Des gros titres aux petites infos passées inaperçues : ce qu’il fallait retenir de l’actualité des derniers jours en matière de conspirationnisme et de négationnisme (semaine du 17/06/2019 au 23/06/2019).

CENTRE ZAHRA. Le 2 octobre 2018, le Centre Zahra France, à Grande-Synthe (Nord), avait fait l’objet d’une perquisition dans le cadre d’une opération terroriste. « C’est Israël qui est derrière ça », avait alors affirmé Yahia Gouasmi, fondateur de ce centre fondé en 2005, qui relaie en France la propagande du régime islamiste chiite iranien, et qui avait été partie prenante d’une liste « antisioniste » aux élections européennes de 2009  avec comme co-listiers Alain Soral et Dieudonné M’Bala M’Bala. Le tribunal administratif de Lille vient de rejeter une nouvelle fois la requête de l’association qui contestait un arrêté du préfet du Nord prononçant la fermeture pour six mois du lieu de culte. Le tribunal a notamment considéré que les messages et activités qui y sont développés relevaient « de la propagande ayant pour objet de glorifier la lutte armée et de provoquer la haine et la violence en relayant des messages antisémites, entraînant ainsi le risque de commission d’actes terroristes » (source : lemonde.fr, 20 juin 2019).

ÉTIENNE CHOUARD. À la suite d’une interview sur Le Média, Étienne Chouard avait créé la polémique en déclarant de pas pouvoir s’exprimer sur la réalité des chambres à gaz, n’ayant « jamais rien lu » sur le sujet. Le confusionnisme que cultive cet ex-professeur d’économie-gestion a suscité de multiples critiques – mais aussi d’inévitables et encombrants témoignages de soutien. Il lui aura en particulier coûté son émission hebdomadaire sur Sud Radio. Didier Maïsto, PDG de cette chaîne, a motivé sa décision en ces termes : « J’ai fait tout ce que j’ai pu pour qu’il soit clair, il faut qu’il fasse son chemin. Si on n’a pas cette rigueur, ça disqualifie le reste » (source : Francetvinfo.fr, 21 juin 2019).

SANDY HOOK. Après l’assassinat de son fils de six ans lors de la fusillade de l’école primaire Sandy Hook (Connecticut, USA), Lenny Pozner a créé HONR Network pour protéger la mémoire des victimes et leurs familles des mystificateurs. Un courant complotiste, au sein duquel l’animateur de radio Alex Jones a joué un rôle clé, n’a cessé de remettre en cause la réalité de la tuerie qui a causé la mort de 28 personnes dont 20 enfants le 14 décembre 2012. Combattre cette forme de négationnisme en travaillant avec les réseaux et médias sociaux, tel est l’objectif de la famille Pozner (source : The Times of Israël, 13 juin 2019). La contre-offensive des proches des victimes s’affirme en effet, comme en témoigne le référé ordonné par un juge du Wisconsin, le 17 juin dernier, à l’encontre du complotiste James Fetzer, co-auteur d’un livre au titre symptomatique : Personne n’est mort à Sandy Hook… (source : AP News, 28 juin 2019,  lemonde.fr, 21 juin 2019).

ANTIVAX. Une enquête mondiale, menée par l’institut de sondage Gallup en 2018, sur le rapport à la science, aux professionnels de santé et aux vaccins vient d’être publiée par l’ONG britannique Wellcome. Conduite auprès de 140 000 personnes de plus de 15 ans dans 144 pays, elle révèle qu’un Français sur trois ne croit pas que les vaccins soient sûrs (source : TV5 Monde, 19 juin 2019). Elle confirme à ce titre ce qu’avaient montré les deux enquêtes de l’IFOP initiées par Conspiracy Watch et la Fondation Jean-Jaurès en 2017 et 2018. Très répandue en France aujourd’hui, l’idée d’une prétendue collusion politico-industrielle pour cacher une soi-disant nocivité des vaccins recueille l’adhésion de plus de deux Français sur cinq. Les plus de 65 ans et les plus diplômés y résistent mieux que le reste de la population (source : Conspiracy Watch, 19 juin 2019).

