“Great Reset”, CIA, “remigration”, Macron… Rudy Reichstadt, le directeur de Conspiracy Watch explique comment Philippe de Villiers est devenu le champion de la banalisation du complotisme*.

Il enchaîne les best-sellers, les invitations sur les plateaux de télévision ou les couvertures de journaux comme Valeurs Actuelles. La truculence de Philippe de Villiers sert à distiller une idéologie conservatrice et souverainiste, mais aussi des théories conspirationnistes. Son dernier livre, Le jour d’après (Albin Michel), ne déroge pas à la règle, faisant la promotion de la thèse dite du “Great Reset“, qui assure que les élites auraient planifié l’épidémie du Covid-19 afin d’imposer leur agenda mondialiste et transhumaniste…

Fondateur de Conspiracy Watch, observatoire du conspirationnisme, Rudy Reichstadt décortique pour L’Express la méthode de Villiers. Soit une habile mise en scène en tant que lanceur d’alerte, tout comme le recyclage sans vergogne de théories du complot circulant depuis belle lurette dans la complosphère. Des théories souvent abracadabrantesques, auxquelles le Vendéen apporte son art de la formule et sa bonhommie terrienne. Entretien. […]

Lire la suite sur le site de L’Express.

 

* Propos recueillis par Thomas Mahler.