Des gros titres aux petites infos passées inaperçues : ce qu’il fallait retenir de l’actualité des derniers jours en matière de conspirationnisme et de négationnisme (semaine du 29/06/2020 au 05/07/2020).

EXTINCTION REBELLION. Le groupe activiste Extinction Rebellion (XR) a revendiqué mardi 30 juin la diffusion d’une fausse information selon laquelle le principal fonds de pension suédois cesserait ses investissements dans les énergies fossiles, une tromperie appuyée par un dispositif élaboré. Le 29 juin, un communiqué avait été diffusé à plusieurs médias en Suède, qui menait à un faux site internet (ap-fonderna.se), copie absolument conforme au véritable site des fonds publics suédois (apfonderna.se). À l’exception de deux communiqués en anglais et en suédois, bien rédigés et présentés avec la charte graphique du site, prétendant faussement que le fonds sortait des énergies fossiles… (source : Ouest-France, 20 juin 2020).

NORDPRESSE. Le site belge NordPresse, qui se présente comme un site parodique, s’est à plusieurs reprises vu reprocher de brouiller les frontières entre contenus satiriques, canulars et désinformation, dans une course effrénée au buzz. Surfant sur la controverse de dimanche autour de l’appel d’un proche du président de la République que Ségolène Royal assurait avoir reçu, le site créé par Vincent Flibustier a prétendu – trompeusement – sur Twitter que c’était lui qui avait piégé l’ancienne ministre socialiste. A l’appui de ses dires, NordPresse a diffusé un montage des propos de Ségolène Royal issu, en réalité, d’un – vrai – canular réalisé en 2015 par l’humoriste Gérald Dahan, comme l’a rapidement révélé AFP Factuel.

RONDS VERTS. Plusieurs villages du Tarn, du Tarn-et-Garonne et du Lot ont été tagués de nombreux ronds verts peints en différents lieux, vendredi 26 juin. Le parquet de Montauban a ouvert une enquête, confiée à la gendarmerie. Des appels ont été formulés sur les réseaux sociaux en faveur de cette action émanant d’Éric-Régis Fiorile, qui se présente comme le chef de file du « Conseil national de transition », un groupe conspirationniste créé en 2014. Fiorile a multiplié les posts pour appeler à rallier à l’opération « ronds vers » ceux qui en ont notamment « marre de la dictature », « marre des merdias » ou « marre du confinement ». Les recherches de la police se focalisent sur les auteurs de ces inscriptions, qui encourent une amende pouvant aller jusqu’à 3.750 euros (source : L’Express, 1er juillet 2020 ; France Info, 26 juin 2020).

 

DÉSINFORMATION RUSSE. Dans un article de fond, The Conversation revient sur le sujet de la désinformation, qui consiste à profiter de la liberté d’expression pour propager de fausses informations. L’analyse porte notamment sur les activités de la Russie dans ce domaine, par le biais du contrôle, manuel ou par ordinateur (bots), de nombreux comptes sur divers médias sociaux. Interrogée par ce média, Stephanie Carvin, professeur à l’Université de Carleton et ancienne analyste en sécurité nationale pour le Service canadien du renseignement de sécurité, explique que les bots russes font actuellement la promotion de deux théories particulièrement dangereuses : celle de la création de la Covid-19 en laboratoire, en tant qu’arme biologique ; celle qui affirme que la pandémie sert à couvrir les effets néfastes des nouvelles tours 5G – ou bien, variante, que les tours propagent elles-mêmes le virus (source : The Conversation, 28 juin 2020).

BLANCHITÉ. Dans le sillage des mobilisations actuelles contre le racisme, l’historien Emmanuel Debono a entrepris d’analyser, dans une série de posts, les caractéristiques d’un militantisme qui se revendique pour partie des thèses décoloniales. Dans un texte consacré à la « blanchité » et au « privilège blanc », concepts rencontrant un écho chez certains universitaires, l’historien conclut qu’ « il y a là une impasse intellectuelle majeur, une porte ouverte à toutes les dérives sectaires et un combustible de choix pour ceux qui, à l’extrême droite, défendent la théorie conspirationniste du White Genocide » (source : Le Monde (blog), 28 juin 2020).

YOUTUBE. YouTube a supprimé des chaînes suprémacistes pour avoir enfreint « de façon répétée » ses règles, en affirmant par exemple que certains groupes d’individus étaient inférieurs à d’autres, a indiqué lundi 29 juin la plateforme de vidéos de Google. « Après avoir mis à jour nos règlements pour mieux résoudre la question des contenus suprémacistes, nous avons assisté à une multiplication par 5 du nombre de vidéos retirées et nous avons mis fin à plus de 25 000 chaînes pour violation de nos règles sur les discours de haine », a expliqué un porte-parole. Les chaînes d’American Renaissance (et AmRenPodcasts), NPI/RADIX (et rpspencer, de Richard Spencer, un militant néonazi), de Stefan Molyneux et de David Duke (ancien dirigeant du Ku Klux Klan) ont fait partie des médias bannis (source : Ouest-France, 30 juin 2020).

