Jean-Bernard Fourtillan (crédits : France 3, 2 décembre 2019).

Jean-Bernard Fourtillan (1943 – ) est un militant anti-vaccination français, proche du Pr Henri Joyeux et adepte de plusieurs théories du complot autour notamment de l’origine de la Covid-19 et des vaccins.

Pharmacien de formation et professeur agrégé de chimie thérapeutique, Jean-Bernard Fourtillan est à la retraite depuis 2008. Il n’est plus inscrit à la liste des pharmaciens de l’Ordre des pharmaciens.

Le Pr Fourtillan a fondé et préside un fonds de dotation appelé officiellement « Soeur Josefa Menéndez », et communément appelé « fonds Josefa » (fonds-josefa.org). Cette structure aurait mobilisé 15 millions d’euros pour réaliser des recherches sur des maladies neurologiques en administrant aux sujets des molécules de valentonine, proches de la mélatonine, sous forme de patch. Fourtillan aurait eu une révélation divine qui lui aurait confirmé que la valentonine pouvait guérir les maladies neurodégénératives et les insomnies.

Le 13 novembre 2019, après que l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a interdit un essai clinique sauvage mené illégalement par le Pr Fourtillan sur au moins 350 malades de Parkinson ou d’Alzheimer qui se déroulait en partie à l’abbaye-Ste-Croix de St-Benoît (Vienne), le pharmacologue poitevin a été placé en garde à vue et entendu par les enquêteurs de l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique, à l’instar de quatre autres membres du fonds Josefa. Selon l’ANSM, les expérimentations du Pr Fourtillan sont « une atteinte grave au code de la santé publique et au code pénal. »

Quelques jours plus tard, le Pr Fourtillan, son épouse et quelques sympathisants ont manifesté devant le Ministère des Solidarité et de la Santé à Paris pour dénoncer l’extension à 11 vaccins de l’obligation vaccinale pour les enfants de 0 à 2 ans, assimilée à un « crime contre l’humanité ».

Le 8 janvier 2020, le Pr Fourtillan a été interviewé sur la radio de TV Libertés, dans le « Journal de la Réplique », par Didier Rochard. Il y a expliqué que l’aluminium présent dans les vaccins rendus obligatoires par la loi du 30 décembre 2017 était toxique pour la santé, opinion très répandue dans la société française mais que ne partage pas l’ANSM comme le rappelle son communiqué du 22 septembre 2017.

A partir du 11 mai 2020, une note de 5 pages a commencé à circuler par e-mail et sur les réseaux sociaux affirmant que les gouvernements du monde entier auraient l’intention d’utiliser la pandémie de coronavirus comme prétexte pour imposer une vaccination obligatoire massive à la population. Le document, qui reprend l’essentiel d’un message viral circulant depuis au moins le 7 mai, est censé émaner du Pr Fourtillan. Ce dernier, contacté par Capital, a nié être l’auteur de cette note mais confirme l’avoir reçue d’un proche avant de la transférer, à son tour, à des amis et soutient que, selon lui, son contenu correspond à la réalité : « L’objectif de cette fausse pandémie est de vacciner la population mondiale avec un vaccin contre le Covid-19 extrêmement dangereux, qui est le fruit d’une manipulation génétique du Sars-CoV-2 ».

Le nom de Jean-Bernard Fourtillan est mentionné sur la page d’accueil du site conspirationniste Verite-covid19.fr et est également crédité, à côté de celui de Christian Tal Schaller, dans une vidéo complotiste de Frédéric Chaumont.

Le Pr Fourtillan est l’un des intervenants du film conspirationniste « Hold-up ». Il s’y livre à des accusations graves contre l’Institut Pasteur qu’il accuse d’avoir fabriqué le virus de la Covid-19.

Le 7 décembre 2020, Jean-Bernard Fourtillan a été arrêté. Il faisait l’objet depuis plusieurs jours d’un mandat d’amener, délivré par un juge d’instruction parisien, pour exercice illégal de la profession de médecin ou de pharmacien. Il a été placé en détention provisoire à la maison d’arrêt de Nîmes puis interné en hôpital psychiatrique le 10 décembre par décision du préfet du Gard, suivant les recommandations du médecin qui l’avait examiné. Son internement dans une unité fermée psychiatrique à Uzès a pris fin le 17 décembre suivant après intervention du juge des juge des libertés et de la détention.

