L’actu de la semaine décryptée par Conspiracy Watch (semaine du 04/04/2022 au 10/04/2022).

LE DESSIN DE LA SEMAINE. L’œil de Morgan Navarro pour Conspiracy Watch.

BOUTCHA. Les images du massacre de Boutcha (Ukraine) ont rapidement inspiré la thèse selon laquelle les exécutions de civils de cette ville auraient été un « montage », une opération sous « faux drapeau » (source : Tristan Mendès France/Twitter, 3 avril 2022 ; Rudy Reichstadt/Twitter, 3 avril 2022).

Des figures de la complosphère, comme Silvano Trotta, ont repris les éléments de langages du Kremlin, affirmant notamment que les cadavres n’étaient en fait que des acteurs (source : Raphaël Grably/Twitter, 4 avril 2022 ; Libération, 4 avril 2022). L’avocat Régis de Castelnau a fait de même, renvoyant au site SouthFront, suspecté d’être un faux nez des services de renseignements russes. Des internautes en France ont activement relayé la thèse de la mise en scène, notamment l’ancien sénateur, connu pour ses positions anti-vaccin Covid, Yves Pozzo di Borgo (source : Julien Pain (FranceInfo)/Twitter, 6 avril 2022).

Contrairement à ce qu’affirme cette propagande alignée sur celle du Kremlin, ce massacre de civils n’a pas eu lieu après le départ des soldats russes. Le New York Times a pu obtenir et analyser des images satellites qui montrent que les massacres ont bien eu lieu pendant l’occupation russe de la ville (source : New York Times, 4 avril 2022 ; AFP, 4 avril 2022). En outre, d’après le Spiegel, des soldats russes ont évoqué leurs exactions sur les civils de Boutcha dans des communications radios interceptées par le BND, les services secrets allemands (source : Conspiracy Watch/Twitter, 7 avril 2022).

À lire également, l’analyse des journalistes de TF1 qui pointent dans le massacre de Boutcha, « un cas d’école de la propagande russe et de la complosphère » (source : TF1, 4 avril 2022).

À noter que l’ambassade de Chine en France a soutenu la thèse de la « mise en scène », en relayant la propagande de l’ambassade de Russie (source : Antoine Bondaz/Twitter, 7 avril 2022).

Selon l’ex-député ukrainien Ilya Kiva, poursuivi depuis début mars pour haute trahison, le massacre de Boutcha aurait été « préparé » par les services de sécurité ukrainiens (SBU) sous la direction des services secrets britanniques (MI6). Ce récit, repris notamment par le site complotiste Le Media en 4-4-2, ne repose à ce jour sur aucune preuve (source : Le Monde, 8 avril 2022).

Le premier ministre hongrois, Viktor Orban, vainqueur il y a quelques jours des élections législatives dans son pays, aurait de son côté déclaré que le massacre de Boutcha pourrait avoir été une mise en scène orchestrée par les Ukrainiens (source : eurointegration.com, 9 avril 2022). Dans son discours de victoire, il a fustigé ses adversaires, parmi lesquels « la gauche nationale, la gauche internationale, les bureaucrates de Bruxelles, toutes les organisations de l’empire Soros, les grands médias internationaux et enfin le président ukrainien ».

Dans sa chronique « Antidote » du 8 avril sur France Inter, Tristan Mendès France a évoqué la manière dont les comptes diplomatiques russes sur Twitter diffusent de multiples narratifs complotistes pour couvrir les crimes commis par le gouvernement russe. Le Kremlin peut, à cet égard, profiter d’un capital d’audience qu’il a réussi à fidéliser, avec des influenceurs en ligne qui relaient ces récits mensongers auprès de leurs communautés (source : France Inter, 8 avril 2022).

KRAMATORSK. Le 8 avril 2022, deux missiles ont frappé la gare de la ville ukrainienne de Kramatorsk où la population civile était rassemblée dans l’espoir de fuir la zone des combats. L’attaque a fait plus de cinquante morts, dont 5 enfants, et des centaines de blessés. La Russie a accusé très officiellement le « régime de Kiev » d’avoir bombardé sa propre population civile (source : Conspiracy Watch/Twitter, 8 avril 2022).

