Chaîne Youtube du Réveil des moutons (capture d’écran du 09/01/2022).

Le Réveil des Moutons (leréveildesmoutons.fr) est un média complotiste d’extrême droite fondé par Manu Desgranges.

Il se présente comme un « média libre et indépendant spécialisé dans les entretiens avec des personnalités qui vont à l’encontre de l’idéologie dominante. L’histoire du Réveil des Moutons a commencé il y a quelques temps déjà par le biais d’une page Facebook de réinformation, qui au fil du temps, s’est transformée en média d’éveil dans lequel les questions sont particulièrement piquantes et l’invité totalement libre ».

L’« équipe » du site serait composée de 6 à 8 personnes. Parmi elles figure Eleonore Utzschneider qui s’est illustrée par des propos à caractère négationniste et faisant l’apologie du Troisième Reich.

Le Réveil des Moutons a été exclu de plusieurs plateformes dont le site de crowdfunding Tipeee. Il a été suspendu momentanément de YouTube au printemps 2021.

Présent sur VK, Odysee et Rumble, le site propose des entretiens vidéos de plusieurs figures de la complosphère antisémite parmi lesquelles Stéphane Blet, Yvan Benedetti, Jérôme Bourbon, Bruno Gollnisch, Damien Viguier, Christian Tal Schaller, Rémy Daillet-Wiedemann, Alain Escada, Pierre Hillard, Valérie Bugault, Jean-Michel Vernochet ou encore Dieudonné M’Bala M’Bala.

L’avocat de Didier Raoult, Fabrice Di Vizio, a également accordé une interview à Manu Desgranges.

Le Réveil des Moutons relaie également une vidéo dans laquelle le « camarade Hervé Ryssen [un activiste antisémite et raciste revendiqué – ndlr] qui vient d’être libéré de prison, s’exprime ».

Le Réveil des Moutons affiche ainsi son soutien à la vieille garde du Front national, en premier lieu Jean-Marie Le Pen et Bruno Gollnisch.

Dans une publication sur le « 2ème anniversaire de l’incendie à Notre-Dame de Paris », il fait allusion à l’une des phrases clés de la « Déclaration des historiens » (rédigée par les historiens Léon Poliakov et Pierre Vidal-Naquet) publiée par Le Monde le 21 février 1979, au moment de l’affaire Faurisson, du nom du célèbre négationniste français. La phrase : « Il ne faut pas se demander comment, techniquement, un tel meurtre de masse a été possible. Il a été possible techniquement puisqu’il a eu lieu » se voit reformuler en ces termes : « Il ne faut pas se demander comment, techniquement, un tel incident a été possible. Il a été possible puisqu’il a eu lieu ». Le texte conteste la « version officielle » de l’incendie de Notre-Dame pour conclure ironiquement qu’il « ne peut pas être criminel puisqu’on n’a pas retrouvé de passeport dans les décombres »

L’illustration de la publication « De L’obligation vaccinale à la dictature totale » représente une veste rayée, affublée d’un symbole inspiré de l’étoile jaune sur laquelle figure l’inscription « Non Vaccinés ». Elle est réalisée, comme la très grande majorité, par le dessinateur « dissident » et conspirationniste « Projet KO ».

Capture d’écran.

L’article reprend une des analogies les plus utilisées par les conspirationnistes anti-vaccins, celle qui fait référence à la persécution et à l’extermination des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale. Il revient sur la campagne de vaccination qui serait accomplie en violation du code de Nuremberg : Ce « véritable coup de force mondialiste enclenché lors du lancement des festivités covidiennes prendrait alors une tournure dictatoriale. […] La propagande médiatique étant alors à son paroxysme du mensonge et de la manipulation. […] De plus, les populations qu’on inocule avec ces vaccins font partie d’une vaste expérimentation sans qu’elles le sachent. Depuis le procès de Nuremberg (qui a jugé les crimes de l’Allemagne nazie) il est spécifiquement interdit par le droit international d’utiliser des populations à leur insu pour des expérimentations scientifiques ou médicales. Le faire constitue un crime contre l’humanité et une violation du Code de Nuremberg. Quid aussi de la liberté médicale ? Chaque individu se doit d’être libre de choisir le traitement qu’il souhaite sans qu’un traitement en particulier lui soit obligatoirement administré ».

L’émission hebdomadaire « L’actu au diapason » avec Stéphane Blet suit la ligne éditoriale du Réveil des Moutons. Y sont commentés les sujets d’actualité les plus divers. Dans « L’actu au diapason 52 » (25 avril 2021), Stéphane Blet évoque la « mafia maçonnique qu’est l’ordre des médecins » et ironise sur la « plaisanterie du génocide de l’histoire arménienne ». Il commente ainsi l’attaque d’une fonctionnaire de police assassinée dans un commissariat en avril 2021 : « Je ne connais pas autant de musulmans qui égorgent ou qui tuent des gens, par contre des agents du Mossad j’en connais, […] je sais qu’ils le font ».

Le Réveil des Moutons est présent à l’édition 2021 du Bal des Quenelles à l’occasion duquel Manu Desgranges interviewe Jean-Marie Le Pen.

Le 5 juillet 2021, le site annonce une « nouvelle collaboration » avec la chaîne de Dieudonné, Quenel+, inaugurée par  une interview d’Hervé Ryssen.

Le 17 juillet 2021, Manu Desgranges est invité en qualité d’intervenant à la « Fête du Pays réel », grand rassemblement annuel de l’extrême droite catholique française organisé par Civitas, pour animer un atelier aux côtés du chef de section suisse de Civitas, « Alain S. » [archive]. Cette université d’été affirme en préambule de sa présentation qu’il n’existe que « deux cités : celle de Dieu et celle de Satan » et que son but est « d’apporter les éclairages les plus profonds sur la mise en place du Nouvel Ordre Mondial » [archive].

Le 11 septembre 2021, Manu Desgranges est convoqué à la gendarmerie concernant des propos tenus lors d’un entretien vidéo avec Dieudonné [archive]. Il en rend compte trois jours plus tard sur le site complotiste Medias-Presse.info [archive].

Le Réveil des Moutons ne doit pas être confondu avec deux autres sites conspirationnistes, Les Moutons enragés et Moutons rebelles.

 

(Dernière mise à jour le 24/01/2022)