DIEUDONNÉ. Le 27 juin 2020, à Saint-Lubin-de-la-Haye (Eure-et-Loir), les chanteurs Tonton David et Francky Vincent se sont produits au « Bal des quenelles 2020 », organisé par le polémiste antisémite Dieudonné. Le youtubeur Thierry Casasnovas y a reçu une « quenelle d’or » (source : Conspiracy Watch, 2 juillet 2020).

On notera qu’après plus de cinq ans d’existence, plus de 550 vidéos et près de 450.000 abonnés, la chaîne du polémiste Dieudonné, où les attaques antisémites étaient récurrentes, a été supprimée le 29 juin au soir. Sur sa page officielle Facebook, Dieudonné a mis en cause des « pressions israéliennes », comparant ironiquement la suppression de la chaîne aux « autodafés des heures les plus sombres de l’Histoire » (source : Numerama, 30 juin 2020). Dieudonné a réactivé dans la foulée son site complotiste Quenel+, ouvert en 2014, afin d’y héberger ses vidéos aux contenus manifestement illégaux.

ZEMMOUR. « Le vert des Verts correspond, comme par hasard, au vert de l’islam » : c’est la petite phrase lâchée par Eric Zemmour sur CNews le lundi 29 juin dans le cadre d’une discussion sur la percée réalisée dans plusieurs grandes villes françaises lors des élections municipales de la veille par Europe Écologie-les Verts (EELV). Retour sur une formule conspirationniste (« comme par hasard »), qui introduit l’idée d’un lien invisible, inavouable voire caché, et sur une couleur (le vert) associée à l’écologie politique depuis le début des années 1980 (source : Conspiracy Watch, 30 juin 2020).

COVID-19. Selon une rumeur qui s’est répandue en plusieurs langues, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) aurait interdit les autopsies de patients morts de la Covid-19, dans le but d’empêcher une vérité de voir le jour. Au-delà du fait que la fausseté de cette affirmation peut facilement être démontrée, elle repose sur une méconnaissance des réels pouvoirs de l’OMS, constate le Détecteur de rumeurs du site québécois Agence Science Presse (source : Agence Science Presse, 2 juillet 2020).

ROTHSCHILD. C’est sans doute l’une des théories du complot les plus répandues au monde : la famille Rothschild contrôlerait secrètement l’économie mondiale. Depuis l’apparition de cette rumeur conspirationniste au milieu du XIXe siècle, on a accusé les Rothschild de bien d’autres choses encore : d’avoir commandité des assassinats politiques, fomenté des guerres et des révolutions afin d’en tirer profit, mais aussi, comme l’ont suggéré récemment Dieudonné M’Bala M’Bala, le site d’Etat iranien francophone ParsToday et d’autres obscurs commentateurs antisémites, d’être derrière la pandémie de Covid-19 (source : Conspiracy Watch,  3 juillet 2020).

RAOULT. Sur le réseau social Facebook, les groupes favorables à l’infectiologue Didier Raoult ont attiré plus d’un million d’internautes depuis mars. Qui sont les soutiens du promoteur de l’hydroxychloroquine ? Les Décodeurs (Le Monde) ont entrepris de dresser une cartographie d’un phénomène social ample et complexe, à travers l’étude des 250 contenus les plus partagés, et le profil des 208 internautes à leur origine. Ils révèlent une adhésion prononcée à la théorie du complot du « Big Pharma » (source : Le Monde, 3 juillet 2020).

MÉLENCHON. Sur son compte officiel personnel Facebook, Jean-Luc Mélenchon a relayé le 1er juillet un contenu agitant le spectre d’une grande « cabale », en l’occurrence un complot des grands constructeurs automobiles, autour de la fameuse « voiture à air comprimé ». Un thread de Conspiracy Watch éclaire l’origine cette publication, un compte Facebook relayant des contenus à caractère complotiste, notamment issus de sites d’extrême droite (source : Conspiracy Watch, 4 juillet 2020).

MÉDIAS ET CORONAVIRUS. Au détour d’une interview à L’Express dans laquelle il évoque la situation de l’épidémie de Coronavirus, Éric Caumes, infectiologue à la Pitié-Salpêtrière, livre son sentiment au sujet du rôle joué par les médias pendant la crise : « Je trouve quand même que les journalistes servent de caisse de résonance aux idées complotistes. Parce que cela fait de l’audience et de l’audimat. Je le sais car j’ai été suffisamment sur les plateaux de télé pour l’entendre durant cette épidémie » (source : L’Express, 5 juillet 2020).