L’actu de la semaine décryptée par Conspiracy Watch (semaine du 17/05/2021 au 23/05/2021).

TOP 10. En partenariat avec l’outil d’analyse de sites web SimilarWebConspiracy Watch a établi un classement des dix sites conspirationnistes francophones les plus consultés au cours de l’année 2020. C’est encore une fois Égalité & Réconciliation qui tient le haut du pavé avec une moyenne de 3,71 millions de visites par mois, suivi de près par FranceSoir avec 3,17 millions de visites. Par ordre décroissant de fréquentation, ce classement se compose ainsi des sites Égalité & RéconciliationFranceSoirBoulevard VoltaireDreuz.infoRéseau VoltaireNouvelOrdreMondial.ccWikistrikeLe Salon BeigeRiposte Laïque et Réseau international. Chacun a reçu, l’année dernière, plus de 700 000 visites par mois (source : Conspiracy Watch, 21 mai 2021).

À noter que FranceSoir ose tout, en se positionnant comme le « média » qui aurait eu raison avant les autres. Parmi d’autres infos et théories complotistes, le site n’hésite ainsi pas à créditer les thèses d’un virus développé « à partir du VIH » dans un « laboratoire d’armes » dédié « à lui tout seul » au SARS-CoV-2… (source : William Audureau/Twitter, 21 mai 2021).

QANON. De La Haye à Stuttgart en passant par Paris, ils disent lutter contre le « contrôle des consciences », les réseaux « pédocriminels », la « Plandémie » inventée selon eux par une caste dirigeante aux sombres desseins. L’AFP s’est immergée dans ce bouillon de culture complotiste européen où l’on trouve des QAnon, des anti-vaccins, des populistes de droite, des écologistes adeptes des thérapies douces, des chefs d’entreprise, des chômeurs et même des médecins. Un attelage hétéroclite dont la montée en puissance inquiète les services de renseignement, qui craignent une déstabilisation des démocraties européennes (source : Challenges, 19 mai 2021).

NICK FUENTES. « La Palestine n’est pas le seul pays sous occupation israélienne ». On doit ce tweet posté le 18 mai à Nick Fuentes, figure influente de l’Alt-Right américaine. En novembre dernier, le jeune homme avait notamment reproché à Israël d’avoir trahi Donald Trump.

GAB. Lancée en 2016, la plateforme Gab, qui se présente comme le réseau social champion de la liberté d’expression, a gagné en notoriété ces dernières années auprès des communautés d’extrême droite. En 2021, à la suite de l’assaut au Capitole, elle a connu une augmentation record du nombre de ses nouveaux membres, alors que des communautés d’extrême droite, interdites sur Twitter et Facebook, l’ont ralliée. Pour mieux comprendre l’utilisation de la plateforme par les activistes d’extrême droite australiens, des chercheurs ont analysé des contenus postés entre le 1er janvier et le 30 septembre 2020 (source : Institute for Strategic Dialogue, 19 mai 2021).

DÉPLATEFORMAGE. La plus grande vigilance observée par les grandes plateformes des médias sociaux semble porter quelques fruits. On constate ainsi une baisse significative d’influence des comptes toxiques. La démonstration est nette avec la très faible audience du blog de Donald Trump (source : Jean-Éric Branaa/Twitter, 22 mai 2021). En janvier dernier une étude de Zignal Labs, relayée par le Washington Post, montrait que l’exclusion de Trump de Twitter s’était accompagnée d’une baisse de 73% des fake news partagées sur la plateforme… (source : phonandroid.com, 18 janvier 2021).

DÉSOCIALISATION. Ils se sont un jour retrouvés face à une personne inconnue : un père, une mère, un ami, passés « de l’autre côté du miroir », dans un monde inaccessible de cabales et de conspirations. Le complotisme a brisé leur couple, leur famille, les laissant dans la stupeur et l’incompréhension. Le phénomène vit et prolifère dans le monde numérique mais ses répercussions sociales sont très concrètes. France 24 a enquêté sur les ravages du complotisme dans la vie réelle (source : France 24, 17 mai 2021).