RADIO. L’émission Médialogues sur RTS (Radio Télévision Suisse) propose un nouveau rendez-vous mensuel intitulé « Le décomploteur ». Le chercheur en neurosciences Sébastien Dieguez, co-auteur avec Sylvain Delouvée de Le complotisme – Cognition, culture, société (éditions Mardaga, 2021) et collaborateur de Conspiracy Watch, y décortiquera régulièrement une tendance conspirationniste. Pour sa première intervention, il a choisi d’évoquer la logique du « false flag » (source : RTS, 8 avril 2022).

À écouter également l’émission « La valeur de l’homme » du 2 avril, sur Fréquence protestante. Emmanuel Taïeb y reçoît le chercheur en psychologie sociale Sylvain Delouvée pour analyser le danger démocratique que représente aujourd’hui l’imaginaire du complot (source : Fréquence protestante, 2 avril 2022).

PASSAGE À L’ACTE. Un Allemand de 38 ans, était recherché pour l’enlèvement de Christoph Berger, chef de la Commission fédérale pour les vaccinations (CFV) en Suisse. L’homme a été abattu par la police, à Wallisellen, après avoir tué sa compagne. Il s’agissait, d’après un rapport, d’un « fou d’armes », vaccino-sceptique, qui aurait été en contact étroit avec des adeptes de la « théorie de la Terre plate » (source : Watson, 8 avril 2022).

AL-JAZEERA. La chaîne satellitaire qatarienne Al-Jazeera a diffusé une émission conspirationniste autour du « Nouvel Ordre mondial » et du groupe Bilderberg, dans laquelle était notamment interviewé David Icke, l’un des plus influents théoriciens du complot britanniques, adepte de la croyance en les humanoïdes reptiliens. Mise en ligne sur YouTube le 27 mars 2022, la vidéo a été vue déjà près de 800 000 fois (source : Tristan Mendès France/Twitter, 6 avril 2022).

REPTILIENS. Un Californien, propriétaire d’une école de surf à Santa Barbara, a assassiné l’année dernière ses deux jeunes enfants, âgés respectivement de 2 ans et de 10 mois, au prétexte qu’ils auraient selon lui hérité de l’ADN de serpent de leur mère. Son interrogatoire par le FBI révèle que l’homme se serait radicalisé au contact des théories du complot propagées par David Icke (source : The Guardian, 12 août 2021 ; Vice.com, 5 avril 2022).

EMMANUELLE GAVE. L’avocate Emmanuelle Gave a suggéré dans un tweet que ce qui se passe en Ukraine s’inscrirait dans un « plan » dont les États-Unis seraient les bénéficiaires… (source : Conspiracy Watch/Twitter, 7 avril 2022).

LARA LOGAN. Fin mars, l’animatrice sur Fox News Lara Logan a affirmé dans l’émission conspirationniste « And We Know » que les Rothschild étaient derrière Darwin et la théorie de l’évolution (source : Eric Hananoki/Twitter, 28 mars 2022). Début avril, la journaliste qui avait comparé le docteur Anthony Fauci au médecin nazi Josef Mengele a affirmé qu’elle avait été « expulsée » de Fox News parce que la chaîne ne voulait pas de « penseurs indépendants » (source : The Guardian, 9 avril 2022).

JEAN-LUC MÉLENCHON. Pour parer l’accusation de collusion avec le régime de Vladimir Poutine, le chef des Insoumis exhibe régulièrement son « amitié » avec des opposants russes qui se sont pourtant compromis, à des degrés divers, avec la rhétorique nationaliste et complotiste du Kremlin. Le député des Bouches-du-Rhône avait notamment jeté son dévolu sur Sergueï Oudaltsov, avant de prendre ses distances : Oudaltsov s’est prononcé en faveur de la guerre de Poutine en Ukraine. Le positionnement de ce dernier apparaissait pourtant, à bien des égards, problématique, dès avant l’invasion du 24 février (source : Conspiracy Watch, 5 avril 2022).

