Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot

Recherche

Facebook
Twitter
Rss











Dernières notes



La Bibliothèque
Les rhétoriques de la conspiration, sous la direction d'Emmanuelle Danblon & Loïc Nicolas
L'Obsession du complot, de Frédéric Charpier
La synarchie. Le mythe du complot permanent, d'Olivier Dard
L'Effroyable Imposteur, de Fiammetta Venner
Le Complot : L'histoire secrète des Protocoles des Sages de Sion, de Will Eisner
Mythes et mythologies politiques, de Raoul Girardet
La Foire aux illuminés, de Pierre-André Taguieff
La Société parano, de Véronique Campion-Vincent
La Causalité diabolique, de Léon Poliakov
Court traité de complotologie, de Pierre-André Taguieff









Par Fiammetta Venner


Jacques Cheminade
Né en 1941 en Argentine, Jacques Cheminade, énarque, a longtemps été chargé des négociations d’adhésion et d’association à la communauté européenne auprès de la direction des relations extérieures du Ministère de l’économie et des finances. En 1981, changement de registre, il devient secrétaire général du Parti ouvrier et européen (POE) et préside l’Institut Schiller.

Le POE est remplacé par la Fédération de la Nouvelle Solidarité en 1995 (devenu aujourd'hui Solidarité & Progrès, un mouvement figurant page 21 du rapport 2005 de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires - NDLR). Tous deux sont les branches françaises du Labor Party de Lyndon LaRouche. En juin 1992, Cheminade est condamné à quinze mois d’emprisonnement avec sursis pour avoir profité de Mme Pazery, une femme âgée atteinte d’Alzheimer, qu’il a encouragé à faire don de 1 197 000 francs au POE, la Coalition anti-drogue et la Fondation pour l’énergie de Fusion. A son décès, ses enfants ont porté plainte. Sa condamnation a toutefois pu être réduite en appel.

En 1996, il est le seul candidat à la présidentielle à qui le Conseil constitutionnel refuse les comptes de campagne. Au moment où les huissiers ont voulu saisir, ils n’ont quasiment rien trouvé dans l’appartement de 60 m² du 20e arrondissement qu'il occupait.

Pourtant l’homme n’avait pas hésité à déclaré à un journaliste du Monde : « J’ai moi même mis une grande partie de ce que possédais au service de la cause à laquelle je crois ». Côté antisémitisme, l’homme n’hésite pas à utiliser l’expression de « cancer de la Banque Rotschild » pour dénoncer l’establishment financier. A propos des usagers de drogues, on peut l’entendre dire : « bien encadrés ces jeunes peuvent contribuer à toutes sortes de travaux utiles dans les banlieues ou les communautés ». Quant à ses amis, outre LaRouche, Cheminade aime beaucoup Laissez-les-vivre, la plus vieille association anti-avortement française. Il a même publié un article dans le journal de l’association.


Source : Fiammetta Venner, « Arcat-Sida, Cheminade et les islamistes : liaisons dangereuses », ProChoix, juin 2000.

Voir aussi :
* Gilbert Laval, « Pour qui roule Jacques Cheminade ? », Libération, 8 avril 1995.
* Jean-Marie Pottier, « Jacques Cheminade affirme avoir les 500 signatures », Slate.fr, 31 janvier 2012.
* Les maires abusés par Cheminade (sur le site de l'INA)
* Lyndon LaRouche ou la théorie du complot comme clé d'explication du monde
* Conspiracy Watch énerve les partisans de Lyndon LaRouche
* La propagande larouchiste investit un site eurosceptique
* Dieudonné, ses amis, son public, ses obsessions

[Dernière mise à jour : 31/01/2012]