L’actu de la semaine décryptée par Conspiracy Watch (semaine du 08/03/2021 au 14/03/2021).

NÉGATIONNISME. Le 8 février dernier se réunissaient à l’Hôtel de Ville de Paris les Assises annuelles du négationnisme à l’initiative de son fondateur et animateur, Frédéric Encel, en partenariat notamment avec la Dilcrah, le Mémorial de la Shoah et Conspiracy Watch. Pour cette 11e édition, les intervenants ont dressé le bilan et les perspectives de la loi de reconnaissance du génocide arménien, vingt ans après son adoption, et alors que le négationnisme sur ce drame demeure impuni. Comme l’a déploré Franck Papazian, co-président du CCAF (Conseil de coordination des organisations arméniennes de France), « aujourd’hui, en France, on peut dire qu’il n’y a pas eu de génocide des Arméniens » (source : Le DDV, 12 mars 2021).

KUBRICK. Membre de l’Église de scientologie, la fille cadette du cinéaste américain Stanley Kubrick multiplie les prises de position conspirationnistes, allant jusqu’à convoquer l’œuvre de son père pour promouvoir ses théories. Bill Gates ? Un « bioterroriste ». La vaccination ? Pas question pour celle qui invitait récemment ses abonnés à rejoindre des groupes de discussion organisés par QAnon… (source : Le Monde, 12 mars 2021).

ANTI-MASQUES. Plus d’un an après le début d’une pandémie qui a fait plus de 530 000 morts aux États-Unis, des manifestations d’extrême droite contre les mesures sanitaires se sont produites dans l’État de l’Idaho. Les participants ont brûlé des masques en déclarant « refuser de se laisser étouffer par ces dispositifs sanitaires » (source : Courrier international, 8 mars 2021).

ANTISÉMITISME. Du covido-scepticisme à l’antisémitisme, il n’y a souvent qu’un pas, allègrement franchi par certain(e)s militant(e)s : Protocoles des Sages de Sion, « Khazars », Rockfeller ou encore Rothschild… tout y passe dans un mélange de certitudes absolues et de confusion totale (source : Tristan Mendès France/Twitter, 9 mars 2021).

BINOCHE. Engagée en faveur de multiples causes humanitaires et environnementales, l’actrice Juliette Binoche s’est vue reproché d’avoir relayé des thèses complotistes. Le 6 mai dernier, elle avait fustigé sur son compte Instagram « des opérations organisées par des groupes financiers internationaux » et affirmé que la vaccination était en réalité destinée à « mettre une puce sous-cutanée pour tous » avant de conclure : « C’est NON. Non aux opérations de Bill Gates, Non à la 5G. » Interrogée sur le sujet par L’Express, Juliette Binoche a répondu : « A la suite d’une question d’un de mes followers, j’ai écrit un commentaire, peut-être un peu maladroitement, mais je pense que mes doutes et mes questions étaient légitimes. Je pense que nous vivons dans un monde de la pensée unique. Tous ceux et celles qui osent poser des questions sont rangés dans la case du complot, ce qui est une manière de les faire taire » (source : L’Express, 10 mars 2021).

FRANCESOIR. Invité par le média FranceSoir le 8 mars 2021 au soir, Jean-Marie Bigard s’est livré face au journaliste Richard Boutry à une série de déclarations dont celle consistant à affirmer que le virus du Covid-19 aurait été fabriqué dans un laboratoire à Wuhan (Chine), d’où il se serait échappé. La fermeture dans la soirée de la chaîne YouTube de FranceSoir a conduit Boutry à poster une nouvelle vidéo dans laquelle il dénonce un régime de censure frappant un média qui « ouvrait le débat à toutes les croyances, mouvances ou confessions » (source : Tiko Skep/Twitter, 10 mars 2021).

