L’actu de la semaine décryptée par Conspiracy Watch (semaine du 15/03/2021 au 21/03/2021).

ADRÉNOCHROME. Une publication partagée des centaines de fois sur Facebook a prétendu montrer, photos d’une affiche à l’appui, que la Fifa transporterait ou se ferait livrer de l’adrénochrome, une drogue qui serait faite à partir « de sang humain ». C’est faux : l’adrénochrome, au cœur de théories du complot de type QAnon, n’est pas une drogue mais une molécule de synthèse vendue légalement. L’affiche renvoie vers un compte Telegram d’illustrations, dont certaines remettent en cause l’existence de la pandémie de Covid-19 et la Fifa a démenti auprès de l’AFP être impliquée dans un quelconque trafic de ce genre (source : AFP, 14 mars 2021).

TÉMOIGNAGES. « Ce qui vous paraît fou était ma norme » : d’ex-complotistes racontent leurs années dans un « monde parallèle ». Alors que la pandémie de Covid-19 a ravivé les théories conspirationnistes, Fabien, Olivier, Dominique et Nicolas nous racontent leur vie d’anciens complotistes, depuis leur entrée dans un monde rempli de certitudes jusqu’à leur réveil douloureux… (source : Le Parisien, 14 mars 2021).

VACCINATION/CRIMES NAZIS. Galvanisée par la pandémie de Covid-19, la complosphère a trouvé un nouvel artifice pour alerter sur les méfaits supposés de la « dictature sanitaire » : établir un parallèle entre les crimes nazis et les restrictions gouvernementales ou la campagne de vaccination. « Dans ces publications, il y a une banalisation extrême de la politique du IIIe Reich qui permet aux anti-vaccins de s’identifier aux Juifs persécutés et de présenter les démocraties libérales comme des régimes génocidaires », explique l’historienne Valérie Igounet, spécialiste du négationnisme et directrice adjointe de Conspiracy Watch (source : AFP, 21 mars 2021).

La généticienne Alexandra Henrion-Caude, figure de la complosphère covido-sceptique, a relayé la fausse information selon laquelle la campagne de vaccination menée par le gouvernement israélien l’aurait été en violation du code de Nuremberg.  Rappelons que cette infox, en vogue dans la complosphère depuis la fin de l’année 2020, repose sur une analogie entre la campagne de vaccination actuelle et les « expériences » menées sur les prisonniers et déportés pendant la Seconde Guerre mondiale (source : Conspiracy Watch). D’après ceux qui relaient cette rumeur, la plainte déposée par deux avocats israéliens contre leur gouvernement aurait été validée voire jugée recevable par la Cour pénale internationale de La Haye, ce qui est faux : le tribunal n’a fait qu’en accuser réception (source : Raphaël Grably/Twitter, 14 mars 2021). On lira sur ce même sujet la mise au point des Décodeurs du Monde.

NÉO-NAZIS. Il y a quelques jours, un groupe complotiste sur Telegram a posé une question à des milliers d’adeptes : « Israël trompe-t-il le monde entier pour favoriser les restrictions contre les personnes non vaccinées ? » Parmi les résultats les plus toxiques, on a pu constater la croissance des thèses antisémites, qui surgissent partout, des sites web néonazis aux groupes covido-sceptiques. Alors que de telles idées existaient bien avant le coronavirus, les experts affirment que la convergence des positions anti-vaccin et des thèses antisémites s’est renforcée au cours de la pandémie (source : Coda, 15 mars 2021).

ENGERER. En septembre 2020, Eve Engerer, médecin anti-masques du Bas-Rhin, avait fait le « buzz » en déclarant auprès de BFMTV que le masque était un rituel des « pédo-sataniques ».  D’après une information révélée par l’agence APMnews et confirmée par Actu Strasbourg, la généraliste a finalement été radiée de l’Ordre des médecins au début de l’année 2021. Rappelons qu’Eve Engerer avait été suspendue en novembre 2020.

RYSSEN. Emprisonné depuis l’automne, le militant d’extrême droite Hervé Ryssen était jugé en appel à Paris, le 18 mars, pour négationnisme et antisémitisme. Au cours de l’audience, il a minimisé les faits et répété ses antiennes, assisté par un avocat, Pierre-Marie Bonneau, s’alarmant de l’état de la liberté d’expression en France… Récit d’audience par Paul Conge (source : Marianne, 19 mars 2021).

KENY ARKANA. « Cette chanson est un point de vue qui, par son engagement et liberté de ton, en devient un manifeste pour la liberté d’expression. » C’est en ces termes que le site 13Or-du-Hip-Hop évoque le dernier titre de Keny Arkana, « Violence masquée », dans lequel elle pourfend les « médecins collabos arrosés par Big Pharma ». Une chanson dans la lignée de l’œuvre de la rapeuse altermondialiste qui, depuis plus de quinze ans, relaie dans ses textes les thèses complotistes les plus radicales (source : Conspiracy Watch, 18 mars 2021). C’est à elle que Morgan Navarro consacre cette semaine son dessin :

RÉSEAUX COMPLOTISTES. Depuis que le Capitole, à Washington, a été envahi par des partisans de Donald Trump adeptes de théories du complot, les grandes plates-formes – YouTube, Facebook, Twitter… – ont fermement serré la vis en termes de modération. Ainsi les grands comptes complotistes ont-ils été refoulés à la marge… ce qui ne les empêche pas de se réorganiser sur d’autres réseaux. Dans une enquête de William Audureau, le youtubeur complotiste Silvano Trotta témoigne : « Ce qui m’embête, c’est que Twitter est une bonne source d’information. Mais en termes de diffusion, on s’aperçoit qu’à la vitesse du vent, sur Telegram et VK, je vais retrouver les mêmes parts de marché » (source : Le Monde, 17 mars 2021).

