe 1, 12 février 2014)

Par Francetv info


"Children of the Matrix", de David Icke (auto-édité, 2001)
John Key a dû se justifier publiquement, et passer une visite médicale, après qu'un habitant d'Auckland a déposé une requête officielle à ce sujet.

"J'ai vu un médecin ainsi qu'un vétérinaire et tous deux ont confirmé que je ne suis pas un reptile." Le Premier ministre néo-zélandais John Key a été obligé de répondre très officiellement à cette curieuse question, rapporte mercredi 12 février le site 3news (lien en anglais).

A l'origine de cette déclaration : Shane Warbrooke, un citoyen d'Auckland qui a déposé le mois précédent un "official information act" auprès du bureau du chef du gouvernement. Il y demandait "toute preuve démentant la théorie selon laquelle John Key serait en réalité un reptile alien usant de la forme humaine pour la conduire à l'esclavage comme l'explique David Icke". Cet auteur britannique raconte, depuis le début des années 1990, que des reptiles humanoïdes domineraient secrètement le monde. (...)

Lire la suite sur Francetv info.


Voir aussi :
* Complot reptilien : Alain, lui, y croit
* David Icke et l'Apocalypse des lézards
Fars News, le complot extraterrestre et nous
« Les documents de Snowden prouvant le lien entre les Etats-Unis, les extraterrestres et Hitler stupéfient la Russie ». C’est sous ce titre et avec le plus grand sérieux que l’agence de presse iranienne Fars News s’est fait l’écho, le mois dernier, du contenu d’un prétendu rapport du FSB.

Selon Fars News, ce rapport résulte de l’analyse, par les services secrets russes, des centaines de milliers de documents confidentiels de la NSA dérobés par Edward Snowden. Des documents qui, d'après l'agence iranienne, prouveraient de manière « irréfutable » que les Etats-Unis sont en réalité dirigés, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, par les « Tall Whites » (ou « Grands Blancs »), une espèce extra-terrestre qui se serait déjà illustrée dans les années 1930, en œuvrant à l’avènement du nazisme en Allemagne...

Entretien avec Gérald Bronner


"La Démocratie des crédules", de Gérald Bronner (PUF, 2013, 344 pages).
Avec La Démocratie des crédules, son livre consacré aux mythes politiques, le sociologue Gérald Bronner rafle tous les prix. Entretien.

Le Nouvel Observateur : Dans votre livre, La Démocratie des crédules, vous observez que les mythes conspirationnistes envahissent l'esprit de nos contemporains. La France, par rapport à l'Allemagne et aux Etats-Unis, semble plutôt épargnée. Comment l'expliquez-vous ?

Gérald Bronner : Je ne pense pas que la France soit épargnée. Elle est moins sensible que d'autres pays aux mythes du complot concernant le 11-Septembre par exemple. Il existe sur ce point des différences nationales. Par exemple, on trouve 26% de conspirationnistes du 11-Septembre en Allemagne, mais c'est en ex-Allemagne de l'Est que les scores sont les plus forts. On peut supposer qu'il s'agit d'un héritage américanophobe.

Aux Etats-Unis, une enquête a montré que 36% des Américains jugeaient probable l'implication d'officiers fédéraux dans les attentats. En revanche, de nombreux indicateurs de méfiance vis-à-vis du corps politique sont dans le rouge dans notre pays (seuls 30% de nos concitoyens pensent que les hommes politiques sont plutôt honnêtes) et cela est favorable au conspirationnisme. (...)

Lire la suite sur le site du Nouvel Obs.

Par Emmanuel Debono


"Aux origines de l’antiracisme. La LICA, 1927-1940", d'Emmanuel Debono (CNRS Éditions, 2012).
Une part des critiques visant les organisations antiracistes est ancrée dans la tradition de la dénonciation des complots "judéo-maçonnique" et "judéo-bolchevique". Elles émanent principalement de certains milieux catholiques traditionalistes, de la droite et de l’extrême-droite. Ces complots se voient attribuer une envergure mondiale puisqu’il est affirmé que les juifs cherchent à asseoir leur domination à l’échelle planétaire. Il est dès lors très simple de rattacher à cette logique complotiste toute initiative tendant à barrer la route à l’antisémitisme : derrière les buts humanitaires avoués se logeraient des desseins inavouables.

En mai 1936, l’activiste antisémite Jean Boissel affirme dans Le Réveil du Peuple que les ligues contre l’antisémitisme de tous les pays ont été organisées par les B’nai B’rith, une organisation d’entraide juive fondée au milieu du XIXème siècle (1). Le B’nai B’rith a contre lui le fait de fonctionner comme un ordre maçonnique, d’exister à l’échelle internationale et d’être réservé aux juifs. La Ligue internationale contre l’antisémitisme (LICA), fondée en 1928, ne lui doit pourtant rien (ses archives en attestent) mais pour un militant comme Boissel, seule compte alors l’idée de raccrocher l’ancêtre de la LICRA au spectre fantasmé d’une vaste entreprise de subversion mondiale. En mai 1938, le journal Marseille libre estime à son tour que le président de la LICA, Bernard Lecache, « doit appartenir à la ligue des 'sales juifs' dite des 'BNAI-BRITH' qui est la loge où se décident les meurtres » (2).
1 2 3 4 5 » ... 51