FRAMMERY. La complotiste genevoise Chloé Frammery a pris le train pour Paris sans porter de masque. Elle explique avoir opposé un certificat médical aux contrôleurs. « Ils m’ont donné une cabine, un wagon pour moi toute seule », raconte-t-elle fièrement. Il existe en effet une possibilité d’être exempté du port du masque sur la base d’un certificat médical mais dans des cas très spécifiques comme la greffe du visage ou la trachéotomie (source : Tristan Mendès France/Twitter, 8 mars 2021).

TRACTAGES. Interdits de Facebook, celles et ceux qui nient la réalité de la pandémie de Covid-19 en reviennent à des méthodes plus classiques comme le tractage. De telles opérations ont ainsi eu lieu en Irlande et au Royaume-Uni. La coordination se déroule sur la plateforme de messagerie cryptée Telegram qui permet à des milliers de personnes de s’organiser en groupes destinés à inonder de tracts les comtés et les grandes villes (source : Coda, 4 mars 2021).

RÉPUBLIQUE TCHÈQUE. Environ 40% des internautes tchèques croient aux théories du complot sur la pandémie de Covid-19, a révélé une enquête menée par l’agence STEM. La moitié de la population est convaincue que le virus a été fabriqué en laboratoire. 10% des sondés pensent que le véritable objectif de la vaccination est d’injecter des micropuces dans le corps humain et de contrôler l’ensemble de la société. Dans le même temps, 6% des internautes diffusent activement de la désinformation sur le coronavirus par email ou sur les réseaux sociaux (source : Euractiv, 3 mars 2021).

DÉPLATEFORMISATION. Exclure des profils complotistes des réseaux sociaux est-il efficace ? C’est à cette question que Tristan Mendès France s’est efforcé de répondre dans sa chronique du vendredi 12 mars sur France Inter. « Si la modération opérée par les grandes plateformes sociales pose évidemment de nombreuses questions, pour le moment les avantages semblent l’emporter sur les inconvénients », conclut notre collaborateur (source : France Inter, 12 mars 2021).

VACCINATION. Le site EUvsDisinfo a publié un petit guide pour faciliter la communication avec celles et ceux qui se montrent hostiles à la vaccination : rester calme, se montrer compréhensif, renvoyer à des sources fiables, encourager la pensée critique… font partie de cette utile série de conseils, développés par ce média, porté et financé par l’Union européenne pour contrer les campagnes de désinformation (source : EUvsDisinfo, 5 mars 2021).

JEUNESSE. Le magazine Géo Ado vient de faire paraître un numéro spécial consacré aux infox qui se propagent sur les réseaux sociaux et plus largement dans la société. 30 pages abondamment illustrées avec des mises au point de spécialistes, des images décodées et des explications sur le fonctionnement de notre cerveau : une lecture à placer entre toutes les mains ! La même thématique est à l’ordre du jour d’un numéro hors-série du Monde des Ados, « Infos/fake news. Comment démêler le vrai du faux ? »

THOMAS HUCHON. Tous les vendredis à 15h, sur LCI, Bénédicte Le Chatelier accueillera Thomas Huchon dans l’émission « Anti-complot, l’émission », pour décrypter les théories du complot et les fake news. Lors de la première, le journaliste a notamment évoqué la personnalité de Jean-Jacques Crèvecoeur, bien connue de nos lecteurs.

À suivre également, le blog Citizen4Science dont l’objet est de préserver l’éthique et l’intégrité de la science en mettant à la portée de chacun des mises au point relatives aux multiples dévoiements dont elle est l’objet. On lira ainsi avec bénéfice le minutieux travail d’investigation concernant le Belge Pascal Sacré et l’Irlandaise Dolores Cahill. Le premier a été vu chez FranceSoir, dans le film « Ceci n’est pas un complot » et dans le bonus de « Hold-up ». Diplômée en génétique moléculaire et en immunologie, la seconde s’est lancée dans la politique en rejoignant un petit parti eurosceptique et anti-immigration.

