L’actu de la semaine décryptée par Conspiracy Watch (semaine du 31/05/2021 au 06/06/2021).

INDE. Une entreprise de communication basée au Canada a créé un site web se présentant comme un média indien de fact-checking, puis l’a utilisé pour promouvoir des contenus partisans en faveur du gouvernement indien. Les articles du site, écrits pour influencer l’opinion en faveur du Premier ministre indien Narendra Modi, ont été partagés sur les réseaux sociaux par les comptes vérifiés de dizaines d’ambassades et de consulats indiens sur Twitter et Facebook (source : medium.com, 27 mai 2021).

DÉFENSE NATIONALE. La France va créer une agence de lutte contre les manipulations de l’information. Cet organisme, qui devrait voir le jour en septembre 2021, aura pour mission de déjouer les tentatives de pays étrangers de « déstabiliser » la France. « Il ne s’agit pas de faire du renseignement, ce qui nous intéresse c’est ce qui est en train de devenir pandémique sur le plan informationnel » et si cela émane d’« un pays étranger ou d’une organisation étrangère qui visent ainsi à déstabiliser l’État sur le plan politique », a notamment expliqué Stéphane Bouillon, le secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale (source : Le Figaro, 2 juin 2021).

RÉMY DAILLET-WIEDEMANN. Arrêté il y a quelques jours en Malaisie où il avait trouvé refuge ces dernières années, Rémy Daillet-Wiedemann pourrait être extradé vers la France. L’homme s’est fait connaître du grand public pour son implication, revendiquée, dans l’enlèvement de la petite Mia. Un mandat d’arrêt international avait été émis à son encontre, le 20 avril dernier, par le parquet de Nancy. Contestant la procédure ouverte contre lui par Kuala Lumpur, il est représenté par deux avocats royalistes aux accointances d’extrême-droite, le Français Philippe Fortabat Labatut et l’Italien Fabrizio Nucera Giampaolo. Conspiracy Watch a réalisé leurs portraits (source : Conspiracy Watch, 1er juin 2021).

ALEXANDRA HENRION-CAUDE. On sait que la généticienne est en guerre contre la politique sanitaire et les vaccins contre le Covid-19. Elle s’affiche notamment aux côtés de Francis Lalanne et de Jean-Marie Bigard pour dénoncer les décisions gouvernementales en la matière. Alexandra Henrion-Caude est également une fervente catholique qui veut affermir les liens entre l’Église et la science. Luc Brisson, de l’équipe de « Vrai ou Fake » (France Info), a dressé le portrait de cette ancienne chercheuse de l’Inserm (source : Vrai ou Fake/Twitter, 3 juin 2021).

CHRISTIAN PERRONNE. La fake news selon laquelle le centre de pharmarcovigilance de Toulouse était submergé de signalements au sujet d’effets secondaires liés aux vaccins contre le Covid-19 a circulé avant d’être démentie par le quotidien 20 Minutes. Elle s’accompagnait de l’information, tout aussi fausse, d’après laquelle un message d’erreur était envoyé automatiquement en réponse à tout signalement (source : 20 Minutes, 27 mai 2021). Ce correctif n’a pas dissuadé le Pr Christian Perronne de relayer ladite infox (source : Raphaël Grably/Twitter, 30 mai 2021).

MARTINE WONNER. La député du Bas-Rhin Martine Wonner a publiquement porté des accusations graves contre les soignants, les rendant notamment coupable de « crime contre l’humanité », laissant la foule les traiter d’« assassins ». Des propos d’une extrême gravité, pour le docteur Jérôme Marty, président du syndicat Union française pour une médecine libre, qui a demandé aux autorités de sévir contre les calomnies proférées par l’élue (source : Jérôme Marty/Twitter, 1er juin 2021).

