Des gros titres aux petites infos passées inaperçues : ce qu’il fallait retenir de l’actualité des derniers jours en matière de conspirationnisme et de négationnisme (semaine du 27/01/2020 au 02/02/2020).

AFFAIRE MILA. « Une grande opération de diversion ». C’est ainsi que Raquel Garrido, chroniqueuse dans l’émission « Balance ton poste » a qualifié, le 30 janvier, la polémique autour de l’affaire Mila et du droit à la critique des religions. L’ex-porte-parole de La France insoumise qui s’est déjà illustrée par des propos du même acabit, a une fois encore préféré la théorie du complot à tout effort d’analyse : « Pourquoi est-ce que le gouvernement et les élites politiques se saisissent de la question religieuse en ce moment ? C’est pour qu’on arrête de parler du plus grand mouvement social qu’ait connu notre pays depuis de l’après-guerre » (source : Twitter, 2 février 2020).

ÉTATS-UNIS. La région de New York connaît une vague de violences antisémites inspirée par des mouvements nationalistes noirs. Le 10 décembre 2019, quatre personnes ont été assassinées à Jersey City par un couple afro-américain se revendiquant de l’idéologie antisémite d’un mouvement séparatiste, les Black Hebrew Israelites. Journaliste à Slate, Claire Levenson s’est penchée sur un terreau complotiste qui doit beaucoup à un livre de propagande publié en 1991 par l’organisation antisémite Nation of Islam, La Relation secrète entre les Noirs et les Juifs – un ouvrage cité en France par des polémistes comme Dieudonné M’Bala M’Bala ou Alain Soral (source : slate.fr, 27 janvier 2020).

ANTISÉMITISME. Dans une interview au Point, Frédéric Potier, délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (Dilcrah), revient sur les chiffres concernant les faits racistes en France en 2019. Selon lui, les causes de cette poussée de l’antisémitisme (plus de 20% des faits en relèvent pour une population juive estimée à moins d’1% de la population), sont à chercher dans l’islamisme radical, la résurgence de l’extrême droite et « la haine d’Israël, qui sert de masque à l’antisémitisme » (source : Le Point, 28 janvier 2020).

CRIME RITUEL. Hanan Ashrawi, une Palestinienne de Jérusalem, a posté, le 26 janvier 2020, un tweet accusant les Israéliens d’avoir enlevé, violenté, et jeté au fond d’un puits un petit garçon palestinien de 8 ans, Qais Abu Ramila. Relayé par l’élue démocrate américaine Rashida Tlaib, le message remettait au goût du jour l’accusation ancestrale antijuive de crime rituel. Les excuses tardives des deux femmes n’auront pas empêché la rumeur de courir sur les réseaux sociaux (source : marianne.fr, 28 janvier 2020).

CORONAVIRUS. L’épidémie déclenchée par le virus apparu à Wuhan, en Chine, entraîne le partage de théories complotistes en ligne. Les rumeurs affirment notamment que cette crise ne serait pas naturelle car le virus aurait été créé par l’Homme. France info a fait le point sur ces théories du complot « très présentes dans les communautés anti-vaccin, qui voient dans cette épidémie une excuse pour forcer la population à se vacciner » (source : franceinfotv, 27 janvier 2020 ; Radio-Canada, 27 janvier 2020). On lira également à ce sujet l’article de Céline Delbecque pour L’Express « “La Rolls des théories du complot” : pourquoi les virus passionnent les conspirationnistes » (source : lexpress.fr, 27 janvier 2020). Les pays voisins de la Chine ont vu apparaître un racisme anti-chinois suscité par la peur du coronavirus. Blagues douteuses, discriminations assumées au nom de la prévention, la diaspora chinoise est victime d’un nouveau mal : le soupçon (source : Courrier international, 31 janvier 2020).

Sortir de l’ère victimaire, de Iannis Roder (Odile Jacob, 2020).

LECTURE. Professeur d’histoire-géographie dans un collège de Seine-Saint-Denis, responsable des formations au Mémorial de la Shoah et directeur de l’Observatoire de l’éducation de la Fondation Jean-Jaurès, Iannis Roder vient de publier Sortir de l’ère victimaire. Pour une nouvelle approche de la Shoah et des crimes de masse (éd. Odile Jacob, 2020). L’auteur, qui a répondu aux questions de la rédaction de Conspiracy Watch, explique notamment que « le nazisme présente aujourd’hui un intérêt intellectuel, pédagogique et donc politique essentiel pour comprendre la dynamique conspirationniste.» L’enseignant ajoute : « Les réseaux sociaux et Internet fourmillent de théories du complot qui, au final, fragilisent notre démocratie car elles en sapent les fondements que sont la confiance, le consentement et l’adhésion. » (source : Conspiracy Watch, 30 janvier 2020).

