Conspiracy Watch | l'Observatoire du conspirationnisme
Conspiracy Watch | l'Observatoire du conspirationnisme

Conspiracy News #06.2022

Publié par La Rédaction06 février 2022

L’actu de la semaine décryptée par Conspiracy Watch (semaine du 31/01/2022 au 06/02/2022). 

IVAN RIOUFOL. Le 1er février 2022, dans l’émission « L’Heure des Pros » sur CNews, le journaliste et essayiste Ivan Rioufol a déclaré : « quand le ghetto de Varsovie a été créé en 1940, c’était un lieu de contaminés. C’était d’abord un lieu hygiéniste […] c’est un lieu qui était fait pour préserver du typhus ». L’affirmation est historiquement et scientifiquement fausse. Comme le montre un article du site Fact & Furious, « la principale épidémie de typhus est apparue après la création du ghetto de Varsovie. L’idée selon laquelle les juifs étaient rassemblés pour des raisons sanitaires provient de la propagande nazie » (source : Fact & Furious, 4 février 2022).

NÉGATIONNISME. Dans sa chronique « Antidote » du 4 février sur France Inter, Tristan Mendès France s’est intéressé à la question de la diffusion du négationnisme en ligne, un phénomène qui touche particulièrement les jeunes via les réseaux sociaux. Depuis la pandémie, des audiences qui étaient jusque-là épargnées ont été touchées, certaines figures gravitant autour du complotisme sanitaire s’étant fait les relais de contenus négationnistes (source : France Inter, 4 février 2022).

CLIMATOSCEPTICISME. Aujourd’hui, et depuis des décennies, il existe un consensus scientifique autour de la réalité du réchauffement climatique et de la responsabilité de l’Homme dans ce processus. Cette unanimité scientifique n’empêche pas certaines prises de position, comme celle d’Anne-Laure Blin, députée LR, ou celle d’Éric Zemmour, qui entretiennent le doute sur ce diagnostic (source : Vrai ou Fake (FranceInfo)/Twitter, 4 février 2022).

LIVRE NOIR. Au-delà de la myriade d’éditorialistes sensibles à ses idées, Éric Zemmour peut compter sur Livre Noir, un nouveau média en ligne dont les vidéos sont aussi efficaces qu’un clip de campagne. Si elle se défend d’être « l’agence de com’ » du candidat, l’équipe du site entretient des liens d’amitié et militants anciens avec des piliers de sa campagne (source : Mediapart, 30 janvier 2022).

ANTI-SYSTÈME. Une profusion de candidats anti-système entendent faire entendre leur voix dans l’actuelle campagne à l’élection présidentielle. Ils sont si nombreux et pour certains, si confidentiels, que la presse ne parvient pas à les recenser tous. Plus ou moins anti-pass et antivaxx, post-Gilets Jaunes, partisans du Référendum d’Initiative Citoyenne (RIC) ou issus de l’ultra-droite, ils affichent tous, à des degrés divers, un tropisme complotiste, se posant en défenseurs du peuple contre les élites (source : Conspiracy Watch, 1er février 2022).

RUSSIA TODAY. L’Allemagne a interdit la diffusion de la chaîne de télévision russe RT en allemand. Déjà privée de diffusion satellitaire, RT s’est vu interdire toute diffusion via le site internet et une application mobile. La chaîne diffusait sans l’autorisation délivrée par l’autorité régulatrice des médias en Allemagne (source : AFP/Twitter, 2 février 2022).

ALICE PAZALMAR. Le tribunal de Cahors a condamné à 6 mois de prison ferme Alice Martin-Pascual, connue sous le nom d'Alice Pazalmar, une jeune femme engagée dans le mouvement complotiste One Nation, pour de multiples infractions routières (source : La Dépêche, 1er février 2022). Elle ne s’est pas présentée à son procès mais avait, en revanche, adressé un message vidéo au tribunal où elle explique notamment qu’elle « ne reconnaî[t] pas la personne juridique qui [lui] a été attribuée » (source : Tristan Mendès France/Twitter, 2 février 2022).

