Des gros titres aux petites infos passées inaperçues : ce qu’il fallait retenir de l’actualité des derniers jours en matière de conspirationnisme et de négationnisme (semaine du 23/03/2020 au 29/03/2020).

CARTOGRAPHIE. Depuis le début de l’année, les théories du complot, les rumeurs et les fake news sur le Covid-19 se sont propagées aussi vite que le virus. Au moyen d’une Google Map, Conspiracy Watch s’est attaché à cartographier le plus précisément possible les déclarations, commentaires, spéculations diverses à caractère complotiste qui se sont manifestées depuis le début de la pandémie de coronavirus. Cette carte continuera à être enrichie régulièrement pendant tout le temps que durera l’épidémie (source : Conspiracy Watch, 23 mars 2020). Voir ce qu’en dit l’article du magazine Challenges. Interrogé par Le Parisien au sujet de cette « infodémie » dont a parlé le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, Rudy Reichstadt, directeur de Conspiracy Watch, livre l’analyse suivante : « Il n’y a rien de surprenant à ce qu’un nouveau virus, inconnu jusqu’alors, donne lieu à l’émergence de théories du complot. […] En ce qui concerne le Covid-19, la circulation de ces rumeurs complotistes est probablement accélérée par le fait que les gens sont confinés chez eux, donc beaucoup plus “connectés” » (source : Le Parisien, 27 mars 2020).

CONFINEMENT. Dans Le Point, Géraldine Woessner dresse également un panorama de ces « remèdes miracles, théories conspirationnistes et récupérations politiques [qui] explosent sur la Toile depuis que la population est confinée ». Avec, parfois, des conséquences graves… (source : Le Point, 27 mars 2020).

INFOX. Les attaques contre le gouvernement sont légion, portées notamment par des comptes anonymes sur les réseaux sociaux. On a ainsi vu circuler un photomontage détournant la phrase lancée par Emmanuel Macron le 17 mars, « Nous sommes en guerre », pour dénoncer le manque de moyens accordés aux soignants. À en croire ce message, le constat est flagrant : on accorderait en France 46,1 milliards d’euros par an pour « tuer des vies » contre seulement 1,1 milliard d’euros pour « sauver des vies ». Les Décodeurs se sont penchés sur cette infox relayée par des milliers d’internautes dans différents groupes Facebook (source : Les Décodeurs, 26 mars 2020).

BIÉLORUSSIE. « Le coronavirus est-elle une infection créée par l’Homme ? Ou bien est-elle tombée du ciel ? Qui en avait besoin ? […] Ont-ils essayé d’utiliser pour leurs propres fins et intérêts cette maladie virale ? » C’est le genre de questions suspicieuses et empreintes de conspirationnisme qu’a de son côté posé le président de la Biélorussie, Alexandre Lukachenko, mettant lourdement en cause son homologue français Emmanuel Macron (source : Twitter, 27 mars 2020).

VENEZUELA. Les mesures de confinement décrétées au Venezuela risquent d’être insuffisantes étant donné le système de santé moribond et le manque de transparence qui caractérise la gestion chaviste. Le pays est au bord d’un indescriptible désastre sanitaire. Mais le ministre de la Communication, Jorge Rodriguez, dénonce un complot des États-Unis et de la Colombie visant à générer le chaos dans son pays… (source : Le Point, 27 mars 2020).

DIEUDONNÉ. Dans sa dernière vidéo, Dieudonné M’Bala M’Bala propose la vente de masques de protection contre le Covid-19 via une énigmatique entreprise « chinoise ». Stop Hate Money, le projet visant à assécher le financement de la haine en ligne, porté par l’Observatoire du conspirationnisme, a mené une enquête dont il rend compte dans un thread édifiant.

SONDAGE. Une enquête d’opinion exclusive réalisée par l’Ifop pour la Fondation Jean-Jaurès et Conspiracy Watch, révèle que 26% des Français pensent que le Covid-19 est provoqué par un virus fabriqué en laboratoire, soit intentionnellement (17%), soit accidentellement (9%). Les sympathisants d’extrême droite sont de loin les plus perméables à cette théorie du complot : 40 % des sympathisants du Rassemblement national (RN) souscrivent à la thèse selon laquelle le Covid-19 a été intentionnellement fabriqué en laboratoire, soit 23 points au-dessus de la moyenne de l’échantillon (17 %). Au total, si l’on ajoute à ces 40 % les 15 % de sympathisants RN qui considèrent que le coronavirus a été fabriqué de manière accidentelle en laboratoire, une majorité des sympathisants RN considèrent donc que le coronavirus a été fabriqué en laboratoire (source : Conspiracy Watch, 28 mars 2020). On lira sur ce sujet la synthèse que propose Le Monde de cette étude. Rudy Reichstadt y rappelle que « les gens sont majoritairement rationnels » face aux théories conspirationnistes. Mais l’état d’urgence sanitaire révèle, comme d’autres crises, une tendance au conspirationnisme à ne pas sous-estimer dans la société française : « Il existera toujours une minorité complotiste irréductible, l’important c’est qu’elle ne prenne pas trop d’importance, de pouvoir l’endiguer. Là, la crainte c’est qu’on a l’impression qu’ils débordent de leur lit » (source : Le Monde, 28 mars 2020). À lire aussi, l’analyse paru sur le site de France Info , l’interview croisée de Jérôme Fourquet et de Rudy Reichstadt dans Libération, et l’intégralité de leur note pour la Fondation Jean-Jaurès.

