Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot

Recherche

Facebook
Twitter
Rss











Dernières notes



La Bibliothèque
La synarchie. Le mythe du complot permanent, d'Olivier Dard
L'effroyable mensonge, de Guillaume Dasquié et Jean Guisnel
Le Complot : L'histoire secrète des Protocoles des Sages de Sion, de Will Eisner
La Causalité diabolique, de Léon Poliakov
Le style paranoïaque. Théories du complot et droite radicale en Amérique, de Richard Hofstadter
Les Protocoles des Sages de Sion : Faux et usages d'un faux, de Pierre-André Taguieff
L'Effroyable Imposteur, de Fiammetta Venner
L'Obsession du complot, de Frédéric Charpier
Histoire d'un mythe. La "conspiration" juive et les protocoles des sages de Sion, de Norman Cohn
La Foire aux illuminés, de Pierre-André Taguieff





Ardennes : un élu visé par une enquête pour contestation de crime contre l’Humanité
Une enquête préliminaire a été ouverte à l’encontre d’Olivier Badré, conseiller municipal des Hautes-Rivières (Ardennes). Ancien candidat du MNR de Bruno Mégret puis du Front national, ce militant d'extrême droite avait posté le 21 avril dernier sur son compte Facebook une vidéo négationniste intitulée « "Chambres à gaz" : aucune preuve après 33 ans de recherches ».

Ce n'est pas la première fois qu'Olivier Badré fait parler de lui. Comme le rappelle la presse locale, ce dernier s'était fait photographier le 17 janvier dernier en train d'exécuter fièrement une « quenelle au Système », geste de ralliement des partisans de Dieudonné, à l’issue d'un des spectacles du polémiste à Châlons-en-Champagne.

Décrit comme « passionné par les théories du complot, fanatique de Dieudonné, pourfendeur d’un supposé "lobby judaïque qui dirige toutes nos institutions" », l’élu crie à la diabolisation et dénonce « des attaques plus bas que terre ».


Voir aussi :
* Conseiller santé de Marine Le Pen... et fan de Meyssan et de Faurisson
* Départementales 2015 : l'indéfendable « erreur de jeunesse » d’un candidat UDI

Par Julie Boulier et Louise Cluny


Vaccin DT-Polio : pourquoi il ne faut pas signer la pétition du professeur Joyeux
Dans une pétition qui a recueilli plus de 350 000 signatures, le professeur Henri Joyeux tente de faire basculer les parents dans le camp des « antivax » en multipliant les contre-vérités. Décryptage.

La pétition, qui dénonce « un scandale d’Etat », a recueilli plus de 350 000 signatures. Des chaînes d’e-mails se la transmettent. Elles invoquent « l’urgence » et la nécessité de briser « la loi du silence ». Ce qui est en jeu ? « La santé de nos enfants. » Evidemment, on regarde.

Dans le rôle du lanceur d’alerte, un vieux monsieur au sourire bienveillant, le professeur Henri Joyeux, longtemps président de l’ultraconservatrice association Familles de France. Il interroge :

« Que feriez-vous si vous deviez vacciner votre bébé pour le protéger contre de graves maladies mais que le vaccin normal, efficace et sûr, n’était plus disponible, et que le seul produit en vente était un prétendu “super vaccin”, pas assez testé et contenant des additifs neurotoxiques et peut-être cancérogènes ? »

L’appel du professeur Joyeux est hébergé sur le site de l’Institut pour la protection de la santé naturelle, une officine belge régulièrement suspectée d’être un repaire de charlatans, ainsi qu’un vaste aspirateur de données personnelles – celles des pétitionnaires, vite transformés en clients potentiels pour la vente en ligne de thérapies alternatives. (...)

Lire la suite sur le Démonte rumeur de Rue89.


Voir aussi :
* Il faut ramener les anti-vaccins à la raison
* 49 % des Américains adhèrent à une théorie du complot en matière de santé
Lundi 25 Mai 2015



Par Victor Garcia


"The New Pearl Harbor", de David Ray Griffin
La liste des livres que Ben Laden possédait indique de nombreux ouvrages sur la France, mais aussi sur les théories du complot. Un livre en particulier retient l'attention, sur 11 Septembre, du théoricien conspirationniste David Ray Griffin.

