Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot

Recherche

Facebook
Twitter
Rss
YouTube Channel











Dernières notes



La Bibliothèque
Le style paranoïaque. Théories du complot et droite radicale en Amérique, de Richard Hofstadter
La Causalité diabolique, de Léon Poliakov
Histoire d'un mythe. La "conspiration" juive et les protocoles des sages de Sion, de Norman Cohn
Les Protocoles des Sages de Sion : Faux et usages d'un faux, de Pierre-André Taguieff
La Société parano, de Véronique Campion-Vincent
La Foire aux illuminés, de Pierre-André Taguieff
Court traité de complotologie, de Pierre-André Taguieff
L'imaginaire du complot mondial, de Pierre-André Taguieff
La synarchie. Le mythe du complot permanent, d'Olivier Dard
L'Effroyable Imposteur, de Fiammetta Venner





De gauche à droite : Korey Rowe, Dylan Avery et Jason Bermas
La distraction et le manque de moyens auraient conduit les jeunes réalisateurs inexpérimentés de Loose Change à reprendre des informations provenant de sites d’extrême droite. Voici, en substance, l’argument qu’opposent les conspirationnistes à ceux qui mettent en exergue les sources très douteuses sur lesquelles s’appuie le film de Dylan Avery. A entendre Mathieu Kassovitz sur RMC le 15 octobre dernier, on pourrait bien croire, en effet, qu'Avery et ses amis ont exploité naïvement des sources dont ils ignoraient la véritable teneur :

« Ces jeunes gens qui n’ont pas d’argent et sont donc obligés d’aller prendre des informations sur internet, n’ont pas fais attention et sont allés sur un site historique (sic), pour prendre des informations tout à fait banales, absolument pas négationnistes, mais ce site était tenu par un négationniste » (1).

Lors de la même émission, Kassovitz a confessé que Loose Change était « le film qui [lui] a fait prendre conscience » des zones d’ombres pesant sur les attentats du 11-Septembre. Ce que ne dit pas – et ce que ne sait peut-être pas – Mathieu Kassovitz, c’est que la collusion des auteurs de Loose Change avec la frange la plus ouvertement fasciste de la presse américaine est parfaitement assumée.


C’est un dénommé Eric Hufschmid qui est le premier à avoir formulé clairement dans un film mis en ligne sur internet en 2003, Painful Deceptions, l’hypothèse de la démolition contrôlée. Hufschmid ne croit pas seulement à la théorie du complot sur le 11-Septembre. Il pense aussi que les chambres à gaz sont une « invention sioniste ». De même que… la mission Apollo XI ! « L’atterrissage d’Apollo sur la Lune, explique-t-il au journaliste Stéphane Malterre, c’est encore les Juifs sionistes. Ce sont les producteurs d’Hollywood qui ont tout mis en scène » (2)...

Le 28 avril 2006, les réalisateurs de Loose Change, Dylan Avery, Korey Rowe et Jason Bermas, ont eu un entretien téléphonique très cordial avec Eric Hufschmid. Voici un extrait de ce que Dylan Avery a déclaré à cette occasion :

« Nous avons parfaitement conscience des Illuminati et du Nouvel Ordre Mondial, et nous avons parfaitement conscience qu’il y a des gens qui veulent un Etat entièrement juif (sic). Nous savons que toutes ces choses existent, mais ce n’est pas notre propos. Votre vidéo [celle de Hufschmid - NDLR] et celle d’Alex Jones traitent merveilleusement ces choses, et nous n’avons aucunement besoin de traiter les mêmes sujets » (3).

Eric Hufschmid est aussi l’un des auteurs dont le théologien David Ray Griffin, une icône du 9/11 Truth Movement, reconnaît s’être « largement inspiré » pour écrire son livre, Le Nouveau Pearl Harbor. David Ray Griffin travaille comme « consultant » pour le film Loose Change. Et le générique de fin de Loose Change 2nd Edition recommande la lecture du livre d’Eric Hufschmid, Painful Questions: An Analysis Of The September 11th Attack (Ink & Scribe, 2002).

