L’actu de la semaine décryptée par Conspiracy Watch (semaine du 26/10/2020 au 01/11/2020).

ISLAMO-GAUCHISME. Dans une tribune publiée le 26 octobre dans Libération, le philosophe et historien des idées Pierre-André Taguieff est revenu sur les origines d’un concept qu’il a contribué à forger et qui désigne la collusion entre des groupes d’extrême gauche et l’islam politique. Il y pointe notamment « l’argument fallacieux, souvent repris sur les réseaux sociaux, qui consiste à rapprocher, pour la disqualifier, l’expression “islamo-gauchisme” de l’expression “judéo-bolchevisme” ». Conspiracy Watch propose la version intégrale de ce texte.

À ÉCOUTER. Le deuxième épisode du podcast des « Déconspirateurs » est en ligne ! Tristan Mendès France et Rudy Reichstadt commentent l’actualité « conspi » de la semaine écoulée : négationnisme, QAnon, « islamo-gauchisme »…

QANON. Sur Twitter, le journaliste canadien Jeff Yates a posté le 28 octobre, le premier message de « Q », trois ans jour pour jour après sa publication originelle. Un mensonge relatif à Hillary Clinton, le début d’une longue suite dont on constate, aujourd’hui, la toxicité profonde pour la démocratie, et ce bien au-delà des États-Unis.

BIGARD. Le complotisme ne se propage pas que sur des plateformes obscures, des blogs de la fachosphère ou des chaînes de propagande étrangère. Il s’exprime aussi bien souvent sur des médias généralistes professionnels. Invité le 26 septembre 2020 par BFM TV, Jean-Marie Bigard a pu déballer au sujet de l’épidémie de Covid-19 des théories qui apparaissent encore plus grotesques en pleine seconde vague. Un exemple de conspirationnisme diffusé à une heure de grande écoute, avec des conséquences concrètes sur la lutte contre la pandémie (source : Conspiracy Watch, 28 octobre 2020).

ASSELINEAU. Le président de l’Union populaire républicaine (UPR) François Asselineau suggère que le couvre-feu et le confinement ont pour but de faire exploser la dette et de ruiner la France…

Tweet de François Asselineau du 28 octobre 2020.

LIBERTÉ D’EXPRESSION. En ces temps troublés, l’accusation d’un « deux poids, deux mesures » relatif à la liberté d’expression revient régulièrement. Les défenseurs de la liberté d’expression seraient pris en défaut de partialité : ceux qui défendent le droit à la caricature refuseraient dans le même temps de se moquer de la Shoah. C’est à la critique de cette fausse analogie, non dénuée d’arrière-pensées idéologiques, que Rudy Reichstadt a consacré un thread détaillé.

« 115 000 PLACES ». Dans un tweet partagé des centaines de fois, le youtubeur complotiste Silvano Trotta compare trompeusement les 5000 places en réanimation dans les hôpitaux publics et « les 115 000 des hôpitaux et cliniques privées ». Cette incurie présumée serait la cause du reconfinement.

En réalité, la capacité hospitalière totale de la France, établissements publics et privés confondus, est aujourd’hui d’environ 6000 places de réanimation. Cette capacité pourrait être portée aux alentours de 12 000 places maximum en réaffectant à la réanimation des lits de surveillance continue et des lits de soins intensifs. L’origine de l’intox propagée par Silvano Trotta et relayée par le collectif Laissons les prescire de Violaine Guérin et Martine Wonner, provient d’un simple tweet de l’émission « Les Grandes Gueules » (RMC), évoquant à tort « 115 000 places en réanimation », ce qui est faux. Un lit de réanimation, selon le code de la santé publique, doit non seulement être équipé d’un respirateur mais aussi du personnel soignant qualifié ; lequel se compose d’un cadre infirmier et d’au moins deux infirmiers pour cinq patients et d’un aide-soignant pour quatre patients. La création de lits de réanimation suppose ainsi le recrutement de personnels supplémentaires, dont des infirmiers ayant une compétence en soins critiques qui ne s’acquiert qu’en plusieurs mois d’expérience.

ALLEMAGNE. On sait que l’Allemagne a fort à faire avec un courant complotiste hostile aux mesures barrières prises contre le Covid-19. Dans un discours au parlement, le 29 octobre, Angela Merkel a dénoncé fermement « les mensonges et la désinformation, les théories du complot et la haine » liés au coronavirus. Pointant l’irresponsabilité des discours rassuristes, la chancelière allemande a souligné que « notre rapport aux faits et à l’information affecte non seulement le débat démocratique, mais aussi des vies humaines » (source : France TV Berlin (Twitter), 29 octobre 2020).

RECONFINEMENT. À lire ou à relire, l’analyse de notre rédaction de la brochure publiée en juillet dernier par le Rassemblement national, Le livre noir du coronavirus. Une charge anti-gouvernementale flattant l’imaginaire conspirationniste (source : Conspiracy Watch, 29 juillet 2020).

ATTENTATS. Les attentats de ces dernières semaines créent une émulation chez les complotistes qui incriminent « l’État profond » ou parlent de manipulation et d’opération menée sous faux drapeau (false flag). L’expression « comme par hasard » était lisible dans de nombreux tweets établissant une causalité entre l’annonce du reconfinement par Emmanuel Macron, le 28 octobre au soir, et l’attaque de la basilique Notre-Dame de Nice, le lendemain matin. Voir à ce sujet le thread de notre rédaction.

MALAISIE. Les récents attentats islamistes de Conflans-Saint-Honorine et de Nice ont inspiré à l’ex-Premier ministre de Malaisie Mahathir Mohamad, connu pour ses déclarations antisémites et complotistes, un appel au meurtre massif de Français.

ROBERT FISK. Le journaliste britannique Robert Fisk est décédé le 1er novembre 2020 à l’âge de 74 ans. Ces dernières années, il avait accompagné la réécriture complotiste d’événements tels que les attentats du 11-Septembre ou les crimes du régime de Bachar el-Assad en Syrie. Conspiracy Watch avait pointé il y a deux ans les manquements déontologiques de cette célébrité du monde de la presse (source : Conspiracy Watch, 17 mai 2018).

SEFRIOUI. Proches de Marine Le Pen, Axel Loustau et Frédéric Chatillon ont gravité dans l’entourage de Dieudonné M’Bala M’Bala avec Abdelhakim Sefrioui, l’activiste impliqué dans la campagne ayant conduit à l’assassinat de l’enseignant d’histoire-géographie Samuel Paty. Les trois hommes apparaissent sur une vidéo du 10 janvier 2009, mise en ligne sur le compte Dailymotion du collectif Cheikh Yassine, le groupuscule de Sefrioui, récemment dissous, après une manifestation à Paris contre une opération menée par Israël dans la bande de Gaza (source : Le JDD, 1er novembre 2020).