Si Ben Laden s'intéressait beaucoup à l'économie française, il semblait aussi passionné par les théories conspirationnistes. C'est ce que révèle la liste des ouvrages saisis dans sa cache - à Abbottabad au Pakistan -, et publiée mercredi par les États-Unis.

Parmi ces ouvrages, Le Nouveau Pearl Harbor : des questions dérangeantes au sujet de l'administration Bush et du 11 septembre, retient particulièrement l'attention. Écrit par le théoricien conspirationniste David Ray Griffin, l'ouvrage, dont les arguments ont été largement critiqués, contre-vérifiés et dénoncés, remet en cause la version officielle du 11 Septembre. "Ce que dit vraiment Griffin dans son livre, c'est que ce sont des bombes qui ont détruit les Twin Towers, que c'est un missile qui a touché le Pentagone, et des choses de ce genre", résume Chip Berlet, un chercheur de Political Research Associates, auteur d'une longue contre-enquête. (...)

Lire la suite sur le site de L'Express.
Encore plus fort que Seymour Hersh : PressTV !‏
Trois jours après la publication de l'article du controversé journaliste américain Seymour Hersh sur les circonstances de l'élimination d'Oussama Ben Laden, PressTV a surenchéri en donnant la parole à un activiste d'extrême droite affirmant sans détour que le chef d'Al-Qaïda n'a pas été tué en mai 2011 au Pakistan mais dix ans plus tôt, en Afghanistan.

Connue pour son ineffable tropisme conspirationniste, la chaîne iranienne en langue anglaise est allée interviewer James Fetzer, présenté comme un simple « chercheur américain ». « Je suis surpris que Seymour Hersh n'ait pas compris, explique Fetzer. Oussama Ben Laden est mort le 15 décembre 2001, en Afghanistan. Il a été enterré anonymement et conformément au rite musulman (...). David Ray Griffin, qui a écrit dix livres sur le 11-Septembre, a publié sur ce sujet. (...) Même Fox News a publié un article annonçant la mort de Ben Laden le 26 décembre 2001, que vous pouvez toujours trouver en ligne. Et Scholars for 9/11 Truth, l'association que j'ai fondée en 2005, a publié des choses à propos de l'utilisation de fausses cassettes audio et de faux Oussama Ben Laden ».

Professeur à la retraite, Fetzer est une figure de la complosphère américaine. Il s'est fait connaître par ses multiples interventions complotistes sur l'assassinat de John F. Kennedy, les attentats du 11 septembre 2001 ou encore le massacre de l'école Sandy Hook de Newtown. Fetzer a participé en 2013 à la 3ème Conférence internationale sur "l'Hollywoodisme" organisée par le régime de Téhéran, aux côtés, entre autres, des Français Thierry Meyssan et Dieudonné.
Des ouvrages conspirationnistes dans la bibliothèque de Ben Laden
Mercredi 20 mai, les services de renseignement américains ont rendu publique une partie des documents découverts lors du raid du 2 mai 2011 dans la maison d’Oussama Ben Laden, à Abbottabad (Pakistan). La liste de ces documents, conservés sous forme de fichiers PDF, est consultable sur une page intitulée « La bibliothèque de Ben Laden ».

Il apparaît ainsi que Ben Laden détenait plusieurs ouvrages complotistes parmi lesquels des bests-sellers comme Les Secrets de la Réserve fédérale, du nazi américain Eustace Mullins, l’un des livres préférés du blogueur conspirationniste Etienne Chouard. La bibliothèque du chef d’Al-Qaïda recèle également un ouvrage de Fritz Springmeier sur les Illuminati, un livre de Michel Chossudovsky (du site complotiste Mondialisation.ca) et un autre d'Anthony Sutton, l'un des plus importants théoriciens du complot « mondialiste ». Citons encore Conspirators Hierarchy, de John Coleman ou The Taking of America 1-2-3, de Richard Sprague.

On trouve aussi un livre de Sayyid Qutb (le théoricien des Frères musulmans), deux d’Abdullah Azzam, membre des Frères musulmans et mentor de Ben Laden, et deux autres signés Noam Chomsky.

Plus surprenant, Ben Laden possédait des exemplaires numériques de livres expliquant que l’Administration Bush est directement impliquée dans les attentats du 11-Septembre 2001 : Le Nouveau Pearl Harbor, de David Ray Griffin, qui est considéré comme la bible des « Truthers », et Crossing the Rubicon, de Michael Ruppert.


