Des gros titres aux petites infos passées inaperçues : ce qu’il fallait retenir de l’actualité des derniers jours en matière de conspirationnisme et de négationnisme (semaine du 13/05/2019 au 19/05/2019).

Capture d’écran de la vidéo d’AJ+ sur la Shoah diffusée les 17 et 18 mai 2019.

AL-JAZEERA. Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux et consacrée au génocide des Juifs par les nazis, le média qatari AJ+ arabi (Al-Jazeera) a fait écho à des thèses circulant habituellement dans les milieux négationnistes. La vidéo ne fait mention ni de la dimension industrielle de l’extermination, ni des centres de mise à mort, se contentant d’évoquer des « centres de détention ». Elle entretient également le doute au sujet du nombre de victimes du génocide. La vidéo insiste surtout sur les bénéfices qu’auraient retirés de l’événement les sionistes et l’État d’Israël. La vidéo a finalement été supprimée au motif qu’elle violait la ligne éditoriale d’Al-Jazeera… (source : Conspiracy Watch, 18 mai 2019).

YVAN BENEDETTI. Le 25 avril 2019, le militant néo-pétainiste Yvan Benedetti a été auditionné à l’Assemblée nationale par la Commission d’enquête relative à la lutte contre les groupuscules d’extrême droite. En cette occasion, le directeur du site Jeune Nation a remis en cause la réalité du génocide des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale, estimant que le chiffre de six millions de juifs tués était du « pipeau », renvoyant par ailleurs aux travaux du « très sérieux » (négationniste) Robert Faurisson. Les députés ont saisi la justice (source : L’Express, 10 mai 2019). Au mois d’octobre dernier, rendant hommage au chef de file des négationnistes français, Benedetti avait tweeté : « Le Professeur Faurisson avait annoncé une bonne nouvelle au monde. L’indicible n’a pas eu lieu. Pour cela il a été sali, damné, banni, pourchassé, battu, condamné, ruiné ! C’est un Hérault (sic) des temps modernes qui aura marqué la 2ème moitié du XXè siècle. Reste son œuvre qui ne mourra jamais ! » (source : Conspiracy Watch, 10 mai 2019).

LAMA FÂCHÉ. La journaliste Aude Favre a consacré l’une de ses dernières enquêtes à la chaîne « Lama Fâché » (YouTube). À raison de vidéos vues des centaines de milliers de fois par jour, son animateur, un youtubeur anonyme, gagne des dizaines de milliers d’euros chaque mois en plagiant et en traduisant des vidéos conspirationnistes. Usant d’un style racoleur et de méthodes marketing illégales, ces vidéos séduisent notamment un public adolescent sensible aux infox et attiré par de faux concours censés leur faire gagner des cartes cadeaux (source : L’ADN, 13 mai 2019).

JEAN-MARIE LE PEN. Le 14 mai 2019, Jean-Marie Le Pen est revenu sur la libération de deux otages français par les forces spéciales le 10 mai dernier, au Burkina Faso. Pour l’ancien président du Front national, l’opération, qui a coûté la vie aux deux militaires Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello, est le fruit d’un cynique calcul politicien de la part de l’Élysée : « Aux abois sur le plan électoral, [Emmanuel Macron] a souhaité faire un coup, un coup de com’ pour essayer de redresser une situation, des sondages qui n’étaient pas sans doute très favorables » (source : Conspiracy Watch, 16 mai 2019).

FOOT. Depuis plus de vingt ans, des millions de supporters en sont persuadés : la finale de la coupe du monde de football 1998 a été truquée. Invité à revenir sur cette théorie du complot dans une interview au Financial Times, l’ancien buteur de l’équipe du Brésil a dit sa consternation : « Je crois que les gens aiment les théories conspirationnistes. Beaucoup de bêtises. Des parlementaires m’ont même demandé qui était censé marquer Zidane sur les corners ? *** de ***, c’est incroyable ! » (source : Sports.fr, 14 mai 2019).

MANUELS SCOLAIRES PALESTINIENS. L’Union européenne (UE) lance une enquête sur des manuels scolaires de l’Autorité palestinienne dont il a été révélé qu’ils inciteraient à la violence contre Israël : ces contenus haineux vont à l’encontre d’une loi votée par le Parlement européen, en avril 2018, visant à prévenir ce type de publication. L’Institute for Monitoring Peace and Cultural Tolerance in School Education a mené une étude préalable et tiré la sonnette d’alarme, l’UE allouant annuellement 360 millions d’euros à l’Autorité palestinienne, principalement pour le ministère de l’Éducation : « Ce qui est le plus troublant, c’est l’insertion systématique de la violence, de la notion de martyr et du jihad dans toutes les classes et toutes les matières de façon élaborée et sophistiquée, adhérant à des idées nationalistes extrémistes et à des idéologies islamistes qui trouvent leur place même dans l’enseignement des sciences et des mathématiques ». Entre autres exemples, le manuel décrit les Juifs comme des personnes corrompues, des menteurs, des prédateurs sexuels et des « ennemis de l’islam » qui ont tué le prophète Mahomet. Il nie par ailleurs tout lien entre les Juifs et la terre ou les lieux saints à Jérusalem et ailleurs (source : The Times of Israël, 16 mai 2019).