L’actu de la semaine décryptée par Conspiracy Watch (semaine du 25/10/2021 au 31/10/2021).

LE DESSIN DE LA SEMAINE.

RÉMY DAILLET. Figure influente de la complosphère française, Rémy Daillet-Wiedemann a été mis en examen le 22 octobre pour terrorisme. Une enquête de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), consultée par le journal Le Parisien, révèle que Daillet avait mis en place une organisation clandestine nationale très structurée et hiérarchisée impliquant environ 300 personnes dont des militaires en activité, un maire ou encore une avocate du barreau. Il avait également monté une branche civile spécialisée dans l’enlèvement d’enfants placés par les services de la protection de l’enfance. Deux ex-gradés de l’armée étaient par ailleurs chargés de recruter de nouveaux membres et de les « filtrer » en leur faisant détruire des antennes 5G, des centres de vaccination et des lieux de stockage de vaccins. Les investigations de la DGSI ont en outre mis au jour un projet de coup d’État, l’opération « Azur », visant à s’emparer de l’Élysée avec l’aide de partisans et d’une vaste organisation paramilitaire (source : Le Parisien, 27 octobre 2021).

« Le climat d’incertitude et de défiance institutionnelle provoqué par le mouvement des Gilets jaunes combiné à la pandémie mondiale a constitué un socle favorable à l’émergence du mouvement Daillet. » Une note confidentielle de la DGSI, en date du 14 septembre, analyse la montée en puissance des courants de l’ultra-droite et explique comment Rémy Daillet a su faire infuser ses idées parmi les complotistes, antivaccins, néonazis et autres contestataires (source : Le Parisien, 27 octobre 2021).

Pour prendre la mesure des idées qui animent les individus impliqués dans le réseau « Honneur et Nation » auquel est lié Rémy Daillet, Le Parisien rapporte ces propos, tenus par l’un de ses membres, Denis L. : « La France ne doit plus jamais être appelée la République, car la République est juive, et la France est française. Cette pieuvre, il faut l’éliminer. C’est dommage car une personne a essayé de le faire et il s’est mis tout le monde à dos, Adolf Hitler. » Une autre adepte de Daillet, Valérie D., serait pour sa part convaincue que « Johnny Hallyday tuait des enfants pour boire leur sang » (source : Le Parisien, 29 octobre 2021).

« En lisant Le Parisien ce matin et en sachant pertinemment ce que contient cette note du 14 septembre dont Le Parisien prétend se faire l’écho, je commence à me demander jusqu’à quel point il existe un complot… mais contre Rémy Daillet », a quant à lui réagi l’avocat de Rémy Daillet, Jean-Christophe Basson-Larbi (source : BFM TV, 28 octobre 2021).

JEAN-JACQUES CRÈVECOEUR. Dans une nouvelle vidéo récemment mise en ligne, le youtubeur complotiste Jean-Jacques Crèvecœur qualifie ses opposant de « fous dangereux », de « malades mentaux » et de « gens qui ne méritent même plus de vivre sur cette planète ». Le message prend une tournure glaçante lorsque l’individu conclut en direction de ses adeptes : « Faites ce qui vous semble juste » (source : Benjamin Lobet/Twitter, 28 octobre 2021).

1 SUR 5. En décembre 2020, l’ancien présentateur Karl Zéro publiait un manifeste « pour en finir avec la pédocriminalité ». Ce 25 octobre 2021, il a publié sur plusieurs plateformes de vidéos en ligne un film dont le titre, « 1 sur 5 », s’inspire d’une campagne du Conseil de l’Europe datée de 2010 à 2015 et dans laquelle l’institution estimait que près d’un enfant sur cinq en Europe était victime de violences sexuelles, un terme qui inclut attouchements sexuels, viols, harcèlements et agressions sexuelles, exhibitionnisme, exploitation sous forme de prostitution et de pornographie, chantage et extorsions sexuelles en ligne.

Financé par une cagnotte en ligne, le film de Karl Zéro a été visionné près de 300 000 fois à ce jour sur YouTube, ce qui ne l’empêche pas d’être sévèrement critiqué dans les colonnes de Marianne : « Le problème de « 1 sur 5 » ne tient évidemment pas dans sa dénonciation des violences sexuelles sur mineurs, un combat d’autant plus important que l’actualité le place au centre des débats (rapport Sauvé, affaire Duhamel…), mais dans sa forme. […] Dans la bouche de l’ex-présentateur, comme de ses intervenants, les dénonciations systémiques pleuvent, mais les démonstrations demeurent bancales. Les réseaux pédocriminels sont dénoncés tout au long du film… sans que jamais le documentaire n’apporte réellement les preuves de leur existence » (source : Marianne, 28 octobre 2021). Critiqué dans sa démarche par le journaliste Thomas Huchon, Karl Zéro fait feu de tout bois, en relayant notamment le tweet d’un complotiste antisémite, Alexandre Lebreton, qui attaque notre collègue (source : Tristan Mendès France/Twitter, 29 octobre 2021), ou encore en se rendant, dimanche 31 octobre, sur La Une TV, le média de Richard Boutry (source : Thomas Huchon/Twitter, 31 octobre 2021).