Voir aussi :
* Quand Amin Dada conseillait la lecture des Protocoles des Sages de Sion
* Saddam Hussein, les Protocoles des Sages de Sion… et les Pokémon !
Le président tchétchène Ramzan Kadyrov
Dans un commentaire posté hier sur son compte Instagram, le président tchétchène affirme que Dzhokhar Tsarnaev a été condamné à la peine capitale parce que «les agences de renseignement américaines devaient trouver une victime sacrificielle». «S’ils ont effectivement conduit cette attaque, je ne crois pas que les services de renseignement américains n'étaient pas au courant», poursuit Ramzan Kadyrov, accusant également les Etats-Unis et l'Europe de «multiplier les terroristes au Moyen-Orient».

Le site Vocativ.com, qui a déniché l'info, propose une traduction intégrale du commentaire de Kadyrov. En voici une version en français :

Par Rudy Reichstadt


Les « Révolutions de couleurs » : coups d’État fabriqués ou soulèvements populaires ?
Première parution : Rudy Reichstadt, « Les "révolutions de couleurs" : coups d’État fabriqués ou soulèvements populaires ? », Diplomatie. Affaires stratégiques et relations internationales, n°73, mars-avril 2015, pp. 60-63.

« Révolution colorée ». Notre lexique politique s’enrichit continuellement de nouvelles expressions à la postérité plus ou moins heureuse. Rares sont celles qui ont été autant galvaudées. Apparu il y a dix ans, le terme de « révolutions de couleurs » hante désormais la littérature conspirationniste. De révolution populaire pacifique traduisant les aspirations sincères d’une société civile exaspérée par les fraudes, la corruption et l’étouffement des libertés publiques, « révolution de couleur » en est venu à désigner une tentative d’ingérence visant à fomenter des coups d’Etat soft contre des régimes jugés trop indociles à l’égard des Etats-Unis. Qu’un élan populaire vers la démocratie soit dénoncé comme une basse manœuvre impérialiste ne va pourtant pas de soi. Comment cette dénomination mi-lyrique mi-sarcastique de « révolution colorée » a-t-elle pu en arriver à nommer l’exact contraire de ce qu’elle entendait signifier au départ ? (...)

Lire la suite sur le site Fragments sur les Temps Présents.


Voir aussi :
* Ukraine : un historien répond à Oliver Stone
* Tiananmen et la théorie du complot

Par Pascal Riché


Mort de Ben Laden : Seymour Hersh livre une version controversée
Le célèbre journaliste affirme que Ben Laden était en réalité le prisonnier des Pakistanais depuis 2006. Mais son enquête est déjà contestée.

Seymour Hersh, l'un des plus célèbres journalistes vivant, vient de publier un article choc dans la "London Review of Books" : il explique que la mort d’Oussama Ben Laden, le 11 mai 2011, ne s’est pas du tout déroulée comme le prétend la version officielle américaine.

A le lire, Ben Laden ne se cachait pas au Pakistan : il était prisonnier depuis 2006 de l’armée pakistanaise, assigné dans sa résidence d’Amottabbad. Le raid américain n'a pas rendu furieux les Pakistanais, puisqu'ils étaient en réalité complices de l’opération : ce sont eux qui ont vendu Ben Laden aux Etats-Unis contre une aide militaire accrue, affirme Hersh. Ils auraient pu le livrer, mais ils ont préféré qu’une mise en scène soit organisée – le fameux raid. (...)

Lire la suite sur le site de L'Obs.


Voir aussi :
* The many problems with Seymour Hersh's Osama bin Laden conspiracy theory (Vox.com, 11 mai 2015)
* Seymour Hersh et Ben Laden : scoop explosif ou vrai complotisme ? (Rue89, 12 mai 2015)
* La mort de Ben Laden, la ''version officielle'' et les conspirationnistes

Par LeFigaro.fr/AFP


Climat : un conseiller australien crie au complot
Un proche conseiller du Premier ministre australien Tony Abbott, climatosceptique notoire, a affirmé vendredi que le réchauffement climatique était une invention défendue par les Nations unies pour créer un nouvel ordre mondial autoritaire. D'après Maurice Newman, qui préside le Conseil économique consultatif rattaché au cabinet Abbott, l'objectif final des conspirateurs est "la concentration du pouvoir politique".