LE DESSIN DE LA SEMAINE. Samedi 15 mai, environ 22 000 personnes se sont rassemblées en France pour manifester pour la Palestine, en dépit de l’interdiction administrative de certaines de ces manifestations pour risques de troubles à l’ordre public. Pour certains, ces interdictions sont la preuve que la France est tenue en otage par le « sionisme ». La situation a inspiré notre collaborateur Morgan Navarro…

« ANTISIONISME ». Selon David Miller, professeur à l’université de Bristol, « la sphère publique britannique est prise d’assaut par l’État d’Israël et ses défenseurs ». Il désigne la société juive (« JSoc ») comme étant sous l’emprise d’un « groupe de pression israélien ». Ses débordements ont donné lieu à des appels outrés en faveur de son renvoi, mais l’homme a aussi reçu des messages de soutien massifs venant de la gauche universitaire parmi lesquels Noam Chomsky, Judith Butler, Norman Finkelstein, Ramón Grosfoguel, François Burgat, Françoise Vergès ou encore Nacira Guénif. Retour sur une controverse qui a éclaté en février dernier et dont le récit éclaire la question de l’antisémitisme qui gangrène une partie de la gauche britannique depuis des années (source : Revue K, 17 mai 2021). Lire à ce propos également l’interview donnée par le journaliste David Aaronovitch à Conspiracy Watch en avril dernier.

ANTISÉMITISMES D’ÉTAT. Le président turc, qui s’est érigé en défenseur de la cause palestinienne, a critiqué le 17 mai Israël pour ses frappes dans la bande de Gaza, dénonçant dans une violente tirade des « meurtriers » qui « tuent des enfants âgés de cinq ou six ans »« Il n’y a que sucer le sang qui les assouvit », a-t-il ajouté. La déclaration a fait scandale, notamment auprès de l’administration américaine, car elle réactive un vieux stéréotype antisémite : le thème du juif vampire, assoiffé de sang. Voir notre thread à ce sujet.

Le média chinois CGTN a de son côté défendu l’idée qu’Israël serait manipulé par les États-Unis afin de servir les intérêts des compagnies pétrolières, et que « les Juifs dominent les secteurs de la finance, des médias et d’Internet », ce qui expliquerait la politique américaine. Effacée, la vidéo a fait réagir l’ambassade d’Israël en Chine, exprimant sa consternation face à l’antisémitisme « flagrant » d’un média officiel chinois (source : Antoine Bondaz/Twitter, 19 mai 2021).

« UN NÔTRE MONDE ». En Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA), Bretagne, Pays de la Loire, les électeurs trouveront dans leur bureau de vote, le 20 juin, des bulletins pour une liste régionale estampillée « Un nôtre monde ». Ce mouvement, qui n’est affilié à aucun parti existant, est étiqueté « liste divers » par le ministère de l’Intérieur. Proche du collectif contestataire Reinfo Covid, il suscite les interrogations en raison du profil de ses créateurs (source : Le Monde, 21 mai 2021). Sur la liste portée par Linda Rigaudeau en région Pays de la Loire par exemple, on trouve de nombreux adeptes des médecines parallèles : hypnothérapeute, conseillère alimentation « diplômée de l’institut Hildegardien », expert en « bonheur hormonal », animatrice d’ateliers de relaxation coréenne, ou « praticienne en méthode de libération des cuirasses », entre autres (source : Ouest-France, 19 mai 2021). D’autres listes complotistes figureront dans la course aux régions, notamment en région Auvergne-Rhône-Alpes et en Ile de France (source : Le Monde, 21 mai 2021). Un producteur de plantes médicinales adhérent au parti Cap Écologie (créé en février 2021) et candidat aux élections régionales 2021 partage sur les réseaux sociaux des propos anti-vaccination, anti-confinement, anti-masque ainsi que des contenus de « réinformateurs » complotistes. Il n’hésite pas davantage à parler d’un « nouvel ordre mondial qui gérerai (sic) les affaires du monde »… (source : T.T/Twitter, 17 mai 2021).

JÜRGEN CONINGS. En Belgique, un militaire proche de milieux d’extrême droite est en cavale depuis mercredi après que sa voiture a été découverte avec à son bord quatre lance-roquettes ainsi que des munitions. Le forcené est soupçonné de vouloir s’en prendre à des représentants de l’État belge et à des personnalités publiques, dont un virologue, Marc Van Ranst, bête noire des anti-masques et des covido-sceptiques. Sur Facebook, un groupe baptisé « Als 1 achter Jürgen » (« Tous unis derrière Jürgen ») réunit plus de 24.000 membres. À son initiative, près de 150 personnes se sont rassemblées à Maasmechelen (Flandres), le samedi 22 mai, pour soutenir le forcené. Les participants portaient des pancartes « No License to Kill », accusant des « politiciens corrompus » et des « médias menteurs » (source : Le Figaro, 22 mai 2021). À noter que Marc Van Ranst a été mis en lieu sûr avec sa famille (source : La Libre Belgique, 18 mai 2021).

