Vendredi 9 juillet aura lieu pour la troisième fois un exercice annuel international de cybersécurité placé sous l’égide du Forum économique de Davos.

Images du second Cyber Polygon, le 8 juillet 2020 (source : cyberpolygon.com).

Alors que les États-Unis sont depuis vendredi la cible d’une cyberattaque de grande ampleur, une nouvelle rumeur agite la complosphère : le Forum économique mondial, qui organise depuis un demi-siècle une rencontre internationale de dirigeants d’entreprises et de responsables politiques à Davos, en Suisse, tenterait de précipiter son projet de Great Reset (ou Grande réinitialisation) en organisant une simulation d’attaque informatique mondiale appelée « Cyber Polygon ».

Lancé en 2019 par BI.ZONE (une entreprise spécialisée dans la gestion des risques numériques) avec le soutien du Centre pour la cybersécurité du Forum économique mondial, le Cyber Polygon est présenté sur le site du Forum comme « un événement unique en matière de cybersécurité qui combine le plus grand exercice de formation technique au monde pour les équipes d’entreprises et une conférence en ligne à laquelle participent des hauts responsables d’organisations internationales et de grandes entreprises. »

Pour sa troisième édition, cette conférence annuelle sera consacrée aux « principaux risques de la numérisation et [aux] meilleures pratiques pour le développement sécurisé des écosystèmes numériques. » Elle réunira le secrétaire général d’Interpol, le président du Comité international de la Croix-Rouge, la directrice générale de l’Unicef, le chef de la sécurité de Microsoft ainsi que les cosmonautes russes Oleg Novitsky et Pyotr Dubrov, en direct de la Station spatiale internationale. L’année dernière, la conférence Cyber Polygon fut notamment l’occasion d’une discussion sur l’impact des fake news en matière politique et économique, rappelant au passage que le coût de la désinformation pour les entreprises s’était élevé en 2019 à 78 milliards de dollars.

Parallèlement à la conférence, l’exercice prévu vendredi consiste en la simulation d’une cyberattaque : « l’équipe rouge », constituée de spécialistes en sécurité informatique de BI.ZONE, se chargera de simuler l’attaque, tandis que « l’équipe bleue », composée des experts des entités participantes, aura pour mission de la repousser.

Dès le mois d’avril 2021, le site complotiste américain Zero Hedge faisait un lien entre le Cyber Polygon et l’Event 201, autre simulation, mais de pandémie mondiale cette fois-ci. Cet exercice de prévention sanitaire, que Philippe de Villiers a placé au cœur de son dernier essai, a été organisée en octobre 2019 par le centre pour la sécurité sanitaire Johns Hopkins en partenariat avec la Fondation Bill & Melinda Gates et le Forum économique mondial.

Dans les deux cas, il s’agit d’essayer d’anticiper un risque dont les conséquences peuvent rapidement s’avérer désastreuses – ici une pandémie, là une cyberattaque massive. Dans les deux cas aussi, les complotistes veulent y voir un entraînement en vue d’une catastrophe planifiée par ceux-là même qui tentent en réalité de la prévenir.

« Cabale »

Le Forum économique mondial a pris, dans l’imaginaire complotiste, la place qu’y occupaient autrefois des think tanks comme la Round Table, la Commission Trilatérale ou le Council on Foreign RelationsLe site complotiste francophone Divulgation évoquait ainsi dès le 18 mai 2021 un « plan de la Grande Réinitialisation de la Cabale » (une organisation secrète imaginaire) visant à organiser « une cyberattaque mondiale qui mettrait hors service l’Internet, qu’ils ressusciteraient ensuite avec un nouveau système financier en ligne sous leur contrôle » et aurait pour objectif l’instauration d’une « monnaie unique mondiale, [d’]un système économique mondial et [d’]un gouvernement mondial ».

Le 22 juin dernier, le blog L’Echelle de Jacob publiait un article soulignant la nécessité, pour l’oligarchie mondialiste, de continuer à multiplier les crises pour mettre en place cette fameuse réinitialisation :

« Comme le programme de confinement des malades de la Covid-19 est en train de s’effondrer aux États-Unis et que les passeports vaccinaux ne remportent pas la faveur d’un grand pourcentage d’Américains, les globalistes auront besoin d’une autre crise, s’ils espèrent atteindre leurs objectifs pour leur Grand Reset. »

Dans une vidéo publiée sur sa chaîne Odysee le 24 juin, l’influenceuse complotiste suisse Chloé Frammery suggère quant à elle que l’exercice Cyber Polygon est en réalité un moyen pour l’élite d’accélérer ses projets funestes. Le fondateur du Forum économique mondial, Klaus Schwab, est nommément visé. Il est par exemple qualifié par QActus de « cochon mondialiste » aspirant « à l’extermination de milliards de personnes ». Dès le mois de novembre 2020, ce site complotiste décrivait le Cyber Polygon comme une « cyberattaque effectuée par le Nouvel Ordre Mondial ». Même son de cloche du côté du vidéaste complotiste québecois Alexis Cossette-Trudel pour qui le Cyber Polygon serait le « prochain coup fourré de l’État profond ».

À l’instar des épidémies ou des attentats terroristes, les cyberattaques sont de véritables menaces. En mars 2021, le groupe Microsoft avait averti que des hackers chinois « exploitaient des failles de sécurité dans ses services de messagerie Exchange pour voler les données de ses utilisateurs professionnels. » Les exemples ne s’arrêtent pas là : infiltration du parc nucléaire iranien en 2010, prise de contrôle des comptes Twitter et YouTube du commandement militaire américain au Moyen-Orient par l’État islamique, paralysie d’un opérateur d’oléoducs… De l’avis de tous les spécialistes, il est probable que les cyberattaques se multiplient dans un avenir proche… comme celle qui affecte, depuis quelques jours, des clients de la société informatique américaine Kaseya.

 

Voir aussi :

La méthode de Villiers décryptée