L’actu de la semaine décryptée par Conspiracy Watch (semaine du 11/10/2021 au 17/10/2021).

ALGÉRIE. Les récents communiqués de la présidence algérienne à l’encontre de propos tenus par Emmanuel Macron sur le « système politico-militaire » de l’Algérie et sur l’entretien par le pouvoir d’une « rente mémorielle », illustrent la résurgence d’un « récit national » concocté par le régime au sortir de la guerre d’indépendance, et qui nourrit des accusations complotistes contre la France : celle-ci se voit accuser, sous couvert de néo-colonialisme, de miner l’identité nationale algérienne. Une mythologie qui ne répond plus aux aspirations de la population, mais qui continue de porter bien des effets pervers (source : Conspiracy Watch, 11 octobre 2021).

17 OCTOBRE 1961. Pour Conspiracy Watch, Nicolas Bernard livre une critique en règle d’une récente note de blog de l’historien Bernard Lugan reprise notamment dans le site complotiste et négationniste Égalité & Réconciliation au sujet de la répression sanglante de la manifestation organisée par le FLN à Paris le 17 octobre 1961, qualifiée hier par Emmanuel Macron de « crimes inexcusables pour la République. » Selon Lugan en effet, ce « massacre » ne mérite que des guillemets, car il serait « imaginaire » et aucun Algérien n’aurait perdu la vie à cette occasion (source : Conspiracy Watch, 17 octobre 2021).

DROGUE. La rencontre organisée à Paris le 4 octobre 2021 entre Éric Zemmour et Michel Onfray par la revue de ce dernier, Front Populaire, a attiré 3 700 personnes au Palais des Congrès. À l’issue de deux heures de discussion, force est de constater que les désaccords entre les deux hommes pèsent peu en regard de tout ce qui les rapproche. C’est ainsi que les deux bateleurs se sont parfaitement accordés pour estimer que la lutte contre le trafic de drogue n’était qu’un simulacre, orchestré notamment par les États-Unis, et que la diffusion des drogues dans la population française permettait de la gouverner plus facilement… (source : Conspiracy Watch, 15 octobre 2021).

GRAPHÈNE. Quelques atomes de carbone sous la forme de graphène, un nanomatériau récent et prometteur, ont suffi à alimenter les théories complotistes les plus folles s’agissant du vaccin. D’après celles-ci, des gouvernements ou des personnalités chercheraient à contrôler à distance les personnes grâce à des matériaux injectés par le biais de vaccins contre le Covid-19 ou à suivre leurs déplacements par GPS. Ces rumeurs ont surgi au printemps 2021 après que le Canada a retiré du marché des masques médicaux contenant du graphène en raison de possibles risques pour la santé (source : Le Dauphiné libéré, 8 octobre 2021).

LOUIS FOUCHÉ. Dans l’ouvrage Tous résistants dans l’âme, éclairons le monde de demain, qui vient de paraître, l’anesthésiste réanimateur anti-IVG et fondateur du blog Réinfo Covid, s’attaque aux « médias alarmistes, politiques dictatoriaux, scientifiques corrompus ou dogmatiques ». Louis Fouché y évoque son malaise et sa perte de repères dans un monde dont il souligne l’injustice et la trop grande complexité. Sa réponse ? Un discours antiscience, qui l’amène, par exemple, à minimiser la crise du Covid-19. D’après lui, la vérité scientifique serait « majoritairement établie par l’industrie pharmaceutique » ; quant aux services hospitaliers, ils auraient eu intérêt à valider la thèse de la crise afin d’obtenir plus de matériel, de postes et d’argent (source : L’Express, 16 octobre 2021).

À lire également, au sujet de Réinfo Covid, l’enquête de William Audureau, qui décrit une mouvance dans laquelle se sont engouffrés des homéopathes, des naturopathes, des acupuncteurs, des adeptes de la pensée New Age, des fans de Donald Trump et des adeptes de QAnon… (source : Le Monde, 16 octobre 2021).

MIGUEL BARTHELERY. L’homme qui prescrivait purges et jeûnes à ses patients gravement malades a été condamné le 15 octobre à deux ans de prison avec sursis et interdiction d’exercer le métier de naturopathe, de magnétiseur et de radiesthésiste. Quatre familles estiment qu’il a causé la mort de leurs proches. Miguel Barthelery a fait appel de cette décision (source : Le Parisien, 15 octobre 2021). Rappelons qu’il avait également été l’un des intervenants, en 2020, du documentaire complotiste « Hold-up ». À écouter, « Code source », le podcast d’actualité du Parisien, qui a consacré un épisode à cette affaire.

INFOX SATIRIQUES. Bill Gates arrêté pour trafic d’enfants et pendu à Guantanamo, Tom Hanks exécuté par l’armée américaine, le pape François interdisant l’absolution pour les catholiques non-vaccinés contre le Covid-19… Ces articles – tous bidons – ont été publiés sur des sites s’identifiant comme satiriques. Le problème, c’est que beaucoup d’internautes partagent ces canulars qui inondent les réseaux sociaux, générant des polémiques mais aussi des revenus pour ceux qui les disséminent (source : 20 Minutes, 10 octobre 2021).

TELEGRAM. En quelques mois, Telegram a atteint le nombre de 550 millions d’utilisateurs actifs par mois (juillet 2021), devenant ainsi la cinquième application de messagerie la plus utilisée au monde. L’application a été félicitée pour sa résistance à la censure et son rôle dans l’aide aux manifestants de Biélorussie et du Myanmar. L’éthique libertaire de Telegram a toutefois un côté plus sombre, selon l’organisation antiraciste Hope Not Hate : l’application serait devenue l’un des pires viviers d’antisémitisme sur Internet. Un problème qui s’aggrave de jour en jour (source : Wired, 13 octobre 2021).

