L’actu de la semaine décryptée par Conspiracy Watch (semaine du 07/03/2022 au 13/03/2022). 

« WARONFAKES.COM ». Le ministère russe des Affaires étrangères recommande un site en quatre langues – dont le français –, pour démêler les fausses informations sur la guerre. Intitulé « War on Fakes », disponible sans frais ni inscription, ce portail numérique, signé par d’obscurs experts prétendument apolitiques, prétend scruter les infos trompeuses circulant sur les réseaux sociaux et rétablir la vérité. Problème : tout y est grossier, les infox autant que leurs rectificatifs bâclés en quelques lignes (source : France Inter, 7 mars 2022).

MARIOUPOL. L’armée russe a qualifié de « mise en scène » de « nationalistes » ukrainiens la frappe ayant visé le 9 mars une maternité et un hôpital pédiatrique de la ville encerclée de Marioupol, dans le sud-est de l’Ukraine. « La prétendue frappe aérienne est une mise en scène totale à des fins de provocation afin d’entretenir l’agitation antirusse du public occidental », a déclaré le porte-parole du ministère de la Défense, Igor Konachenkov (source : La Presse, 10 mars 2022).

À noter que le compte de l’ambassade de Russie en France, qui relaie des comptes non institutionnels depuis le début de la guerre en Ukraine, participe activement à la diffusion des infox (source : Franck Clarot/Twitter, 10 mars 2022 ; Tristan Mendès France/Twitter, 6 mars 2022).

ÉLECTION VOLÉE. L’ambassadeur de la Russie auprès de l’ONU a critiqué des pays occidentaux, dont les États-Unis, pour ne pas avoir condamné le renversement en 2014 de Viktor Ianoukovitch, le président ukrainien pro-russe. Vassily Nebenzia a affirmé que les États-Unis étaient « l’endroit où le président légitimement élu du pays a été renversé », allusion au mensonge de Donald Trump au sujet du prétendu « vol » de l’élection présidentielle de 2020 (source : Newsweek, 2 mars 2022).

COMPLOSPHÈRE PRO-POUTINE. Au sein du mouvement protéiforme des opposants à la vaccination obligatoire, au port du masque ou au passe sanitaire, la guerre en Ukraine est bien souvent vue comme une manœuvre de diversion, destinée à justifier d’autres mesures liberticides. Les éléments de propagande de Moscou trouvent de fait des relais dans cette communauté très présente sur les réseaux sociaux où l’on se félicite de ne pas être « des moutons » et d’exercer son esprit critique (source : Le Monde, 11 mars 2022).

À lire sur le même sujet, l’analyse parue dans Marianne et l’enquête d’Antoine Bayet publiée dans la Revue des médias de l’INA.

Alors que ses outils d’influence Russia Today (RT) et Sputnik ne peuvent plus sévir en Europe pour diffuser sa propagande, Moscou déploie une nouvelle stratégie. Libération a pu en identifier certains des rouages en français, entre sites grossièrement manipulatoires et influenceurs proches de l’extrême droite (source : Libération, 9 mars 2022).

Des lectures à compléter par le visionnage de « Vrai ou Fake », qui montre comment le soutien à Vladimir Poutine, en France, coïncide avec une pensée « anti-système » (source : Julien Pain/Twitter, 7 mars 2022).

BOOBA. Dans sa chronique « Antidote » du 11 mars sur France Inter, Tristan Mendès France est revenu sur le cas du rappeur Booba qui, disposant d’une audience considérable en ligne, relaie de plus en plus de contenus complotistes sur ses réseaux sociaux. Après avoir notamment donné de l’écho aux contenus antivax, il diffuse aujourd’hui des narratifs complotistes pro-russes jusqu’à devenir l’un des plus gros relais français de la propagande russe (source : France Inter, 11 mars 2022).

ALT-RIGHT AMÉRICAINE. Alors que la guerre fait rage en Ukraine, l’alt-right américaine s’est une nouvelle fois illustrée en prenant le parti du président russe, au point que ses représentants les plus influents ne sont désormais plus très loin de devenir les porte-voix officiels du Kremlin aux États-Unis. De Tucker Carlson à Steve Bannon en passant par Donald Trump ou encore Alex Jones, tous ont exprimé leur sympathie pour Vladimir Poutine. Entre rhétorique complotiste et fascination, tour d’horizon des positions et propos tenus ces dernières semaines par ces différentes personnalités (source : Conspiracy Watch, 6 mars 2022).

ARMES BIOLOGIQUES. Le ministère russe de la Défense a déclaré que des échantillons de coronavirus de chauve-souris ont été soumis à des expériences dans des biolaboratoires établis et financés par les États-Unis en Ukraine (source : David Colon/Twitter, 10 mars 2022). Moscou accuse en effet le Pentagone d’avoir financé des laboratoires biologiques à des fins militaires, ce que Washington dément fermement. Un partenariat a bien été noué pour la recherche et la prévention mais il vise à « sécuriser les agents pathogènes et les toxines préoccupants pour la sécurité des installations gouvernementales ukrainiennes, tout en permettant la recherche pacifique et le développement de vaccins » (source : Le Parisien, 10 mars 2022 ; Le Monde, 12 mars 2022). Un discours qui résonne avec certaines accusations passées, du temps de la guerre froide, lorsque le bloc communiste accusait les États-Unis de mener une guerre bactériologique en Corée… (source : Conspiracy Watch, 27 juin 2020).

