“Jean-Yves Le Gallou : « Face au grand remplacement, je propose la préférence de civilisation ! », Sputnik, YouTube, 07/11/2018.

Étudiant à Assas en sciences économiques, membre du GUD (1970-1974), ancien dirigeant du GRECE dans le département des Hauts-de-Seine, Jean-Yves Le Gallou (1948 -) a été secrétaire général du Club de l’Horloge. Il préside aujourd’hui l’association pour la Fondation Polémia.

Cet ingénieur des Ponts et Chaussées entre au Front national (FN) en 1985 et en intègre le Comité central. Président du groupe FN au conseil régional d’Île-de-France (1986-1999) et député européen (1994-1999), il est l’un des artisans de la scission mégrétiste.

Après avoir théorisé la « préférence nationale » dans les années 1980, Jean-Yves Le Gallou spécule désormais sur la notion de « préférence de civilisation ». Il est aussi à l’origine de la popularisation du concept de « réinformation » – il est par exemple le créateur du Bulletin de réinformation sur Radio Courtoisie (2007) – et de celui de « dissidence » – depuis 2015, il organise, sous l’égide de Polémia, un « Forum de la Dissidence » accueillant plusieurs personnalités de la droite radicale, nationaliste ou identitaire.

Jean-Yves Le Gallou anime l’émission I-Media sur TV Libertés et co-fonde en 2014 l’institut Iliade (Institut pour la longue mémoire européenne) qui « refuse le grand remplacement et appelle à la défense de notre civilisation ».

Pourfendeur de la « tyrannie médiatique », Le Gallou lance en 2012, conjointement avec Claude Chollet, un ancien président du GRECE, l’Observatoire des journalistes et de l’information médiatique (OJIM). Présentant la 5e Journée de la réinformation, organisée à Paris le 13 octobre 2012, il explique« Un journaliste de Libération, c’est un porte-plume de la banque Rothschild. Un journaliste du Monde, c’est un porte-flingue de la banque Lazard ! Les plumitifs de l’extrême gauche et le grand capital se sont alliés pour détruire les nations et les traditions. »

À diverses reprises, Le Gallou a témoigné une indulgence appuyée aux négationnistes. Commentant la présence du négationniste Henri Roques à l’université d’été du FN en 1992, il déclare ainsi que « M. Roques est quelqu’un de très sympathique. Il accompagne sa femme (conseillère municipale de Colombes, élue sur la liste de Jean-Yves Le Gallou – ndlr). De toute manière, on ne va pas faire d’ostracisme à l’égard de ceux qui ont une vision de l’histoire différente de celle dispensée par la pensée officielle » (source : AFP, 27 août 1992).

Sa signature apparaît notamment sur les sites Boulevard Votaire, Riposte laïque ou encore Breizh-Info.

 

IL A DIT :

« Mon slogan serait plutôt “identitaires de tout pays unissez vous !”  Contre les mondialistes, les cosmopolites, les immigrationnistes, la tyrannie des juges et des médias et les gnomes de Bruxelles. […] Depuis 40 ans les hommes politiques français ont étés sélectionnés par les lobbys et les médias sur un double critère : conformisme et lâcheté. Ne soyez pas surpris du résultat. A contrario, à l’Est les hommes politiques ont été forgés dans l’adversité et restent profondément porteurs de l’histoire de leur peuple à qui ils sont intellectuellement et charnellement attachés (Victor Orban, Jarosław Kaczyński, Vaclav Klaus ou en Russie Vladimir Poutine) ».

Source : « Jean-Yves Le Gallou : ‘’Aujourd’hui la basilique Saint-Denis, nécropole des rois de France, est en terre d’occupation musulmane (interview) », Breizh.info, 31/10/2018.

 

(Dernière mise à jour le 12/12/2019)