L’actu de la semaine décryptée par Conspiracy Watch (semaine du 12/04/2021 au 18/04/2021).

ROYAUME-UNI. Éditorialiste au Times, David Aaronovitch est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Voodoo Histories, un essai de référence paru en 2009 sur la diffusion des théories du complot. Dans un entretien avec notre rédaction, il revient sur le rapport de la société britannique au complotisme. « À cause de la pandémie, explique-t-il notamment, les gens se sont retrouvés confinés et repliés sur eux-mêmes, donc bien plus exposés à ces théories conspirationnistes en ligne. Donc je ne dirais pas forcément qu’il y a plus de ces théories qui circulent, ni nécessairement que plus de gens y croient – bien que ce soit l’impression qui se dégage –, mais je pense que leur niveau d’intensité a par contre terriblement augmenté » (source : Conspiracy Watch, 13 avril 2021).

ENLÈVEMENT DE MIA. « Nouvel Ordre Mondial », création du Covid-19, 5G… Plusieurs médias ont analysé le compte Facebook de la mère de Mia, 8 ans, qui a commandité l’enlèvement de sa propre fille, finalement retrouvée dimanche 18 avril dans un squat à Sainte-Croix, en Suisse.

Lorraine Actu et Libération dressent le portrait de cette jeune femme de 28 ans, Lola Montemaggi, obsédée par un « complot pédocriminel satanique » et marquée par son engagement dans le mouvement des Gilets jaunes (source : Lorraine Actu, 15 avril 2021 ; Libération, 16 avril 2021). Quant au Parisien, il a révélé le profil inquiétant des ravisseurs, survivalistes proches de l’ultradroite. Laurent Nuñez, ancien secrétaire d’État à l’Intérieur et ex-patron de la DGSI, alerte sur l’émergence en France de groupes conspirationnistes marqués par la volonté de recourir à la violence (source : Le Parisien, 16 avril 2021). Selon Marlène Schiappa, ministre déléguée à la Citoyenneté, l’enlèvement de Mia « met en lumière aussi la question des dérives sectaires et du complotisme » (source : France Info, 18 avril 2021). Pour notre collaborateur Tristan Mendès France, cette affaire s’inscrit dans une série de passages à l’acte qui illustrent les dangers du complotisme et de sa démocratisation (source : 20Minutes.fr, 17 avril 2021).

COMPLOTISME ET TERRORISME. La chronique de Tristan Mendès France du vendredi 16 avril sur France Inter était consacrée aux liens existant entre complotisme et terrorisme. Si « tous les complotistes ne sont évidemment pas des terroristes en puissance […], il y a très peu de terroristes qui ne sont pas déjà des complotistes » explique-t-il, montrant par ailleurs que le terrorisme génère pour sa part du complotisme. « Depuis 2001, on assiste quasi systématiquement après chaque attentat à une profusion de théories complotistes. Parfois même pendant la séquence du déroulement de l’attentat. […] Et c’est un phénomène qui s’est accentué ces dernières années, notamment à cause de l’émergence des réseaux sociaux » (source : France Inter, 16 avril 2021).

RECHERCHE. Dans la lutte contre la désinformation sur les réseaux sociaux, le raisonnement analytique a son importance. Une récente étude publiée dans la revue Judgment and Decision Making suggère que les individus plus analytiques ou réfléchis parviennent à se protéger de la désinformation. Pour mieux comprendre ces résultats et leur portée, Futura-Sciences a interrogé Cédric Batailler, doctorant en psychologie sociale à l’université de Grenoble au Laboratoire interuniversitaire de psychologie, qui travaille sur ces questions (source : Futura-Sciences, 13 avril 2021).

SYRIE. L’armée de l’air syrienne a utilisé des armes chimiques au chlore le 4 février 2018, lors d’une attaque dans la ville de Saraqeb (à 50 kilomètres du sud d’Alep), a établi lundi 12 avril l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) après une enquête (source : Libération, 12 avril 2021). Une information qui vient étayer les accusations similaires portées contre le régime syrien s’agissant des bombardements de la Ghouta (2013), de Khan Cheikhoun (2017) et de Douma (2018).

