Page d’accueil du site (capture d’écran du 28/03/2021).

Boulevard Voltaire (bvoltaire.fr) est un site d’extrême droite lancé en octobre 2012 par Robert Ménard, Emmanuelle Ménard et Dominique Jamet.

Le Décodex du Monde note que Boulevard Voltaire « a plusieurs fois publié ou relayé de fausses informations sur la construction de mosquées en France ».

« Etant donné que Boulevard Voltaire a publié de fausses informations sur des enjeux importants, souvent pour faire avancer des prises de position d’extrême droite », le site de notations des médias NewsGuard appelle à la vigilance pour ce site « politique qui publie principalement des contributions de lecteurs, et qui a publié des informations sans fondement, tout en mettant en avant des points de vue d’extrême droite. »

La rédaction du site est successivement dirigée par Robert Ménard, Dominique Jamet (à partir de 2012), Emmanuelle Ménard (à partir de 2016) et Gabrielle Cluzet (depuis l’élection d’Emmanuelle Ménard comme députée en 2017).

Salué dès son apparition par l’ancien vice-président du Front national Bruno Gollnisch, Boulevard Voltaire compte parmi ses premiers contributeurs l’essayiste conspirationniste Pierre Hillard [archive]. Les signatures du militant anti-vaccination Serge Rader, du théoricien du Grand Remplacement Renaud Camus côtoient notamment celles d’Adrien Abauzit, Vincent Vauclin, Alain de Benoist, Jean-Michel VernochetJean-Yves Le Gallou ou encore Christine Tasin. Autrice de plusieurs textes sur Boulevard Voltaire, cette dernière est condamnée pour l’un d’eux, publié le 1er mai 2013 (et supprimé du site depuis) pour provocation à la haine envers les musulmans.

En mars et mai 2013, le polémiste antisémite Alain Soral est interviewé sur Boulevard Voltaire par Nicolas Gauthier [archive]. Co-fondateur du Choc du Mois et de Flash, ce dernier se réclame ouvertement du maurrassisme.

Le 23 août 2013, Nicolas Gauthier commente la situation en Egypte où Mohamed Morsi vient d’être destitué. Dans un texte intitulé « Egypte : qui veut la peau des coptes ? », il évoque des attentats « sous faux drapeau », expliquant que l’implication des Frères musulmans dans les attaques anti-chrétiennes pourraient bien n’être qu’un « bobard », « une énième opération de propagande ».

En février 2014, Boulevard Voltaire rend hommage à Jonathan Moadab, fondateur du site complotiste Agence Info Libre, pour avoir interrogé Laurent Fabius sur le massacre de la Ghouta au sujet duquel un rapport aurait exonéré Bachar el-Assad de toute responsabilité.

Début août 2014, Boulevard Voltaire emboîte le pas à d’autres sites conspirationnistes qui prennent au premier degré un texte satirique concernant le crash du MH17. Dans un article intitulé « Crash du Boeing malaisien en Ukraine : la grande manip ? », l’essayiste souverainiste Roland Hureaux fait référence à « l’information selon laquelle le pilote ukrainien qui a tiré sur le Boeing aurait avoué », la qualifiant de « révélation énorme, qui n’est relayée pour le moment, n’en soyons pas étonnés, que par des médias allemands » (et pour cause, puisqu’il s’agissait d’une fausse information satirique).

En 2015, le « Forum de la Dissidence », organisé par Jean-Yves Le Gallou sous l’égide de la Fondation Polémia, accueille sous le label « Boulevard Voltaire » la journaliste Charlotte d’Ornellas ainsi que Robert Ménard.

Plusieurs sites conspirationnistes – parmi lesquels le groupuscule « Action des forces opérationnelles » ou encore Riposte Laïque – recommandent Boulevard Voltaire.

Boulevard Voltaire a reçu en 2020 en moyenne 1,1 million de visites par mois. Il cumule 161 000 abonnés sur Facebook, 53 000 sur Twitter, et sa chaîne YouTube affiche un total de 13,6 millions de vues.

 

Voir aussi :

Assassinat de Jo Cox : Boulevard Voltaire souffle le chaud et le froid

 

(Dernière mise à jour le 30/03/2021)