"Le réchauffement climatique n'est qu'un leurre" pour y parvenir, écrit-il dans une tribune publiée par le quotidien The Australian, fustigeant "les élucubrations des climatocatastrophistes depuis 50 ans". "C'est un secret bien gardé, mais il s'avère que 95% des modèles climatiques dont on nous dit qu'ils prouvent le lien entre les émissions de CO2 et le réchauffement climatique, après près de deux décennies de stabilité des températures, sont erronés", avance-t-il sans étayer ses affirmations. (...)

Lire la suite sur le site du Figaro.


Voir aussi :
* Faut-il débattre avec les climato-sceptiques ?, par Thierry Libaert & Dominique Bourg
* Le climat, l’imposteur et le sophiste, par Olivier Godard

Par Richard Hétu


Paranoïa au Texas : l'affaire "Jade Helm 15"
L'armée américaine s'apprête-t-elle à imposer la loi martiale au Texas ? Des théoriciens du complot le craignent. Et le gouverneur du Lone Star State semble les prendre au sérieux, et a demandé à la garde de l'État de surveiller des exercices militaires qui suscitent la paranoïa chez certains de ses concitoyens. Décryptage en quatre mots d'une histoire rocambolesque.

Exercice

Le 24 mars dernier, le Commandement des opérations spéciales de l'armée américaine diffuse un communiqué annonçant la tenue, du 15 juillet au 15 septembre, d'un vaste exercice militaire appelé «Jade Helm 15». L'opération se déroulera dans sept États du Sud-Ouest américain et impliquera les unités des forces d'élite, dont les Green Berets et les Navy SEAL. Les terrains choisis pour l'exercice sont censés reproduire les endroits où les forces spéciales sont appelées à intervenir à l'étranger. «Cet exercice fait partie de l'entraînement routinier nécessaire pour maintenir une disponibilité très rapide des opérations spéciales», peut-on lire dans le communiqué.

Carte

Des théoriciens du complot sonnent l'alarme après avoir découvert sur l'internet une carte géographique reliée à l'exercice. Certains États, dont le Texas et l'Utah, y sont décrits comme étant «hostiles». Le portail Infowars d'Alex Jones fait partie des sites qui propagent l'idée selon laquelle l'exercice est une ruse qui permettra à Barack Obama d'imposer la loi martiale au Texas. La fermeture «pour rénovation» de magasins Wal-Mart de l'État alimente la paranoïa. Selon une théorie, ces magasins serviront de bases d'opération et de centres de détention pour des prisonniers politiques qui débarqueront de trains déjà équipés de chaînes et de fers. (...)

Lire la suite sur La Presse.ca.


Voir aussi :
* La folle rumeur de l’invasion du Texas (Le Monde, 10 mai 2015)
* Le Texas envahi par l’armée américaine… Décryptage d’une rumeur délirante (Les Echos, 12 mai 2015)

(MàJ : 12/05/2015)

Par Céline Rouden


Comment Internet favorise les croyances extrêmes
Dans son rapport annuel, la mission de lutte contre les dérives sectaires met en garde contre le rôle de la Toile dans les phénomènes de radicalisation et l’émergence de nouveaux phénomènes sectaires.

Dans son rapport annuel, remis lundi 4 mai au premier ministre, la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) met l’accent sur le rôle d’Internet dans le développement de croyances extrêmes qui pourrait donner naissance à de nouveaux phénomènes sectaires difficilement maîtrisables.

S’appuyant sur la diffusion à grande échelle de croyances radicales, telles que par exemple les théories conspirationnistes qui séduisent de plus en plus de jeunes ou les phénomènes d’auto-radicalisation sur la toile d’apprentis djihadistes, l’étude du professeur Gérald Bronner, spécialiste de sociologie cognitive, met en avant les risques d’émergence « de nouvelles sortes de croyances sectaires » d’autant plus difficiles à traquer qu’elles ne seraient plus structurées autour d’un groupe localisé ou d’un gourou. (...)

Lire la suite sur le site de La Croix.

