L’actu de la semaine décryptée par Conspiracy Watch (semaine du 04/10/2021 au 10/10/2021).

LE DESSIN DE LA SEMAINE.

COMMISSION BRONNER. Le Pr Guy Vallancien, médecin urologue et ancien directeur du centre de don des corps de l’université Paris-Descartes, a annoncé qu’il se retirait de la commission « Les Lumières à l’ère numérique ». Cette commission présidée par le sociologue Gérald Bronner a commencé ses travaux lundi 4 octobre. Accueillie fraîchement par le média russe RT France, la commission Bronner est assimilée à rien moins qu’un « ministère de la Vérité » par l’ancien numéro 2 du Front national Florian Philippot, tandis que le site soralien Égalité & Réconciliation dénonce un « complot contre la liberté d’expression ».

ÉRIC ZEMMOUR. Après avoir abordé les écrits d’Éric Zemmour concernant le régime de Vichy (source : Conspiracy Watch, 1er octobre 2021), Conspiracy Watch revient sur l’inattendue complaisance du polémiste à l’égard de Tariq Ramadan. Dans son dernier livre, le potentiel futur candidat à l’élection présidentielle se dit convaincu que l’islamologue Tariq Ramadan, mis en examen pour viols, a été piégé… (source : Conspiracy Watch, 6 octobre 2021).

On lira, toujours à propos d’Éric Zemmour, le texte remarquable que lui a consacré Gaston Crémieux dans Le DDV, le magazine trimestriel édité par la Ligue Internationale Contre le Racisme et l’Antisémitisme (Licra) : « Qu’on juge de l’ensemble avant d’entrer dans le détail : contestation de l’innocence du capitaine Dreyfus, condamnation de Zola et des dreyfusards, réhabilitation du maurrassisme, notamment de son rôle dans la Résistance, insistance sur la supposée filiation entre maurrassisme et gaullisme, réhabilitation de Pétain et de Vichy et défense d’un rôle supposément positif de l’État français dans le sauvetage des juifs français, défense de l’attitude de Maurice Papon pendant la Seconde Guerre mondiale, critique de la loi Gayssot pénalisant le négationnisme de la Shoah et de la loi Pleven pénalisant racisme et antisémitisme, rejet du discours du Vel d’Hiv de Jacques Chirac reconnaissant la responsabilité de l’État français dans la déportation des juifs (1995), mépris pour Sébastien Selam, l’une des premières victimes juives françaises de l’islamisme, le 20 novembre 2003, et enfin dénationalisation des victimes juives de Mohamed Merah, coupables pour Zemmour d’avoir été enterrées à l’étranger. Cette litanie apparaît improbable. Nous montrerons, citations à l’appui, qu’il s’agit bien de ce qu’Éric Zemmour a écrit, dit et parfois répété » (source : LeDDV.fr, 7 octobre 2021).

ALAIN SORAL. Le 5 octobre, la relaxe d’Alain Soral a été retoquée par la Cour de cassation. Les juges de la cour d’appel qui avaient relaxé l’idéologue d’extrême droite après la diffusion en ligne d’un clip de rap antisémite n’avaient « pas recherché, comme ils l’auraient dû, le sens véritable du clip », a tranché la Cour de cassation (source : Le Parisien, 5 octobre 2021). Dans ce clip intitulé « Gilets jaunes » et diffusé sur les plateformes de vidéos en ligne par Égalité & Réconciliation, des feuilles de papier sur lesquelles figurent par exemple le nom Rothschild ou les portraits de Jacques Attali, de Patrick Drahi ou encore de Bernard-Henri Lévy sont jetées au feu. On y appelle en outre à « virer » Rothschild, Attali et Bernard-Henri Lévy, en les qualifiant de « parasites »

RÉMY DAILLET-WIEDEMANN. Quatre hommes, dont deux anciens militaires, ont été interpellés le 5 octobre par la Direction générale de la sécurité intérieure sur commission rogatoire d’un juge d’instruction. Ils sont soupçonnés d’appartenir au réseau de Rémy Daillet-Wiedemann mis en examen pour « complicité d’enlèvement » après le rapt de la petite Mia en avril dernier (source : BFM TV, 5 octobre 2021).

