L’actu de la semaine décryptée par Conspiracy Watch (semaine du 22/02/2021 au 28/02/2021).

RUSSIE. D’après un rapport des services de renseignement estoniens, la Russie continue d’être la « principale menace » pour l’Union européenne dans le cyberespace, présentant des dangers de plus en plus importants en termes d’espionnage en ligne, de cyberattaques et également d’une orientation probable vers la technologie « deepfake » dans un avenir proche. L’article en rappelle la définition : « la création de médias synthétiques, généralement du matériel vidéo, en utilisant l’intelligence artificielle et des outils d’apprentissage automatique, qui permettent aux expressions faciales et à la parole d’un individu d’être trafiquées pour paraître réelles » (source : Euractiv, 18 février 2021).

FACEBOOK. Les efforts de Facebook pour contrôler la désinformation sur les vaccins ont conduit à bloquer involontairement les messages en faveur de la vaccination. Des messages d’au moins 110 groupes visant à sensibiliser le public au fonctionnement des vaccins ou les informer sur les lieux de vaccination ont été signalés et envoyés au « registre des messages politiques » de l’entreprise. C’est ce que montre un article de Politico, qui a examiné ces messages remontant au mois de septembre dernier (source : Politico, 21 février 2021). Une lecture à compléter par celle d’un article du Guardian, qui montre l’actualité de ce problème : Facebook peut attendre jusqu’à une semaine avant de débloquer certains de ces contenus alors que des pages antivaxx continuent d’y être autorisées (source : The Guardian, 19 février 2021).

GIBRALTAR. Des articles partagés plusieurs milliers de fois depuis le 24 janvier affirment qu’il existe un « lien établi » entre la hausse des morts du Covid-19 à Gibraltar ces dernières semaines et la campagne de vaccination lancée le 9 janvier dernier. En réalité, rien ne permet de faire ce lien selon les autorités de l’enclave britannique, qui affirment qu’aucune personne n’est décédée « des suites d’une réaction au vaccin ». Une forte hausse des contaminations a par ailleurs été observée entre le 15 décembre et la première semaine de janvier, avant de ralentir, selon les données officielles (source : AFP, 28 janvier 2021).

TROTTA. Le youtubeur complotiste Silvano Trotta a publié le 12 février dernier un tweet évoquant 14 morts après une première injection de vaccin à l’Ehpad Chauchard de Rodez. Cette infox a eu pour effet de créer un afflux inhabituel d’appels de personnes « agressives » (source : La Dépêche, 20 février 2021). Deux semaines plus tard, le tweet mensonger est toujours en ligne. Il a été partagé 682 fois et « liké » plus d’un millier de fois. Ce youtubeur harangue inlassablement ses followers dans une posture de défiance à l’égard de la campagne de vaccination. Avec un succès indéniable : la publication Facebook la plus populaire du week-end des 27-28 février par exemple, est la reprise d’un tweet de Trotta sur le réseau social (source : Raphaël Grably/Twitter, 28 février 2021).

NICE. Une soixantaine d’opposants au confinement partiel se sont rassemblés le mardi 23 février au matin devant la préfecture des Alpes-Maritimes à Nice. Au cri de « C’est un complot », la foule qui comptait de nombreux Gilets jaunes, a dénoncé les mesures sanitaires (source : France Bleu, 23 février 2021). Vendredi 26 février, environ 300 personnes se sont rassemblées sur la place du Palais de justice, dans le Vieux Nice, à l’appel du parti de Florian Philippot, pour protester contre la « dictature sanitaire » (source : France Bleu, 26 février 2021). Des manifestants d’ultra-droite étaient présents, appelant notamment à la libération de l’activiste antisémite et négationniste Hervé Ryssen ou vilipendant les francs-maçons.

« CECI N’EST PAS UN COMPLOT ». Le film de 70 minutes de Bernard Crutzen, « Ceci n’est pas un complot », fait sensation, surtout en Belgique francophone, et a été massivement diffusé sur les médias sociaux. Sur le site Scepticus, Brecht Decoene et Peter Zegers ont analysé la méthode du réalisateur dont la thèse centrale est que les principaux médias en Wallonie sont mensongers et commettent consciemment et constamment des erreurs. L’analyse se clôt par un verdict sans appel : « La méthode Crutzen relève du complotisme pur jus. Nul doute là-dessus, pas même pour les sceptiques de naissance que nous sommes » (source : Scepticus, 22 février 2021).

