Conférence sur l'Hollywoodisme : quand conspirationnistes et négationnistes convolent à Téhéran

Depuis 2011, le régime iranien organise chaque année une Conférence sur « l’Hollywoodisme » en marge du Festival international du film de Téhéran. Enchaînant les tables rondes sur « Guerre, Terrorisme et Hollywood », « Hollywood et le Satanisme », « Darwinisme et Libéralisme » ou encore « Hollywood et l’Holocauste », cet événement a peu à voir avec le cinéma et tout avec la politique. Pour sa troisième édition, qui s’est tenue du 2 au 6 février 2013, la Conférence sur l’Hollywoodisme s’est proposée d’examiner les liens entre « Hollywood et le Sionisme ».

Les noms des quelques cinquante personnalités qui y ont participé se lisent comme une sorte de « who’s who » de cette internationale conspirationniste dont Thierry Meyssan est l’une des principales figures de proue. Ils révèlent, surtout, l’intrication qui existe entre le noyau dur d’«experts» qui ont pour fonds de commerce la dénonciation, sur un mode paranoïaque, des manipulations de « l’axe américano-sioniste », et la mouvance négationniste (1).

Parmi les conférenciers venus vilipender « l’Hollywoodisme » dans la capitale iranienne, on retrouve ainsi de nombreux « Truthers » comme William Rodriguez, Mike Gravel, James Fetzer (Scholars for 9/11 Truth), Kevin Barrett (Truth Jihad), William Engdahl ou encore Roberto Quaglia. Côté français, c’est toute la galaxie Dieudonné qu’on retrouve : Thierry Meyssan et Dieudonné au premier chef, mais aussi Maria Poumier, Béatrice Pignède (Clap36), Francesco Condemi (2), Paul-Eric Blanrue, Me Isabelle Coutant-Peyre (qui fait partie du groupe d’avocats chargés d’attaquer en justice tous les films qui sont susceptibles de donner une mauvaise image de l’Iran et de son régime), Thomas Werlet (Parti Solidaire Français), Jean-Michel Vernochet (Geopolintel.fr) et Antoine Ribas-Carbo (Parti Anti-Sioniste).

La liste des sites web et blogs « partenaires » de cette conférence (3) n’est pas moins instructive puisqu’en plus des sites des conférenciers (4), on y relève Le Plan C (le site d’Etienne Chouard), Egalité & Réconciliation (d’Alain Soral), Investig’Action (de Michel Collon), le Parti Anti-Sioniste (de Yahia Gouasmi), l’Institute for Historical Review (ou IHR, la principale organisation négationniste américaine), American Free Press (journal d’extrême-droite fondé par l’Américain Willis Carto, également fondateur de l’IHR), le site d’Alison Weir et plusieurs autres promouvant la théorie du complot sur les attentats du 11-Septembre : Architects & Engineers for 9/11 Truth (de Richard Gage), Loose Change 9/11 (de Dylan Avery), PatriotsQuestion911.com, 911blogger.com ainsi que les sites de Giulietto Chiesa et James Petras.

Mark Weber, le directeur de l’Institute for Historical Review (IHR), est également intervenu lors de la 3ème Conférence sur l’Hollywoodisme. En 2009, ce militant négationniste a théorisé dans un texte (5) un changement de tactique fondamental : la contestation de l’existence des chambres à gaz ne pouvant plus selon lui jouer un rôle central dans la lutte contre « l’influence juive », il conviendrait de réorienter le combat vers le terrain de la critique du « pouvoir sioniste juif ».

Notes :
(1) La précédente édition de la Conférence sur l’Hollywoodisme, organisée en février 2012, avait accueilli l’auteur complotiste Webster G. Tarpley. Elle avait été l’occasion pour le président iranien Mahmoud Ahmadinejad de remettre au professeur négationniste Robert Faurisson un « prix du courage, de la résistance et de la combativité ». Faurisson avait déjà fait le voyage à Téhéran en décembre 2006 pour rejoindre les 66 autres intervenants à une autre conférence internationale, dédiée à la « réalité de l’Holocauste » et qui avait réuni tout le gratin du négationnisme mondial. En 2012, il est venu accompagné de Dieudonné, Maria Poumier, Béatrice Pignède, et une dénommée Marie Bruchet, venue représenter Vincent Reynouard. Dans le compte-rendu qu’elle avait rédigé à l’époque pour le site de Paul-Eric Blanrue (qui avait été invité à Téhéran mais n’avait pu cette année-là faire le voyage), cette dernière expliquait que la conférence su
r l’Hollywoodisme avait pour objectif de « réunir des gens soucieux de combattre le sionisme qui empoisonne le milieu cinématographique ».
(2) Francesco Condemi est le cofondateur de la boîte de production associative Clap36 avec Béatrice Pignède. Il a été candidat sur la « Liste antisioniste » conduite par Dieudonné pour les élections européennes de 2009. Son nom apparaissait en 9ème position, après celui de Ginette Skandrani et juste avant celui de la négationniste Maria Poumier. On sait aujourd’hui, de l’aveu même d’Alain Soral, que la campagne de la « Liste antisioniste » a été généreusement financée par « l’argent des Iraniens ».
(3) Elle défile en bas à gauche de la page d’accueil du site de la conférence.
(4) Réseau Voltaire, Dieudosphère.com, La Plume et l’Enclume, Parti Solidaire Français, Le Clan des Vénitiens, Clap36, Truth Jihad, Institute for Historical Review, etc.
(5)  » How Relevant Is Holocaust Revisionism? « , IHR.org, 7 janvier 2009.