« SECOND ISRAËL ». « Révélation : ce que Poutine démantèle en Ukraine est un projet de second Israël ». Telle est la forme sous laquelle est présentée une fake news publiée sur le site conspirationniste « Algérie Patriotique ». Cette théorie antisémite du « second Israël » est basée sur un article d’un certain Wayne Madsen, paru en décembre 2014 sur le site du théoricien du complot Thierry Meyssan (source : Conspiracy Watch, 7 mars 2022).

KEMI SEBA. Activiste « panafricaniste » et antisémite condamné à plusieurs reprises pour incitation à la haine raciale, Kemi Seba a rencontré Mikhaïl Bogdanov, vice-ministre russe des Affaires étrangères, « afin d’optimiser les relations bilatérales entre l’Afrique et la Russie, le tout dans une dynamique de souveraineté respectée et de résistance politique au globalisme occidental » (source : Serge Barbet/Twitter, 9 mars 2022). Un positionnement peu surprenant de la part de celui qui était intervenu en octobre 2019 à Sotchi (Russie), lors d’un sommet Russie-Afrique organisé à l’initiative du Kremlin.

RT FRANCE. Des Gilets jaunes aux mobilisations contre le passe sanitaire, les mouvements de protestation ont successivement trouvé une belle exposition sur le canal de RT France, qui vient d’être suspendu par le gouvernement français. Une appétence pour les expressions dissidentes qui n’est pas sans arrière-pensées, comme l’analyse David Colon, enseignant et chercheur à Sciences Po (source : Julien Pain (Vrai ou Fake)/Twitter, 11 mars 2022). À lire également, l’article de Rudy Reichstadt dans l’hebdomadaire Franc-Tireur daté du 9 mars 2022.

VANESSA BEELEY. Le compte Twitter de Vanessa Beeley a été suspendu pendant quelques heures le 11 mars. Conspiracy Watch expliquait il y a quatre ans comment cette blogueuse britannique conspirationniste était devenue « l’experte » dont les médias russes et le régime de Bachar el-Assad avaient besoin pour discréditer les témoignages et l’action des volontaires de la Défense civile syrienne, les « Casques blancs » (source : Conspiracy Watch, 29 avril 2018).

JEAN LASSALLE. Candidat à l’élection présidentielle, le député des Pyrénées-Atlantiques Jean Lassalle s’est lancé dans un tour de France en bus, pour partir à la rencontre des électeurs. De passage à Barsac (Gironde) le 11 mars, l’élu était accompagné de la députée du Bas-Rhin Martine Wonner, active depuis 2020 dans la mouvance complotiste engagée contre les mesures gouvernementales visant à lutter contre la pandémie de Covid-19. Il n’est pas inutile de rappeler que Lassalle est lui-même un compagnon de route de la complosphère.

RIVAROL. Alors que le journal Rivarol a fait l’objet de multiples condamnations pour provocation à la haine raciale et contestation de crime contre l’humanité, il continue de profiter d’aides publiques indirectes. C’est ce que dénoncent dans une tribune au Monde une trentaine d’historiens et de personnalités réclamant le retrait d’un agrément attribué par la Commission paritaire des publications et agences de presse (CPPAP), une instance sous la tutelle du ministère de la Culture (source : Le Monde, 7 mars 2022).

BANDE DESSINÉE. Ils sont partout, de Valérie Igounet, Jacky Schwartzmann, Morgan Navarro et Lara, vient de paraître aux éditions Les Arènes. Aborder le complotisme à travers la bande dessinée et sur un ton humoristique, c’est le pari de cet ouvrage dans lequel on suit les pas d’une jeune journaliste entreprenant, aux côtés d’un reporter spécialiste de l’extrême droite, une inquiétante descente dans les enfers du conspirationnisme pour en ramener son frère, près de commettre l’irréparable… (source : Conspiracy Watch, 10 mars 2022). À découvrir, la pastille de présentation où l’historienne Valérie Igounet, directrice adjointe de Conspiracy Watch, présente la BD.

HISTOIRE. Tout le monde aurait oublié aujourd’hui l’affaire Calas si l’écrivain Voltaire n’avait pas pris la défense de ce protestant de Toulouse, condamné à mort, torturé et roué vif parce que, selon une rumeur, il aurait tué son fils Marc-Antoine pour l’empêcher, disait-on, de se convertir au catholicisme. Retour en podcast sur ce moment d’histoire avec Didier Masseau, spécialiste du XVIIIe siècle (source : Franceinfo, 4 mars 2022).

DÉCONSPIRATEURS. Des réactions des ambassades russes à l’interdiction de RT France et de Sputnik dans l’UE ; du mythe de l’invasion russe pour éliminer les « biolabs » en Ukraine au narratif de la « dénazification »… Tristan Mendès France, Rudy Reichstadt et David Medioni ont consacré le treizième épisode des « Déconspirateurs » au décryptage de la désinformation et des théories du complot qui ont accompagné l’agression russe contre l’Ukraine (source : Conspiracy Watch, 8 mars 2022).