L’actu de la semaine décryptée par Conspiracy Watch (semaine du 21/06/2021 au 27/06/2021).

DIEUDONNÉ. Dieudonné M’Bala M’Bala a été condamné en appel à trois ans d’emprisonnement, dont deux ferme, ainsi qu’à 200.000 euros d’amende, pour avoir notamment détourné plus d’un million d’euros de recettes non comptabilisées de ses spectacles, a-t-on appris vendredi de source judiciaire. La cour d’appel a confirmé mercredi le jugement qui avait été prononcé par le tribunal correctionnel en 2019, en précisant que cette peine serait aménagée – en détention à domicile avec un bracelet électronique, en placement extérieur ou semi-liberté (source : Le Point, 25 juin 2021).

Samedi 26 juin 2021, lors du « Bal des quenelles » 2021, il a remis une quenelle d’or à Rémy Daillet Wiedemann, écroué après avoir été mis en examen pour complicité d’enlèvement dans l’affaire Mia.

ALAIN SORAL. Dans une vidéo postée le mois dernier, Alain Soral soutient qu’il n’a jamais prétendu que les Juifs étaient derrière l’incendie de la cathédrale Notre-Dame. C’est pourtant ce qui ressort des propos pour lesquels il a été condamné. Conspiracy Watch revient sur le florilège de déclarations qu’il avait postées sur ce thème sur le réseau social russe VK (source : Conspiracy Watch, 25 juin 2021).

EMPOISONNEURS. Chercheuse associée au Centre d’histoire du XIXe siècle et autrice de Vitriol : Les agressions à l’acide du XIXe siècle à nos jours (Champ Vallon, 2020), l’historienne Karine Salomé a accepté de revenir pour Conspiracy Watch sur les lynchages de prétendus « empoisonneurs » par la foule parisienne lors de l’épidémie de choléra de 1832. Un épisode tragique, dont le contexte épidémique semble parfois faire écho au nôtre, à l’heure où la pandémie de Covid-19 suscite les suspicions, les accusations et les fantasmes les plus farfelus (source : Conspiracy Watch, 24 juin 2021).

RUDY GIULIANI. L’avocat personnel de Donald Trump, Rudy Giuliani, a été suspendu jusqu’à nouvel ordre du barreau de New York. La décision a été prise par la Cour suprême de l’État, en raison des « ravages » provoqués par ses mensonges sur les résultats de l’élection présidentielle de novembre 2020 (source : Huffington Post, 24 juin 2021).

À noter qu’un comité dirigé par les républicains de l’État du Michigan a publié le 23 juin un rapport démystifiant de manière catégorique les allégations de fraude électorale diffusées par les partisans de Trump dans cet État et dans celui de Géorgie (source : New York Times, 23 juin 2021).

JOHN McAFEE. Le 23 juin, John McAfee a été retrouvé mort dans sa cellule de la prison de Sant Esteve Sesrovires (près de Barcelone). Il y était incarcéré dans l’attente d’une probable extradition vers les États-Unis. Les premiers éléments de l’enquête indiquent que l’ancien homme d’affaires, âgé de 75 ans, se serait suicidé. Aventurier, criminel, trafiquant de drogue, inventeur d’une cryptomonnaie appelée « Epstein ne s’est pas suicidé » (sic), l’homme était aussi une star des réseaux sociaux. Quelques heures après sa mort, une image de la lettre Q (en référence à la théorie conspirationniste QAnon) a été publiée sur son compte Instagram, provoquant de vives réactions chez ses partisans (source : Le Monde, 24 juin 2021). À noter que le média Russia Today s’est engouffré sans attendre dans la brèche, en rapportant les interrogations de la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova – qui s’était illustrée en 2016 par des commentaires jugés antisémites –, dont cette réflexion lourde de présupposés : « Je voudrais que pour une fois, le mystère de cette mort très médiatisée soit élucidé avant les 50 prochaines années » (source : Tristan Mendès France/Twitter, 24 juin 2021).

QANON. Anthony Beckett, un Britannique adepte de la théorie QAnon, était persuadé que le gouvernement chinois s’apprêtait à enlever ses deux enfants, et que l’ancien président Donald Trump était la seule personne qui pouvait les sauver. Il a été condamné le 21 juin à dix ans de prison pour avoir tenté d’assassiner sa compagne avec un marteau, alors qu’elle prenait un bain. L’attaque s’était produite le 18 janvier, deux jours avant l’investiture de Joe Biden, jour où, pour les QAnon, l’« État profond » était censé être démasqué par Trump. Lorsque la police est arrivée et a arrêté Beckett, celui-ci a crié : « La grande réinitialisation approche. Ils viennent pour les enfants » (source : Vice, 22 juin 2021).

COMPLOTISME ÉLECTORAL. Dans cinq régions françaises au moins, des listes étaient menées par des candidats issus de la mouvance « corona-sceptique » et anti-restrictions sanitaire. Pâtissant d’une forte abstention et d’une faible médiatisation, elles ont recueilli des scores très faibles, inférieurs à 1% des voix. La candidate du collectif « Un Nôtre Monde » dans les Pays de la Loire, Linda Rigeaudau, s’est néanmoins dite « très fière des 6.000 personnes qui ont voté » pour sa liste, soulignant toutefois une défaite en partie due au budget de sa liste qui « n’a permis d’imprimer que 100.000 bulletins » (source : Le Figaro, 21 juin 2021).

