Suite à la publication, sur le site Marianne2.fr, d’un article qui rapportait les propos de Marion Cotillard sur le 11 septembre, la mort de Coluche ou encore la réalité du premier pas de l’homme sur la Lune, les conspirationnistes sont passés à l’offensive. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que rien ne les arrête, hésitant manifestement entre la pathétique stratégie du « c’est c’lui qui dit qui est » et celle de la fuite en avant dans la théorie du complot.

Ainsi, le site ReOpen911.info, retournant comme un gant l’accusation de conspirationnisme qui lui colle à la peau, a mis en ligne un article intitulé : « Marianne croit à une théorie du complot ». Le fait que la rédaction de Marianne 2 s’estime victime des adeptes de Thierry Meyssan révèlerait la tendance paranoïaque du journal ! Pourtant, force est de constater que le déluge de commentaires qui a assailli le site après la publication de l’article de Bénédicte Charles proviennent d’internautes qui 1/ ne sont, de toute évidence, pas des habitués du site et 2/ défendent bec et ongles les thèses de Thierry Meyssan – ce qui donne quelques indications sur leurs motivations (voir « Marianne2 cible des adeptes de Thierry Meyssan »).

Quant au Réseau Voltaire dudit Thierry Meyssan, il s’enfonce un peu plus dans le délire complotiste en éclairant l’affaire d’un jour nouveau : si Marianne a sorti cette affaire, c’est bien sûr parce que Marianne est en réalité un journal pro-Bush, à la solde de Washington ! Dans « Les chiens de garde de Bush contre Marion Cotillard », le Réseau Voltaire nous explique ainsi que « la revue Marianne (…) est détenue à 25 % par le Carlyle Group, représenté au Conseil d’administration par Yves de Chaisemartin. Le Carlyle Group fut pendant des années le fonds de placement commun des familles Bush et Ben Laden. Son capital a aujourd’hui évoluée et l’on ignore qui le détient exactement. L’essentiel de ses placements est effectué dans les sociétés contractantes du Pentagone et dans des médias prétendument critiques face à l’administration Bush, en réalité chargés de stériliser toute opposition ».

Sans entrer dans la question de savoir si le groupe Carlyle a pour objectif caché de « stériliser toute opposition à l’administration Bush » (!), l’assertion selon laquelle il serait représenté au CA de Marianne par Yves de Chaisemartin est tout simplement fausse. En effet, ce dernier détient, en son nom propre, 25 % du capital de Marianne. Il se trouve qu’il est, par ailleurs, conseiller du groupe Carlyle Europe – depuis juillet 2005. Mais en aucune manière cette participation d’un particulier ne peut être présentée comme la preuve d’une inféodation de l’hebdomadaire aux intérêts d’un groupe privé. D’autant que Yves de Chaisemartin a de nombreuses autres activités par ailleurs. Une mystification de plus à laquelle le Réseau Voltaire est, de toutes façons, coutumier.

A toutes fins utiles et par souci de transparence, voici comment se répartit le capital de Marianne :
– 40 % : Marianne Finance (Jean-François Kahn et Maurice Szafran).
– 25,4 % : Yves de Chaisemartin.
– 24 % : Thierry Verret et Guy Sitbon.
– Autres actionnaires : Paul Lederman, Franck Ullmann, Financière Bazire (Source : Wikipédia.