Des gros titres aux petites infos passées inaperçues : ce qu’il fallait retenir de l’actualité des derniers jours en matière de conspirationnisme et de négationnisme (semaine du 11/05/2020 au 17/05/2020).

ANTI-CONFINEMENT. Les manifestations anti-confinement initiées à Berlin depuis le mois de mars s’étendent dans toute l’Allemagne et rencontrent un succès grandissant de semaine en semaine. Conspiracy Watch publie une enquête exclusive sur un mouvement hétéroclite aux allures de cour des miracles du complotisme (source : Conspiracy Watch, 17 mai 2020).

PROTOCOLES DES SAGES DE SION. L’animateur de télévision Maged Abdallah a affirmé le 28 avril 2020 sur Elsharq TV, une chaîne égyptienne liée aux Frères musulmans et basée en Turquie, que les juifs ont fondé le cinéma égyptien afin de contrôler le monde à travers les médias, conformément aux Protocoles des Sages de Sion (source : MEMRI, 6 mai 2020).

ANTISÉMITISME. « Le pathos antisémite ou judéopathie qui s’exprime de façon virale sur les réseaux sociaux comme nous l’observons en ces temps de pandémie que nous nommons pandémon (le peuple « demos » face à ses « démons »), évoque une forme de violence qui nous dépasse » : tel est le constat que dressent la psychologue Céline Masson et la philosophe Isabelle de Mecquenem dans une tribune publiée par Conspiracy Watch. Les auteures formulent l’hypothèse selon laquelle la perpétuation de l’antisémitisme tiendrait à une « forme latente » du phénomène « présente dans les strates les plus profondes de notre société » (source : Conspiracy Watch, 12 mai 2020).

ROYAUME-UNI. Au Royaume-Uni, des militants d’extrême droite se font passer pour des journalistes dans le but de diffuser de fausses nouvelles sur le prétendu non-respect du confinement par les musulmans. L’imam Qari Asim, président du Conseil consultatif national des mosquées et des imams (MINAB), et le conseiller gouvernemental à la lutte contre l’islamophobie, ont en effet déclaré que ces extrémistes traînaient à cette fin autour des mosquées, qui ont été fermées pendant des semaines dans le cadre du confinement (source : The Telegraph, 10 mai 2020).

PAYS-BAS. Comme dans d’autres pays occidentaux, les théories du complot vont bon train aux Pays-Bas où 15% des Néerlandais pensent que le coronavirus « est une arme biologique qui a été fabriquée en laboratoire » et 4% croient en un lien entre la 5G et le coronavirus, selon un sondage de l’agence de recherche Ipsos pour le média Nieuwsuur (source : La Libre Belgique, 11 mai 2020) et alors que tout le pays devrait être couvert en 5G d’ici la fin du mois de juillet.

COVID-19. Dans le contexte actuel de propagation d’infox et de théories du complot autour du Covid-19, les mises au point et les décryptages se multiplient dans les médias. Le sujet conforte ainsi son statut de phénomène de société, acquis au cours des dernières années. Spécialiste des théories du complot, le sociologue Laurent Cordonier (Université de Lausanne et Université Paris Diderot) revient pour la Radio Télé Suisse sur les raisons expliquant l’intérêt d’une partie de la population pour ces croyances qui permettent, notamment, « de mettre un visage sur cette menace et, ce faisant […], d’avoir le sentiment de prendre prise sur les événements, de pouvoir agir contre la menace » (source : RTS, 10 mai 2020).

« Les arguments qui contredisent les théories du complot deviennent une preuve de l’existence d’un complot et finissent donc aussi par renforcer la théorie », explique par ailleurs Clément Viktorovitch, dans l’émission Clique (Canal Plus), évoquant certaines séquences devenues virales sur les réseaux sociaux (source : Twitter, 12 mai 2020).

On visionnera également sur ce même sujet la vidéo « Infodemic », de Thomas Huchon, accessible gratuitement sur le site de Spicee (source : Spicee.com, 14 mai 2020).

JEAN-BERNARD FOURTILLAN. Depuis le 11 mai, une note de cinq pages a commencé à circuler par email et sur les réseaux sociaux. Elle reprend l’essentiel du message viral au sujet duquel Conspiracy Watch avait consacré un thread. Le message appelait notamment à surtout ne pas se faire dépister et jouait sur la peur d’une vaccination de masse. Cette nouvelle note est censée émaner du professeur Jean-Bernard Fourtillan, un pharmacologue controversé, farouchement anti-vaccin, qui avait subi les foudres de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), en septembre 2019, pour avoir mené un essai clinique « sauvage » sur plus de quatre cents patients atteints des maladies de Parkinson et d’Alzheimer (source : Capital, 13 mai 2020).