Par Pierre-André Taguieff


« Pensée conspirationniste et "théories du complot". Une introduction critique », de Pierre-André Taguieff (Uppr Éditions, avril 2015)
Extraits du dernier essai de Pierre-André Taguieff, Pensée conspirationniste et "théories du complot". Une introduction critique, Uppr Éditions, e-book, avril 2015.

Comme d'autres époques marquées par des crises touchant les valeurs fondamentales, notamment celles déclenchées par les bouleversements révolutionnaires (Révolution française, révolution d'Octobre, etc.), notre époque, où la guerre se confond avec la paix, brouillage des frontières illustré par la multiplication de méga-attentats terroristes (sur le modèle du 11-Septembre), où l'ami ne se distingue plus de l'ennemi (qui peut dire si le Qatar est l'ami ou l'ennemi de la France ?), et où, dans les relations internationales et le monde économico-financier, le mensonge, la désinformation et la manipulation règnent sans rencontrer de notables résistances, est particulièrement favorable à la multiplication des représentations ou des récits conspirationnistes, à leur diffusion rapide et à leur banalisation. La suspicion à l'égard des autorités traditionnelles (enseignants, intellectuels, journalistes, dirigeants politiques) a trouvé dans le Web un moyen d'expression privilégié et un puissant instrument de persuasion.

Démocratie et esprit complotiste

Mais l'esprit complotiste n'est nullement une invention récente. L'avènement des sociétés démocratiques a, semble-t-il, aiguisé le goût du démasquage, face à un pouvoir devenu énigmatique, celui du peuple. Nombre de théoriciens sociaux, révolutionnaires ou contre-révolutionnaires, ont été saisis par le démon du soupçon, et se sont montrés obsédés par la question du type « Qu'y a-t-il derrière ? » Ils ne pouvaient pas croire que la démocratie était telle qu'elle semblait être. Et ce doute était porteur d'anxiété. Ils s'interrogeaient sur ce que pouvaient dissimuler les apparences du pouvoir démocratique, postulant que l'essentiel se trouvait derrière la scène visible et le décor, dans les coulisses. Ils ont émis l'hypothèse que, derrière l'apparent pouvoir du peuple, se cachait le pouvoir réel de groupes agissant secrètement. Derrière la souveraineté du peuple, ils discernaient l'existence de puissances occultes exerçant réellement le pouvoir : sociétés secrètes imaginées sur le modèle de la franc-maçonnerie et fantasmées comme « judéo-maçonniques », financiers cosmopolites (souvent assimilés aux Juifs), etc. L'anxiété des démystificateurs s'est dès lors colorée d'indignation et de colère. (...)

Lire la suite sur le site du HuffingtonPost.


Voir aussi :
* Théories du complot : 11 questions à Pierre-André Taguieff
L'église Saint Cyr-Sainte Juliette de Villejuif (Val-de-Marne)
Un islamiste radical, Sid Ahmed Ghlam, a été arrêté dimanche dernier à Paris a-t-on appris mercredi 22 avril 2015. Soupçonné du meurtre d'une professeure de fitness, cet étudiant algérien de 24 ans aurait projeté d'attaquer de manière imminente une ou deux églises à Villejuif, dans le Val-de-Marne. Une information accueillie non sans sarcasme sur le web conspirationniste.

Dans une série de tweets, "L'informatrice zélée" (un compte Twitter conspirationniste anonyme) conteste la vraisemblance de l'affaire, estimant qu'« on nous prend vraiment pour des cons » :

« 1 des frères Kouachi qui oublie sa pièce d'identité dans la bagnole. 1 autre "terroriste" qui se blesse tt seul avec son pistolet. #Holywood (...) Je résume : le terroriste ne voulait pas passer à l'action, mais a été contraint. Maladroit, il se blesse avec son arme et appelle le SAMU. »

Le compte Twitter poursuit en soulignant la coïncidence entre cette tentative d'attentat et le débat public autour du projet de loi sur le renseignement : « La tentative manquée de l'apprenti terroriste (pas très chaud pour le martyr) tombe en plein débat sur la loi sur le renseignement. Mais chut ! »

Par Boris Thiolay


Thierry Meyssan sur la chaîne russe ORT (12 septembre 2008).
Avec son livre niant la responsabilité d'Al-Qaïda dans les attentats du 11 septembre 2001, ce Français est devenu une figure clef des complotistes. Depuis, établi en Syrie, il accable "l'Occident et les sionistes" de tous les maux.