Dans une vidéo publiée le 11 décembre, émanant de la chaîne YouTube « Vivre sur le Fil » et intitulée « Un participant d’Hold-Up interné de force », l’internement de Fourtillan est présenté comme un « plan diabolique » (à noter qu’à cette date, Jean-Bernard Fourtillan n’aurait pas contesté son internement selon Eric Maurel, le procureur de Nîmes). Cette vidéo, très relayée dans la complosphère, l’a notamment été par le Gilet jaune Eric Drouet. Christophe Cossé et Pierre Barnérias, respectivement producteur et réalisateur du film conspirationniste « Hold-up », ont apporté leur soutien à Fourtillan, à l’instar de leur avocat Me Carlo Alberto Brusa, des vidéastes Silvano Trotta et Richard Boutry, et du site de Xavier Azalbert, FranceSoir.

Le 24 décembre 2020, Fourtillan a accordé une interview à Richard Boutry pour le compte de FranceSoir. Il y a réitéré ses accusations à l’encontre de l’Institut Pasteur.

Le 15 avril 2021, Jean-Bernard Fourtillan a été interpellé puis incarcéré dans le cadre des poursuites dont il est l’objet du fait des essais thérapeutiques illégaux qu’il a menés en 2019. Libéré en juillet 2021 et placé sous surveillance électronique, il accorde une interview à Richard Boutry dans laquelle il s’empresse de fustiger les Rothschild…

 

IL A DIT :

« Quand… au mois de mars, quand ils ont trouvé le premier brevet, il m’a fallu quinze jours pour comprendre la suite. Ils ont pris le virus responsable de l’épidémie de SRAS, en Asie, Sars-CoV qui n’a fait que 714 morts hein, c’est vous dire donc la non-dangerosité de ce coronavirus, et ils ont inséré la séquence d’ADN de la malaria et puis ils ont inséré donc 157 fragments, segments d’ADN et de protéines, voilà, et ce qui a donné Sars-Cov-1. […] Ensuite, en 2011, ils sont passés… ils ont pris un brevet, que vous allez voir, et de Sars-CoV-1 ils sont passés à Sars-CoV-2, c’est exactement la même chose. Voilà le brevet. Il n y a pas eu de manipulation parce que c’est la même chose : c’est une continuation du brevet de 2003. Il y a quelques jours, on a découvert qu’on avait pris un brevet sur les tests Covid-19, les tests pour détecter la maladie du Covid-19, le 13 octobre 2015. Donc ils connaissaient le virus, puisqu’ils connaissaient la maladie. […] Finalement, il est pas dangereux ce virus. Il est un peu plus dangereux que le coronavirus naturel, puisqu’on a foutu des saloperies, mais c’est pas dangereux. Ce qui est très dangereux c’est le vaccin qui va en sortir. […] Tout a été fabriqué par l’Institut Pasteur. »
Source : « Hold-up », de Pierre Barnérias (novembre 2020).

« Quand ils découvriront le système Veille-Sommeil, tel qu’il m’a été « dévoilé », les scientifiques du monde entier voudront bien reconnaître l’Œuvre de Dieu. […] C’est donc dans un souci de guérir les malades que m’a été dévoilée, au mois d’avril 1994, l’hormone du sommeil, clé de la découverte du système Veille-Sommeil. Sa structure chimique que j’ai dénommée Valentonine, m’est apparue en quelques secondes, alors que je me trouvai dans des circonstances exceptionnelles. J’étais sans doute la bonne personne au bon moment (« the right man at the right place », selon la formule consacrée), dans ma petitesse d’homme de foi aimant et écoutant Dieu, fort de mes connaissances dans des domaines aussi variés que la chimie, les sciences pharmaceutiques et médicales. […] En 2013, des amies religieuses du Sacré-Cœur de Jésus m’ont fait connaître et aimer sœur Josefa Menéndez. En juillet 2014, au cours d’un voyage au Brésil, j’ai senti qu’un message d’amour et de miséricorde m’était adressé par sœur Josefa, la messagère du Seigneur, et j’ai compris que le système Veille-Sommeil m’avait été révélé pour soigner les nombreux malades souffrant de dysfonctionnements de ce système. De plus en plus convaincu de l’origine de cette découverte, et que sa révélation signe la miséricorde de Dieu, j’ai décidé, après 7 années d’interruption, de reprendre son développement, afin de soigner les malades. »
Source : fonds-josefa.org (site consulté le 27 décembre 2020)

 

(Dernière mise à jour le 22/07/2021)