Au sujet de « Hold-up », on écoutera le coup de gueule de Michel Cymes, notamment à l’encontre de l’ancien ministre de la Santé Philippe Douste-Blazy, qui était apparu dans cette vidéo : « il y a un moment où on est responsable, où on est médecin, où on ne fait pas n’importe quoi » (source : Éric Dussart (RTL)/Twitter, 6 mars 2021).

DIEUDONNÉ. Lundi 15 mars, reprendra le procès de Dieudonné M’Bala M’Bala, jugé pour des injures envers une magistrate dans une vidéo publiée en avril 2020. Lors de la première audience, qui s’était tenue en novembre dernier, Dieudonné avait affirmé ne pas être l’auteur des propos, se disant victime d’un « deepfake », cette technique de trucage vidéo très sophistiquée, qui permet de remplacer un visage par un autre. Une défense inattendue qui avait conduit le procureur à balayer l’argument, soulignant que le prévenu n’avait pas déposé plainte pour usurpation d’identité, et le tribunal à repousser les débats. L’avocat de la magistrate, Me Rémi-Pierre Drai, rappelle que le casier judiciaire à rallonge de Dieudonné « démontre qu’il est un praticien de la vidéo polémique » (source : Le Figaro, 14 mars 2021).

MÉDIAS. La Fondation Descartes a mené une étude pour mieux comprendre la manière dont les Français consomment de l’information de type médiatique sur Internet. Les réponses de 2372 participants ont été analysées. Elles font notamment apparaître que les Français passent 3% de leur temps de connexion à s’informer, qu’ils « papillonnent » sur Internet, que 39% de l’échantillon a consulté une source « non fiable » au cours des 30 jours pendant lesquels s’est déroulée l’enquête… En matière de désinformation sur la santé par exemple, l’étude montre une surreprésentation des femmes, inactives, âgées de plus de 50 ans, « présentant une tendance au complotisme » (source : Fondation Descartes, 8 mars 2021).

LA FABRIQUE DU MENSONGE. Le documentaire « La fabrique du mensonge : Fake news sur ordonnance » est à voir en replay sur le site de France TV. Il fait notamment intervenir Antoine Bristiel, Sylvain Delouvée, Chine Labbé, Tristan Mendès France, Albert Moukheiber, Rudy Reichstadt ou encore Clément, du collectif « L’Extracteur », que nous avions interviewé ici.

La première partie, diffusée le 7 mars et disponible en ligne jusqu’au 6 avril, analyse le succès phénoménal rencontré par le film « Hold-up ».

La seconde partie du documentaire est consacrée à la figure controversée du youtubeur crudivoriste Thierry Casasnovas qui affirme que la peur du cancer et le recours à la chimiothérapie sont « deux choses totalement fausses [qui font] partie du marketing du cancer » (sic). Une jeune femme dénommée Constance y témoigne des graves dégâts sur sa santé physique et psychique occasionnés par sa consommation addictive de vidéos mises en ligne par Casasnovas. Le 11 mars 2021, ce dernier a publié sur Facebook une vidéo intitulée « Constance rétablit la vérité » dans laquelle il apparaît sur un canapé aux côtés de la jeune femme. Celle-ci, visiblement mal à l’aise, revient à la demande du youtubeur sur une partie des propos qu’elle avait tenus dans « La fabrique du mensonge ». Dans le commentaire accompagnant cette vidéo, Thierry Casasnovas avance en outre de manière mensongère que Rudy Reichstadt, le directeur de Conspiracy Watch, « paye Google pour mettre en avant des annonces affirmant que je suis un charlatan toxique », une rumeur qui avait déjà été avancée par le youtubeur complotiste Silvano Trotta.

Toujours le 11 mars, le site FranceSoir a publié une interview de Constance par Richard Boutry. La jeune femme y réitère à l’endroit des journalistes ayant travaillé à la réalisation de « La fabrique du mensonge » le même type de griefs qu’au micro de Casasnovas.

Toutefois, selon les informations que notre rédaction a pu réunir à ce stade, ces griefs et accusations de manipulation ne sont pas corroborés par les faits.