La vérité est ailleurs. Il le proclame à la face du monde : l'actualité internationale et son cortège de drames n'ont rien à voir avec ce qu'en disent les médias occidentaux. La tuerie de Charlie Hebdo, par exemple. Elle "n'a pas de lien avec l'idéologie djihadiste [...]. Ses commanditaires les plus probables sont à Washington". La preuve ? "Les assaillants n'étaient pas vêtus à la mode des djihadistes, mais comme des commandos militaires." CQFD. De même, les combattants de Daech (organisation de l'Etat islamique) "ont été formés par les Etats-Unis [...], mais aussi par des Français, de la Légion étrangère". Rien d'extraordinaire, quand on sait qu'"Al-Qaeda assure la sécurité de l'Etat d'Israël face à la Syrie"... Ceux qui ne le croient pas sont manipulés par la "propagande impérialiste états-unienne et sioniste"...

Voilà près de quinze ans que le Français Thierry Meyssan récite son credo : les Etats-Unis, l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (Otan) et Israël mènent un complot à l'échelle mondiale pour asservir les pays "non alignés" - Syrie, Iran et Venezuela en tête. Pour tenter de le démontrer, tous les moyens sont bons. Plus c'est gros, plus ça passe. En 2002, Thierry Meyssan lance un bobard ahurissant : dans son livre L'Effroyable Imposture, il affirme que les attentats du 11 septembre 2001 sont en réalité une manipulation d'"une faction du complexe militaroindustriel américain". Selon lui, aucun avion ne s'est écrasé sur le Pentagone ce jour-là. Cette thèse absurde rencontre aussitôt un écho international. (...)

Lire la suite sur le site de L'Express.


Voir aussi :
* Dossier : L'Express enquête sur "Internet et la folie des complots"

Propos recueillis par Eric Mettout


Pierre-André Taguieff : "La sur-information prédispose aux théories du complot"
C'est l'un des spécialistes français du complotisme, auquel il a consacré plusieurs ouvrages: le sociologue Pierre-André Taguieff ne pouvait manquer de réagir aux théories fantaisistes qui ont suivi les attaques contre Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher de la porte de Vincennes.

L'Express : Les attentats de janvier à Paris ont donné lieu à un grand nombre de ce que vous appelez des "récits complotistes". En quoi sont-ils différents de ceux qui les ont précédés ?

Pierre-André Taguieff : Il faut distinguer d'abord, parmi les complots imaginaires, les méga-complots (tel le 11-Septembre), dont la signification est planétaire, et les micro-complots, locaux ou nationaux, qui se réduisent souvent à des rumeurs de manipulation. Ensuite, parmi les récits complotistes, ceux qui sont élaborés par déduction, disons le complotisme classique, qui consiste à lire les événements à la lumière de croyances dogmatiques, par exemple la main invisible de Satan, des francs-maçons ou des "Sages de Sion" dans l'Histoire, et ceux qui le sont par induction, à partir d'une hypercritique des "récits officiels", démarche caractéristique de ce que j'appelle le néocomplotisme.

Depuis la mise en doute de la "version officielle" du 11-Septembre, le premier geste accompli par les nouveaux conspirationnistes est le relevé de "détails" supposés troublants ou d'incohérences supposées flagrantes, à partir desquels ils s'autorisent à prendre la pose d'un étonnement ostentatoire : "Qu'y a-t-il derrière ?", "Qui est derrière ?" et "A qui profite l'action terroriste ?" (...)

Lire la suite sur le site de L'Express.
Dimanche 19 Avril 2015



Par Alexandre Sulzer


De gauche à droite : René Balme, Jean-Marie Le Pen et François Asselineau
La classe politique n'est pas épargnée par le conspirationnisme. Il touche plus les extrêmes, mais tous les partis sont concernés. Certains en ont même fait leur fond de commerce. Enquête.

Marine Le Pen et son père se déchirent en place publique. Aussitôt, des politiques de tous bords expriment des doutes sur la sincèrité du psychodrame. "C'est un peu curieux comme histoire... Est-ce un jeu de rôle entre les deux ? Je n'en sais rien", s'interroge par exemple, le 9 avril, le député UMP Eric Woerth. Jean-Marie Le Pen lui-même y va de son commentaire "conspi" : "Tout cela vient d'une manoeuvre, d'un projet extérieur destiné à faire rentrer le FN dans le troupeau", dénonce le vieil homme.