CLUBHOUSE. Le réseau social vocal Clubhouse n’est pas épargné par la promotion de discours toxiques : le journaliste de Sud Radio Éric Morillot, animateur de l’émission « Les Incorrectibles », organise une rencontre sur l’application entre Christian Perronne et Pierre Barnérias, réalisateur du film « Hold up ». Le sujet du débat ? « Complotisme ou journalisme »… (source : Tristan Mendès France/Twitter, 27 février 2021).

ABRIL. « C’est un « coronacircus ». Assez de cette farce », a déclaré l’actrice espagnole Victoria Abril au Théâtre auditorium de la ville d’Alcobendas (communauté de Madrid), où elle s’est vu remettre le prix Feroz de Honor de cette année. L’actrice a aussi expliqué que nous étions des cobayes des vaccins et que « ce n’est pas une pandémie [mais] une « plandémie » » (source : La Vanguardia, 25 février 2021).

CONFIANCE. La Fondation Jean-Jaurès est partenaire du « Baromètre de la confiance politique ». Entre pessimisme, peur des conséquences économiques de la crise et regain de confiance dans les institutions, les résultats d’une nouvelle enquête (OpinonWay) montrent l’impact majeur de la crise sanitaire sur l’attitude des Français. Plus d’un tiers d’entre eux reste convaincu que le ministère de la Santé est de mèche avec l’industrie pharmaceutique pour cacher les méfaits des vaccins. Par ailleurs, 42% pensent que la crise permet au gouvernement de surveiller les citoyens. Pour la Fondation, Antoine Bristielle livre son analyse à partir de ces données (source : Fondation Jean-Jaurès, 22 février 2021).

DESSIN. Un dessin de Xavier Gorce pour Le Point.

BLOUSES BLANCHES. Mais où sont les 30 000 médecins du collectif Coordination Santé libre ? La question agite les observateurs depuis que, fin janvier, ce groupe a présenté un traitement ambulatoire précoce contesté contre le Covid-19, souvent surnommé « protocole Wonner », en raison du soutien qu’il a reçu de la part de la députée du Bas-Rhin Martine Wonner. Ce protocole a été qualifié de « criminel » par plusieurs experts médicaux et officiellement déconseillé par la Haute Autorité de Santé (source : Le Monde, 26 février 2021).

SECTES. Des stages survivalistes aux nouvelles Églises en passant par QAnon… Une note de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) remise au gouvernement et consultée mercredi 24 février par l’Agence France-Presse (AFP) dresse un état des lieux des nouvelles tendances en matière de dérives sectaires, dont certaines prospèrent à la faveur de la crise sanitaire. Certaines personnalités proposent des soins individualisés, souvent à des « prix exorbitants (jusqu’à 100 000 euros pour un coaching individualisé) », relève la Miviludes dans sa note. Parmi ces personnalités, le Belge Jean-Jacques Crèvecœur, installé au Québec, qui utilise « la pandémie […] pour dénoncer un complot de la 5G qui serait à l’origine de l’apparition du virus » (source : Le Monde, 24 février 2021).

Directement intéressée par les dérives sectaires liées à l’adhésion aux théories du complot, l’Union nationale des associations de défense des familles et de l’individu (UNADFI) met à disposition un fonds documentaire de portée internationale, permettant d’observer, d’analyse et d’informer sur toutes les formes de radicalités et l’emprise sectaire.

LALANNE. Suite à la publication fin janvier d’une tribune de Francis Lalanne sur le site FranceSoir appelant à renverser le chef de l’État, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire le 27 janvier du chef de « provocation à la commission d’atteintes aux intérêts fondamentaux de la Nation ». Le chanteur a été entendu le 5 février dernier par les enquêteurs (source : HuffPost, 22 février 2021).

À noter au sujet de FranceSoir que Jean-Frédéric Poisson, président du parti Via (ex-Parti chrétien-démocrate, PCD, fondé par Christine Boutin), a récemment signé la pétition de soutien à ce média devenu central dans la complosphère, dénonçant les « inclinations de plus en plus totalitaires » du gouvernement (source : Conspiracy Watch/Twitter, 24 février 2021).

TAYLOR GREENE. La députée républicaine américaine proche des QAnon, Marjorie Taylor Greene, avait de proches alliés parmi les assailants du Capitole. Il en est ainsi d’Anthony Aguero, l’un de ses associés, qui a participé à l’assaut du 6 janvier 2021. « Nous étions tous là. Ce n’était pas antifa et ce n’était pas BLM. Ce sont les partisans de Trump qui l’ont fait hier. Je suis le premier à l’admettre, y étant moi-même », a déclaré Aguero dans une vidéo publiée le 7 janvier (source : CNN, 25 février 2021).