PIERRE BARNÉRIAS. Marianne révèle que Pierre Barnérias, réalisateur controversé du film complotiste Hold-up, fut proche d’une gourou. Fondatrice et animatrice d’un groupe de prière nommé « Amour et miséricorde », Éliane Deschamps attirait auprès d’elle des dizaines de fidèles parmi lesquels le journaliste, à partir de 1999, au moins épisodiquement. Depuis, quatorze anciens membres ont porté plainte pour « abus de faiblesse ». Éliane Deschamps sera jugée les 26 et 27 mai par le tribunal correctionnel de Dijon (source : Marianne, 22 mai 2021).

HÉCATOMBE. Lors d’un live, le docteur Louis Fouché a invité les auditeurs à consulter et à partager les « recettes super chouettes » des naturopathes et des « gens comme ça », tels que Christian Tal Schaler. La dernière vidéo de celui-ci évoque le « poison calculé » des vaccins, la toxicité des personnes vaccinées pour les non vaccinés. Le contrôle par la 5G fait partie des obsessions du youtubeur qui appelle à la convocation d’un « tribunal de Nuremberg » pour juger l’ « eugénisme délirant » qui serait actuellement à l’œuvre (source : L’extracteur/Twitter, 21 mai 2021).

Comme les infox ont la vie longue, renvoyons à la mise au point qu’avait effectuée il y a quelques mois les Décodeurs du journal Le Monde au sujet des nanoparticules et des vaccins anti-Covid-19 (source : Le Monde, 11 décembre 2020).

À noter également que l’analogie aussi absurde qu’irrespectueuse consistant à comparer la situation actuelle avec la Seconde Guerre mondiale, et notamment avec la persécution antijuive, n’en finit pas d’inspirer les covido-sceptiques et les antivaxx. C’est notamment le cas de Jean-Marie Bigard qui, dans une manifestation samedi 22 mai, a estimé que le pass sanitaire consistait à « mettre un signe distinctif exactement comme on l’a fait pour les Juifs » (source : Tristan Mendès France /Twitter, 22 mai 2021).

FRANCIS LALANNE. Le chanteur avait appelé, fin mars, 350 manifestants à s’embrasser sans masque. Le docteur Jean-Paul Hamon, généraliste et président d’honneur de la Fédération des Médecins de France, l’avait pour cela traité d’« abruti ». Pour cette raison, le médecin est désormais convoqué devant le Conseil de l’Ordre des Médecins des Hauts-de-Seine, le 2 juin, suite à une plainte de Francis Lalanne pour « manquement grave à la déontologie ». Sur les réseaux sociaux, les soignants défendent le médecin, sous le hashtag #Lalanneabruti (source : L’Obs, 18 mai 2021).

COVID-19. Virologue à l’Institut Pasteur, Étienne Simon-Lorière estime que l’hypothèse d’une émergence naturelle du virus du Covid-19 reste dans la course sans qu’on puisse écarter celle d’une fuite accidentelle du virus d’un laboratoire. L’idée que le virus aurait été « fabriqué » est en revanche peu plausible. La rédaction de Conspiracy Watch a interrogé le scientifique (source : Conspiracy Watch, 22 mai 2021). À écouter sur le même sujet la mise au point de la journaliste Raphaëlle Bacqué dans l’émission C dans l’air.

BAROMÈTRE DE LA CONFIANCE POLITIQUE. La Fondation Jean-Jaurès est cette année encore partenaire du Baromètre de la confiance politique. Pour cette vague de mai 2021, il s’est agi de mesurer la confiance que les Français ont dans leurs institutions et dans la démocratie, au moment où la tendance est à l’amélioration des indicateurs sanitaires. La plus grande intention de se faire vacciner et la confiance dans les institutions n’a pas réduit les méfiances des Français à l’égard de certaines idées : 29 % des Français pensent par exemple que l’épidémie de Covid-19 a probablement été planifiée en secret par des agents puissants, une méfiance surtout dirigée vers le gouvernement. L’enquête montre aussi que 47 % de Français (hausse de 5 points depuis janvier 2021) pensent probable l’idée selon laquelle la crise sanitaire fournit l’occasion au gouvernement de surveiller et contrôler les citoyens (source : Fondation-Jean-Jaurès, 21 mai 2021).