À relire, l’analyse que nous publiions il y a un an, au sujet de la manière dont les complotistes capitalisent sur le thème de la protection de l’enfance (source : Conspiracy Watch, 25 septembre 2020). À réécouter également, l’épisode de Complorama du 22 avril dernier, où Tristan Mendès France et Rudy Reichstadt évoquaient la question du complotisme anti-pédocriminalité.

QANON. David Trent, de son vrai nom David Todeschini, est un influenceur QAnon qui accuse régulièrement les démocrates, sur les médias sociaux, d’être des pédophiles buveurs de sang. L’homme a en fait été reconnu coupable d’actes pédophiles dans l’État de New York, en 1990, et condamné pour ces faits (source : insider.com, 29 octobre 2021).

ANTISÉMITISME. Du regain d’antisémitisme tout au long de la crise sanitaire au mouvement QAnon, des Protocoles des Sages de Sion aux propos négationnistes de Jean-Marie Le Pen, en 1987, l’antisémitisme reste le terreau des théories du complot. « Antisémitisme et complotisme », c’est le 16e épisode de Complorama, avec Rudy Reichstadt, directeur de Conspiracy Watch, et Tristan Mendès France, maître de conférence et membre de l’observatoire du conspirationnisme, spécialiste des cultures numériques. Un podcast à retrouver sur le site de franceinfo, l’application Radio France et plusieurs autres plateformes comme Apple podcastsPodcast AddictSpotify ou Deezer.

TERRORISME. Un islamiste radical, Sid-Ahmed Ghlam, avait assassiné en avril 2015 une mère de famille de 32 ans et projeté d’attaquer une ou deux églises à Villejuif, dans le Val-de-Marne. À cette époque, l’information avait été accueillie avec sarcasme sur le web conspirationniste (source : Conspiracy Watch, 23 avril 2015). Arrêté quelques jours après la commission des faits, l’homme vient d’être condamné à la réclusion criminelle à perpétuité. Il a admis qu’il comptait commettre un attentat meurtrier dans une église. S’il a demandé pardon à la famille de la victime, il a toutefois refusé de reconnaître qu’il était impliqué dans son assassinat (source : Le Figaro, 28 octobre 2021).

FACEBOOK. Dix-sept médias ont analysé les « Facebook Files », ces documents internes qu’a dévoilé la lanceuse d’alerte Frances Haugen, et qui pointent un certain nombre de dysfonctionnements graves. Des employés de la plateforme avaient averti depuis longtemps, en interne, des effets de la désinformation, tendant à radicaliser le comportement de certains utilisateurs (source : New York Times, 25 octobre 2021).

Le rôle de Facebook dans la propagation, en Inde – où la plateforme compte 340 millions d’utilisateurs –, d’images et de propos haineux de nature à exacerber les conflits intercommunautaires a notamment été mis en avant par ces révélations. Ils montrent que le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, était bien conscient de la présence grandissante de contenus problématiques visant en particulier la communauté musulmane indienne, mais n’a pas déployé les moyens suffisants pour entraver ce phénomène (source : Sud Ouest, 24 octobre 2021).

BRUNO GUIGUE. Le compte Twitter officiel de l’Ambassade de Chine en France relaie les thèses complotistes de Bruno Guigue, un ancien sous-préfet limogé il y a plusieurs années pour avoir manqué à son devoir de réserve et évoluant désormais dans la mouvance complotiste. Ce dernier estime que les Occidentaux « ont aidé les terroristes en Syrie ». Membre de l’équipe de rédaction du site conspirationniste 21st Century Wire, Guigue est régulièrement invité sur Sputnik News, RT et le média chinois CGTN… (source : Antoine Bondaz/Élie Guckert/Twitter, 30 octobre 2021).

RIVAROL. Les animateurs des Sleeping Giants, ces militants anonymes qui luttent contre le financement par la publicité de médias ou d’émissions dont ils estiment qu’ils véhiculent la haine, ont lancé le 27 octobre une campagne destinée à interpeller la Commission paritaire des publications et agences de presse (CPPAP), une autorité administrative chargée de donner un avis pour le bénéfice du régime économique de la presse. Leur cible ? L’hebdomadaire Rivarol qui, bien qu’accumulant les condamnations pour racisme, antisémitisme et négationnisme, continue d’être reconnu comme une « publication d’information politique et générale », et de bénéficier à ce titre d’un financement public indirect (source : Libération, 28 octobre 2021).

