Valérie Bugault (capture d’écran YouTube, 15 avril 2020).

Ancienne avocate fiscaliste et titulaire d’un doctorat en droit, Valérie Bugault (1970 -) évolue dans la mouvance conspirationniste dite de la Dissidence.

Coordonnatrice nationale de l’Union populaire républicaine (UPR) pour les élections européennes de mai 2014, elle est candidate en Ile-de-France aux côtés de François Asselineau.

En 2015, elle met son expertise de juriste au service de la chaîne d’État iranienne Sahar TV dans une vidéo reprise sur le site conspirationniste Le Cercle des Volontaires.

Le 24 mars 2018, elle intervient aux côtés d’Alain Escada, Pierre Hillard, Marion Sigaut ou encore Carl Lang lors de la 2ème Fête du Pays Réel organisée par l’organisation d’extrême droite Civitas.

Elle intervient la même année pour Terre et Famille, une association ayant pour objet « de faire grandir le bagage culturel des participants en restaurant l’esprit médiéval hérité de la France chrétienne. »

Elle est l’auteure de quatre ouvrages (Du Nouvel Esprit des Lois et de la Monnaie en 2017 ; La Nouvelle Entreprise. Géopolitique de l’entreprise en 2018 ; Les raisons cachées du désordre mondial et Demain dès l’aube… le renouveau en 2019), tous publiés aux éditions Sigest, de Jean Varoujan Sirapian. En 2016, elle avait déjà participé à la revue éditée par ce dernier, Europe & Orient, dans un numéro comptant parmi ses contributeurs des personnalités directement issues de la complosphère comme François Belliot (Réseau Voltaire), Youssef Hindi (Égalité & Réconciliation) ou encore Bruno Guigue.

En 2019, elle participe à la 3ème Fête du Pays Réel pour y dédicacer son ouvrage et intervient sur la webTV d’extrême droite TV Libertés.

Valérie Bugault fait aussi partie des rédacteurs de MÉTHODE, la revue officielle des Instituts franco-russes, aux côtés de Jean-Michel Vernochet, Franck Abed, Xavier Moreau, Slobodan Despot, Bruno Guigue ou encore Alexandre Latsa. La revue se fixe pour « but premier le partage des cultures russe et française et le développement du Donbass. »

Pour l’année 2019-2020, elle assure des conférences dans le cadre du cycle de formations de l’association soralienne Égalité & Réconciliation.

Dans le contexte des mesures mises en place dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, elle accorde un entretien au site de Pierre-Antoine Plaquevent, Strategika.fr, mis en ligne le 1er avril 2020 sous le titre « Géopolitique du coronavirus I ». Valérie Bugault y dénonce un État soumis aux diktats des lobbies financiers et pharmaceutiques qui laisserait sciemment le Covid-19 se propager avec, comme objectif caché, d’imposer une campagne de vaccination destinée en réalité à contrôler la population :

« On a des médecins stipendiés (la plus en vogue actuellement est la sulfureuse Karine Lacombe qui sévit sur les grandes ondes et est multi stipendiée des lobbies pharmaceutiques) ainsi que tout l’appareil d’Etat et les corps constitués (Inserm…), tous reliés, de près ou de loin, aux lobbies pharmaceutiques qui sont montés aux créneaux pour disqualifier les travaux des éminents spécialistes décrits ci-dessus [le Pr Didier Raout – ndlr]. Sans oublier le fait que la campagne présidentielle de Macron a été partiellement financée par Big Pharma. En outre, je ne fais qu’effleurer rapidement, car l’énumération en serait vraiment trop longue, toutes les décisions politiques actuelles prises en opposition ouverte à l’objectif officiel d’enrayement de l’épidémie, qui passent par la classification début 2020 d’un médicament en vente libre depuis des décennies en substance vénéneuse [elle fait ici allusion à la chloroquine – ndlr] ».

Et de poursuivre :

« Nous faisons donc globalement, ou mondialement, si vous préférez, face à une situation inédite dans l’histoire, dans laquelle un petit groupe de gens, cachés derrière l’anonymat des capitaux et des institutions internationales et menés par quelques banquiers privés, organisent des chocs ou tirent parti de chocs afin de faire avancer leur agenda global de prise de contrôle politique du monde en instituant un “gouvernement mondial”. Pour réaliser ce gouvernement mondial, il faut avoir préalablement développé, chez les individus en général et chez les dirigeants politiques en particulier, le sentiment de la nécessité d’une régulation des événements à l’échelle globale. Une pandémie est en effet le phénomène qui répond le mieux à ce type de besoin. Dès le départ, on peut et on doit suspecter une manipulation. Par ailleurs, il devient en effet de plus en plus évident que ce coronavirus résulte de la combinaison, aidée, de deux virus naturels, combinaison qui aurait malencontreusement fuité d’un ou de plusieurs laboratoires. Nous ne saurons probablement jamais le véritable déroulement des événements ayant abouti à la dissémination de ce type de virus. »

Valérie Bugault anticipe enfin l’imposition d’« un futur vaccin miracle. Ce vaccin, outre son prix financier, sera sans doute agrémenté de sels d’aluminium (qui est devenu l’adjuvant obligatoire), d’arn messagers (qui permettront de faire, in vivo et à grande échelle, des expériences génétiques sur le génome humain), et surtout de puce RFID, qui permettront à tout un et chacun de recevoir ses rémunérations et d’avoir accès à son compte en banque. Cette étape de la vaccination obligatoire sera tout à fait décisive pour assurer aux globalistes (banquiers, big pharma et consorts) le contrôle direct sur les populations. Chaque personne devra ainsi obéir sous peine de se voir retirer l’accès à tous ses moyens de subsistances. »

Une vidéo d’une de ses interviews, intitulée « Le Gouvernement mondial », est publiée sur la chaîne YouTube de Silvano Trotta le 15 avril 2020. Valérie Bugault y développe des propos complotistes, notamment en rapport avec la vaccination.

Le 14 mai 2020, dans « un Libre Entretien » publié sur la chaîne YouTube de Salim Laïbi, Valérie Bugault avance que  cette « crise intervient dans une bonne synchronisation avec un renouveau de l’ordre monétaire international et de l’ordre économique international ». Elle insiste sur le fait que « l’ordre mondial, c’est la trame de fond de tout ce qui se produit aujourd’hui » et parle du terme de complotisme comme d’un « outil de manipulation ».

Elle figure également au sommaire du numéro de septembre 2020 de la revue souverainiste Front Populaire lancée par le philosophe Michel Onfray.

(Dernière mise à jour le 31/08/2020)