Christine Tasin (capture d’écran YouTube, 23 septembre 2016).

Christine Tasin (1955 -) est la présidente de l’association anti-islam Résistance républicaine et l’animatrice du site éponyme. Elle collabore régulièrement à Riposte laïque et à Boulevard Voltaire (jusqu’en 2015).

Cette ancienne professeur de lettres vote pour Jean-Pierre Chevènement en 2002 puis pour Nicolas Sarkozy en 2007. Elle a milité au PS (jusqu’en 1999), au MRC (jusqu’en février 2009) puis à DLR (jusqu’en mai 2010) dont elle est candidate aux élections européennes de juin 2009.

Après avoir rencontré Pierre Cassen (co-fondateur de Riposte laïque), elle tente d’organiser, le 18 juin 2010, un apéro « saucisson-pinard » dans le quartier de la Goutte-d’Or. Elle crée avec lui les « Assises sur l’islamisation » et poursuit, depuis, son engagement à ses côtés.

Celle qui affirme doctement être « xénophobe » et considérer l’islam comme une « saloperie » ne fait pas l’unanimité au sein de la sphère conspirationniste. Alain Soral parle de son « hystérie anti-musulmane de merde » (sic) alors que son site, Egalité & Réconciliation, la considère comme une « agent d’influence d’Israël et du sionisme international ».

En février 2018, l’ancienne enseignante est condamnée en appel, suite à un dépôt de plainte de la LICRA pour incitation à la haine. Lors d’une manifestation de « Souveraineté, identité et libertés » (SIEL), organisée suite à l’assassinat d’un couple de policiers par un djihadiste à Magnanville (Yvelines) le 13 juin 2016, elle avait tenu des propos relevant, selon la justice, de la provocation à la haine envers les musulmans.

 

ELLE A ÉCRIT :

« F de Souche a publié une fort (sic) intéressante enquête sur les prénoms musulmans, à partir de sources incontestables, l’INSEE. […] On appréciera que seuls les deux tiers des parents soient nés en France… Cela dit à quel point le mythe d’une immigration de 250 000 immigrés par an est un leurre, à quel point le mythe de 10 millions de musulmans en France (on ne parlera pas des 4 millions qu’ose l’Institut Montaigne ) est un leurre. On appréciera que un quart des parents soit constitué de couples avec un parent extra-européen… Cela dit la prééminence du parent musulman dans les couples mixtes, il impose la plupart du temps un prénom musulman à la descendance. Et avec le prénom musulman il impose, forcément, l’islam et sa barbarie. Si cette enquête n’est pas la preuve que la France s’islamise, que faut-il ? Si cette enquête n’est pas la preuve que le djihad est en marche, malgré les dénégations et les propos rassurants des journalistes et starlettes, que faut-il ? Si cette enquête n’est pas la preuve que les islamophobes ont raison de crier au feu, que faut-il ? »

Source : Christine Tasin, “42% de prénoms musulmans en Seine Saint-Denis, la conquête de la France une vue de l’esprit ?”, Résistance républicaine, 7 janvier 2017.

 

(Dernière mise à jour le 19/03/2020)