RUSSIA TODAY. À la faveur de la crise des Gilets jaunes, la chaîne russe pro-Kremlin Russia Today s’est hissée en tête des médias français sur la plateforme YouTube. Ses reportages mis en ligne cumulent les millions de vues. La recette de « RT » ? Montrer que tout va pour le pire en Occident. Dans Vanity Fair, Roman Bornstein livre une enquête approfondie sur cet étrange instrument d’influence implanté un peu partout dans le monde et débarqué en France en 2015, un système inédit où « “l’information” n’a de valeur que si elle suscite de l’indignation, et peut ainsi se répandre comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux. » (source : Vanity Fair, 19 juin 2019). À compléter par l’interview de l’auteur de l’enquête par Guillaume Erner dans « Les matins de France culture ».

« GRAND REMPLACEMENT ». C’est la nouvelle marotte de l’extrême droite : comparer la situation du Kosovo avec celle de la France pour se mettre en garde contre les dangers du « Grand Remplacement ». Éric Zemmour et Marion Maréchal ont tous deux choisi de filer une comparaison aussi fantaisiste qu’idéologique, comme le souligne Loïc Trégourès, chargé d’enseignement en science politique à l’institut catholique de Paris. « Le problème du Grand Remplacement », explique notamment le chercheur, « c’est d’envisager qu’il y a eu un plan sciemment établi, étalé sur plus de trois siècles pour coloniser un espace qui était à l’origine chrétien orthodoxe serbe. C’est intenable » (source : France Soir, 19 juin 2019).

MH17. L’équipe internationale conduite par les Pays-Bas, qui enquête sur le crash du vol MH17 abattu le 17 juillet 2014 au-dessus de l’est séparatiste de l’Ukraine par un missile russe (298 morts), donne les noms de quatre suspects, trois Russes et un Ukrainien. Parmi eux, Igor Guirkine, dit « Strelkov », ex-colonel du FSB, qui vit aujourd’hui à Moscou. Peu après le crash du Boeing, il s’était vanté sur les réseaux sociaux d’avoir touché un avion militaire ennemi, visiblement persuadé d’avoir abattu un Antonov de l’armée de l’air ukrainienne. Les deux autres suspects russes sont d’ex-membres du GRU, le renseignement militaire russe. Le ministère russe des Affaires étrangères a rejeté le bien-fondé du travail des enquêteurs, les accusant de se baser sur des « sources d’information douteuses », et d’« ignorer les données fournies par la partie russe. » Les quatre suspects sont attendus le 9 mars 2020 devant le tribunal de Schiphol (Hollande) (source : AFP , 19 juin 2019 ; lemonde.fr, 19 juin 2019).

KOKOPELLI. Il faut s’étonner de l’étrange publicité dont a bénéficié l’association « Kokopelli » dans l’émission « Cash Investigation » d’Élise Lucet (France TV). L’association fait la promotion des semences « libres » face aux « grands semenciers », « un acte de résistance pour sauvegarder 2400 légumes rares », commente la rédaction de l’émission. Il vaudrait tout de même d’investiguer sur les idées de son fondateur, Dominique Guillet, qui délivre sur son blog, sous le pseudonyme de « Xochipelli », une bien étrange philosophie mêlant complotisme, climato-scepticisme, antisémitisme et dénonciation des vaccins. On y lit notamment l’aveu suivant, déposé le 23 février 2019 : « je tente, quotidiennement, de me soigner ma nature contaminée, par la culture génocidaire Sioniste – car même s’il est aisé de se libérer des virus Sionistes mentaux, il l’est moins de se décontaminer du génocide ambiant à la mode Fukushima ». Voir à ce sujet le thread de Géraldine Woessner.

FAKE MED. Au Kansas, une mère sous l’influence des théories du complot et des fake news médicales a administré à deux de ses fils autistes une solution proche de l’eau de Javel qui peut endommager gravement le système digestif et les reins. En janvier 2019, quand il a découvert la pratique de son ex-femme, qui s’est vu confier la garde des enfants, Bradley Austin a tenté de la stopper. Ni la police ni les services de protection des adultes du Kansas n’ont toutefois considéré la situation comme suffisamment grave pour intervenir. Voyage au cœur de la désinformation sanitaire (source : Conspiracy Watch, 23 juin 2019).