Auteur d’une oeuvre considérable, le sémanticien François Rastier revient, pour Conspiracy Watch, sur les propos tenus par le philosophe italien Giorgio Agamben, théoricien de « l’état d’exception », au sujet des mesures prises par les pouvoirs publics pour endiguer l’épidémie de coronavirus.

Giorgio Agamben (montage ; DR).

Le déni initial. — Dans Il Manifesto, Giorgio Agamben, philosophe italien renommé, publiait le 26 février une tribune intitulée « Coronavirus et état d’exception » où il attribuait au Centre national de la recherche (CNR) italien l’avis que l’épidémie en cours était « une grippe normale, peu différente de celles qui se répètent chaque année ». Or si le CNR pouvait dire qu’une bonne proportion de cas développait des symptômes comparables à la grippe, il n’en soulignait pas moins que « 4% des patients doivent être hospitalisés en soins intensifs ».

L’article d’Agamben s’achevait ainsi :

« Il semblerait que, le terrorisme étant épuisé comme cause de mesures d’exception, l’invention d’une épidémie puisse offrir le prétexte idéal pour les étendre au-delà de toutes les limites. L’autre facteur, non moins inquiétant, est l’état de peur qui s’est manifestement répandu ces dernières années dans les consciences des individus et qui se traduit par un réel besoin d’états de panique collective, auquel l’épidémie offre une fois de plus le prétexte idéal. Ainsi, dans un cercle vicieux et pervers, la limitation de la liberté imposée par les gouvernements est acceptée au nom d’un désir de sécurité qui a été induit par ces mêmes gouvernements qui interviennent maintenant pour le satisfaire. »

La veille, le 25 février, le gouvernement italien venait de confiner dix villes du nord ; et le journal Science reconnaissait que la pandémie l’avait emporté : « Le coronavirus semble impossible à arrêter. Que doit faire le monde maintenant ? » [1]. Cependant, Agamben prétendait qu’il s’agissait d’une « simple grippe », jetant le doute sur la mesure gouvernementale qualifiée de « comportement disproportionné » par rapport à une épidémie qu’il mettait même en doute : « une supposée épidémie ».

Ce déni dangereux, forme de négationnisme sanitaire, suscita des interrogations qu’un mois plus tard, dans Le Monde, Agamben, interrogé par Nicolas Truong [2], cherche à relativiser, tout en fondant théoriquement son point de vue.

Le déni renouvelé. Tout d’abord, Agamben se retranche derrière le CNR : « je ne faisais que citer textuellement ce qui était à l’époque l’opinion du Centre national de la recherche italien ». C’est littéralement faux, car le CNR n’évoquait de symptômes comparables à la grippe que pour les cas les moins graves.

Agamben justifie ensuite sa formule sur « l’invention d’une épidémie » :

« Quand on parle d’invention dans un domaine politique, il ne faut pas oublier que cela ne doit pas s’entendre dans un sens uniquement subjectif. Les historiens savent qu’il y a des conspirations pour ainsi dire objectives, qui semblent fonctionner en tant que telles sans qu’elles soient dirigées par un sujet identifiable ».

Ce propos singulier semble marquer une nouvelle étape dans l’histoire du conspirationnisme contemporain : alors que jusqu’ici une théorie de la conspiration visait à donner une interprétation fausse d’une situation objective, ici, c’est la situation objective elle-même qui devient une conspiration.

Une première interprétation, charitable, voudrait que les gouvernements et même les États conspirent sans en être conscients et même malgré eux, bien qu’Agamben ajoute : « pour le gouvernement, il s’agit de maintenir le contrôle ».

Une seconde interprétation pourrait faire appel à la théorie de l’État et de la souveraineté : en affirmant que « l’état d’exception, auquel les gouvernements nous ont depuis longtemps familiarisés, est devenu la condition normale », Agamben transpose une formule de Carl Schmitt, théoricien de l’état d’exception et sa principale référence théorique dans sa trilogie Homo Sacer, mentionnée ici par Nicolas Truong, comme dans d’autres ouvrages. Surnommé le Kronjurist de Hitler, Schmitt adapta la constitution de Weimar pour faire du Reich un état d’exception permanent. Mieux, il définit le Souverain comme celui qui décide de l’état d’exception, si bien que tout état véritablement souverain serait régi par l’état d’exception. Agamben ajoute ici que l’état d’exception est devenu la « condition normale », adaptant ainsi la formule de Schmitt sur le « Nomos de la Terre ».

Ainsi, tout État souverain serait totalitaire. Cela est conforme aux thèses des deux autres auteurs de référence d’Agamben : Martin Heidegger, qui craignait que le nazisme ne devienne « trop bourgeois » et tenta d’imposer à l’université et même à la pensée une forme totalitaire (comme en témoignent son discours de Rectorat et dernièrement les Cahiers noirs) ; et Michel Foucault, dont la théorie du Pouvoir dessine un État sans autres institutions que les organes de répression et entièrement tourné vers la soumission des citoyens, qui ne sont plus considérés que comme des corps sans défense, conformément à sa théorie « biopolitique » qu’Agamben évoque sans tarder : « La politique moderne est de fond en comble une biopolitique, dont l’enjeu dernier est la vie biologique en tant que telle ». Dans tout les cas, l’État de droit, les droits de l’homme et la démocratie ne seraient que des illusions.

Bien qu’Agamben ait évoqué en un autre endroit « les prétendus [cosidetti] droits de l’homme », il conclut par une mise en garde sur les libertés que menacerait « un danger d’ailleurs incertain » (alors que la pandémie est maintenant universelle) :

« Tout comme les guerres ont laissé en héritage à la paix une série de technologies néfastes, il est bien probable que l’on cherchera à continuer après la fin de l’urgence sanitaire les expériences que les gouvernements n’avaient pas encore réussi à réaliser ».