Jean-Marie Le Pen est un habitué du complotisme : mi-janvier, à propos de la fusillade de Charlie Hebdo, ne parlait-il pas déjà, dans une interview au journal russe Komsomolskaïa Pravda, d'une "opération des services secrets" ? Ses propos auraient été déformés. Il aurait simplement dit, plaide-t-il quelques semaines plus tard, qu'il y avait "des éléments curieux dans cet attentat, comme souvent, le fait qu'on trouve une carte d'identité dans la voiture, qui n'est pas plus étonnant d'ailleurs que de trouver le passeport du pilote de l'avion qui vient de se crasher le 11 septembre". (...)

Lire la suite sur le site de L'Express.


Voir aussi :
* Dossier : L'Express enquête sur "Internet et la folie des complots"

Par Eric Mettout


Eric Mettout
Il a bien failli finir aux oubliettes, mais cette semaine est sorti dans L’Express le dossier qu’avec Adrien Sénécat, Alexandre Sulzer et Boris Thiolay (sur la « petite entreprise » Meyssan), nous avons construit ensemble sur la théorie du complot. Dossier né des attentats de janvier à Paris et presque mort-né quand Marianne nous a joliment grillé la politesse sur le sujet en février dernier. Dossier réactivé par l’actualité – les complotistes mangent de tout : le crash de l’A320 de la GermanWings et même, plus récent encore, la guerre des Roses chez les Le Pen leur a de nouveau donné du grain à moudre.

J’ai tenu à faire précéder ce dossier d’un court édito en forme de mea culpa a priori : je sais pertinemment qu’écrire sur les conspirationnistes ne fait que les renforcer dans leurs convictions que nous, journalistes en particulier, les manipulons en vue d’un grand dessein dont nous serions l’obéissante cheville ouvrière. C’est faux, mais je ne les en convaincrai naturellement pas.

Cet édito, j’aurais pu l’écrire pour ce blog, sur lequel j’ai donc décidé de le publier. Le voici :

Caroline Fourest connaît bien les conspirationnistes. Elle traque, décortique, dénonce régulièrement les dangers de leurs délires paranoïaques, que l’on aurait tort de réduire à la folie douce des adorateurs de l’ovni de Roswell et ses extraterrestres, prétendument escamotés par l’armée américaine dans les années 1940. Car les conspirationnistes connaissent bien Caroline Fourest : son travail, voire sa vie sont surveillés sans répit et sans faille. Le moindre de ses écrits, la moindre de ses conférences, chacune de ses interventions publiques sont « passés au scanner » – et gare à l’approximation, à l’erreur anodine, qui, sous ces projecteurs, se retournent immédiatement contre elle ! D’autres, journalistes, historiens, sociologues, philosophes ou simples citoyens, Pierre-André Taguieff, Gérald Bronner, Rudy Reichstadt… eux aussi engagés dans la lutte contre l’industrie du fantasme permanent, subissent le même traitement.

Car la machine conspirationniste est experte en matière de harcèlement et fait preuve d’une puissance redoutable, décuplée – comme on l’a vu après les attentats de Paris ou, plus récemment, la chute de l’A320 de la GermanWings – par Internet. S’y répand, à une vitesse inédite, un virus aussi contagieux que résistant : le soupçon. Généralisé, il est la défaite des clercs, que l’on ne croit plus et que, pire encore, on associe désormais aux élites et que l’on rejette avec elles. Il menace aussi les journalistes, et le dossier que consacre L’Express, cette semaine, au complotisme, en est le symptôme paradoxal. Non seulement il ne convaincra pas les sceptiques, mais il les confortera dans leur croyance que nous, qui faisons profession de révéler la « réalité des faits », leur cachons tout et ne leur disons plus rien, que nous prenons activement part au complot. Pourquoi, dès lors, publier cette enquête ? Parce que c’est notre travail et que nos lecteurs ne sont pas tous conspirationnistes, tant s’en faut. Aussi parce que ce combat pour la vérité est un vrai défi démocratique, et que ce combat, c’est le nôtre.


Source : Blog d'Eric Mettout, rédacteur en chef de L'Express.