ÉLECTION 2022. À quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle, Guillaume Caline, directeur Enjeux publics et opinion chez Kantar Public, et Laurence Vardaxoglou, doctorant à la Paris School of Economics, ont fait le point sur les fake news qui ont émaillé la campagne et sur la manière d’en évaluer l’impact sur les opinions et comportements des électeurs (source : Fondation Jean-Jaurès).

GRAND REMPLACEMENT. L’expression s’est imposée dans le paysage politique ces derniers mois. Éric Zemmour a fait de la lutte contre le « Grand Remplacement » la base de son programme, les candidats Les Républicains ont débattu du niveau de priorité qu’il représentait, les instituts de sondage ont interrogé leurs panels représentatifs sur le sujet… Retour sur une idée et son instrumentalisation politique dans un documentaire proposé par LCP.

BRIGITTE MACRON. « L’affaire Jean-Michel Trogneux », cette fake news qui affirme que Brigitte Macron serait une femme transgenre a été montée par Faits & Documents, une publication d’extrême droite liée à Alain Soral et la « GUD connection », des intimes de Marine Le Pen (source : Street Press, 5 avril 2022).

NICOLAS DUPONT-AIGNAN. Au « Meeting des libertés », organisé à Paris par Nicolas Dupont-Aignan et Florian Philippot, le 6 avril 2022, on a pu apercevoir, au premier rang dans le parterre VIP, le conspirationniste antivax Fabrice Di Vizio (source : Pierre Plottu/Twitter, 7 avril 2022). Le candidat à l’élection présidentielle y a déclaré qu’une fois élu, il nommerait le Pr Didier Raoult ministre de la Santé.

TIKTOK. Après une étude NewsGuard, qui a révèlé que TikTok laissait accessibles des contenus de désinformation sur la guerre en Ukraine dans son fil personnalisé « Pour Toi », Reporters sans frontières (RSF) appelle la plateforme à la responsabilité et à « cesser d’employer des mesures superficielles » pour « enfin reprendre le contrôle sur son algorithme ». Selon les analystes de NewsGuard, les utilisateurs de TikTok auraient été confrontés à de tels contenus en moins de 40 minutes de consultation, leur usage moyen quotidien étant de 52 minutes par jour (source : Stratégies, 4 avril 2022).

PINTEREST. Pour que les nouvelles sur le climat ne soient plus parasitées par des contre-vérités, le réseau social Pinterest vient de se doter d’une politique de lutte contre la désinformation climatique. L’application, qui revendique 400 millions d’utilisateurs, n’acceptera plus les contenus niant l’existence du changement climatique, l’impact de l’activité humaine sur celui-ci ou encore les contenus présentant des données scientifiques de façon « trompeuse ». L’entreprise ne précise cependant pas si elle se dotera de modérateurs supplémentaires pour surveiller les publications (source : Le Figaro, 6 avril 2022).

ANTISÉMITISME. À l’été 2021, un slogan apparaît dans les rues de France : « Mais qui ? ». Cette interrogation faussement innocente est devenue une formule pour désigner ceux que les antisémites voient comme « des élites juives qui tenteraient de contrôler et dominer les peuples ». Elle est le résultat de quinze mois de désinformation et de réapparition des vieux mythes. Autant de thèses conspirationnistes qui se propagent grâce au fonctionnement même des réseaux sociaux et d’une application, en particulier, très prisée des adolescents… « Les nouveaux habits des antisémites », c’est le titre du dernier épisode de l’émission « La Fabrique du mensonge », diffusé par France 5 et disponible en replay.

A noter qu’Arte a programmé la diffusion d’une histoire de l’antisémitisme de l’Antiquité à nos jours. Réalisé par Jonathan Hayoun, ce documentaire en quatre volets propose une traversée de deux millénaires de haine des Juifs. Impressionnant par son érudition, la richesse de son iconographie et l’importance des questions qu’il soulève, Histoire de l’antisémitisme est disponible en replay jusqu’au 10 juin 2022 (source : Arte, 5 avril 2022).