FRANÇOIS FILLON. Le 30 novembre 2020, François Fillon était l’invité de l’émission politique de France 2, « Vous avez la parole ». L’ancien candidat à la présidentielle de 2017 a dit avoir tourné la page au sujet du « cabinet noir » qui aurait alors servi à le faire tomber, et dont il avait évoqué l’existence le 24 mars 2017, après sa mise en examen. En revanche, la théorie du complot politico-judiciaire reste toujours d’actualité chez Les Républicains (source : 20minutes.fr, 30 janvier 2020).

LECTURE. Dans son dernier ouvrage Pierre Vidal-Naquet, une vie (éd. La Découverte, 2020), l’historien des idées François Dosse retrace l’itinéraire de celui qu’il considère comme « l’un des plus grands historiens français ». De longues pages sont consacrées à la lutte de l’historien contre les négationnistes et leurs compagnons de route. Les tous premiers mots de cette biographie consacrée à une figure intellectuelle majeure, engagée dans un combat « pour faire valoir à jamais la vérité historique de l’horreur », donnent le ton : « En une époque où la porosité progresse entre le vrai et le faux, entre les informations authentiques et les fake news, il importe de réaffirmer l’ambition de quête de vérité sans laquelle l’être-ensemble risque fort de se dissoudre » (source : Conspiracy Watch, 31 janvier 2020).

NOAM CHOMSKY. Glenn Greenwald, le journaliste qui a publié les révélations d’Edward Snowden a expliqué que Noam Chomsky avait défendu le négationniste Robert Faurisson car ce dernier aurait « questionné les dogmes de la Shoah ». Retour par un thread de Conspiarcy Watch sur les propos de Chomsky, reprenant à son compte une phraséologie typiquement négationniste suggérant que l’histoire de la Shoah relèverait d’une « orthodoxie » ou d’une « vérité officielle »…

KOBE BRYANT. Un journaliste de télévision argentin, Eduardo Salim Sad, a souligné, sur Twitter, que le modèle de l’hélicoptère à bord duquel le célèbre joueur de basket de la NBA, Kobe Bryant, a récemment perdu la vie avec sa fille de 13 ans, portait « un nom juif ». Le compte Twitter de Sad a depuis été supprimé (source : i24news.tv, 31 janvier 2020).

DESSINS. Le dessinateur portugais Vasco Gargalo, auteur de dessins antisémites et participant à des concours de caricatures en Iran s’est vu décerner, en novembre 2019, un prix intitulé « Plumes libres pour la démocratie » de la part de l’hebdomadaire Courrier international« La cérémonie de remise des prix Plumes libres pour la démocratie s’est tenue le 5 novembre au cinéma Odyssée, à Strasbourg, dans le cadre du off du Forum mondial de la démocratie », a indiqué un communiqué en ligne du journal (source : i24news.tv, 31 janvier 2020). L’occasion de rappeler qu’il ne reste plus que quelques semaines pour participer au Concours international de dessins de presse contre le conspirationnisme et le négationnisme organisé conjointement par l’Observatoire du conspirationnisme et le Mémorial de Caen.

BREXIT. Le 31 janvier 2020, les souverainistes français se sont réunis pour « fêter » le Brexit. À l’initiative de François Asselineau (UPR), la soirée a rassemblé des personnalités telles que Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France), Jean-Frédéric Poisson (Parti chrétien-démocrate), Florian Philippot (« Les Patriotes », ex-Front national), Jacques Cheminade (Solidarité & Progrès), Djordje Kuzmanovic (« République souveraine », ex-France insoumise)… Étaient également présents le physicien belge Jean Bricmont, soutien du négationniste Vincent Reynouard, Vincent Lapierre, un ancien proche d’Alain Soral, ou encore Philippe Pascot, un proche d’Etienne Chouard.

PLATEFORMES VIDÉOS. Sur les plateformes ouvertes comme les réseaux sociaux ou les forums, il est admis que les informations postées n’engagent que les personnes qui les publient. À l’inverse, lorsque des informations sont partagées sur des plateformes fermées telles que Netflix ou Amazon Prime Video, nous avons naturellement tendance à leur faire confiance – plus encore quand lesdites plateformes sont mainstream. Pourtant, certaines d’entre elles laissent filtrer des contenus qui posent de sérieuses questions en faisant la part belle au charlatanisme et aux théories conspirationnistes (source : korii.slate.fr, 1er février 2020).