Des gros titres aux petites infos passées inaperçues : ce qu’il fallait retenir de l’actualité des derniers jours en matière de conspirationnisme et de négationnisme (semaine du 11/11/2019 au 17/11/2019).

Capture d’écran INA (bulletin météo du 30 avril 1986).

NUAGE DE TCHERNOBYL. Le 4 octobre 2019, dans l’émission C à vous (France 5), le présentateur du JT de TF1 Jean-Pierre Pernaut est revenu sur la catastrophe de Tchernobyl en mentionnant le prétendu rôle de Météo France dans le « mensonge d’État » destiné à tromper les citoyens sur les conséquences du nuage radioactif : « Météo France avait déplacé un anticyclone de 800 kilomètres, contrairement à toutes les autres météos européennes, on avait mis un anticyclone sur la France en disant : “Regardez l’anticyclone, il est là, on est protégé.” Il était pas là du tout, il était aux Açores. » Cette accusation est fausse, comme le démontre un article de CheckNews.fr, mais, précise le service de fact-checking de Libération, un reportage météo diffusé le 30 avril 1986 suggérait bien qu’un anticyclone ferait barrage au nuage (source : checknews.fr, 5 novembre 2019).

ANGOISSES MIGRATOIRES. Le mythe d’une invasion migratoire traverse la France depuis près d’un siècle. Belle époque, années folles, grande dépression, décolonisation… : chaque décennie a connu ses prophètes de la submersion étrangère qui lancent leurs carrières littéraires et politiques sur le dos de l’immigration. Créé par l’écrivain Renaud Camus, le concept de Grand Remplacement est devenu un cri de ralliement pour les identitaires du monde entier. Dans le premier épisode de la saison 3 du podcast de France Culture dédié au complotisme (« Mécaniques du complotisme »), le chercheur Jean-Yves Camus nous fait remonter au début du XXe siècle et aux origines de ces angoisses migratoires françaises (source : France Culture).

AFFAIRE DREYFUS. La sortie en salles de J’accuse, le dernier film de Roman Polanski consacré à l’Affaire Dreyfus, est l’occasion de rappeler que celle-ci fut d’abord une conspiration de militaires contre l’un de leur frère d’armes dont le seul tort était d’être juif. Ironie de l’histoire : cette vraie machination a accouché d’une théorie du complot qui perdure jusqu’à nos jours au sein de l’extrême droite antisémite. Pour Conspiracy Watch, Lionel Chanel revient sur cette vraie conspiration qui a inspiré, jusqu’à la période la plus récente, de multiples explications et accusations aux relents complotistes (source : Conspiracy Watch, 13 novembre 2019).

ALAIN SORAL. L’essayiste d’extrême droite Alain Soral chercherait à s’installer en Suisse, ce qui pourrait lui permettre de contourner les sanctions subies en France suite à de multiples condamnations pour antisémitisme et négationnisme, alors qu’il n’a jamais été condamné en Suisse (source : The Times of Israël, 13 novembre 2019).

LIBAN. Entre menaces d’une guerre civile et accusations de financements étrangers occultes, de nombreux médias libanais tentent de jeter le discrédit sur les manifestations antigouvernementales qui bouleversent le pays depuis le 17 octobre. « Ce sont des théories du complot classiques dans la région dès que des manifestations contre un régime en place ont lieu », confie Ayman Mhanna, directeur de SKeyes, une ONG de défense de la liberté d’expression au Moyen-Orient. « Les médias libanais ont des liens étroits avec les partis politiques qui financent directement certains d’entre eux ». En particulier, les médias du Hezbollah – qui a choisi de soutenir le gouvernement face à la contestation – et du Courant patriotique libre (CPL) du président du Liban Michel Aoun, mènent une contre-offensive hargneuse contre les manifestants, accusés d’être manipulés par des puissances étrangères, en premier lieu Israël et les États-Unis, ou encore par le milliardaire américano-hongrois George Soros (source : Le Figaro, 15 novembre 2019).

SALIF KEÏTA. Dans une vidéo diffusée sur Facebook, la star internationale malienne Salif Keïta s’est adressée à Ibrahim Boubacar Keïta, le président de la République du Mali, pour remettre en cause l’opération Barkhane contre les groupes armés djihadistes au Sahel et au Sahara  : « Koro [grand frère en bambara] si tu as peur de dire la vérité à la France, si tu ne peux pas gérer ce pays, quitte le pouvoir, celui qui n’a pas peur le prendra, tu passes ton temps à te soumettre à ce petit Emmanuel Macron, c’est un gamin. Koro tu n’es pas au courant que c’est la France qui finance nos ennemis (djihadistes) contre nos enfants ? » (source : BBC, 15 novembre 2019). L’ambassade de France au Mali a réagi dans un communiqué publié sur sa page Facebook, expliquant avoir découvert « avec étonnement », ces propos « mettant en cause la France et ses liens supposés avec le terrorisme au Mali ».  (source : BBC, 16 novembre 2019).

TEPA. Patrick D’Hondt dit « Tepa » est décédé jeudi 14 novembre 2019 des suites d’un cancer à l’âge de 48 ans. Cet ancien rappeur franco-gabonais engagé en 2011 auprès de l’Union populaire républicaine (UPR) de François Asselineau, dont il fut le responsable pour le département de la Seine-Saint-Denis, était aussi devenu au cours des cinq dernières années une figure de la complosphère francophone d’extrême droite. Condamné pour négationnisme en 2018, il a notamment évolué au sein de la galaxie soralo-dieudonniste avec le lancement, en 2014, de Meta TV, une web télé mettant à l’honneur les figures les plus incontournables de la « Dissidence » (source : Conspiracy Watch, 18 novembre 2019).