ZEMMOUR. Alors que Marine Le Pen perd progressivement des points dans les sondages les plus récents, Éric Zemmour accumule les percées remarquées ces dernières semaines. Ces deux facettes de l’extrême droite, l’une dédiabolisée, l’autre décomplexée, peuvent-elles correspondre et s’unir avant le premier tour de la présidentielle ? Quel poids politique représente Éric Zemmour ? La stratégie de dédiabolisation du Rassemblement national est-elle en train d’échouer ? Retour sur la construction des extrêmes droites en France et analyse de ce qu’il en reste à l’aube de l’élection présidentielle, avec l’historien Nicolas Roussellier et Valérie Igounet, historienne, directrice adjointe de Conspiracy Watch (source : France Culture, 25 octobre 2021). Signalons aussi le dossier très riche publié par la Fondation Jean-Jaurès sur le même sujet (source : Fondation Jean-Jaurès, 27 octobre 2021).

DREYFUS. À plusieurs reprises, Éric Zemmour a jeté le soupçon sur l’innocence d’Alfred Dreyfus, capitaine d’artillerie accusé à tort d’avoir espionné au profit de l’Allemagne, condamné en 1894 puis finalement réhabilité en 1906. L’historien Marc Knobel revient de manière très complète sur les propos du probable futur candidat à l’élection présidentielle et leur origine (source : La Revue des Deux Mondes, 22 octobre 2021).

AGNOTOLOGIE. En « produisant de l’ignorance », le complotisme détourne notre attention de l’urgence que constitue le dérèglement du climat. L’historien américain Robert Proctor avait conçu, en 1992, un néologisme, « agnotologie », pour désigner une discipline aussi exigeante que singulière : l’étude de l’ignorance, plus précisément de sa « production ». Pour Conspiracy Watch, Nicolas Bernard analyse sous cet angle comment le complotisme alimente le réchauffement climatique (source : Conspiracy Watch, 25 octobre 2021).

APOPHÉNIE. L’apophénie est la tendance à percevoir un lien ou un motif qui a du sens entre des choses sans relations entre elles ou prises au hasard. Un créateur de jeux destinés à être joués dans la réalité, Reed Berkowitz, a été confronté à ce phénomène qui constitue un problème potentiel, puisqu’il peut éloigner les joueurs de l’intrigue. En s’intéressant à QAnon, Berkowitz a décelé ces mécanismes qui lui étaient familiers : QAnon lui est apparu comme un jeu qui joue avec les gens, un jeu aux mécanismes inversés… (source : Fact & Furious, 25 octobre 2021).

RUSSIA TODAY. En Russie, le média gouvernemental RT appelle la population à porter des masques sanitaires, à maintenir les distances physiques et à se faire vacciner. Au contraire, au Royaume-Uni, en France, en Allemagne ou Espagne, le même groupe d’information met en doute ces différentes mesures. Exagération, déformation des faits, infox, les canaux nationaux jettent le trouble sur les vaccins occidentaux tout en faisant la promotion du vaccin russe Sputnik V. Une désinformation qui alimente les covido-sceptiques et les antivax (sources : Radio Free Europe/Twitter, 27 octobre 2021).

« COMPLOT JÉSUITE ». Avec les juifs et les francs-maçons, les jésuites font partie du trio de tête des cibles du conspirationnisme qui ont marqué l’histoire. Aujourd’hui effacée, la théorie du « complot jésuite » inaugure les grandes théories du complot contemporaines et permet d’en comprendre les mécanismes. Alors que les jésuites fêtent les 500 ans de la conversion de son fondateur, Ignace de Loyola, l’hebdomadaire chrétien La Vie revient sur ce mythe, né au XVIIe siècle, et qui constitue l’une des matrices du complotisme contemporain (source : La Vie, 29 octobre 2021).

BRÉSIL. Dans un texte officiel, les sénateurs de la Commission d’enquête parlementaire (CPI), qui s’est penchée depuis six mois sur l’épidémie ayant fait au moins 605 000 morts au Brésil ont demandé à la Cour suprême et au parquet la suspension « jusqu’à nouvel ordre » des comptes du président Jair Bolsonaro sur Facebook, Twitter et Instagram. Dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux, celui-ci a en effet associé le vaccin contre le Covid-19 au sida (source : Le Monde, 26 octobre 2021).

ÉTATS-UNIS. Pendant des mois, des théories complotistes sur le vol des élections de 2020 à Donald Trump ont circulé et encouragé les Républicains, à l’échelle nationale, à repenser les lois électorales. Certains représentants du Parti républicain et des personnalités liées à l’ex-président craignent aujourd’hui que les conspirationnistes les plus radicaux nuisent à la réforme électorale et sapent la participation citoyenne (source : Politico, 27 octobre 2021).

LECTURES. Les chercheurs en psychologie Sylvain Delouvée et Sebastian Dieguez viennent de publier aux éditions Mardaga, Le complotisme. Cognition, culture, société (480 pages). Nous aurons l’occasion d’y revenir très prochainement. La même semaine, William Audureau a publié son essai, Dans la tête des complotistes (éditions Allary, 320 pages). Ce journaliste rattaché au service de vérification des faits du Monde, Les Décodeurs, a tenté de comprendre les parcours, les valeurs et les idées de ceux qu’on a pris l’habitude d’appeler les complotistes. Le Monde publie les bonnes feuilles du livre (source : Le Monde, 27 octobre 2021).