ANTOINE MELLIES. Après avoir milité auprès des antisémites et islamistes du Parti antisioniste d’Alain Soral, de Dieudonné M’Bala M’Bala et Yahia Gouasmi, après avoir rallié le Rassemblement national, Antoine Mellies soutient désormais avec ferveur le candidat Zemmour. Stanislas Rigault, président de « Génération Z », a pu ainsi le féliciter officiellement pour son investissement lors du passage du candidat Zemmour à Lyon (source : Licra/Twitter, 1er février 2022).

CHRISTIAN PERRONNE. Lors d'une prise de parole devant la Chambre des députés du Luxembourg, le 12 janvier 2022, le professeur Christian Perronne, invité par deux auteurs de pétitions contre la vaccination obligatoire, a tenu une série d'affirmations sur les injections anti-Covid, qui ne seraient, pas selon lui, des vaccins mais consisteraient en un « traitement expérimental ». Ses assertions, rapidement devenues virales sur les réseaux sociaux, ont cependant été remises en cause par des scientifiques interrogés par l'AFP, qui les jugent fausses ou trompeuses (source : AFP, 27 janvier 2022).

CYRIL HANOUNA. Venu du monde du divertissement, Cyril Hanouna mord de plus en plus sur celui de l’information dans son émission TPMP. À travers la parole donnée à deux figures de la complosphère, l’ancien journaliste Richard Boutry et l’infectiologue Christian Perronne, démis de ses fonctions par l’APHP, l’équipe de « Vrai ou Fake » a analysé la manière dont Hanouna contribue à relayer la désinformation (source : « Vrai ou Fake » (FranceInfo)/Twitter, 28 janvier 2022).

YANNICK LESCURE. Côté pile, Yannick Lescure est un sympathique youtubeur, installé à Montréal, présentant des recettes de cuisine. Côté face, il se définit comme un « résistant français national-socialiste » qui, grâce notamment à sa communauté, a mis sur pied un groupe de complotistes d’extrême droite qui fantasment de « renverser la République ». Il explique ainsi : « Créer un appareil de combat de toutes pièces ne se fait pas en six mois, ni un appareil civil. Mais je suis heureux de voir que la discussion avance, que des gens sont prêts à avoir recours à l’ultime sacrifice pour le bien de la France » (source : Libération, 31 janvier 2022).

IRL. À noter le lancement par Libération d’un observatoire des Influences des radicalités en ligne (IRL), aux fins d’ « ausculter et décrypter l’impact des influenceurs nationalistes, des youtoubeurs complotistes, des réseaux sociaux conspirationnistes », dans le contexte de la campagne électorale.

GRAND REMPLACEMENT. Trouvant ses racines dans la chrétienté médiévale, qui considère juifs et musulmans comme une menace, la théorie d’une « submersion » de la France par un prétendu « envahisseur étranger » convoque et adapte toutes les idéologies présentes et passées – racialistes, antisémites et nationalistes – aptes à servir son propos (source : Le Monde, 28 janvier 2022).

SPOTIFY. Accusé de laisser le champ libre à la désinformation sur le Covid-19 dans ses podcasts, le géant suédois du streaming audio Spotify a annoncé des mesures, dimanche 30 janvier, pour tenter de répondre à la controverse croissante autour de la diffusion de contenus antivax. Le PDG de la plateforme a annoncé une série de mesures, dont l’introduction de liens dans tous ses podcasts évoquant le Covid-19, qui guideront ses utilisateurs vers des informations factuelles et scientifiquement sourcées (source : Le Monde, 31 janvier 2022).

INSTAGRAM. Instagram a beau annoncer de nouvelles mesures de modération pour diminuer la désinformation sur sa plateforme, le réseau social se retrouve trahi par ses propres outils. D'après une étude réalisée par Media Matters, les « stories » ainsi que le « sticker » pour ajouter des liens sont largement utilisés par les antivax pour propager et monétiser de la désinformation autour de la pandémie de Covid-19. Un procédé qu'ils utilisent également pour rediriger leurs abonnés vers d'autres plateformes moins soucieuses des contenus fallacieux comme Telegram, Clouthub ou encore Gettr (source : La Dépêche, 28 janvier 2022).

SUBSTACK. Évincés des principaux réseaux sociaux, les influenceurs complotistes  se connectent avec le public par le biais des newsletters et des podcasts. Substack, la plateforme de newsletters par abonnement, est en passe de devenir la plaque tournante de la désinformation sur la pandémie. Une plateforme qui, d’après les chercheurs du Center for Countering Digital Hate, gagnerait des millions de dollars grâce aux contenus anti-vaccination… (source : Washington Post, 27 janvier 2022).

