L’actu de la semaine décryptée par Conspiracy Watch (semaine du 28/03/2022 au 03/04/2022).

COMPLOTISME ÉLECTORAL. Alors qu’enfle la petite musique d’une élection qui serait « truquée », Libération a identifié deux mouvements apparus en ligne qui affirment leur intention de se rendre dans des bureaux de vote pour y faire des images illustrant de potentielles fraudes lors du scrutin. Des initiatives qui sont essentiellement relayées par les mouvances antivax et QAnon françaises (source : Libération, 30 mars 2022).

Cette thèse selon laquelle l’élection présidentielle ne serait qu’une machination et non un processus démocratique n’est pas nouvelle ; elle résonne en France en 2022, y compris à travers les propos de candidats à ce scrutin. Le complotisme électoral, c’est le 26e épisode de « Complorama »avec Rudy Reichstadt, directeur de Conspiracy Watch, et Tristan Mendès France, maître de conférence et membre de l’Observatoire du conspirationnisme, spécialiste des cultures numériques. Un podcast à retrouver sur le site de FranceInfo, l’application Radio France et plusieurs autres plateformes comme Apple podcastsPodcast Addict, Spotify, ou Deezer.

L’ex-capitaine de gendarmerie Alexandre Juving Brunet appelle quant à lui à manifester le 9 avril, veille du premier tour de l’élection présidentielle, pour « empêcher » l’élection d’Emmanuel Macron (source : Maurice Ronai/Twitter, 3 avril 2022).

Twitter de son côté semble avoir saisi le problème à bras le corps : un tweet de Florian Philippot qui affirmait que « Macron fait tout pour truquer l’élection » a été accompagné par le réseau social d’un bandeau le qualifiant de contenu « trompeur » (source : Romain Herreros/Twitter, 29 mars 2022).

JEAN LASSALLE. Invité le dimanche 27 mars de « Questions politiques » sur France Inter, Jean Lassalle, candidat à l’élection présidentielle, a laissé entendre que le fils de Brigitte Macron, Sébastien Auzière, « réglait les sondages ». Il s’agit d’une fausse information caractérisée, régulièrement relayée depuis plusieurs années, notamment par Jean-Luc Mélenchon en janvier dernier, et à chaque fois démentie (source : France Inter, 27 mars 2022).

JOE BIDEN. À Varsovie, le 26 mars, le président américain Joe Biden a déclaré que son homologue russe « ne peut pas rester au pouvoir », déclenchant une avalanche de commentaires et de questions, et obligeant ses propres conseillers à préciser à la hâte le sens de ses propos. Une phrase maladroite qui, alors que Paris et Berlin se focalisent sur l’arrêt des combats, vient alimenter la rhétorique paranoïaque du régime russe sur de prétendus complots occidentaux (source : Le Monde, 28 mars 2022).

FRANCESOIR. Après avoir porté les voix de la division pendant la crise sanitaire, FranceSoir est désormais retweeté par le compte officiel de l’ambassade de Russie en France (source : William Audureau/Twitter, 28 mars 2022).

LES DÉCONSPIRATEURS. Cette semaine, Tristan Mendès France, Rudy Reichstadt et David Medioni ont reçu Christophe Bourseiller, historien, écrivain, journaliste, auteur de Le Complotisme, Anatomie d’une religion (Cerf, 2021) ainsi que d’une quarantaine de livres, auteur également, pour la chaîne Histoire, d’une série documentaire sur les théories du complot. Au sommaire de ce quinzième épisode : le complotisme électoral ; la radicalisation politique ; le populisme ; les résultats de l’enquête d’opinion Ifop/Fondation Reboot sur le complotisme ; les contenus sponsorisés pro-Poutine sur Facebook ; le livre de Christophe Bourseiller (source : Conspiracy Watch, 28 mars 2022).

NOUVEL ORDRE MONDIAL. Parfois utilisée en géopolitique pour décrire une période de changements majeurs, l’expression « nouvel ordre mondial » est régulièrement détournée pour alimenter une théorie du complot fustigeant un prétendu projet de gouvernement totalitaire mondial dirigé par des forces obscures comme les Illuminati ou les francs-maçons, le tout souvent accompagné de connotations antisémites. Le discours, somme toute très banal, de Joe Biden, donné devant un parterre d’hommes et femmes d’affaires à Washington lundi 21 mars, n’a ainsi pas manqué de réveiller toute la complosphère (source : Slate, 28 mars 2022). Pour Rudy Reichstadt, « l’articulation de ces trois mots, « new world order », c’est un peu le jackpot pour les complotistes. […] Or, cette expression de « Nouvel Ordre Mondial », précédée d’un article défini (« le ») et serti des majuscules de circonstance, est la manière dont les conspirationnistes désignent depuis des décennies le soi-disant projet secret de gouvernement mondial totalitaire que les puissants chercheraient à précipiter » (source : Franc-Tireur, 30 mars 2022).