QANON. Le Washington Post revient sur le phénomène complotiste QAnon et en souligne l’influence internationale. En juin dernier, l’agence européenne spécialisée dans la répression de la criminalité Europol l’a ajouté dans son baromètre. L’influence de QAnon a été repérée dans 85 pays et son système de croyances s’est adapté aux contextes locaux et à des langues allant de l’hindi à l’hébreu (source : The Washington Post, 5 octobre 2021).

ONE NATION. En quelques jours, Alice Pazalmar et son compagnon Sylvain sont parvenus à récolter plus de 265 000 euros de dons défiscalisables dans le cadre d’un projet d’achat foncier baptisé Oasis One Lab (source : Tristan Mendès France/Twitter, 5 octobre 2021). La plateforme de financement participatif HelloAsso a toutefois décidé de suspendre la collecte de ce projet, estimant « qu’il est nécessaire que les autorités mettent en place des contrôles ad hoc sur l’activité de certains organismes, de surcroît lorsque l’administration permet la réduction fiscale au titre de l’intérêt général » (source : HelloAsso/Twitter, 7 octobre 2021).

INCEL. La presse se penche cette semaine sur le projet d’attentat déjoué en Seine-Maritime. Interpellé le 28 septembre par la DGSI, un jeune homme est soupçonné d’avoir voulu projeter un attentat le 20 avril 2022, jour anniversaire de la naissance d’Adolf Hitler. Fasciné par les tueurs de masse d’extrême droite et adepte de la thèse du Grand Remplacement, le profil du suspect se précise et semblerait correspondre à ceux de terroristes d’extrême droite, en particulier celui de Brenton Tarrant (source : Libération, 5 octobre 2021). Dans sa chronique hebdomadaire sur France Inter, notre collaborateur Tristan Mendès France revient sur le profil de ce jeune homme avec un focus sur l’idéologie « incel » (source : France Inter, 8 octobre 2021).

FACEBOOK. Le 4 octobre, une panne sans précédent a empêché l’accès à Facebook, Instagram et WhatsApp pendant plus de six heures. Une occasion de plus pour les complotistes de crier au complot.

Le réseau social aurait-il délibérément laissé proliférer des infox ? C’est ce que soutient la lanceuse d’alerte Frances Haugen qui reproche à la plateforme de connaître les effets collatéraux de son algorithme qui promeut la désinformation et la haine en ligne et d’avoir refusé de le modifier pour des questions de profit. Selon cette ancienne cheffe de produit chez Facebook, le réseau social est dans l’incapacité de contrôler efficacement la désinformation sur les vaccins contre le Covid-19 en ne parvenant à retirer que 10% à 20% de contenus problématiques (source : CBSNews.com, 4 octobre 2021). Des accusations similaires pèsent sur Facebook concernant sa gestion du phénomène QAnon. Malgré les alertes d’un rapport interne, Facebook aurait sciemment décidé d’ignorer le problème (source : Vice, 5 octobre 2021).

DÉSINFORMATION. Plusieurs positions ont été émises au sujet du rôle de la désinformation liée à l’hésitation vaccinale. Selon Andrew J. Perrin et Christian O. Lundberg, « ce n’est pas la désinformation qui pousse à se soustraire à la vaccination ». Le problème, plus profond, réside plutôt à l’égard « des identités politiques et à l’attachement à certains principes » qui découlent d’affects et de prédispositions soulignent les deux chercheurs américains. Le journal australien Sydney Morning Herald soutient quant à lui que la désinformation renforce l’hésitation vaccinale. Un rapport mené par Plan International auprès de plus de 26 000 jeunes femmes dans 26 pays révèle qu’en Australie, 83% des interrogées ont affirmé avoir été exposées à de la désinformation, notamment sur les vaccins. De son côté, le Los Angeles Times assure que la désinformation est la raison principale du faible taux de vaccination aux États-Unis, en particulier au sein des communautés latinos (source : AOC, 2 octobre 2021).