Outre la complaisance à l’égard d’Hufschmid, Loose Change s’appuie ouvertement et à plusieurs reprises sur les articles d’American Free Press, l’une des plus influentes publications d’extrême droite aux Etats-Unis – et partenaire de la conférence Axis for Peace, patronnée par Thierry Meyssan. Le propriétaire de ce journal, Willis Carto, est un négationniste patenté et un admirateur d’Adolf Hitler. Il est persuadé que les attentats du 11-Septembre sont « une opération des Israéliens et de la CIA ». Voici une courte transcription de son dialogue avec Stéphane Malterre (4) :

Stéphane Malterre : Quel aurait été leur but et leur intérêt ?
Willis Carto : Vous devriez poser cette question aux Israéliens. Pourquoi vous ne demandez pas à l’ambassadeur d’Israël en France ? Pourquoi vous ne demandez pas à Monsieur Sarkozy ?
Stéphane Malterre : Vous pensez qu’il était au courant ?
Willis Carto : Je ne sais pas. C’est un sioniste, un juif !

Loose Change cite notamment plusieurs fois les articles de Christopher Bollyn, d'American Free Press. Que répond « Chris » Bollyn lorsqu’on l’interroge sur l’existence des chambres à gaz ?

« Comme je l’ai dit, je n’ai pas vu dans ces trois anciens camps [Auschwitz, Dachau et Buchenwald - NDLR] aucune preuve d’un grand four dans lequel des centaines de gens auraient pu être gazés et brûlés. Je n’ai pas vu non plus aucune photographie ou preuve physique d’un tel four. Je ne vois pas comment cela pourrait faire de moi un négateur de quoi que ce soit. On ne nie que lorsqu’on refuse d’admettre une chose dont on a vu la preuve. J’ai cherché des preuves de ces immenses chambres à gaz et fours crématoires et je n’en ai pas trouvé à l’endroit où on dit qu’ils ont existé. Cela ne fait pas de moi un négationniste » (5).

Et que répond maintenant Dylan Avery lorsqu’on lui demande pour quelle raison il a utilisé American Free Press comme source d’information pour Loose Change ?

« Je ne vois pas pourquoi vous remettez en cause l’utilisation d’American Free Press. Parce que toutes les informations qu’ils donnent sont très pertinentes » (6).


Notes :
(1) RMC, émission "Les Grandes Gueules" du 15 octobre 2009.
(2) cf. « Rumeurs, intox : les nouvelles guerres de l’info », documentaire de Stéphane Malterre (TAC Presse), 55 min, diffusé sur Canal + dans l'émission "Jeudi investigation" le 24 avril 2008.
(3) Entretien téléphonique de Dylan Avery, Korey Rowe et Jason Bermas avec Eric Hufschmid le 28 avril 2006 :



Interviewé à Union Square (New-York) le 9 septembre 2007, lors d’une manifestation aux côtés d’Alex Jones, Dylan Avery a confirmé que, bien que ces sujets ne soient pas présents dans son film, il leur accorde une certaine crédibilité : « Je ne m’intéresse pas aux francs-maçons, ni au Nouvel Ordre Mondial, ni aux Illuminatis. Cela ne veut pas dire que je ne crois pas qu’ils existent. C’est juste que ce n’est pas mon truc ». Voir Blogtrotters.fr :



(4) « Rumeurs, intox : les nouvelles guerres de l’info », déjà cité.
(5) Correspondance avec le professeur Steven Jones reproduite sur le forum de la James Randi Educational Foundation.
(6) « Rumeurs, intox : les nouvelles guerres de l’info », déjà cité.

Voir aussi, sur Conspiracy Watch :
* Mathieu Kassovitz prête sa voix à l'argumentaire conspirationniste.

Mise à jour (19/10/2009) :
A la 63ème minute de Loose Change 2nd Edition, la voix off ironise sur le fait que le passeport d’un des pirates de l’air a pu être récupéré contrairement aux boites noires des avions et demande : “Who writes this stuff?” (« Qui écrit ce truc ? »). Loose Change ne citera à aucun moment sa source. Pourtant, on retrouve ce passage mot pour mot sous la plume de Carol A. Valentine dans un célèbre article mis en ligne sur son site et intitulé “ Operation 9/11: No Suicide Pilots ” (voir la capture d’écran). Ce texte, daté du 6 octobre 2001, est à l’origine de toute une série d’affirmations conspirationnistes autour du 11-Septembre. Il suffit de surfer deux minutes sur le site de Carol Valentine pour se rendre compte que nous avons à faire à un obsédé du complot juif international. Son site propose en particulier des liens vers les sites négationnistes de David Irving, Ernst Zündel, Willis Carto (IHR) et Serge Thion (aaargh) ainsi qu’American Free Press

(Dernière mise à jour : 22/10/2009)