[EXCLUSIF] Quel rapport les Français entretiennent-ils avec les vaccins ? Alors que plusieurs équipes de recherche travaillent, tout autour du monde, à mettre au point un vaccin contre le Covid-19, la Fondation Jean-Jaurès et Conspiracy Watch rendent publics les résultats d’une enquête d’opinion Ifop* effectuée au mois de mars.

Crédits : Flickr/Daniel Paquet.

S’agissant des vaccins, cinq énoncés à caractère conspirationniste ont été proposés aux sondés : pour trois d’entre eux, portant sur un prétendu lien entre la vaccination et des maladies comme l’autisme ou la sclérose en plaques, sur une collusion politico-industrielle pour cacher au grand public la réalité sur la nocivité des vaccins et sur la soi disant preuve d’une dangerosité des adjuvants contenus dans les vaccins, de 46% à 62% des Français déclarent en avoir déjà entendu parler, ce qui renseigne sur l’ampleur de la propagation de ces idées dans l’opinion.

En termes d’adhésion, le résultat le plus notable concerne, de loin, l’énoncé selon lequel il serait « prouvé que certains adjuvants contenus dans les vaccins, comme l’aluminium, peuvent être très dangereux » : la moitié des Français (51%) approuve cette proposition quand seulement un quart d’entre eux (26%) la rejettent, et cela alors même qu’il n’existe aucune preuve d’une quelconque dangerosité des adjuvants aluminiques contenus dans les vaccins, lesquels sont étudiés depuis des décennies maintenant.

Par ailleurs, un tiers des Français (33%) en moyenne considère que le ministère de la Santé et les laboratoires pharmaceutiques « sont de mèche pour cacher au grand public la réalité sur la nocivité des vaccins ». Ils étaient 43% lors de notre précédente enquête réalisée en décembre 2018. Toutefois, ceux qui adhèrent à cet énoncé sont surreprésentés chez les moins de 35 ans (40%), les sympathisants d’EELV (43%) et ceux du Rassemblement national (54% ).

Deux ans après l’extension de l’obligation vaccinale pour les enfants de 0 à 2 ans à onze maladies aux conséquences graves (DTP, coqueluche, ROR, Haemophilus influenzae de type B, hépatite B, pneumocoque et méningocoque C), les moins de 35 ans demeurent très réceptifs aux thèses conspirationnistes autour de la vaccination.

Chloé Morin, politologue, et Gérard Lambert, médecin généraliste, analysent les résultats de ce sondage sur le site de la Fondation Jean-Jaurès :

 

* Enquête Ifop pour la Fondation Jean-Jaurès et Conspiracy Watch réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 16 au 19 mars 2020 auprès d’un échantillon de 1 007 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.