Jérôme Bourbon dans “Pourquoi nous détestent-ils, nous les Juifs ?”, Planète +, You Tube, 12/12/2016.

Ancien du Front national (FN) et de l’Oeuvre Française, Jérôme Bourbon (1972 -) – de son vrai prénom Fabrice – est le directeur de publication de Rivarol et d’Écrits de Paris.

Condamné plusieurs fois pour incitation à la haine raciale ou contestation de crime contre l’humanité, cet admirateur d’Adolf Hitler assume pleinement son antisémitisme ainsi que son mépris pour le FN de Marine Le Pen.

En janvier 2005, l’interview qu’il réalise de Jean-Marie Le Pen – dans laquelle ce dernier déclare que l’occupation allemande « en France, du moins, n’a pas été particulièrement inhumaine » – lui confère une nouvelle visibilité. Le 9 avril 2016, l’ancien président du FN est justement l’invité d’honneur du banquet d’anniversaire des deux publications dirigées par Bourbon. La galaxie radicale est au rendez-vous. On y croise notamment Roger Holeindre, Carl Lang (Parti de la France), Pierre Vial ou encore le négationniste Robert Faurisson.

Le 13 août 2015, Jérôme Bourbon publie un tweet dans lequel il prétend que le PS, l’UMP et le FN de Marine Le Pen « sont tous des succursales du CRIF, prennent leurs ordres à Tel-Aviv et sont les esclaves du lobby juif et sioniste ».

Le 19 décembre 2017, Jérôme Bourbon publie un tweet réhabilitant Adolf Hitler. Deux jours plus tard, la LICRA demande à Twitter la fermeture de son compte. Nombreux sont ses messages qui appellent à la réhabilitation du nazisme et qui prônent, entre autres, le négationnisme. Le 15 mai 2018 par exemple, il écrit : « Quand on voit les Palestiniens se faire ainsi massacrer dans l’indifférence générale, comment ne pas avoir une pensée émue pour un défunt chancelier ? On pense à toi Tonton, on t’aime et on te regrette ! ». Puis, le 17 mai 2018 : « Vive le Hamas ! Vive le Hezbollah ! Vive le professeur Faurisson ! Vive Ahmadinejad ! »

Cinq mois plus tard, à l’occasion du décès de Robert Faurisson, Bourbon lui rend un hommage appuyé, estimant que le négationniste « contestait une véritable religion, ou plutôt une contre-religion, le culte holocaustique. Un culte qui ne souffre pas que l’on manque de déférence et de soumission à son endroit ».

L’équipe d’E&R Haute-Savoie annonce recevoir reçoit Jérôme Bourbon le 16 novembre 2019 à Genève dans le cadre d’une conférence « exceptionnelle » intitulée « Confusion, inversion, chaos : comment résister ? ». Comme le souligne le site d’Alain Soral, le directeur de publication de Rivarol doit « analyser » dans ce cadre les « pièges du mondialisme et la décrépitude organisée de la France, fille aînée de l’Église » et donner les « clés qui (…) permettront de résister à l’attaque orchestrée par la “Synagogue de Satan” ».

 

IL A DIT :

« L’ensemble du monde blanc et occidental (…) est véritablement la cible d’une immigration de masse qui est évidemment une immigration qui est voulue. (…) D’ailleurs, je ne vois pas en quoi les juifs et le judaïsme ont joué un rôle important en France jusqu’à une date récente. Depuis, oui, c’est sûr que c’est une minorité très visible et même ostentatoire. J’arrête. On va dire que je dérape. (…) Nous, on est désarmés. Nos défenses immunitaires sont éliminées par le jugement de Nuremberg (…). N’ayons pas peur pour que d’un faux génocide arrive un vrai génocide, que de faux crimes contre l’humanité arrive un vrai crime contre l’humanité : celui qui est en train de se passer sous nos yeux, l’élimination de la race blanche, l’élimination de notre civilisation européenne et chrétienne. Haut les cœurs ».

Source : « Jérôme Bourbon à la 9ème journée nationaliste et identitaire », YouTube, 13 novembre 2015.

 

(Dernière mise à jour : 05/11/2019)