Très répandue en France aujourd’hui, l’idée d’une prétendue collusion politico-industrielle pour cacher une soi-disant nocivité des vaccins recueille l’adhésion de plus de deux Français sur cinq. Les plus de 65 ans et les plus diplômés y résistent mieux que le reste de la population.

L’ONG britannique Wellcome a publié aujourd’hui une enquête mondiale sur le rapport à la science, aux professionnels de santé et aux vaccins. Menée par l’institut de sondage Gallup en 2018 auprès de 140 000 personnes de plus de 15 ans dans 144 pays, elle révèle qu’un Français sur trois ne croit pas que les vaccins soient sûrs.

La France serait ainsi le pays le plus anti-vaccins au monde.

Ces résultats corroborent les deux enquêtes Ifop initiées par Conspiracy Watch et la Fondation Jean-Jaurès en 2017 et en 2018 sur la pénétration de l’imaginaire complotiste dans l’opinion publique française.

La proposition selon laquelle le ministère de la Santé serait de mèche avec l’industrie pharmaceutique pour cacher au grand public la réalité sur la nocivité des vaccins a recueilli, dans notre dernière étude, 43% d’adhésion en moyenne contre 41% de rejet (avec 16% de sondés ne se prononçant pas), ce qui en fait la seule théorie du complot proposée dans notre enquête pour laquelle l’adhésion est supérieure au rejet. La part de ceux qui sont « tout à fait d’accord » avec cet énoncé (17%) est stable par rapport à l’année précédente.

Connue de presque les 2/3 des sondés (63%), cette théorie du complot suscite une adhésion croissante à mesure qu’on adhère, par ailleurs, à d’autres théories du complot. Ainsi, ce sont 27% de ceux qui n’adhèrent qu’à une seule autre théorie qui adhèrent aussi à celle-ci. Chez ceux qui adhèrent à deux théories du complot ou plus, le complotisme anti-vaccinal passe à 63% puis s’envole, jusqu’à atteindre 97% en moyenne chez ceux qui adhèrent à 7 théories du complot ou plus sur une sélection de 10 qui leur ont été soumises.

Cet énoncé complotiste sur une prétendue collusion politico-industrielle pour cacher une soi-disant nocivité des vaccins recueille une adhésion importante dans toutes les tranches d’âge, à l’exception des seniors : les plus de 65 ans ne sont ainsi que 37% à l’approuver contre 53% qui la désapprouvent.

L’adhésion à cette théorie du complot diminue linéairement à mesure qu’augmentent les niveaux de vie et de diplôme : 53% y adhèrent chez les catégories les plus défavorisées contre 27% chez les catégories les plus aisées. On retrouve les mêmes chiffres lorsqu’on compare les diplômés d’un CAP ou d’un BEP et ceux qui sont diplômés du 2e ou du 3e cycle.

Les sympathisants de la France insoumise, de Debout la France et du Rassemblement national sont respectivement 53%, 54% et 61% à approuver cet énoncé complotiste. De plus, parmi les personnes qui se déclaraient Gilets jaunes lors de notre enquête, cette adhésion s’établissait à 62% (contre 24% chez ceux qui ne se sentaient pas Gilets jaunes).

Il apparaît enfin que les catholiques pratiquants sont moins perméables que la moyenne à cette théorie du complot : seuls 35% d’entre eux approuvent l’énoncé contre 41% chez les « sans religion » et 44% chez ceux qui se déclarent catholiques non-pratiquants.

 

Voir aussi :

Vaccins : l’eurodéputée Michèle Rivasi « alimente les rumeurs complotistes » selon l’Afis

Les Décodeurs du Monde répondent aux questions des internautes sur les vaccins