L’actu de la semaine décryptée par Conspiracy Watch (semaine du 16/08/2021 au 22/08/2021)

LAURENT MUCCHIELLI. Le billet de blog du sociologue Laurent Mucchielli, publié sur Mediapart le 30 juillet – et dépublié depuis –, tendant à mettre en doute l’innocuité des vaccins anti-Covid, relève d’une « erreur d’interprétation inadmissible » et « d’arrière-pensées idéologiques », estiment, dans une tribune pour Le Monde, huit sociologues, qui appellent le CNRS à une « réaction plus ferme ». « La sociologie ne consiste pas à manipuler des données pour étayer une position idéologique », souligne notamment le collectif de signataires (source : Le Monde, 19 août 2021).

LOUIS FOUCHÉ. Le Dr Louis Fouché, qui a demandé sa mise en disponibilité et contre lequel l’APHM envisage des actions disciplinaires, ne travaille plus aux Hôpitaux de Marseille depuis le 9 août. Dans un communiqué, l’Assistance publique – Hôpitaux de Marseille a précisé que les propos de ce réanimateur devenu une figure de la mouvance covido-sceptique (il a fondé le site Reinfo Covid) sont « à l’opposé des principes moraux, éthiques, déontologiques et scientifiques » (source : William Audureau/Twitter, 18 août 2021).

ANTI-PASS. « En théorie, on peut parfaitement être anti-pass sanitaire tout en étant ni extrémiste ni complotiste ni anti-vaccin. Sauf qu’en pratique, explique Laurent de Boissieu, le mélange des genres est fréquent. » Le journaliste en donne une illustration très claire dans un thread consacré à un site internet, Animap.fr, création d’un dénommé Markus Holzer qui, sous l’apparente volonté de faire valoir une critique légitime, propage en réalité des théories du complot sur la pandémie.

DIEUDONNÉ. On se souvient que Dieudonné M’Bala M’Bala s’était joint aux manifestations des Gilets jaunes. De façon toute aussi opportuniste, le polémiste a manifesté le 14 août dernier contre le pass sanitaire. À noter qu’il était ce jour-là escorté par Germain Gaiffe, un individu condamné en 2003 à 30 ans de prison pour avoir séquestré et tué un homme de 62 ans (source : L’Extracteur/Twitter, 16 août 2021).

ANTISÉMITISME. Samuel Goujon, le créateur du site antisémite « Ils sont partout » a été déféré ce samedi et mis en examen. Il a notamment participé à la création de Damoclès, le site de « réinformation » d’extrême droite dirigé par Samuel Lafont, directeur de la communication numérique dans la mobilisation des soutiens d’Eric Zemmour (source : Le Parisien, 22 août 2021).

FACEBOOK. Des trolls russes ont utilisé des « mèmes » du film « La Planète des singes » pour convaincre les vaccino-sceptiques que le vaccin d’AstraZeneca pouvait les transformer en chimpanzés. C’est la conclusion d’un nouveau rapport de Facebook, qui a révélé qu’une filiale d’une agence de marketing russe, Fazze, exploitait des dizaines de faux comptes Facebook et Instagram pour désinformer sur les vaccins fabriqués en Occident. Facebook déclare avoir trouvé 65 comptes Facebook et 243 comptes Instagram liés à cet effort, qui ciblait des utilisateurs en Inde, en Amérique latine et aux États-Unis (source : The Daily Beast, 10 août 2021).

Facebook a lancé un nouvel outil de « transparence » destiné à montrer que les utilisateurs sont finalement peu en contact avec les contenus complotistes. Une initiative malheureusement biaisée selon le journaliste Raphaël Grably.

En un peu plus de trois jours, une vidéo virale nourrie d’infox relatives aux mesures sanitaires a totalisé plus de 90 millions d’engagements sur Facebook, grâce à des téléchargements sur des plateformes de streaming. La vidéo se propage malgré les règles de YouTube et Facebook contre la désinformation sur la pandémie, et sa portée est nettement supérieure à des films du même type comme « Plandemic » (source : Mediamatters, 10 août 2021).

ANTIMAÇONNISME. Le 16 août, une centaine de manifestants complotistes se sont réunis à Londres devant le Freemasons’ Hall (qui abrite plusieurs temples maçonniques) pour dénoncer de prétendus rituels sataniques contre des enfants (source : Shayan Sardarizadeh/Twitter, 16 août 2021). Rappelons qu’en mai dernier, un projet d’attentat néo-nazi avait été déjoué en France, contre un ancien Grand maître du Grand Orient de France (source : France Bleu, 7 mai 2021).