LE COÛT DE L’INFOX. Les fake news n’ont pas seulement des effets délétères sur la démocratie, la santé, l’environnement, les sciences ou l’équilibre social de nos sociétés. Elles ont aussi d’immenses conséquences sur notre vie économique. Selon les estimations de l’université de Baltimore, cette foire au n’importe quoi a coûté au moins 78 milliards d’euros aux acteurs économiques en 2019, dont une bonne partie à la charge des entreprises, petites ou grosses (source : Capital, 17 mai 2021).

JUSTICE. L’essayiste d’extrême-droite Alain Soral a été condamné mercredi 19 mai en appel à quatre mois de prison en semi-liberté pour provocation à la haine en raison de la religion, après avoir imputé aux Juifs l’incendie de Notre-Dame de Paris (source : Le Figaro, 19 mai 2021).

De son côté, le militant d’extrême droite Hervé Lalin, dit Ryssen, a été condamné en appel à un an d’emprisonnement dont six mois ferme, à purger à domicile avec un bracelet, pour contestation de crime contre l’humanité et injure antisémite (source : Ouest-France, 17 mai 2021).

MALADIE DE LYME. Certains, comme les « Lyme Doctors », parlent de la maladie de Lyme – cette infection transmise par les tiques –, comme d’une « épidémie cachée ». S’il existe un scandale sanitaire, c’est pourtant avant tout dans la mauvaise prise en charge des patients convaincus d’être atteints de cette pathologie, alors que la plupart souffrent en réalité d’autres maux. L’infectiologue Éric Caumes a été l’un des premiers à le démontrer et ses travaux ont depuis été confirmés par de nombreuses autres études. Entretien dans L’Express avec l’auteur de Maladie de Lyme, réalité ou imposture (éd. Robert Laffont) (source : L’Express, 5 mai 2021).

MICHEL FOURNIRET. Le tueur en série pédocriminel est décédé le 10 mai dernier, à l’âge de 79 ans, des suites de problèmes cardiaques et respiratoires. Sans attendre, l’air du soupçon a commencé à flotter autour d’un personnage que d’aucuns, tel le journaliste Karl Zéro, refusent de considérer comme un « prédateur solitaire » (source : Charlie Hebdo, 19 mai 2021).

GRAND REMPLACEMENT. Le « Grand Remplacement » est probablement l’un des thèmes conspirationnistes les plus populaires : ses adeptes estiment qu’une immigration en provenance d’Afrique du Nord et d’Afrique subsaharienne se substituera à terme à la population européenne et annihilera sa civilisation. Directrice-adjointe de la rédaction de Conspiracy Watch, l’historienne Valérie Igounet revient pour Konbini sur les tenants et aboutissants de cette peur (source : Konbini, 19 mai 2021).

PRESS TV. Dans sa chronique hebdomadaire sur France Inter, Tristan Mendès France s’est intéressé le 21 mai au média iranien Press TV, créé en 2007. La version française de ce média d’État, conçu sur le modèle de RT (Russia Today), reçoit à ce jour un peu plus de deux millions de visiteurs par mois. Il a notamment relayé les discours complotistes accusant les « Sionistes » d’avoir organisé les attentats du 11-Septembre ou d’être derrière la tuerie de Sandy Hook, comme il accueille la parole de Dieudonné M’Bala M’Bala et d’Alain Soral. Notre collaborateur estime que Press TV ne manquera pas de chercher à influencer l’opinion publique française à l’occasion des élections présidentielles françaises (source : France Inter, 21 mai 2021).

LECTURE. Grand reporter à L’Obs et écrivaine, Doan Bui a scénarisé une BD passionnante, illustrée par Leslie Plée, Fake news, l’info qui ne tourne pas rond (Delcourt). Une enquête très instructive sur la fabrication des fake news. Dans un entretien à Ouest-France, elle décrit l’adhésion aux théories du complot comme un recours pour faire face à un « monde hyper angoissant » : « Vous partagez des théories, vous faites partie d’un collectif. Le fait d’être minoritaire, d’avoir des ennemis communs, ce sont des mécanismes qui soudent le groupe » (source : Ouest-France, 16 mai 2021).