TRADUCTIONS. Sur Twitter, YouTube et maintenant Odysee, leur popularité est croissante : les traducteurs de théories du complot sont devenus les rouages incontournables de la complosphère française. Professionnels et bien organisés, ils traduisent de plus en plus de vidéos, favorisant l’importation de théories telles que QAnon en France. « Grâce à eux, des dizaines de milliers de francophones ont depuis visionné leurs vidéos, et les théories du complot autour du Covid-19, des élections américaines et des élites se sont solidement implantées en France », peut-on lire dans l’enquête qu’a menée le site Numerama. Au sujet de QAnon, on lira avec profit un article de Vox dans lequel huit experts analysent les raisons pour lesquelles, en dépit de la non réalisation de ses prophéties, la théorie a de beaux jours devant elle.

L’IMPACT DU COMPLOTISME. La chronique de Tristan Mendès France du vendredi 26 février sur France Inter était consacrée à la dangerosité potentielle des théories complotistes. En partant de l’exemple de la thèse selon laquelle les pyramides d’Égypte auraient été construites à l’aide de technologies extra-terrestres, notre collaborateur évoque la remise en cause du savoir scientifique et scolaire, et ses effets par extension : la croyance en un complot d’échelle mondiale (source : France Inter, 26 février 2021).

HAINE EN LIGNE. À télécharger et à lire, un rapport de l’Institute for Strategic Dialogue (ISD) qui analyse la prévalence de quatre discours anti-minorités en France pendant la pandémie : anti-arabe et/ou anti-maghrébin, anti-asiatique, anti-musulman et enfin anti-migrant et/ou anti-refugié. Cette étude cherche à déterminer si et comment la désinformation sur la COVID-19 a servi à véhiculer des propos haineux contre ces catégories de la population.

ANTISÉMITISME. Les théories conspirationnistes antisémites se sont multipliées sur Internet pendant la pandémie. Elles sont surtout relayées par les sceptiques du Covid-19 qui instrumentalisent aussi la Shoah. La Fédération suisse des communautés israélites (FSCI) et la Fondation contre le racisme et l’antisémitisme (GRA) ont constaté que lors de manifestations et sur Internet, ces « covido-sceptiques » ont à plusieurs reprises affiché des étoiles jaunes juives avec l’inscription « non vacciné » ou « attestation de masque ». Les deux associations demandent que l’instrumentalisation de la Shoah et sa banalisation soient combattues avec véhémence (source : La Tribune de Genève, 23 janvier 2021).

LIVERNETTE. Écrivain d’extrême droite, conspirationniste et catholique intégriste, Johan Livernette a récemment été condamné à deux ans de prison pour violences conjugales et incarcéré à la prison de Toulon. Proche de Civitas et d’Égalité & Réconciliation, cet ancien journaliste sportif est l’une des figures de la mouvance dite de la « Dissidence ».

BIAIS. Précieuse, la mise au point de la journaliste Camille Gaubert, chroniqueuse scientifique dans l’émission « C Jamy » (France TV), au sujet de l’idée reçue selon laquelle les naissances seraient plus nombreuses les jours de pleine lune. L’occasion d’une explication très claire sur le fonctionnement du « biais de confirmation » (source : Twitter/France TV, 27 février 2021).

À ÉCOUTER. La géopolitique du complotisme : c’est le thème du troisième épisode de « Complorama », le podcast bimensuel de France Info animé par Marina Cabiten, avec Rudy Reichstadt, directeur de Conspiracy Watch, et Tristan Mendès France, maître de conférence spécialiste des cultures numériques.

À LIRE. « Le complotisme fait fureur. Mais pourquoi tellement, pourquoi maintenant ? Dans le mille-feuille idéologique, il partage des éléments avec d’autres formes de pensées, de croyances ou d’expressions sociales. Reste à le reconnaître partout où il sévit, car il ne suffit pas de lutter contre ses seuls symptômes politiques… » La suite d’une réflexion de notre collaborateur Paul Memmi sur les rapports entre complotisme et art, à lire dans Le Grand Continent.

 

(Dernière mise à jour le 01/03/2021 avec des précisions sur la manifestation contre la « dictature sanitaire » organisée à Nice le 26 février.