Le comportement d’Amel Sakaou sur Facebook confirme que le complotisme, même lorsqu’il nie la réalité du djihadisme, est un marqueur de radicalisation.

Photo de profil du compte Facebook d’Amel Sakaou (14 septembre 2016).

Panamza, Halalbook.fr, Oumma.com, EuroPalestine.com, Wikistrike, Ce que vous cachent les médias, Réseau International, Egalité & Réconciliation, MetaTV.org, Croa, Agence Info Libre, Parti Anti Sioniste, Arretsurinfo.ch, Russia Today, SputnikNews, nouvelordremondial.cc, Laurent Louis, Collectif Urgence notre police assassine : tous ces sites ou pages Facebook ont en commun de diffuser, à plus ou moins fortes doses, des théories du complot… mais aussi d’être aimés ou relayés sur son compte Facebook par Amel Sakaou, l’une des femmes djihadistes interpellées la semaine dernière dans le cadre de l’enquête sur la voiture retrouvée à Paris remplie de bonbonnes de gaz.

Une vidéo postée en native le 9 janvier 2016 sur le mur Facebook d’Amel Sakaou et assortie d’un « ATTENTION !!! » pour seul commentaire est empreinte d’un antisémitisme délirant : une voix féminine explique, en arabe, avoir acheté un soutien-gorge, avoir voulu en ôter le rembourrage puis avoir découvert un produit cancérigène placé là par… « les gens de Sion » (i.e. « les Sionistes »), « les Juifs », « pour que les femmes musulmanes tombent malades » (sic) (traduction en français ci-après) :

« Aujourd’hui, par hasard, je voulais essayer de réduire mon
soutien-gorge, parce que je l’ai trouvé épais.
Je me suis dit que j’allais les ouvrir, pour enlever
un peu de mousse, pour qu’il devienne plus petit.
Par hasard je les ai ouverts. Attendez je vais vous montrer…
Voilà, j’étais en train de l’ouvrir un peu comme ça,
en pensant que j’allais enlever un peu de mousse par-là, et que j’allais recoudre.
Et là, j’ai été surprise de trouver cette matière cancérigène.
Cette matière que mettent les Sionistes, les Juifs,
ils la mettent pour les filles musulmanes, pour qu’elles
tombent malades et pour qu’elles aient un cancer. »

Le 25 mars dernier, trois jours après les attentats de Bruxelles, Amel Sakaou partageait sur sa page un article issu du site d’Hicham Hamza, Panamza, suggérant une implication d’Israël dans cet acte terroriste assorti du commentaire : « Bah voyons, le contraire nous aurait étonné… »

Le lendemain, elle relayait le post suivant [archive] :

« Ces attaques ont été orchestrées avec le but de polariser la population européenne Chrétienne en une haine religieuse contre les Musulmans. Alors que toutes les autres tentatives de commencer une troisième Guerre mondiale ont échoué, les forces sombres espèrent déclencher cette guerre, par la création d’une masse critique de haine religieuse entre les Chrétiens et les Musulmans. Ceci fait parti d’un ancien plan de la Cabale que Nostradamus faisait allusion. Ici, il est important d’être conscient que l’islam est une religion généralement pacifique et que le radical des militants islamiques est né dans le 18ème siècle en tant que wahhabisme et était une création britannique conjointement avec l’Arabie. »

Le 12 septembre, Amel Sakaou a été mise en examen et écrouée pour association de malfaiteurs terroriste criminelle.

Voir aussi :

Magnanville : l’assassin était (aussi) complotiste

Des ouvrages conspirationnistes dans la bibliothèque de Ben Laden

(Dernière mise à jour : 23/09/2019)