JEAN-JACQUES CRÈVECOEUR. « Ces gens reçoivent des millions d’euros, des millions de dollars », affirme le complotiste antivaccination Jean-Jacques Crèvecoeur, fidèle en cela à sa démarche de désinformation et de manipulation, au sujet de celles et ceux qui, comme Conspiracy Watch, analysent et dénoncent les infox et discours complotistes qu’il diffuse sur les réseaux sociaux (source : L’Extracteur/Twitter, 11 octobre 2021).

DAVE HAYES. Fidèle aux prophéties de QAnon, Dave Hayes (alias « The Praying Medic »), figure de la complosphère américaine et ex-représentant au Congrès du Parti républicain, de 2013 à 2019, prédit la fin du Système : « la Tempête arrive, assure-t-il, et personne ne fera quoi que ce soit pour l’arrêter » (source : Right Wing Watch/Twitter, 12 octobre 2021).

HACKER X. Sur le site Ars Technica, Hache Sharma publie une enquête au sujet de Willis, alias « Hacker X », un Américain qui a, pendant plusieurs années, activement inondé le débat public américain de fake news pro-Trump par la voie d’un site de réinformation pour lequel il travaillait, dont il a cependant refusé de révéler l’identité. L’article revient sur la personnalité et le parcours de ce « hacker », aujourd’hui repenti, qui a décidé de s’engager contre la désinformation. « La nouvelle guerre consiste à réveiller ceux qui ont été manipulés, tout en éliminant activement les campagnes de fake news », explique Willis. Le point de départ de ce retournement ? Une prise de conscience du danger de cette désinformation, lorsque son propre père, influencé par les théories qu’il diffusait, s’est opposé aux mesures sanitaires et à la vaccination anti-Covid-19 (source : Ars Technica, 14 octobre 2021).

BARKHANE. Sur les réseaux sociaux, dans un contexte de tensions franco-maliennes, de graves accusations sont proférées à l’encontre de la force française Barkhane déployée au Sahel. Ces accusations gratuites visent à alimenter le sentiment anti-français. On peut ainsi lire sur le compte Twitter d’une activiste anti-française, Nathalie Yamb (168 000 abonnés), que la France équiperait les djihadistes en armes et véhicules… De fausses accusations à caractère conspirationniste qui s’insèrent dans un narratif pro-russe (source : RFI, 8 octobre 2021). Pour lutter contre ce type d’infox, Jean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères, a signé à Montpellier un accord d’objectif avec France Médias Monde (France 24, RFI et Monte Carlo Doualiya) et CFI. Le but : combattre le risque de manipulation de l’information, notamment en Afrique, dans le monde arabe et en Asie du Sud-Est (source : France 24, 13 octobre 2021).

SONDAGE. 83% des Français jugent que les fake news et le complotisme sont des phénomènes très répandus sur les réseaux sociaux. Dans le même temps, 69% d’entre eux estiment que le gouvernement n’est pas suffisamment engagé pour lutter contre et 73% attendent également un engagement plus important des plateformes. C’est ce qui ressort d’une enquête Odoxa publiée le 14 octobre 2021.

Source : Odoxa, octobre 2021.

COMPLORAMA. À l’occasion de la mise en place par Emmanuel Macron de la commission sur le complotisme supervisée par le sociologue Gérald Bronner, le 15e épisode de Complorama, podcast de France Info, était consacré aux moyens de la lutte contre l’essor du complotisme. Cette émission, animée par la journaliste Marina Cabiten, Rudy Reichstadt, directeur de Conspiracy Watch, et Tristan Mendès France, maître de conférence et collaborateur de l’Observatoire du conspirationnisme, est à retrouver sur le site de France Info, l’application Radio France et plusieurs autres plateformes comme Apple podcastsPodcast AddictSpotify, ou Deezer.

LECTURES. À l’heure où les débats sur la pandémie, le pass sanitaire ou les vaccins conduisent à une profusion de fake news sur les réseaux sociaux, l’Inserm fait le pari de la science et de la pédagogie. Réalisé sous la direction de Laurianne Geffroy et Léa Surugue, l’ouvrage Fake news santé (Le Cherche-Midi) rassemble les contributions de plusieurs dizaines de chercheurs, épidémiologistes, immunologistes, cancérologues et toxicologues qui s’attaquent aux idées reçues sur la science et la médecine, parfois vraies, souvent fausses, mais largement implantées dans l’esprit du public (source : Le Point, 9 octobre 2021).

INSIDE JOB. Netflix diffusera à partir du 22 octobre une nouvelle série animée pour adultes, créée par Shion Takeuchi. « Inside Job » met en scène la jeune et talentueuse Reagan Ridley au sein de Cognito Inc., une compagnie secrète qui gère tous les complots du monde et se charge d’empêcher que la population ne découvre la véritable identité de ceux qui tirent les ficelles dans l’ombre… « État profond », reptiliens et hommes-mites sont au rendez-vous. Une série satirique qui joue avec les codes du complotisme (source : Conspiracy Watch, 12 octobre 2021).

ÉMISSION. « Les Déconspirateurs » : c’est le nom d’une nouvelle émission régulière proposée par Conspiracy Watch. Dans ce rendez-vous filmé, animé par David Medioni, Tristan Mendès France et Rudy Reichstadt commentent et analysent l’actualité du conspirationnisme, au croisement des questions de radicalisation et de haine en ligne. Au sommaire de ce premier numéro : quelques mots sur la Commission Bronner, le déplateformage de RT Deutsch et de Médias-Presse.info, la question de l’infotainment, les violences commises dans le sillage du mouvement antivaxx et la suppression de la cagnotte d’Alice Pazalmar par HelloAsso. À visionner, le teaser de l’émission.