FRANCESOIR. Devenu une caisse de résonance de la complosphère, FranceSoir s’est récemment vu renouveler sa qualité de « service de presse en ligne » par la Commission paritaire des publications et agences de presse (CPPAP), un agrément qui conditionne l’octroi d’aides. Au sujet de cette procédure, que la ministre de la Culture entend réviser, on écoutera la chronique de Sonia Devillers du 12 avril, sur France Inter.

MARTINE WONNER. « On sait que le seul vaccin qui fonctionne c’est celui des Chinois […] pas cette espèce de cochonnerie génétiquement modifiée ». C’est en ces mots que la députée Martine Wonner a interpellé la foule, à Quimperlé (Finistère), dans le cadre d’une manifestation organisée par l’association de Carlo Alberto Brusa, « Réaction19 » (source : Raphaël Grably/Twitter, 11 avril 2021).

Des propos qui visent ouvertement les vaccins à ARN messager développés par les laboratoires Pfizer-BioNTech et Moderna. Le même jour toutefois, Le Monde rapportait que la Chine elle-même émettait des doutes sur l’efficacité de ses propres vaccins.

Quelques jours plus tard, dans un live Facebook, Martine Wonner a appelé à s’opposer aux tests Covid : « Pour une maladie qui ne tue pas ou si peu ou que les personnes très âgées, il faut arrêter d’imposer ça parce que c’est une véritable dictature » (source : Raphaël Grably/Twitter, 17 avril 2021). Rappelons que la barre des 100 000 morts du Covid-19 a été franchie en France au cours de la semaine écoulée, alors que le chiffre de 3 millions de victimes a été atteint à l’échelle mondiale. Le même jour, à Metz, Martine Wonner a animé un rassemblement co-organisé notamment par les associations REINFO COVID, Bon Sens et Réaction19, et marqué par plusieurs propos à caractère complotiste.

CARLO ALBERTO BRUSA. Le média Fact & Furious s’est lancé dans une enquête au sujet des déclarations de Carlo Alberto Brusa, avocat à la cour de Paris, conseil de Martine Wonner et fondateur de l’association « Réaction 19 », qui compte aujourd’hui plus de 61 000 membres. Des semaines d’analyses de déclarations de l’avocat résumées dans un article et une vidéo.

LE DESSIN DE LA SEMAINE. Mercredi 14 avril, la Cour de cassation a confirmé la décision de la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris qui déclarait le meurtrier de Sarah Halimi « irresponsable pénalement », privant définitivement les parties civiles et la société française de procès dans cette affaire de crime antisémite. Morgan Navarro a imaginé la dissonnance cognitive que cette nouvelle pouvait provoquer chez des complotistes persuadés que la justice est entachée d’un biais en faveur des juifs.

FOURTILLAN. Le professeur Jean-Bernard Fourtillan, l’un des principaux protagonistes du documentaire complotiste Hold-Up, dans lequel il accusait l’Institut Pasteur d’avoir fabriqué le virus du Covid-19, a été interpellé jeudi 15 avril dans le Cantal pour non-respect de son contrôle judiciaire dans le cadre de sa mise en examen pour des essais thérapeutiques illégaux. Ses soutiens sur Internet se sont empressés de crier à la « tyrannie » (source : La Montagne, 16 avril 2021).

PHILIPPE DE VILLIERS. En quelques jours, Philippe de Villiers a été invité pour la sortie de son dernier livre sur les plateaux d’Europe 1, BFM TV et de Sud Radio et l’hebdomadaire Valeurs actuelles l’a placé en couverture de son dernier numéro, relayant son appel « à l’insurrection ». Pour le politologue Haoues Seniguer, ceux qui offrent une tribune au discours conspirationniste de l’ancien président du Mouvement pour la France portent une lourde responsabilité devant la collectivité (source : Conspiracy Watch, 18 avril 2021). Dans un thread, le journaliste Matthieu Guyot revient sur les thèmes complotistes développés par de Villiers, parmi lesquels ceux du « Great Reset » et du « Grand Remplacement »…

CASASNOVAS. Malgré plus de 500 signalements à la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires pour son influence néfaste sur la santé de personnes fragiles, Thierry Casasnovas ne faiblit pas dans son activisme anti-médecine fondé sur le partage, sur Internet, de vérités alternatives sur la santé et l’alimentation. Pourquoi ce succès et cette crédibilité ? Le média « La tronche en biais » a réalisé un live avec trois membres de L’Extracteur, un collectif qui a enquêté sur les discours de Casanovas pendant des mois et a révélé ses incohérences, ses mensonges, son réseau… et son business (source : YouTube, 14 avril 2021).

