Photo de profil du compte Facebook de NordPresse (04/11/2018).

NordPresse (Nordpresse.be) est un site belge créé en 2014 par Vincent Herregat, alias Vincent Flibustier.

Si le site précise sur sa page d’accueil que « certaines informations » qu’il propose « sont satiriques et/ou parodiques », plusieurs médias français et belges soulignent l’ambiguïté des publications de NordPresse, « certaines s’éloignant de la parodie pour se rapprocher de la tromperie volontaire ou du canular dénué d’aspects humoristiques », ce qui, pour Flibustier, serait « un moyen d’éduquer l’internaute [et] de lui apprendre à ne pas se faire piéger ».

En 2017, le site fait croire – trompeusement – qu’il est parvenu à piéger le journal Le Parisien.

En juillet 2018, Vincent Flibustier a prétendu à tort que la censure de Facebook s’était abattue sur son site et les contenus humoristiques qu’il diffusait autour de l’affaire Benalla. L’accusation de censure politique a rapidement été diffusée alors que Facebook invoquait des problèmes techniques et agissait pour y remédier. Flibustier s’est alors réfugié dans les explications complotistes les plus décomplexées.

Le 12 novembre 2018, NordPresse a diffusé sur les réseaux sociaux un article mensonger intitulé « Bernard Henri-Lévy gagne son procès contre un SDF qui lui devra 1900 euros de dommages et intérêts ». Partagé des centaines de fois les jours suivants, le texte a suscité de très nombreux commentaires à caractère antisémite. Épinglé par notre rédaction, NordPresse a reçu le soutien du site antisémite Égalité & Réconciliation.

Le 24 novembre 2018, à l’invitation d’ATTAC Bruxelles, Vincent Flibustier a partagé l’affiche avec Michel Collon pour un débat intitulé « Voilà comment on fabrique l’opinion ».

En janvier 2019, Vincent Flibustier a mis en ligne un site intitulé campdeconcentration.com (sic) se présentant comme « une parodie réalisée par des militants de défense de la mémoire des crimes nazis pour éveiller les consciences à la perte de souvenir de ce qu’ont été les camps ». Toutefois, selon le délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (Dilcrah), le site pouvait tomber sous le coup de la loi en « banalisant de manière outrancière » la Shoah.

Le 17 octobre 2019, lors d’une conférence de formation aux fake news, Vincent Flibustier s’est illustré à nouveau par des propos mensongers.

Le 5 juillet 2020, surfant sur une controverse naissante autour de l’appel d’un proche du président de la République que Ségolène Royal assurait avoir reçu, NordPresse a prétendu – trompeusement – sur Twitter que c’était lui qui avait piégé l’ancienne ministre socialiste. A l’appui de ses dires, le site a diffusé un montage des propos de Ségolène Royal issu, en réalité, d’un – vrai – canular réalisé en 2015 par l’humoriste Gérald Dahan, comme l’a rapidement révélé AFP Factuel.

 

Voir aussi :

NordPresse : du canular à la théorie du complot

La dieudonnisation de NordPresse

 

(Dernière mise à jour le 06/07/2020)