LUTTER CONTRE LE COMPLOTISME. En janvier dernier, les députés Paula Forteza et Matthieu Orphelin avaient lancé dans Ouest-France un « appel à toutes les personnes de bonne volonté » pour sortir du complotisme. Ils viennent de publier un rapport proposant « 10 mesures pour lutter contre le complotisme » qu’ils présentent comme « une modeste contribution au débat qui doit continuer, pour que nous puissions collectivement trouver une issue à ces défis » (source : Forteza.fr, 6 octobre 2021). Prenant acte du fait que « le complotisme est devenu mainstream » et qu’il constitue « un enjeu politique », ils plaident notamment pour le renforcement de la transparence, l’ouverture des archives publiques, la protection de l’indépendance des journalistes ou encore la régulation des réseaux sociaux.

TIKTOK. Media Matters for America (MMfA) revient sur l’algorithme de recommandation de la page « Pour vous » (FYP) de TikTok, l’application de partage de vidéos courtes très populaire chez les jeunes de moins de 18 ans. En analysant et en codant plus de 400 vidéos recommandées après avoir interagi uniquement avec du contenu transphobe, l’organisme de surveillance des médias a exposé comment l’algorithme de recommandation de TikTok a rapidement commencé à remplir la page FYP de son compte de recherche avec du contenu haineux et d’extrême droite. Comme le montre le graphique ci-dessous, l’interaction exclusive avec le contenu anti-trans a incité TikTok à recommander du contenu misogyne, raciste et suprématiste, des vidéos anti-vaccins, antisémites, des récits de personnes handicapées, des théories du complot, des symboles de haine et des vidéos comportant des appels généraux à la violence (source : Mediamatters.org, 10 mai 2021).

Source : MMfA.

LAURENT MUCCHIELLI. Le Conseil scientifique de la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE) dirigé par le sociologue Laurent Mucchielli compte depuis peu quatre membres démissionnaires. Ceux-ci regrettent l’absence de réaction de la FCPE après les propos controversés du sociologue sur la vaccination contre le Covid-19 (source : Le Monde, 6 octobre 2021). Laurent Mucchielli évoque de son côté une « manipulation » et considère faire l’objet d’une « attaque mensongère ». Il annonce publier prochainement « un billet analysant ce coup monté et ses complicités » (source : Laurent Mucchielli/Twitter, 7 octobre 2021). Quelques jours auparavant, il fustigeait dans une interview « l’idéologie de la vaccination intégrale » (source : Sciences Critiques, 1er octobre 2021).

MEDIAS-PRESSE.INFO. La chaîne YouTube de Medias-Presse.info, émanation du groupe d’extrême droite Civitas, a été supprimée définitivement le 6 octobre par la plateforme après détection de plusieurs cas graves ou répétés de non-respect de ses règles de fonctionnement (source : Conspiracy Watch/Twitter, 7 octobre 2021).

LES BRIGANDES. Le groupe de rock d’extrême droite Les Brigandes a annoncé sa dissolution pour des raisons financières. Il envisage une réorganisation sous forme de réseau plus dispersé. La Rose et l’Épée est soupçonnée de servir de façade à une communauté sectaire (source : France Bleu, 8 octobre 2021).

Rappelons que les Brigandes avaient titré un de leur morceaux « Le Grand Remplacement », un texte apocalyptique, ouvertement xénophobe et anti-musulman. À ce sujet lire « Le « Grand Remplacement » est-il un concept complotiste ? » (source : Conspiracy Watch, 24 septembre 2018).

À réécouter également sur la plateforme de France Info l’épisode de « Complorama » dédié aux dérives sectaires avec Rudy Reichstadt et Tristan Mendès France.