Martine Wonner (capture d’écran Assemblée nationale, novembre 2020).

Députée du Bas-Rhin, Martine Wonner (1964 – ) est psychiatre. Elle a fait son entrée à l’Assemblée nationale en 2017, sous l’étiquette La République en marche (LREM), groupe dont elle a été exclue au printemps 2020 après s’être opposée au plan de déconfinement.

Cette fervente supportrice du Pr Raoult a, dès le mois de mars 2020, pris fait et cause pour l’hydroxychloroquine comme traitement de la Covid-19.

Martine Wonner a participé, fin mars 2020, à la redaction d’une étude non randomisée portant sur 88 personnes, supposée confirmer l’efficacité de l’hydroxychloroquine. Alors que les autorites de santé entendent restreindre aux medecins de ville la possibilité de prescrire cette molécule aux malades de la Covid-19, elle figure parmi les membres fondateurs du collectif « Laissons les médecins prescrire ». En juillet 2020, elle co-signe, aux côtés notamment de Violaine Guérin et d’autres membres de ce collectif, un article dans Asian Journal of Medicine and Health, une revue prédatrice et notoirement dénuée de sérieux (l’article avait été refusé par toutes les autres revues auxquelles il avait été envoyé).

Elle met en doute l’interet des études randomisées menées au niveau national dans le cadre de Discovery : « Ces études sont trop centrées sur l’hôpital et les cas graves déjà hospitalisés. Nous espérons que le gouvernement reviendra sur ses décrets. L’hydroxychloroquine est un outil qui doit être proposé précocement, et en ville par les médecins de terrain. »

Le 28 avril 2020, elle est la seule députée LREM à voter contre le plan de déconfinement porté par le gouvernement, ce qui lui vaut d’être exclue le 6 mai du groupe parlementaire LREM. Elle explique son vote par « l’absence d’une quelconque stratégie thérapeutique … Si j’ai voté contre le plan de déconfinement, c’est d’abord parce que le gouvernement ne propose aucune stratégie thérapeutique. Oui il y a des traitements possibles. C’est la raison pour laquelle j’ai voté contre ce plan de déconfinement. Parce qu’on ne peut pas en toute sécurité dire aux gens de reprendre leurs activités, les enfants l’école et dès qu’on vous aura dépisté positif, vous serez confinés avec une boîte de dolipranes. »

Le 2 octobre 2020, elle a fait sensation à la tribune de l’Assemblée nationale en assurant qu’aux États-Unis, les Centers for Disease Control (CDC) avaient évacué la thèse de la transmissibilité aérienne du virus, ce qui rendrait inutile le port du masque. Son intervention a été massivement applaudie et relayée dans les sphères complotistes. Toutefois, comme l’a montré Le Monde, les CDC n’ont jamais mis en doute le fait que le virus puisse se propager par voie aérienne.

Martine Wonner est membre fondatrice de l’association BonSens, aux côtés de Xavier Azalbert (FranceSoir), Alexandra Henrion-CaudeChristian PerronneValérie BugaultSilvano Trotta ou encore Gérard Guillaume. En novembre 2020, elle annonce se retirer de l’association, n’ayant pas suffisamment de temps à lui consacrer.

La députée apparaît également dans le film conspirationniste « Hold-up » dont elle a annoncé la sortie sur Twitter dès le mois d’octobre et qu’elle a soutenu pendant la polémique apparue à sa sortie en novembre 2020.

Fin novembre 2020, Martine Wonner a adressé à Conspiracy Watch un courrier nous enjoignant sous peine de poursuites de supprimer de notre média toute publication la concernant.

Le 14 janvier 2021, dans une interview à infodujour.fr, elle déclare : « On m’a présentée comme une complotiste, c’est insultant, c’est stigmatisant. J’ai porté plainte contre X à Paris et j’ai demandé à un avocat pénaliste, Me Carlo Alberto Brusa, de poursuivre tous ceux qui me traitent ainsi et qui me menacent, puisque j’ai été menacée. Je suis révoltée et lasse de toutes ces pressions » (avocat du producteur et du réalisateur du film conspirationniste « Hold-up », pourfendeur de la « dictature sanitaire » mise en place selon lui par le gouvernement français, Carlo Alberto Brusa s’est distingué à plusieurs reprises par ses prises de position polémiques).

Interrogée en janvier 2021 par Le Parisien à l’instar des autres députés pour savoir si elle souhaitait se faire vacciner contre la Covid-19, Martine Wonner fait partie des quatre parlementaires à ne pas envisager la vaccination.

Le 19 février 2021, elle affirme à tort sur Twitter que les vaccinés contre la Covid-19 participent à un essai thérapeutique en phase III, s’attirant les commentaires affligés du biochimiste Mathieu Rebeaud (université de Lausanne), du médecin et chroniqueur Christian Lehmann, du collectif Les Vaxxeuses ou encore du compte de vulgarisation scientifique Evidence Based Bonne Humeur. En réalité, les essais cliniques de phase III des vaccins anti-Covid de Pfizer/BioNTech et de Moderna ont été achevés en décembre 2020 et les résultats publiés dans le New England Journal of Medicine (NEJM).

 

Voir aussi :

La députée Martine Wonner nous enjoint de supprimer toute publication la concernant

 

(Dernière mise à jour le 24/02/2021)