Alex Jones commentant les événements de Charlottesville (12 août 2017)

Pour beaucoup de partisans de l’Alt-Right, c’est entendu : les violences qui ont émaillé le rassemblement d’extrême droite du samedi 12 août à Charlottesville en Virginie n’ont rien à voir avec… l’extrême droite. Tout ne serait qu’un « false flag » orchestré, au choix, par le philanthrope juif américain George Soros, « l’Etat profond » voire, carrément, la CIA. Dans quel but ? Discréditer les opposants au « mondialisme ».

C’est ce que rapporte le magazine en ligne Newsweek dans un article consacré aux premières interprétations conspirationnistes qui se sont rapidement fait jour sur internet après que la presse a annoncé qu’un véhicule avait percuté, à Charlottesville, une foule de contre-manifestants antifascistes, provoquant la mort d’une femme de 32 ans et blessant 19 personnes.

Le conducteur de la voiture, James Alex Fields Jr, a été inculpé pour meurtre. Mais pour certains, ce jeune homme de 20 ans dont la page Facebook témoigne d’un intérêt pour l’iconographie d’extrême droite et qui apparaît sur des images aux côtés de militants de Vanguard America – une organisation ouvertement fasciste – ne serait qu’un « bouc émissaire ». Pour d’autres, il s’agirait d’un « agent provocateur » manipulé par la CIA.

Commentant les événements quasiment en direct, InfoWars, le site du conspirationniste américain Alex Jones titrait dès hier “Virginia Riots Staged To Bring In Martial Law, Ban Conservative Gatherings”, c’est-à-dire : « Les émeutes de Virginie mises en scène pour introduire la loi martiale et interdire les rassemblements conservateurs » (sic).