ANTHONY FAUCI. Le site Buzzfeed a mis en ligne des milliers d’emails de l’immunologiste américain Anthony Fauci, le « Monsieur Covid-19 » de la Maison-Blanche. Des internautes en ont partagé des extraits sur les réseaux sociaux, sous les hashtags #FauciLeaks, #FauciEmails ou encore #FauciGate, au prétexte de révélations fracassantes. Le sujet le plus discuté en ligne est celui selon lequel les premières contaminations pourraient être liées à la fuite d’un virus d’un laboratoire de Wuhan. Ce sont toutefois bien des doutes qu’exprime l’ex-conseiller scientifique et médical de Donald Trump, et non des certitudes (source : Libération, 4 juin 2021).

PHILIPPE DE VILLIERS. Très présent dans les médias, Philippe de Villiers distille une idéologie conservatrice et souverainiste, mais aussi des théories conspirationnistes. Son dernier livre, Le jour d’après (Albin Michel), fait la promotion de la thèse dite du Great Reset, qui assure que les élites auraient planifié l’épidémie de Covid-19 afin d’imposer leur agenda mondialiste… Directeur de Conspiracy Watch, Rudy Reichstadt décortique pour L’Express la méthode de Philippe de Villiers et explique comment il est devenu le champion de la banalisation du complotisme (source : L’Express, 3 juin 2021). Le même hebdomadaire a consacré un dossier à celui qui est « l’un des plus influents, voire le premier diffuseur des idées conspirationnistes en France » (source : L’Express, 5 juin 2021).

SPIKE. Les personnes vaccinées seraient dangereuses pour les non vaccinées… C’est ce qu’affirment des internautes selon lesquels la protéine Spike, que l’on retrouve à la surface du virus du Covid-19, serait secrétée en quantité par le corps humain après vaccination et transmissible par voie de sécrétion. En réalité, ladite protéine est éliminée par notre système immunitaire, sans avoir la capacité de se multiplier (source : Vrai ou Fake/Twitter, 1er juin 2021).

SERGE RADER. C’est un média complotiste, Agora TV, qui a annoncé le 31 mai 2021 sur le réseau social russe VK que l’ancien pharmacien Serge Rader était décédé à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe). Activiste antivax et proche de Nicolas Dupont-Aignan, Rader, âgé de 68 ans, serait mort d’un arrêt cardiaque après avoir développé une forme virulente de Covid-19 qui l’avait conduit à être admis dans un service de réanimation plusieurs jours durant. L’homme s’était notamment illustré, ces dernières années, en co-signant en 2015 un livre avec l’eurodéputée écologiste Michèle Rivasi sur le « racket des laboratoires pharmaceutiques ». Il était aussi intervenu, en novembre dernier, dans le film complotiste « Hold-up »… Le thread de notre rédaction fait le point sur un personnage controversé qui appelait, en avril dernier, lors d’une manifestation aux côté d’Alexandra Henrion-Caude, à « boycotter tous ces vaccins ». L’annonce de la disparition de Serge Rader a immédiatement été accompagnée d’une petite musique très familière sur les réseaux sociaux : Rader serait mort « dans des circonstances étranges ». « C’est dingue comme les opposants, non-collabos et corona-sceptiques ont en ces temps une santé fragile » ironise le youtubeur complotiste Richard Boutry. « Quand on voit les casiers judiciaires des sociétés pharmaceutiques qui nous fourguent des produits, on ne peut que se poser des questions » complète le réalisateur d’« Hold-up » Pierre Barnérias. D’autres, anonymement, se chargent des sous-titres : « Encore un décès qui tombe à pic », « Assassiné par Big Pharma et la Cabale », « Ils éliminent les alerteurs un par un »

ADRÉNOCHROME. L’adrénochrome, c’est cette substance qui, d’après certains complotistes, s’obtiendrait en torturant des enfants encore vivants et qui permettrait à une élite mondiale de s’octroyer des cures de jouvence. Sortie tout droit d’une fiction littéraire, Las Vegas Parano (1972), cette idée délirante, qui plonge ses racines dans le mythe des crimes rituels commis par les juifs sur les enfants chrétiens, a été remise au goût du jour par les QAnon à la faveur de la crise sanitaire (source : Kombini News/Twitter, 2 juin 2021).