CHLOROQUINE. Un article du Monde explique comment le professeur Didier Raoult est devenu une figure centrale des théories complotistes (source : Le Monde, 28 mars 2020). On lira sur ce même sujet l’analyse de Libération. Le dimanche 22 mars, un post complotiste viral est apparu sur Facebook. Il a été partagé plusieurs milliers de fois les jours suivants. Intitulé « Coronavirus – Pour qui travaille vraiment le gouvernement Macron ? », il décrit un complot de l’Inserm et de son ex-pdg, Yves Lévy, contre l’utilisation de la chloroquine, qui ne serait pas assez « coûteuse ». Conspiracy Watch a été le premier média à déconstruire ce message dans un thread :

Quant à la mise au point de Checknews, elle précise que « comme souvent, il s’agit d’un mélange d’informations vraies, tronquées ou déformées [qui] est fait pour donner une impression de “scandale” » alors qu’« il s’agit en réalité d’une accumulation de faits qui n’ont pas forcément de liens entre eux » (source : CheckNews, 25 mars 2020). La même suspicion a été entretenue par Gilbert Collard dans sa vidéo la plus vue depuis la création de son compte YouTube, il y a huit ans. L’eurodéputé d’extrême droite a repris à son compte des accusations circulant depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux et faisant d’Yves Lévy et d’Agnès Buzyn les principaux acteurs d’un véritable complot qui aurait consisté à écarter sciemment un traitement efficace et peu coûteux contre le Covid-19 (source : Conspiracy Watch, 26 mars 2020).

ANTISÉMITISME. À partir du 23 mars a commencé à circuler sur Twitter une publication d’une teneur antisémite virulente, réactualisant littéralement le mythe médiéval du juif empoisonneur. En quelques heures, elle a été « likée » plus de 1300 fois et retweetée près de 700 fois. La publication provient d’un compte anonyme d’extrême droite qui accuse l’ex-ministre de la Santé Agnès Buzyn, son époux Yves Lévy (ex-PDG de l’Inserm) et Jérôme Salomon, actuel Directeur général de la Santé. Conspiracy Watch en dit plus dans un thread à ce sujet.

Une vidéo très partagée sur les réseaux sociaux a par ailleurs prétendu que les « synagogues sont les seuls lieux de culte français à ne pas être obligés de fermer ». Son auteur, « Jim Leveilleur », est un vidéaste complotiste qui évolue dans la mouvance dieudonniste. Il a notamment été récompensé, par le passé, par une « quenelle d’or ».

Une carte arguant d’un complot judéo-maçonnique avec des étoiles juives associées aux responsables désignés de la pandémie circule également sur Internet suscitant la réaction atterrée de la présidente de l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) Noémie Madar :

France Inter remarque que prolifèrent également les commentaires antisémites sous de nombreuses vidéos YouTube très populaires relatives à l’épidémie de Covid-19 (source : France Inter, 30 mars 2020).

« Une démonologie populaire se forme sous nos yeux sur les réseaux sociaux », explique le philosophe et historien des idées Pierre-André Taguieff qui analyse la situation actuelle en ces termes : « Cette flambée de judéophobie confirme l’hypothèse selon laquelle, dans les situations d’incertitude et de désarroi, lorsque se propage le sentiment d’une menace et que les explications officielles ne satisfont pas l’opinion, les Juifs sont accusés d’être liés d’une manière ou d’une autre au phénomène qui provoque des peurs, voire des paniques. » On lira l’entretien complet du chercheur sur Conspiracy Watch.

GIORGIO AGAMBEN. Dans une tribune parue le 26 février 2020, intitulée « Coronavirus et état d’exception », le philosophe italien Giorgio Agamben, théoricien de l’« état d’exception », avait émis l’opinion suivante : « Il semblerait que, le terrorisme étant épuisé comme cause de mesures d’exception, l’invention d’une épidémie puisse offrir le prétexte idéal pour les étendre au-delà de toutes les limites. » Auteur d’une œuvre considérable, le sémanticien François Rastier est revenu, pour Conspiracy Watch, sur le contenu d’un texte qui destitue la notion même de vérité des faits et justifie le conspirationnisme (source : Conspiracy Watch, 28 mars 2020).