CONTRÔLE DES POPULATIONS. Le succès actuel de certaines théories complotistes donne une impression de nouveauté. Elles ne font en réalité bien souvent que recycler d’anciens matériaux, inscrits dans une tradition de défiance à l’égard d’une prétendue volonté de contrôle des populations par le biais des nouvelles technologies. Le complotiste David Icke en donnait ainsi un exemple édifiant dans une vidéo datant de 2009.

À visionner également, un extrait de l’émission « Anti-complot », sur LCI, au cours duquel est évoquée l’« anthroposophie », un courant de pensée ésotérique qui voit aujourd’hui dans la vaccination une création du démon Ahriman, dont le but serait « d’affaiblir l’humain » et « d’empêcher l’expression de sa spiritualité » (source : @ChocMeta/Twitter, 21 juin 2021).

ALICE PAZALMAR. Alice est une vidéaste complotiste française qui évolue dans la mouvance dite des « êtres souverains ». Présente au récent rassemblement des covido-sceptiques à Avignon (l’« université citoyenne »), elle vient de mettre en ligne une vidéo où elle fait solennellement état de son absolue liberté, profession de foi qu’elle accompagne de la destruction par le feu de son passeport (source : Conspiracy Watch/Twitter, 25 juin 2021).

KENY ARKANA. Le lundi 21 juin, la rappeuse Keny Arkana était l’invitée d’Augustin Trapenard dans son émission « Boomerang » (France Inter). L’occasion pour la chaîne publique de célébrer « une figure majeure du rap hexagonal » sans qu’à aucun moment ne soit soulignée la tonalité très complotiste de l’oeuvre de cette artiste-militante. Dans un titre récent, Keny Arkana pourfendait ainsi les « médecins collabos arrosés par Big Pharma »

DÉSINFORMATION RUSSE. Moins de 2% : c’est le pourcentage de la population à avoir été vaccinée sur le continent africain. Des données qui inquiètent lorsqu’on sait qu’une enquête d’opinion récente montrait que 60% des personnes interrogées au Bénin, au Liberia, au Niger, au Sénégal et au Togo déclarent être hostiles à la vaccination. De septembre 2020 à mars 2021, le réseau international de lutte contre la désinformation First Draft News a tenté de mesurer la pénétration des théories du complot liées à la désinformation vaccinale en Afrique de l’Ouest. Un rapport publié il y a quelques jours par l’organisation cofondée par Eliot Higgins (du site Bellingcat), et soutenue par Google, souligne l’importance des réseaux de désinformation pro-russes dans la propagation de ces thèses (source : Conspiracy Watch, 23 juin 2021).

CROATIE. De 2011 à 2020, Wikipedia Croatie a été « prisonnier » d’un groupe d’une vingtaine d’administrateurs de l’encyclopédie. « Wikipedia Croatie avait reçu beaucoup d’attention à cause de sa tendance à promouvoir des points de vue fascistes, des biais contre les Serbes de Croatie, et une propagande anti-LGBT », a écrit la fondation Wikimedia dans un rapport publié le 21 juin 2021. Les accusations sont nombreuses, et les faits tout aussi graves et impressionnants (source : Numerama, 23 juin 2021).

IRAN. Les autorités américaines ont désactivé une série de sites web d’information liés à l’État iranien, accusés de désinformation. Cette décision s’inscrit dans une opération de répression de grande envergure contre les médias iraniens dans un contexte de tensions accrues entre les deux pays. D’après le ministère américain de la Justice, 33 sites étaient utilisés par l’Union islamique de la radio et de la télévision iranienne pour désinformer et semer la discorde parmi les électeurs américains avant la présidentielle de 2020. Parmi les sites bloqués, Press TV, « l’un des principaux diffuseurs mondiaux d’antisémitisme et de complotisme » d’après l’Anti-Defamation League (source : Associated Press, 23 juin 2021).

MYANMAR. Facebook fait la promotion de contenus qui incitent à la violence contre les manifestants du coup d’État au Myanmar et amplifie la désinformation de la junte, malgré la promesse de réprimer l’utilisation abusive de sa plate-forme. C’est ce que révèle une étude de l’ONG Global Witness, qui pointe des menaces de mort, la glorification de la violence militaire et la désinformation, telles que les allégations erronées selon lesquelles Daech serait présent au Myanmar et que l’armée aurait pris le pouvoir en raison d’une « fraude électorale » (source : The Guardian, 23 juin 2021).

PLATEFORMES ET COMPLOTISME. Les attentats du 11 septembre sont à ce jour l’évènement qui a généré le plus de productions complotistes en ligne, des productions propulsées par l’essor concomitant d’Internet. Depuis, les théories du complot s’invitent sur les grandes plateformes généralistes telles YouTube ou Facebook, mais elles font aussi naître des sites « spécialisés » dans la désinformation. « Les plateformes, pilier du complotisme », c’est le 11e épisode de Complorama, avec Rudy Reichstadt, directeur de Conspiracy Watch, et Tristan Mendès France, maître de conférence et membre de l’Observatoire du conspirationnisme, spécialiste des cultures numériques. Un podcast à retrouver sur le site de franceinfo, l’application Radio France et plusieurs autres plateformes comme Apple podcastsPodcast AddictSpotify, ou Deezer.