SURVIVALISME. Dans l’affaire des cinq Français tombés d’un balcon à Montreux (Suisse) le 24 mars dernier, la police a dit privilégier la piste du suicide collectif. Dans ce drame, sur les cinq membres de la famille, seul le fils a survécu et est actuellement dans le coma. « Les investigations techniques ne montrent aucun signe avant-coureur d’un tel passage à l’acte », a souligné la police, notant toutefois que « depuis le début de la pandémie, la famille était très intéressée par les thèses complotistes et survivalistes » (source : Ouest France, 29 mars 2022).

PLATEFORMES. Des centaines de comptes en français se sont engagés depuis le début de la guerre en Ukraine dans le relais de la doxa du Kremlin. S’il est dur de prouver qu’ils sont pilotés par la Russie, ils en reprennent fidèlement les arguments et piochent allègrement dans les visuels et vidéos de propagande des groupes russophiles du réseau Telegram, cœur névralgique de la communication russe, pour mieux les diffuser. De TikTok à Facebook en passant par LinkedIn et YouTube, aucune plateforme n’est épargnée (source : Le Monde, 30 mars 2022).

DONBASS. D’après un narratif poutinien, la presse aurait passé sous silence les bombardements ukrainiens dans le Donbass depuis 2014. Y aurait-il une guerre plus « propre » que l’autre ? La journaliste du Monde Faustine Vincent a répondu à cette question lors d’un live tweet du Monde en ligne (source : William Audureau/Twitter, 30 mars 2022).

MÉDIAS RUSSES. La plateforme EUvsDisinfo a de son côté réalisé une infographie très intéressante pour analyser la galaxie des médias qui dépendent du Kremlin, et dont le contenu relève souvent plus de la propagande d’État que de l’information (source : EUvsDisinfo/Twitter, 26 mars 2022).

ROMANA DIDULO. Dans sa chronique « Antidote » du 1er avril sur France Inter, Tristan Mendès France s’est penché sur le cas de Romana Didulo, cette Canadienne qui s’est officiellement auto-proclamée, en février 2021, chef d’État, commandeur en chef et surtout « reine » du Canada. Un succès au sein de la mouvance QAnon, dont elle reprend une partie des références, notamment l’idée d’un complot mondial des « élites pédo-satanistes » (source : France Inter, 1er avril 2022).

ANTISÉMITISME. Dans un nouveau chapitre de l’émission La Fabrique du mensonge diffusé dimanche 3 avril sur France 5, les journalistes Elsa Guiol et Étienne Mélou racontent comment la crise du Covid-19 a considérablement augmenté l’antisémitisme en France. Les différentes étapes de la crise ont vu fleurir les contenus à caractère antisémite, notamment sous la forme de vidéos, provoquant un processus de « radicalisation » quasi inconscient. « C’est ce qui arrive à beaucoup de gens qui passent qui passent leur journée sur les écrans et les réseaux sociaux. Il suffit qu’on clique une première fois sur une vidéo antisémite avec un contenu pour que l’algorithme de ces plateformes vous en proposent un autre », constate notamment Elsa Guiol (source : FranceInfo, 1er avril 2022).

POISSON D’AVRIL. Source d’inspiration pour des reportages farfelus, le 1er avril et ses poissons sont passés de mode au fil des années. En cause notamment : la chute de confiance dans les journalistes et l’essor des fausses informations. Comme l’a montré le canular Bye Bye Belgium qui secoua le pays en décembre 2006, la révélation, même explicite, de la supercherie — par une diffusion d’un bandeau « ceci est une fiction » — n’a pas été suffisante pour que les publics suspendent leur croyance dans la partition inventée du pays… (source : La revue des médias, 30 mars 2022).

AKHENATON. Pour le rappeur Akhenaton, les différents variants du Covid existeraient à cause de la vaccination. En réalité, deux des variants cités, Alpha et Delta, sont apparus avant le début de la campagne de vaccination. Le troisième, Omicron, a été détecté en Afrique du Sud après le début de celle-ci, mais dans un pays où seulement 28% de la population est vaccinée… (source : Julien Pain/Vrai ou Fake, 3 février 2022).

GILETS JAUNES. Né sur les réseaux sociaux de façon largement spontanée, ce mouvement de protestation contre l’augmentation du prix des carburants s’est matérialisé dans la rue et sur les ronds-points fin 2018. Les revendications des Gilets jaunes se sont rapidement étendues à d’autres sujets, sans pour autant se cristalliser en un projet politique défini. Le piège des théories du complot s’est refermé sur le mouvement, le poussant progressivement vers une certaine marginalité politique. S’appuyant sur les données du sondage de décembre 2018 conduit par l’Ifop pour la Fondation Jean-Jaurès et Conspiracy Watch sur un panel représentatif de la population de 1760 personnes, les chercheurs Laurent Cordonier, Florian Cafiero, Gérald Bronner et Pascal Wagner-Egger en concluent que la contestation sociale en France devra à l’avenir éviter le piège du complotisme si elle veut retrouver son rôle démocratique de mise en évidence des injustices pour initier le changement (source : The Conversation, 30 mars 2022).