INGÉRENCE. Ni l’espionnage ni les opérations d’influence n’ont attendu Internet pour se déployer mais, en cette matière comme en bien d’autres, le numérique accélère le rythme, ouvre le champ des possibles à de nouveaux acteurs, permet les changements d’échelle. À l’approche de scrutins essentiels, les menaces de déstabilisation sont au cœur des préoccupations de l’État, qui s’efforce de les prévenir en multipliant les initiatives (source : Libération, 1er février 2022).

COMPLORAMA. Augmentation des cancers, modification de l’ADN ou 5G, disparitions de faux morts du Covid… Les théories du complot autour du vaccin se portent bien, en ce début d’année 2022. Mais le complotisme antivax a évolué, depuis le lancement de la campagne de vaccination il y a un peu plus d’un an. « Le complotisme antivax autour du vaccin contre le Covid », c’est le 22e épisode de Complorama, avec Rudy Reichstadt, directeur de Conspiracy Watch, et Tristan Mendès France, maître de conférence et membre de l’observatoire du conspirationnisme, spécialiste des cultures numériques. Un podcast à retrouver sur le site de franceinfo, l'application Radio France et plusieurs autres plateformes comme Apple podcastsPodcast AddictSpotify, ou Deezer.

DÉQODEURS. La chaîne francophone complotiste « Les DéQodeurs », située dans la mouvance QAnon, avait prédit un coup d’État pro-Trump le 20 janvier 2021 (source : Le Monde, 21 janvier 2021). Sur Telegram, à renfort de « Grand réveil » et d’ « État profond », le média prophétise à nouveau l’imminence d’un « impact », un événement « que l’humanité n’a jamais vu jusqu’à présent »… (source : Rudy Reichstadt/Twitter, 4 février 2022).

FREEDOM CONVOY. Le 23 janvier 2022, un convoi de camions s’est élancé de Vancouver, au Canada. Objectif : rouler 4 400 kilomètres plein Est, jusqu’à la capitale fédérale Ottawa pour contester la vaccination obligatoire contre la Covid-19, nécessaire pour franchir la frontière avec les États-Unis. Baptisé le « Freedom Convoy », ils sont arrivés dans la capitale fédérale samedi 29 janvier. Une mobilisation accompagnée d'images impressionnantes sur les réseaux sociaux... et de plusieurs intoxs (source : FranceInfo, 2 février 2022). L’initiative ne fait pas l’unanimité dans la complosphère où certains dénoncent une opération montée par l’ « État profond » dans le but de discréditer le mouvement d’opposition aux restrictions et de créer des pénuries pour accélérer le « Great Reset » (source : Albert le Ver/Twitter, 1er février 2022).

DONALD TRUMP. Lors d'un meeting au Texas, Donald Trump a continué à blanchir les participants à l’assaut du Capitole du 6 janvier 2021. Alors qu'il envisage une nouvelle candidature à l’élection de 2024, l’ancien président a suggéré à une foule de partisans que les plus de 700 personnes inculpées jusqu'à présent dans cet événement étaient visése à tort et pourraient être graciées par lui, une fois élu (source : Mother Jones, 30 janvier 2022).

MALI. Les messages anti-français ou pro-Russes inquiètent dans un contexte de crise politique. Mais certains activistes luttent pour les démentir. C’est notamment le cas du site Benbere Vérif, qui traque et démonte les moindres fausses nouvelles. Son directeur, Abdoulaye Guindo, explique que « les fake news sont d’abord rédigées en français. Des personnes les traduisent ensuite en langue locale et les envoient dans les groupes WhatsApp des populations » (source : Deutsche Welle, 2 février 2022).

Depuis quinze ans, Conspiracy Watch contribue à sensibiliser aux dangers du complotisme en assurant un travail d’information et de veille critique sans équivalent. Pour pérenniser nos activités, le soutien de nos lecteurs est indispensable.  

Faire un don !
à propos de l'auteur
[show_profile_image]
Partager :
Conspiracy Watch | l'Observatoire du conspirationnisme
© 2007-2022 Conspiracy Watch | Une réalisation de l'Observatoire du conspirationnisme (association loi de 1901) avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.
cross