ALGÉRIE. Mercredi 18 août, la présidence algérienne a accusé le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK), une organisation indépendantiste, d’être à l’origine des incendies qui ravagent le nord du pays depuis le 9 août et ont causé la mort ou la disparition de plus de 90 personnes. Selon Alger, le Maroc et « l’entité sioniste » (i.e. l’État d’Israël) soutiennent le MAK, ce qui les rendrait responsables des incendies. Des déclarations qui ont conduit la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme à appeler à la retenue, à la clairvoyance et à la sagesse (source : Le Monde, 19 août 2021).

LYNCHAGE. La désinformation tue. Deux jours après le début des incendies en Kabylie, l’artiste Djamel Ben Ismaïl a fait part sur Twitter de son intention de parcourir plus de 300 kilomètres pour aider à lutter contre les feux. Sur place, victime de rumeurs, il a été accusé à tort d’être un pyromane. Pris à parti, l’homme de 38 ans a été agressé, torturé puis finalement brûlé par une foule en colère à Larbaâ Nath Irathen, dans la préfecture de Tizi Ouzou, fortement touchée par les feux (source : L’Express, 16 août 2021).

QANON. Le nombre « 1109 » inscrit sur un C-17 de l’US Air Force ayant procédé à des évacuations à l’aéroport de Kaboul il y a quelques jours a excité l’imagination de partisans de QAnon. La preuve pour eux, par cette prétendue référence au 11-Septembre, que les événements d’Afghanistan ne sont qu’une mise en scène : il s’agirait d’un canular pour détourner l’attention de l’opinion des allégations de fraude électorale (source : Shayan Sardarizadeh/Twitter, 20 août 2021).

« Les adeptes de QAnon sont tellement convaincus que le monde entier tourne autour d’eux qu’ils sont prêts à affirmer que chaque événement mondial majeur est en quelque sorte lié à leur conviction que Trump mène une guerre secrète contre « l’État profond » pour démasquer une élite qui s’affaire au trafic d’enfants », analyse David Gilbert dans le média américain Vice (source : Vice, 18 août 2021).

Dans un récent communiqué, l’ex-président des États-Unis Donald Trump a encore affirmé que son successeur Joe Biden « n’a[vait] pas été élu légitimement » et qu’il est temps pour lui de démissionner (source : Théo Laubry/Twitter, 15 août 2021).

ATTAQUE CHIMIQUE. Près de 1500 morts, dont plus de la moitié de femmes et d’enfants. L’attaque survenue le 21 août 2013 dans la Ghouta de Damas, il y a huit ans, reste la pire attaque chimique à ce jour depuis celle commise par Saddam Hussein à Halabja en 1988. Elle fait désormais l’objet de plusieurs plaintes pour crime contre l’humanité en Europe, malgré le travail de sape des propagandistes de Bachar el-Assad. À relire, en ce triste anniversaire, l’analyse de notre collaborateur Élie Guckert publiée sur Conspiracy Watch il y a un an (source : Conspiracy Watch, 21 août 2020).

JEAN-LUC MÉLENCHON. Al-Qaïda aurait été « créé de toute pièce » par les stratèges américains… Au détour d’une note de blog publiée lundi 16 août, Jean-Luc Mélenchon a repris à son compte le narratif complotiste sur les origines de l’organisation djihadiste. Il y a bientôt quatre ans, le leader de la France Insoumise affirmait déjà sur son blog que « les USA soutenaient en sous-main Daech en Syrie », mettant ses pas dans ceux des complotistes (source : Conspiracy Watch/Twitter, 20 août 2021).

BIÉLORUSSIE. Il y a un an, les Biélorusses descendaient dans la rue pour protester contre les résultats d’une élection présidentielle truquée. Les manifestations ont été violemment réprimées, avec des dizaines de milliers d’arrestations. Une vaste campagne de désinformation a accompagné ces actions brutales du régime d’Alexandre Loukachenko contre les manifestants, les militants, les journalistes. Mais aussi des théories du complot, utilisées pour légitimer la violence et faire taire l’opposition. Depuis un an, EUvsDisinfo a collecté plus de 450 exemples de désinformation ciblant l’opposition démocratique, témoignage de la désinformation orchestrée par l’État (source : EUvsDisinfo, 9 août 2021).

RECHERCHE. Valentin Guigon, doctorant en sciences cognitives, mène à Lyon des recherches sur la capacité des individus à identifier ou non des fake news, à partir de 48 informations vraies et 48 autres fausses qui leur sont soumises. Le chercheur analyse les raisons qui poussent des internautes à adhérer aux fausses informations (source : Rue 89, 16 août 2021).

COMPLOTOLOGIE. Tenou’a propose en accès libre sur son site un entretien avec Rudy Reichstadt, consacré au succès actuel des théories du complot. Le directeur de Conspiracy Watch y évoque notamment un « paradoxe de la transparence » qui met à mal la démocratie : « Le savoir, la connaissance, l’information n’ont jamais été aussi facilement accessibles et, en même temps, tout se passe comme si cela excitait une forme de soupçon permanent » (source : Tenou’a, août 2021).