Le groupe héraultais des Amis du Monde diplomatique vient d’organiser, à quinze jours d’intervalle, deux conférences illustrant les dérives complotistes d’une partie de la galaxie altermondialiste.

La première, organisée le 18 mai dernier, fut l’occasion pour l’historienne Annie Lacroix-Riz d’exposer ses thèses sur le légendaire «complot synarchiste» (1). Militante communiste tendance stalinienne – elle est, encore aujourd’hui, une fan inconditionnelle du Petit Père des peuples (2) – Annie Lacroix-Riz est une universitaire critiquée voire marginalisée par ses pairs pour ses méthodes de travail. Au cours des dernières années, elle s’est progressivement rapprochée des réseaux rouges-bruns de Thierry Meyssan (3) et de Lyndon LaRouche. Archétype de l’« histoire-complot », son livre, Le Choix de la Défaite (Armand Colin, 2006), a rencontré un réel succès au point d’être réédité cette année.

Les Amis du Monde diplomatique tentés par la théorie du complot ?
La seconde conférence s’est tenue hier soir (4). L’intervenante, Laurence Kalafatides, est spécialisée dans la dénonciation des accords fondateurs de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Cette « chercheure indépendante » a co-signé un livre (L’OMC, le pouvoir invisible, éd. Fayard, 2002) dans lequel elle assimile l’OMC, « l’Oppression Mondiale par le Commerce » (sic), à « Big Brother » et appelle à la résistance contre le « génocide économique » (5). Une rapide recherche sur Internet nous apprend que la militante altermondialiste est aussi une admiratrice de Thierry Meyssan (6) et une collaboratrice régulière de Oulala.net, un site conspirationniste fondé par le maire de Grigny (7), René Balme (alias « Gilles Lestrade »). Laurence Kalafatides partage également avec les milieux conspirationnistes la vision d’un « nouvel ordre mondial » dont le Groupe Bilderberg serait, écrit-elle, « la clé de voûte ». Elle est enfin la traductrice d’un texte affirmant, à tort, que l’existence du virus de la grippe A(H1N1) n’était pas démontrée et qu’un laboratoire pharmaceutique avait déposé un brevet pour un vaccin un an avant l’irruption du virus (8) ! Le texte en question, publié sur le site Mondialisation.ca (où l’on retrouve les signatures de Thierry Meyssan ou encore de Matthias Chang), est signé William Engdahl. Ce dernier a passé une trentaine d’années au sein de l’organisation politico-sectaire dirigée par Lyndon LaRouche (9).

En 2005, les Amis du Monde diplomatique avaient invités Thierry Meyssan et Dieudonné à la présentation-presse du film « État de guerre », dans lequel les deux compères apparaissaient, de même qu’Annie Lacroix-Riz. Réalisé par Béatrice Pignède et Francesco Condemi, un ancien militant de la LCR candidat aux élections européennes de 2009 sur la « liste antisioniste » de Dieudonné, ce film est produit par l’association Clap36, laquelle compte parmi ses membres fondateurs le psychothérapeute Christian Cotten, lui aussi candidat de la liste antisioniste.

En 2007, la section parisienne des Amis du Monde diplomatique a assuré la promotion d’un autre film de Clap36 intitulé « Après l’hégémonie » où intervient la fine fleur du conspirationnisme anti-« américano-sioniste ». On y retrouve ainsi plusieurs des participants de la conférence Axis for Peace : Thierry Meyssan évidemment, mais aussi Andreas von Bülow, Giulietto Chiesa ou encore le général russe Leonid Ivashov.

L’association des Amis du Monde diplomatique détient 25 % du capital de la société éditrice du mensuel.

