Capture d’écran (13/02/2018).

Riposte laïque (ripostelaique.com) est un site co-fondé en 2007 par l’ancien militant communiste et typographe à la retraite Pierre Cassen. Son slogan (« pour la défense de la laïcité et des principes de tolérance mutuelle ») ne reflète pas la ligne très ouvertement anti-musulmane de ce site dont le Décodex du Monde rappelle qu’il a été « condamné à plusieurs reprises pour provocation à la haine ».

Le site de notation des médias NewsGuard considère que Riposte laïque est « un site anti-islam d’extrême droite qui publie régulièrement des théories du complot et des allégations non prouvées pour soutenir ses points de vue ».

Le site a en effet relayé à de multiples reprises des fausses nouvelles, notamment pendant la campagne présidentielle de 2017. Il relaie aussi les thèmes du Grand Remplacement [archive] et d’Eurabia.

Riposte laïque cumule plus d’un million de visites par mois au cours de l’année 2019 (données SimilarWeb).

Si son principal animateur, Pierre Cassen, est issu de la gauche, le site évolue très clairement dans le champ de l’extrême droite identitaire française et compte de nombreux liens avec des sites comme LesObservateurs.ch, Boulevard Voltaire, Breizh-Info, Polemia ou Fdesouche.

Plusieurs ouvrages, proposés à la vente sur le site, sont édités à l’enseigne de Riposte laïque. Parmi les titres proposés, on peut citer : Immigration, le naufrage français ; Pourquoi et comment interdire l’islam ; L’islam fabrique de déséquilibrés ?…

En 2010, Riposte laïque a créé l’association Résistance républicaine, présidée par Christine Tasin. Ensemble, les deux sites ont été à l’initiative en 2010 d’un « apéro saucisson-pinard » avec le Bloc identitaire et des « Assises internationales contre l’islamisation de nos pays ». La même année, deux membres de Riposte laïque, Luc Roche et Marc Noé, sont signataires de la « pétition pour l’abrogation de la loi Gayssot et la libération de Vincent Reynouard », initiée par Paul-Éric Blanrue.

En 2016, Pierre Cassen et Maurice Vidal, affichent leur présence au « Forum de la Dissidence », organisé par Jean-Yves Le Gallou sous l’égide de l’association pour la Fondation Polémia. Mis en place depuis 2015, ce rendez-vous annuel accueille diverses personnalités de la droite radicale, nationaliste ou identitaire.

En 2017, pour le dixième anniversaire de sa création, Riposte laïque se targue d’avoir à son actif « 10 ans de combat contre l’islamisation de la France ».

Il considère que l’affaire du cimetière de Carpentras saccagé par des membres de l’extrême-droite serait une manœuvre de François Mitterrand.

En 2019, le site a soutenu la thèse d’une manipulation concernant l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Le soir même du drame, le 15 avril 2019, Christine Tasin affirme sur Riposte laïque, qu’« un attentat musulman est très possible. […] Inévitablement, nous avons tous dans la tête que ce n’est peut-être pas un accident mais un attentat contre ce qui représente la France, ô combien ! Notre-Dame où Napoléon a été sacré empereur. Et si c’est un attentat, c’est forcément un attentat musulman ». Puis, de prévenir, menaçante : « Si “ils” ont osé s’en prendre à Notre-Dame de Paris, cela pourrait bien être le début d’une guerre civile terrible. On ne peut pardonner un tel blasphème, une telle attaque au cœur. » Un mois plus tard, le site lance une campagne intitulée « Aidez-nous à pourrir la vie du menteur de l’Élysée ». En association avec Résistance républicaine, Riposte laïque propose 100 000 autocollants « Macron nous ment » sur lesquels figure une représentation plus que douteuse du visage du Président de la République, désigné comme l’instigateur de l’incendie de Notre-Dame.

En 2020, Riposte laïque s’est engagé dans une analyse conspirationniste de l’épidémie du coronavirus. Fin février 2020, une publication affirme que « le coronavirus est bien une arme biologique ». Elle s’appuie sur une interview d’un professeur de droit international à la retraite, Francis Boyle, qui explique que le coronavirus a été « élaboré dans un laboratoire canadien à Winipeg [sic], dans lequel travaillaient des chercheurs chinois, [et qu’il] a fait l’objet de contrebande en faveur du laboratoire de Wuhan ». Un mois plus tôt, Francis Boyle publiait un entretien vidéo sur YouTube dans lequel il soutenait cette thèse.

Dans une vidéo du 23 mars 2020 vue près de 60 000 fois en deux jours et diffusée sur le compte YouTube du site, Pierre Cassen suggère que « le Gouvernement » refuserait délibérément de recommander la chloroquine comme traitement contre le coronavirus alors qu’il saurait que le traitement est efficace. Cassen conclut : « Je vais devenir complotiste et je suis obligé de me dire qu’on est gouverné par des mecs qui veulent absolument qu’on crève ».

 

(Dernière mise à jour le 13/06/2020)