Par Adrien Sénécat et Eric Mettout


L'Express, n° 3328, semaine du 15 au 21 avril 2015
Les attentats de janvier à Paris ou le crash de la German Wings les ont galvanisés : depuis quelques semaines, les complotistes s'en donnent de nouveau à cœur joie. Mais le phénomène ne date pas d'hier.

Sommaire :
>>> Quand les politiques se convertissent aux théories du complot
>>> Pierre-André Taguieff: "La sur-information prédispose aux théories du complot"
>>> Conspirationnisme : Thierry Meyssan, le maître à fausser
>>> Le complotisme ou la défaite du journalisme (entre autres)

Ils pouvaient difficilement rêver mieux : le crash de l'A320 de la GermanWings sur les flancs d'une montagne française, médiatisé à outrance, un temps nimbé de mystère et d'interrogations, a donné un coup de fouet à la créativité des complotistes, qui n'en demandent généralement pas tant.

L'émotion considérable, dans le monde entier, les images fragmentaires mais spectaculaires, propres à toutes les interprétations, les questions des experts, les erreurs de communication des enquêteurs et, plus encore, le dénouement, inimaginable, font depuis trois semaines le bonheur de ceux qui, sur Internet en particulier, se sont donné pour mission de remettre en question les "narratives officielles". Selon certains d'entre eux, derrière le suicide meurtrier d'Andreas Lubitz se dissimulerait l'assassinat, en pleine crise ukrainienne, de deux ingénieurs américains prétendument spécialistes des radars pour l'Otan et qui auraient voyagé dans l'avion... (...)

Lire la suite sur le site de L'Express.

Par Adrien Sénécat


Crash de l'A320 de Germanwings : les théories du complot démontées
De prétendus "mensonges", de soi-disant "informations" fracassantes, des propos manipulés... Zoom sur la manière dont les complotistes réécrivent l'histoire du crash du vol 4U 9525 de Germanwings.

1. Les prétendus "mensonges" sur le suicide du copilote

Ce que disent les conspirationnistes. La thèse du suicide du co-pilote de l'avion Andreas Lubitz est "bien commode comme beaucoup de suicides sans cause brandis dès qu'une explication embarrassante doit être fournie", estime le site reseauinternational.net. L'explication du crash de l'Airbus A320 de Germanwings serait donc à chercher ailleurs.

"Le copilote Lubitz n'a pas pu vouloir se suicider, poursuit le site. Un jeune pilote reconnu à 100% apte à piloter selon les normes très, très strictes appliquées dans le domaine de l'aviation, surtout dans un pays comme l'Allemagne, ne peut se transformer, le temps d'un crash, en un psychopathe bourré de médicaments."

Pourquoi c'est fumeux. "Si le copilote de l'A320 ne s'est pas suicidé, toute la narrative officielle tombe à l'eau", affirme reseauinternational.net. Le problème, c'est que le site n'avance aucun élément pour contredire cette version des faits. A défaut de contredire la "narrative officielle", il se contente donc d'affirmer, sans preuve, qu'elle serait fausse pour mieux spéculer sur le cours des événements. (...)

Lire la suite sur le site de L'Express.
Mercredi 1 Avril 2015



Par Jérôme Quirant


Les témoignages, grande source d’inspiration des théories conspirationnistes
Dans l’échafaudage des théories du complot, une grande valeur est accordée aux témoignages. En effet, plus ils sont nombreux, plus les chances augmentent de trouver des contradictions entre eux, ce qui, pour les partisans de ces thèses, devient alors la preuve irréfutable qu’il y a « anguille sous roche » et « qu’on nous cache des choses ». À l’inverse, cette abondance devrait induire une analyse de cohérence qui est souvent en défaveur des allégations des « conspirationnistes ».

L’exemple des théories du complot autour du 11 septembre est canonique de ce point de vue : non seulement les témoignages sont légion, ce qui permet aux conspirationnistes d’y trouver tout et son contraire, mais ils y ajoutent aussi des interprétations abusives et des manipulations grossières. (...)

Lire la suite sur le site de l’Association française pour l’information scientifique (AFIS).


Voir aussi :
* Pentagone : que disent les témoins oculaires ?
Mardi 31 Mars 2015



1 2 3 4 5 » ... 59