« ASSUMISME ». « Je me demande si le virus est là par hasard, tout simplement… C’est très complotiste, mais je l’assume. » La sortie de Patrick Sébastien s’inscrit dans une tendance actuelle à revendiquer la posture complotiste plutôt qu’à s’en démarquer. Une posture qui s’appuie sur des idéaux forts comme l’indépendance d’esprit, le courage, la quête de vérité, la liberté, la résistance… (source : Sebastian Dieguez/Twitter, 30 mai 2021).

TERRORISME. Le 16 octobre 2020, Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie à Conflans-Sainte-Honorine, est assassiné par Abdoullakh Anzorov, un jeune islamiste radicalisé. Au départ du drame, le mensonge d’une collégienne qui s’est propagé à une vitesse folle sur les réseaux sociaux. Le 15 mars 2019, à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, Brenton Tarrant assassine 51 personnes dans deux mosquées. Le terroriste a diffusé les massacres en direct sur Facebook. Dans les deux cas, les terroristes se sont radicalisés sur les réseaux sociaux aux yeux de tous et sans aucune modération de la part des plateformes. Disponible en ligne jusqu’au 29 juillet 2021, La fabrique du mensonge, documentaire de Guillaume Auda et Étienne Mélou, reconstitue les parcours familiaux et psychologiques des tueurs, en mettant au jour le fonctionnement et la lourde responsabilité des réseaux sociaux (source : Le Monde, 30 mai 2021).

« INQUIÉTANTE OBSESSION ». Les figures du complotisme sanitaire ne diffusent pas que des fausses informations sur l’utilité des masques ou l’innocuité des vaccins. Ces personnages, très suivis dans la sphère de la « santé alternative », n’hésitent pas à se référer régulièrement à la Seconde Guerre mondiale. Parfois pour se décerner eux-mêmes le titre de « résistants » face aux « collabos », ou endosser la posture de victimes d’un nouveau totalitarisme nazi, qui se mettrait en place un peu partout. Ils s’en prennent aussi aux Juifs, les accusant d’être des profiteurs, voire des instigateurs de la pandémie. Le collectif L’Extracteur a réalisé une nouvelle vidéo pour dénoncer un inquiétante obsession.

RUSSIE. Les ONG américaines Alliance for Securing Democracy (ASD) et le German Marshall Fund of the United States (GMF) ont analysé les discours diffusés par les médias germanophones du Kremlin à l’approche des élections fédérales allemandes de septembre 2021. Politique sanitaire du gouvernement, campagne vaccinale, situation en Ukraine, traitement de l’information relative à Alexeï Navalny… : l’étude effectuée en mars et avril montre que les médias russes d’État ont cherché à saper la confiance des citoyens dans la gestion de la pandémie par le gouvernement allemand, en manipulant les informations, en utilisant des titres trompeurs et en recourant à des thèses complotistes (source : ASD, 27 mai 2021).

QUÉBEC. Hélène Jouan a enquêté sur des stations de radio privées, au Québec, dont les animateurs font de la surenchère en matière de libération de la parole, et qui ont vu leur influence se renforcer dans le contexte de crise sanitaire. La journaliste y cite notamment l’analyse de Dominique Payette, chercheuse en sciences de l’information à l’université de Laval (Québec) : « Il ne s’agit pas d’un journalisme d’opinion, mais d’un espace public où les faits importent peu et où se répandent toutes les aigreurs. Des personnalités politiques y sont nommément insultées et des communautés entières prises à partie, sans aucun souci d’impartialité » (source : Le Monde, 2 juin 2021).

QANON. Des milliers d’activistes du mouvement QAnon se sont réunis pour une conférence à Dallas les 29 et 30 mai. On a pu notamment y entendre l’ancien conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, Michael Flynn, suggérer le recours à un coup d’État militaire. Des menaces d’exécution ont également été proférées à l’intention d’Hillary Clinton. Il est à noter qu’un républicain membre de la Chambre des représentants, Louie Gohmert, est apparu sur scène pour apporter son plein soutien au mouvement complotiste, ce qui n’est pas sans refléter l’emprise de ce dernier sur le Grand Old Party (source : Vice, 31 mai 2021).