Des gros titres aux petites infos passées inaperçues : ce qu’il fallait retenir de l’actualité des derniers jours en matière de conspirationnisme et de négationnisme (semaine du 29/07/2019 au 04/08/2019).

ROBERT MUELLER. Le 24 juillet 2019, le procureur spécial Robert Mueller, chargé d’enquêter sur l’ingérence de la Russie dans l’élection présidentielle américaine de 2016, était auditionné pour la première fois par la Chambre des représentants. Le magistrat, et ancien directeur du FBI, a confirmé ses accusations s’agissant de la Russie. Contrairement à ce qu’a indiqué Donald Trump quelques heures plus tôt sur Twitter (« pas de collusion, pas d’obstruction »), Mueller a répondu par la négative à la question du démocrate Jerry Nadler : « Est-ce que vous avez exonéré le président ? ». Le procureur spécial s’en est tenu aux conclusions de son rapport, rendu en avril dernier. Un rapport qui, s’il n’exonère pas le président, évite cependant de se prononcer sur sa culpabilité en matière d’obstruction à la justice, laissant cette tâche au Congrès. Mueller s’est en effet retranché derrière un avis de 1973 émanant du Bureau des affaires juridiques du département de la justice, l’Office of Legal Counsel, qui empêche l’inculpation d’un président en exercice, avant d’expliquer dans un second temps que son enquête n’avait pas permis de « déterminer » la culpabilité du président concernant la question de l’entrave à la justice (source : Conspiracy Watch, 1er août 2019).

STEVE MAIA CANIÇO. Le repêchage du corps de Steve Maia Caniço à Nantes le 29 juillet a donné lieu, sur les réseaux sociaux, à de nombreux commentaires complotistes, partagés parfois plusieurs centaines de fois et suggérant une manipulation du Gouvernement. Selon certains, c’est délibérément que le corps du jeune homme aurait été retrouvé après cinq semaines de recherches afin d’éviter une autopsie qui pourrait révéler qu’il a été violenté par les forces de l’ordre.

Pourtant, comme l’explique Francetvinfo.fr, des précédents existent, avec des corps de disparus retrouvés cinq mois plus tard, ou bien beaucoup plus loin du lieu où ils étaient tombés (source : Francetvinfo.fr. 30 juillet 2019). Le fait que le corps de Steve ait été retrouvé à près de deux kilomètres en amont du lieu présumé de sa disparition dans la nuit du 21 au 22 juin dernier trouve également une explication rationnelle en raison des effets des marées et de la Loire, comme l’a indiqué l’avocate de la famille de Steve Maia Caniço (source : Francetvinfo.fr. 2 août 2019).

LINKY. Le Tribunal de grande instance de Tours a justifié, mardi 30 juillet 2019, le retrait du compteur Linky chez plusieurs particuliers pour « raisons médicales ». Une décision notamment basée sur les certificats médicaux du professeur Dominique Belpomme, un médecin controversé pour sa tendance à poser des diagnostics de « syndrome d’intolérance aux champs électromagnétiques » qui ne s’appuient sur aucune publication scientifique (source : Capital.fr, 31 juillet 2019). En décembre 2017, l’Anses publiait un rapport d’expertise collective indiquant que « dans l’état actuel des connaissances scientifiques, la perception directe des ondes électromagnétiques par l’être humain n’a pas été démontrée » (p. 126/359).

PIERRE PÉAN. Décédé le 25 juillet dernier, le journaliste Pierre Péan ne se comporta pas toujours de manière exemplaire. L’honnêteté élémentaire impose de le reconnaître (source : Conspiracy Watch, 29 juillet 2019).

FAUSSE CITATION. Une citation attribuée au milliardaire américain George Soros à propos des migrants est apparue sur Twitter puis a été reprise sur un blog visité des dizaines de milliers de fois par mois. Cette phrase apocryphe est réapparue en commentaire d’un tweet de la députée européenne LR Nadine Morano au cours des derniers jours. Conspiracy Watch décrypte l’origine de ce faux (source : Conspiracy Watch, 2 août 2019).

IRAN. Apparu en 2014, le mouvement #WhiteWednesdays (#MercredisBlancs) entend protester contre l’obligation faite aux femmes iraniennes de se couvrir les cheveux. Pour s’être prises en photo dans la rue les cheveux découverts, des dizaines de femmes iraniennes ont été arrêtées et emprisonnées depuis le début du mouvement. Lors d’un rassemblement le 11 juillet 2019, #WhiteWednesdays a été assimilé par des pro-régime à un « plan de l’ennemi », comme en témoigne cette pancarte (source : Francetvinfo.fr, 17 juillet 2019).

Pancarte brandie le 11 juillet 2019 lors d’un rassemblement de soutien à l’obligation pour les femmes de porter le voile. On y lit que laisser aux femmes le choix de porter ou non le voile est un « plan de l’ennemi » (images : France 2).

NÉGATIONNISME. Le 18 juillet dernier, le célèbre théoricien du complot Thierry Meyssan, directeur du Réseau Voltaire (Voltairenet.org), appelait ses lecteurs à le soutenir financièrement via une cagnotte Le Pot commun. Ne parvenant pas à se financer via cette plateforme, Thierry Meyssan a demandé à ses lecteurs vendredi 2 août de virer de l’argent à son représentant en France, Alain Benajam. Le même qui, en juin dernier, prétendait qu’il n’existe aucune preuve de l’existence des chambres à gaz