VACCINATION. Quel rapport les Français entretiennent-ils avec les vaccins ? Alors que plusieurs équipes de recherche travaillent, à travers le monde, à mettre au point un vaccin contre le Covid-19, la Fondation Jean-Jaurès et Conspiracy Watch ont rendu publics les résultats d’une enquête d’opinion Ifop effectuée au mois de mars. Ils montrent notamment qu’un Français sur deux pensent que certains adjuvants contenus dans les vaccins, comme l’aluminium, peuvent être « très dangereux », alors même qu’il n’existe aucune preuve de cette dangerosité. 26% des Français seulement rejettent cette proposition… (source : Conspiracy Watch, 11 mai 2020). L’offensive numérique des anti-vaccination à l’heure du Covid-19 fait l’objet de différents articles. Interrogée par Korii (Slate), la géographe Lucie Guimier, qui travaille sur la santé publique, pointe les enjeux autour du vaccin à venir et la responsabilité renforcée des autorités : « De l’achat à la mise à disposition au public, et au coût du vaccin, il faudra faire preuve de transparence, sans quoi les mouvements de défiance à l’égard des autorités et envers le vaccin se multiplieront » (source : L’Express, 14 mai 2020 ; korii.slate.fr, 15 mai 2020).

INFLUENCEUSES. À la faveur de la crise du Covid-19, des « influenceuses lifestyle » diffusent les déclarations de QAnon, une théorie du complot profondément enracinée dans l’opinion conservatrice aux États-Unis, selon laquelle il existerait, notamment, un complot contre le président Donald Trump. L’une d’elles, Rebecca Pfeiffer, s’en est expliquée dans un courriel au média Insider dans les termes suivants : « Je n’ai commencé à partager ces informations que récemment, lorsque j’ai commencé à sentir que j’avais une obligation morale envers mon public de partager des contenus plus importants, compte tenu des circonstances actuelles. Je crois vraiment que je dois à mon public d’être plus à lui au cours de ce tournant de notre culture » (source : Insider, 15 mai 2020).

VIKASH DHORASOO. Journaliste à France Info, Julien Pain a analysé un diagramme mis en avant sur Twitter par l’ancien joueur de football Vikash Dhorasoo, actuellement candidat à la mairie de Paris, assorti de la question suivante : « Quelqu’un pourrait me rappeler pourquoi on a mis le monde entier en confinement pour la maladie classée 17 au rang mondial en nombre de morts ? » Le journaliste montre en quoi ces données publiées le 9 mars sont trompeuses lorsqu’elles sont utilisées telle quelle pour minimiser la pandémie.

Non seulement le Covid-19 est devenu la troisième maladie infectieuse la plus meurtrière mais, comme le rappelle Le Monde, ces chiffres sous-représentent assez largement la mortalité réelle de la maladie puisque la quasi-totalité des pays ont le plus grand mal à compter avec précision les décès qui lui sont imputables. De plus, sans les mesures de distanciation sociales qui ont été adoptées, le bilan serait très probablement beaucoup plus élevé. Une étude de l’Ecole des hautes études en santé publique (EHESP) estime ainsi que le confinement a sauvé environ 60 000 vies en France. Confrontée à cette analyse, Dhorasoo a revendiqué son droit d’utiliser comme bon lui semblait ces données (source : Twitter, 15 mai 2020).

DÉSINFORMATION. En dépit du confinement progressif, les théories du complot autour de COVID-19 continuent d’envahir le paysage numérique, avec des conséquences parfois alarmantes. Il n’est pas surprenant que le boom du complot autour du coronavirus ait inspiré la machine de désinformation du Kremlin, dotée d’une longue expérience en la matière, sur un large éventail de sujets. EUVsDisinfo, un site dépendant du service diplomatique de l’Union européenne, a produit une synthèse sur le sujet et une précieuse animation permettant de pister les différentes théories. Ainsi la première, enregistrée le 22 janvier dernier, estime-t-elle que le coronavirus a été « probablement élaboré dans les labos de l’OTAN » (source : EUVsDisinfo.eu, 14 mai 2020).

DIDIER RAOULT. Que penser du docteur Didier Raoult, fervent défenseur de l’usage de la chloroquine comme traitement du Covid-19 ? Invitée sur Europe 1, Marylin Maeso, professeur de philosophie, justifie la méfiance que lui inspire cet infectiologue controversé. Elle met notamment en cause sa démarche politique, peu compatible avec la rigueur scientifique, son usage du buzz et des réseaux sociaux, qui ont contribué à alimenter les théories complotistes et à séduire les personnalités populistes comme Jean-Luc Mélenchon ou Marine Le Pen (source : Europe 1, 16 mai 2020).