Notes :
(1) Le thème du « complot synarchiste » est apparu pendant la Seconde Guerre mondiale dans la presse collaborationniste. Dès la Libération, il s’est diffusé dans les milieux d’extrême gauche et continue, jusqu’à aujourd’hui, d’être un objet de fantasme privilégié dans les cercles rouges-bruns. Pour ceux qui la dénoncent, la Synarchie aurait été – et continuerait d’être – une organisation occulte tirant les ficelles de l’histoire depuis les années 1920 au moins. Sur ce sujet, on lira avec profit l’ouvrage de l’historien Olivier Dard, La Synarchie. Le mythe du complot permanent, Perrin, 1998.
(2) Annie Lacroix-Riz est membre du Pôle de renaissance communiste en France (PRCF), un mouvement communiste orthodoxe resté fidèle à la doctrine de la dictature du prolétariat. Concluant une recension du livre de Geoffrey Roberts, Stalin’s Wars, mise en ligne sur son site le 28 juillet 2007, elle écrit : « À lire les 468 pages consacrées au chef politique et militaire qui avait montré depuis son accession au pouvoir suprême un dévouement total au système socialiste et à la « patrie soviétique », on a la conviction que le peuple soviétique, en le pleurant en mars 1953, démontra non son hébétude, mais son intelligence politique, et lui manifesta une gratitude légitime ».
(3) En novembre 2005, Annie Lacroix-Riz a participé à la conférence Axis for Peace organisée à Bruxelles sous le parrainage, notamment, du journal fasciste American Free Press et en présence de Thierry Meyssan et Issa El-Ayoubi (resp
ectivement président et vice-président du Réseau Voltaire) ; de l’humoriste « antisioniste » Dieudonné ; enfin, des larouchistes Jacques Cheminade (président de Solidarité & Progrès, la branche française de l’organisation dirigée par Lyndon LaRouche), Christine Bierre (rédactrice en chef du journal larouchiste Nouvelle Solidarité) et Helga Zepp-LaRouche (l’épouse du gourou). Une longue interview d’Annie Lacroix-Riz sur la Synarchie a par la suite été publiée dans Nouvelle Solidarité. Le 28 septembre 2006, elle a donné une conférence publique sur le même sujet à l’invitation de Jacques Cheminade. Le blogueur conspirationniste LeLibrePenseur (aujourd’hui membre du mouvement présidé par l’extrémiste antisémite Kémi Séba) était également présent dans la salle. Il faut noter que le thème du complot synarchiste est, depuis plusieurs années, l’un des chevaux de bataille de Lyndon LaRouche. Dennis King a montré que LaRouche utilisait le terme de « complot synarchiste » comme un euphémisme de « complot juif » (lire : « The Anti-semitism of Lyndon LaRouche »).
(4) Visiblement soucieux de montrer patte blanche et de se ménager un argument en réponse à ceux qui pourraient s’alarmer de telles dérives, les organisateurs ont choisi d’intituler la conférence : « Au-delà de la théorie du complot, l’organisation de la gouvernance mondiale », un titre qui, paradoxalement, révèle qu’ils ont pleinement conscience du terrain glissant sur lequel ils s’engagent.
(5) Lire la recension de l’ouvrage sur le site d’Alternatives économiques.
(6) Elle a consacré une recension élogieuse au livre de Thierry Meyssan, L’Effroyable Imposture 2.
(7) Ancien militant communiste (1983-1997) aujourd’hui encarté au Parti de Gauche, René Balme est retraité de la SNCF. Il a créé une chaine de télévision participative, ViVé, sur laquelle on retrouve une interview de Laurence Kalafatides sur l’OMC.
(8) Dans ce texte, on lit : « Curieusement, un an avant que le premier cas de la prétendue grippe porcine ne soit décelé, la plus grande firme pharmaceutique Baxter, a déposé un brevet pour un vaccin contre le H1N1 ». En réalité, le brevet concerné a bien été déposé en 2008 mais ne concerne pas un vaccin contre la grippe pandémique A(H1N1). Il porte sur un procédé de fabrication de vaccins viraux en général. Pour plus de précisions, lire « Grippe A(H1N1) : quelques réponses aux rumeurs qui inondent la Toile ».
(9) F. William Engdahl était spécialiste des questions énergétiques et économiques pour l’Executive Intelligence Review (EIR), la publication phare du mouvement larouchiste.

Mise à jour (03/11/2010) :
Dans une première version de ce texte, nous nous étions basés sur la recension qu’Eve Channing a consacré à l’ouvrage d’Agnès Bertrand et Laurence Kalafatidès pour suggérer – à tort – que les auteurs avaient comparé l’OMC « à la volonté de domination de l’Allemagne voulue par les nazis ». Vérification faite, cette comparaison est absente du livre. Le passage a été modifié en conséquence.