Les victimes effacées. — Alors que le 11 janvier les chercheurs chinois avaient publié leur analyse du génome du virus pour permettre la fabrication de tests de dépistage [3], qu’au moment où paraît en avant-première son entretien l’Italie dénombre déjà plus de 6 000 décès (nombre d’ailleurs sous-estimé de l’avis général), et que lors de sa parution le 28 mars elle a dépassé les 8 000, qu’enfin un demi-million de personnes au moins sont contaminées dans le monde, Agamben continue à évoquer un « danger d’ailleurs incertain ». Il contribue ainsi à propager ce que l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) vient par image de nommer l’infodémie, désignant ainsi la désinformation qui accompagne et aggrave l’épidémie en semant le doute sur les solutions de crise.

Tout en négligeant le caractère singulier de la pandémie, Agamben se fait le porte parole d’une majorité silencieuse, se victimisant et le lecteur avec lui : « Il y a eu en Europe des épidémies bien plus graves, mais personne n’avait pensé pour cela à déclarer un état d’exception comme celui qui, en Italie et en France, nous empêche pratiquement de vivre. »

Nulle part il n’évoque les malades, les soignants, ni les défunts, se contentant de critiquer les mesures prises : « La fausse logique est toujours la même : comme face au terrorisme on affirmait qu’il fallait supprimer la liberté pour la défendre, de même on nous dit qu’il faut suspendre la vie pour la protéger ».

Convergences. Pour des raisons que je ne me chargerai pas d’expliquer, le calendrier des positions d’Agamben, penseur d’ultragauche revendiqué et présenté comme tel par Le Monde, reste globalement synchrone avec celles de politiciens dangereux comme Donald Trump ou Jair Bolsonaro : ils passent du déni à la minimisation, puis argumentent contre les mesures sanitaires en arguant que le remède est pire que le mal.

Le 22 janvier, quand on demanda à Trump s’il fallait s’inquiéter de la pandémie déjà évoquée par l’OMS, il répondit : « Non, pas du tout. Nous contrôlons totalement la situation. Il n’y a qu’une seule personne (infectée) venue de Chine. Tout est sous contrôle ». Interrogé par Fox News sur les données de l’OMS concernant le taux de mortalité du virus, Trump déclara ensuite : « Je pense que les 3,4% sont vraiment un faux chiffre… Personnellement, je pense que ce chiffre est bien inférieur à 1% », et dit s’appuyer alors sur son « intuition ».

Le 9 mars, Trump a rappelé : « L’année dernière, 37 000 Américains sont morts de la grippe ordinaire. Rien ne s’arrête, la vie et l’économie continuent… Pensez-y ». Le 24 mars, le même jour que la seconde tribune d’Agamben, il reparle de grippe : « On perd des milliers et des milliers de personnes chaque année à cause de la grippe, et on ne met pas le pays à l’arrêt ». Et il conclut : « On peut détruire un pays en le fermant de cette façon », ajoutant qu’une « grave récession ou une dépression » pourraient faire plus de morts que l’épidémie, notamment si la crise économique devait entraîner « des suicides par milliers ». Bref, « le remède ne peut pas être pire que le mal ».

Alors qu’Agamben déclarait « [on] nous empêche pratiquement de vivre », le même jour, par pure coïncidence, naturellement, Jair Bolsonaro renchérissait : « Notre vie doit continuer. Les emplois doivent être maintenus. Les familles doivent continuer à vivre ».

Comment fonder le conspirationnisme. — Dans un ouvrage sur Auschwitz, Agamben soulignait naguère « l’aporie même de la connaissance historique : la non-coïncidence des faits et de la vérité, du constat et de la compréhension ». Cela éclaire à présent son propos créatif sur les « conspirations objectives ».

Bien entendu, la désinformation complotiste se poursuit au plan international, quand Trump parle de « virus chinois » exploité par les Démocrates, ou quand des officiels chinois suggèrent que le virus a été créé par l’armée américaine, thème largement repris dans des vidéos dites « virales » par des youtubeurs naguère plébiscités par des Gilets jaunes. D’autres n’ont pas tardé à dénoncer un complot des spéculateurs juifs, qui répandraient le mal pour pouvoir spéculer à la baisse.

Ainsi, plus profondément, ce sont les faits et la réalité de ce bas monde qui ne correspondraient pas à la vérité. Pour la théologie politique selon Agamben, si les complots sont « objectifs », c’est que l’objectivité même relève d’un complot. Dès lors, la mission de la pensée, du moins de la pensée déconstructive, consiste à destituer la notion même de vérité des faits, et à justifier par là le conspirationnisme dont Agamben donne ici un exemple magistral.

 

Notes :
[1] Voir « The coronavirus seems unstoppable. What should the world do now ? », Jon Cohen, Kai Kupferschmidt, Science, 25 février 2020.
[2]  « L’état d’exception est devenu la condition normale », Le Monde, samedi 28 mars 2020. Nicolas Truong présente Agamben ainsi : « Philosophe italien de renommée internationale, Giorgio Agamben a notamment élaboré le concept d’”état d’exception” comme paradigme du gouvernement dans sa grande œuvre de philosophie politique Homo Sacer (Seuil, 1997-2005) ».
[3] « Chinese researchers reveal draft genome of virus implicated in Wuhan pneumonia outbreak », Jon Cohen, Science, 11 janvier 2020.

 

Voir aussi :

Pour Tariq Ramadan, c’est l’Etat qui « entretient » l’insécurité