#CITOYENSDUWEB. « Nous sommes venus combler le vide laissé par des autorités qui ont, depuis trop longtemps, laissé le champ libre à [d]es discours manipulateurs sur Internet et les réseaux sociaux. » C’est en ces termes qu’un collectif de citoyens spécialisés dans la lutte contre la désinformation a alerté dans les colonnes de Libération des risques liés à « l’émergence des charlatans du Web et l’emprise mentale que certaines structures ou individus exercent ». Une meilleure prise en compte de cette menace ainsi qu’une politique volontariste sont notamment demandées aux pouvoirs publics (source : Libération, 17 mars 2021). Interrogée par LCI, Karine Lacombe explique les raisons pour lesquelles elle a signé cette tribune. Thomas Huchon, également signataire, témoigne lui aussi de la violence subie par celles et ceux qui s’efforcent d’informer des dangers de la désinformation et de construire des outils de prévention (source : LCI, 19 mars 2021).

ACRIMED. La publication d’un article à charge contre « l’anti-conspirationnisme promu par les médias dominants », censé être incarné par Rudy Reichstadt et Tristan Mendès France, a inspiré à Élie Guckert une réponse argumentée sous la forme d’un thread. Alors que le journaliste Laurent Dauré leur reprochait notamment de faire l’impasse sur « la principale théorie du complot de l’ère de Trump », le « Russiagate », Guckert rappelle le positionnement politique de Dauré et la réalité de la collusion de l’administration Trump avec la Russie, pointée par le rapport Mueller (source : Élie Guckert / Twitter, 16 mars 2021).

ANTISÉMITISME. Un exemplaire des Protocoles des Sages de Sion, célèbre faux forgé au début du XXe siècle, a été découvert sur la table d’un point de contrôle de la police du Capitole à Washington. Un officier a été suspendu, tout comme l’ont déjà été d’autres policiers, suspectés d’avoir aidé l’insurrection du 6 janvier (source : Washington Post, 16 mars 2021).

VACCINOSCEPTICISME. Une étude massive de Facebook sur des millions d’utilisateurs repartis dans 638 groupes/échantillons révèle que 10 d’entre eux poussent 50% du contenu vaccinosceptique. Une minorité militante capte le sujet au-delà de ce qu’elle représente réellement (source : Washington Post, 14 mars 2021).

MICRO-TROTTOIR. Un an après le début de la pandémie de Covid-19, notre équipe a battu le pavé parisien pour demander aux passants s’ils pensaient que le coronavirus avait été « fabriqué en laboratoire »… Réponse en vidéo !

AMAZON. Facebook, Twitter, YouTube et Spotify ont fini par interdire les publications mensongères du complotiste David Icke à propos du Covid-19. Mais sur Amazon, la lecture de Icke, qui croit en l’existence d’un peuple lézard, est recommandée. Tissu de désinformations, son livre The Answer s’est classée 30e sur la liste des meilleures ventes d’Amazon pour le sujet « communication et médias ». Cette popularité est en partie due aux puissants algorithmes de recommandation du géant du commerce électronique qui suggèrent The Answer et d’autres ouvrages complotistes covido-sceptiques aux personnes recherchant des informations sur le coronavirus. Une enquête à lire sur BuzzFeed News.

MESSAGERIES. La chronique de Tristan Mendès France du vendredi 19 mars sur France Inter était consacrée au rôle des plateformes de messagerie dans la diffusion des théories complotistes. WhatsApp, Snapchat, Telegram… ce sont des milliards de messages qui transitent quotidiennement par ces espaces informationnels privés. La parole s’y livre et s’y libère volontiers, dans une plus grande confiance, facilitant la circulation de rumeurs aux conséquences parfois dramatiques (source : France Inter, 19 mars 2021).

À lire, en complément d’information, l’analyse publiée sur le blog « Global Disinformation Index », au sujet de la manière dont les réseaux anti-vaccins prospèrent sur Instragram (source : GDI, 11 mars 2021).

DÉRIVES SECTAIRES. Une semaine sur deux, « Complorama » explore l’actualité du complotisme, dans un podcast bimensuel de France Info animé par Marina Cabiten, avec Rudy Reichstadt, directeur de Conspiracy Watch, et Tristan Mendès France, maître de conférence spécialiste des cultures numériques. Une émission à retrouver sur Apple podcastSpotify ou encore Deezer. Le cinquième épisode du podcast était dédié aux dérives sectaires dont les liens avec le complotisme sont soulignés dans le récent rapport de la mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes).