Page d’accueil du site du Doctothon (capture d’écran, 13/12/2021).

Le « Doctothon » est une émission sur le Covid-19 qui a été diffusée en direct pendant 24 heures, les 10 et 11 décembre 2021, et réunissant les personnalités les plus influentes de la complosphère covido-sceptique.

Inspiré du concept du Téléthon, dont il reprend le nom, ce direct a réuni plus de 200 intervenants de l’univers médical pour « éclairer cette période si sombre », selon les mots de ses organisateurs. Il s’agissait en fait de relativiser la gravité de la pandémie et surtout de dénoncer la prétendue nocivité des vaccins anti-covid, pour faire la promotion de traitements alternatifs, principalement liés à l’univers de la naturopathie. Sa ligne de conduite, « Résister pour survivre », est tiré du titre d’un livre pour la jeunesse de l’ancien déporté Charles Palant, assumant ainsi une analogie abusive avec l’histoire de la Seconde Guerre mondiale.

L’événement était initié et présenté par Cécile Maïchak (aussi connue sous le nom de Cécile Majchrzak), une « coach » belge spécialisée dans le « bien être en entreprise », annoncée comme « responsable de publication » du Doctothon. Mais il était également édité par « Les Colères des rues », une page Facebook liée à la mouvance Gilets jaunes, suivie par plus de 40 000 personnes, qui se présente comme « média du peuple », mais procède également à une collecte d‘« aide aux victimes de l’injection » via un compte HelloAsso, répertorié comme action « humanitaire » et « caritative ». Plusieurs autres personnalités et/ou sites « partenaires » se sont chargés de relayer l’opération en direct, dont RéInfo Covid, Richard Boutry, le collectif des Mamans Louves ou encore l’Alliance Humaine – Santé internationale, « l’ONG » créée en septembre par l’activiste antivax suisse Astrid Stuckelberger.

Les parrains de l’opération étaient le docteur Christian Perronne et la députée Martine Wonner, deux des principales têtes d’affiches de la mouvance complotiste covido-sceptique, qui sont apparus pendant le live. La promotion du Doctothon avait été assurée par des « médias alternatifs » comme FranceSoir, Kairos Presse, Nexus, Putsch ou BAM (Belgian Alternative Media), mais aussi par des interviews auprès de deux stations de radios plus mainstream, Sud Radio et Radio Courtoisie.

Pendant 24 heures, le Doctothon s’est donc articulé autour de la succession de témoignages des personnels de santé, interventions de trois minutes face webcam, entrecoupées d’« intermèdes », des courtes séquences animées par d’autres figures de proue covido-sceptiques et antivax, habituées de ce genre d’événements. Parmi elles, on peut par exemple citer les médecins controversés Louis Fouché, Luc Montagnier, Pascal Sacré, Astrid Stuckelberger ou Alexandra Henrion-Caude, mais également les chanteurs Francis Lalanne et Ingrid Courrèges, Pierre Barnérias, le réalisateur des films conspirationnistes « Hold-up » et « Hold on », ou encore les figures de la complosphère Antoine Q Cuttita, Salim Laïbi ou Jean-Jacques Crèvecoeur.

L’audience du Doctothon a été assez significative : plus d’un million de vues cumulées sur YouTube, 440 000 interactions sur Facebook et 45 000 partages pour le hashtag #Doctothon sur Twitter, où le compte du Doctothon a rapidement été suspendu pour infractions aux règles sur la désinformation.

Réinvités au micro de Radio Courtoisie, Martine Wonner et Christian Perronne se sont félicités du succès de l’opération, alors que le site internet du Doctothon revendiquait le bilan très exagéré de 12 millions de vue, précisant qu’ainsi « plus personne ne pourra dire « Je ne savais pas » ». Le leader des Patriotes, Florian Philippot, l’une des têtes d’affiche du mouvement contre le passe sanitaire, a quant à lui salué cette « très belle initiative », tandis qu’Étienne Chouard faisait l’éloge d’une « remarquable mise en scène, par les citoyens eux-mêmes, du DISSENSUS SCIENTIFIQUE à propos du coup d’État COVID » (mise en scène interdite par les « médias mainstream » corrompus) », qui « résiste au rouleau compresseur de la censure ».

À voir également, le petit sujet consacré au Doctothon par « Vrai ou Fake » de France Info :

Quelques semaines plus tard, à la mi-janvier 2022, un nouveau Doctothon « Spécial enfants » est organisé par les mêmes acteurs, consacré à la question de « la maltraitance subie par les enfants et les adolescents depuis 2 ans » et des supposées « répercussions sur leur développement » liées à la gestion de la crise Covid-19 par les gouvernements. Tenu cette fois sur un live de 8h et non plus 24h, il connaît un bien moindre succès d’audience que la précédente édition.

 

(Dernière mise à jour le 18/02/2022)