Des gros titres aux petites infos passées inaperçues : ce qu’il fallait retenir de l’actualité des derniers jours en matière de conspirationnisme et de négationnisme (semaine du 06/07/2020 au 12/07/2020).

MEL GIBSON. La thèse d’un Mel Gibson héros de la lutte contre la pédocriminalité revient à intervalles réguliers sur Internet, notamment dans des sphères conspirationnistes. On l’a retrouvée en mars dernier sur le compte de Qanon France, un réseau conspirationniste d’extrême droite, à la mi-juin sur PedoGate, une section du forum Reddit consacrée aux rumeurs de complots pédophiles, ou encore le mardi 23 juin sur un compte Twitter de soutien à Donald Trump. Les Décodeurs reviennent sur des propos que l’acteur n’a pas tenus et sur certains autres qui ont été détournés par les réseaux conspirationnistes (source : Le Monde, 7 juillet 2020).

RENAUD. Le chanteur de 68 ans vient de mettre en ligne un clip tourné près de chez lui à L’Isle-sur-la-Sorgue, dans le Vaucluse. Dans cette chanson consacrée au coronavirus, Renaud suggère que les détracteurs du professeur Raoult sont « jaloux » et craignent « de perdre du blé » (source : Le Parisien, 8 juillet 2020).

MCCARTHYSME. À partir de 1950, en pleine « guerre froide », la peur d’une subversion communiste généralisée s’empare des États-Unis. Comment Joseph McCarthy, modeste sénateur du Wisconsin, politicien roublard, bagarreur, buveur et joueur de poker, a-t-il réussi à provoquer un tel mouvement d’opinion ? En partenariat avec le magazine L’Histoire, Conspiracy Watch propose à la (re)lecture un texte de l’historien André Kaspi, publié en octobre 1980 (source : Conspiracy Watch, 9 juillet 2020).

KANYE WEST. Contaminé par le coronavirus, Kanye West prend ses distances avec Donald Trump et lance sa campagne. Il sera le « candidat de Dieu » à la Maison Blanche. Kanye West a assuré mercredi au magazine Forbes qu’il ne soutenait plus Donald Trump à la présidentielle américaine de novembre tout en remettant en question la capacité du démocrate Joe Biden à mobiliser l’électorat noir. « Quand ils disent que le moyen de régler le Covid-19 est un vaccin, je suis extrêmement prudent, a expliqué le rappeur à Forbes. C’est la marque de la bête » (source : Le Figaro, 9 juillet 2020).

VÉRITÉ MENACÉE. Les théories conspirationnistes n’ont jamais fait autant d’adeptes. Les réseaux sociaux et la défiance envers le pouvoir en place leur ont rendu la vie facile. La crise du coronavirus n’a pas été épargnée par les fake news et les théories du complot en tout genre : le Covid-19 se propagerait grâce à la 5G, il aurait été fabriqué dans un laboratoire, il serait destiné à un puçage électronique… Dans une société où les fake news circulent à une vitesse folle sur les réseaux sociaux, la société est-elle condamnée à être de plus en plus conspirationniste ? (source : 20 Minutes, 9 juillet 2020). À lire également, en guise d’illustration, la tribune de Marc Tremblay, parue dans La Presse (Canada), où le journaliste revient sur la tentative d’assassinat, survenue début juillet, sur la personne de Justin Trudeau, Premier ministre du Canada. Corey Hurren, l’auteur, était un adepte des théories du complot (source : La Presse, 10 juillet 2020).

SREBRENICA. Au moment où l’on commémore, samedi 11 juillet à Srebrenica, le 25e anniversaire de la pire tuerie, en une seule opération militaire, des guerres yougoslaves (1991-2001), le poison du déni s’est infiltré partout dans les Balkans, et au-delà. Il est l’outil qui permet de poursuivre dans la paix les objectifs de guerre – la séparation entre les communautés –, et qui prépare le terrain pour de futurs conflits, armés ou non. Le négationnisme serbe bénéficie de puissants soutiens dans la région, politiques mais aussi universitaires et culturels (source : Le Monde, 10 juillet 2020). À lire ou à relire à ce propos, sur Conspiracy Watch, cette théorie du complot colportée par Radovan Karadzic pendant son procès, en février 2012, et qui accusait la France d’être derrière le massacre de Srebrenica (source : Conspiracy Watch, 10 mars 2012).

RESSOURCES. À visionner sur YouTube, « La démocratie des crédules : le paradoxe d’Internet », un documentaire inspiré de l’ouvrage éponyme de Gérald Bronner, qui interroge notre penchant pour le conspirationnisme et les pseudo-sciences. Le journal Le Temps a mis en ligne un dossier sur le complotisme dont chacune des cinq parties est consacrée à une théorie en particulier (accès libre) (source : Le Temps, juillet 2020).

COVID-19. « Je crois que j’ai fait une erreur. Je pensais que c’était un canular, mais ça n’était pas le cas » : c’est en substance ce qu’aurait déclaré un patient de 30 ans avant de décéder la semaine dernière dans un hôpital de San Antonio (Texas) après avoir contracté le Covid-19. Le Dr Jane Appleby, médecin-chef de l’hôpital, a déclaré dans un communiqué que le patient en question avait dit aux infirmières qui s’occupaient de lui qu’il aurait participé à une fête organisée par une personne diagnostiquée positive à la maladie (source : ABC News, 11 juillet 2020). Une information à nuancer, l’existence d’authentiques « Covid parties » où des jeunes se contamineraient volontairement demeurant à ce stade sujette à caution (source : Le Point, 3 juillet 2020).