SYNDROME DE GALILÉE. Le négationniste allemand Germar Rudolf semble se prendre pour la réincarnation de… Galilée. C’est ce que révèle l’historienne Stéphanie Share, spécialiste du négationnisme (source : Stéphanie Share/Twitter, 13 avril 2021).

PODCAST. À écouter, le troisième podcast de #ConversationsNumeriques dans lequel Cédric O, Secrétaire d’État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques, reçoit le sociologue Gérald Bronner, avec pour thème « Internet menace-t-il la démocratie ?».

FACEBOOK. La plateforme prétend être résolument engagée contre la désinformation. Une enquête du Guardian montre au contraire comment le média social a permis à des dirigeants politiques de tromper l’opinion et de harceler leurs opposants. Le quotidien britannique a accédé à des documents internes et au témoignage d’une ex-employée de Facebook, Sophie Zhang, mettant en valeur 30 cas de manipulation dans 25 pays, et les réactions inexistantes ou indulgentes du média. « Supposons que la peine, lorsque vous avez réussi à cambrioler une banque, soit la confiscation de vos armes de braquage et qu’il y ait un avis public dans un journal qui dit : « Nous avons surpris cette personne en train de cambrioler une banque. Elle ne devrait pas faire ça » », explique Zhang. Telle est selon elle la situation sur Facebook, qui explique le comportement de certains chefs d’État (source : The Guardian, 12 avril 2021).

ALLEMAGNE. Querdenken, un mouvement allemand anti-confinement et anti-vaccin lié à l’extrême droite, a recruté des centaines d’enfants dans un groupe privé en ligne : virus inexistant, masques mortels, vaccins modifiant l’ADN… La BBC a enquêté sur l’activité du groupe, sur l’application de messagerie instantanée Telegram, et sur le rôle particulier, dans cette entreprise, de Samuel Eckert, l’une des personnalités les plus populaires de Querdenken (source : BBC, 13 avril 2021).

ALEX JONES. Le théoricien du complot d’extrême droite et chef de la chaîne InfoWars poursuit ses activités virales sur TikTok, en dépit d’une interdiction théorique de ses contenus sur la plateforme. Récemment, une vidéo dans laquelle Jones prétend à tort qu’il existe une installation de contrebande d’enfants à la frontière sud du Texas a recueilli 6,1 millions de vues. Ce n’est toutefois que la pointe émergée de l’iceberg… (source : Mediamatters, 13 avril 2021).

DÉSINFOX. « Les jeunes inondés de fausses informations ». C’est le constat sur lequel alerte la chaîne France Info, qui met en lumière, dans un article, le travail de diverses associations, produisant des ressources et des contre-discours à leur intention. Lauréat du prix Albert Londres en 2020, Sylvian Louvet a par exemple créé l’association « Fake off » après les attentats de 2015. Son diagnostic est inquiétant : « Ils ne savent pas faire la différence entre un fait et une opinion ou entre un YouTubeur et un média qui vérifie ces informations. C’est de là que vient tout le problème » (source : France Info, 14 avril 2021).

TÉMOIGNAGES. « Pourrions-nous tous devenir complotistes ? » : c’est la question posée par Flavie Flament sur RTL à Sébastien Bohler, rédacteur en chef de Cerveau & Psycho, Sylvain Cavalier, animateur de la chaîne anti-complotiste Debunker des étoiles, et Rudy Reichstadt (Conspiracy Watch) dans son émission « On est fait pour s’entendre ». Stéphane, qui animait jusqu’à récemment le compte Twitter complotiste @Stalec_, témoigne également de son parcours (source : RTL, 16 avril 2021).