PODCASTS. Depuis que le podcaster Joe Rogan a partagé des fake news et proféré des propos racistes lors de ses émissions, la question de la modération des podcasts se fait de plus en plus pressante. Mais pour l’instant, il n’y a pas vraiment de solution au niveau des plateformes où prospèrent, sur Apple Podcast, Spotify ou Google Podcast, des contenus de la mouvance QAnon, de Thierry Casasnovas ou encore d’Alain Soral (source : Numerama, 29 mars 2022).

DÉFIANCE. « En matière d’information, la confiance est au plus bas » constate Cyrille Frank, directeur de l’ESJ-Pro Médias Paris, s’appuyant sur le 21e baromètre de la confiance Edelman paru le 15 janvier 2022 (une enquête mondiale qui interroge pas moins de 33 000 personnes dans 28 pays). Seul un quart des citoyens ont une bonne « hygiène informative ». L’analyste pose la question de la responsabilité de médias audiovisuels qui continuent d’inviter des escrocs en mal de reconnaissance pour doper leurs audiences et leurs revenus au détriment de la santé publique (source : Frenchweb.fr, 31 mars 2022).

MCKINSEY. Le 16 mars dernier, la commission d’enquête conduite par les sénateurs Arnaud Bazin (LR) et Eliane Assassi (PCF) rendait un rapport sur le recours de l’État aux cabinets de conseil, dénonçant un « phénomène tentaculaire ». Selon ce document, les contrats de l’État avec ces cabinets ont « plus que doublé » entre 2018 et 2021, atteignant des dépenses supérieures à 1 milliard d’euros en 2021, ce qui est significativement moins qu’en Allemagne ou au Royaume-Uni, le rapport indiquant que, « par rapport aux autres pays européens, le conseil au secteur public apparaît historiquement limité en France ». 2 070 cabinets de conseil ont été sollicités par les autorités entre 2018 et 2020, dont une vingtaine représentent plus de 50 % du marché. Si McKinsey fait bien partie de ce « top 20 » des cabinets de conseil les plus utilisés par le gouvernement français, il ne pèse que pour 1 % des dépenses de conseil. Toutefois, les filiales françaises de McKinsey ont été mises en cause pour avoir eu recours à des techniques d’optimisation fiscale leur permettant de ne verser aucun impôt sur les sociétés en France entre 2011 et 2020 – ce que le cabinet McKinsey a en partie démenti samedi. Tandis que les oppositions dénoncent un « scandale d’État », et que le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a évoqué dimanche dernier « un classique de l’extrême droite [consistant à] faire dévier les débats sur du complotisme », l’économiste Jean-Charles Simon estime dans Les Échos que « McKinsey est la cible idéale du populisme exacerbé d’une fin de campagne électorale, le coupable rêvé des ennemis de plus en plus nombreux des démocraties occidentales » : « Ce fut Goldman Sachs, Rothschild ou BlackRock. C’est aujourd’hui McKinsey. A épisodes réguliers, on dépeint une hydre malfaisante, si possible méconnue et « cosmopolite », comme ils disent. Il faut que ça sente Davos et Bilderberg, que ça attise les fantasmes de maîtres du monde asservissant le peuple. Il faut laisser croire à des passe-droits, des connivences et des fraudes » (source : Les Échos, 31 mars 2022).

YVAN COLONNA. Le 4 mars 2022, le frère d’Yvan Colonna prétend que « l’État est l’instigateur, le commanditaire de la tentative d’assassinat ». Une semaine plus tard, Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse, s’interroge « pour savoir s’il n’y a pas des officines parallèles qui ont pu avoir un rôle » dans le sort de Colonna… L’agression mortelle dont a été victime le militant indépendantiste, jugé coupable trois fois de suite de l’assassinat du préfet Erignac le 6 février 1998, a réactivé la thèse d’un complot de l’État républicain contre la Corse (source : Conspiracy Watch, 29 mars 2022).

FAKE NEWS. L’influenceur Idriss Aberkane et l’animateur de radio André Bercoff ont relayé sur Twitter une infox dénonçant la prétendue « sénilité » de Joe Biden qui, en juillet 2021, se serait interrompu en plein discours en juillet 2021 pour s’adresser à sa mère, pourtant décédée en 2010. Sauf qu’en fait le président américain demandait à une femme handicapée présente à ses côtés où se trouvait sa mère… (source : Théo Laubry/Twitter, 27 mars 2022).